Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Affaire de Rached Khiari -Seifeddine Makhlouf: "Celui qui t'a accusé de financements suspect est un civil, pourquoi donc mêler la justice militaire?"    L'Agence européenne des médicaments maintient sa confiance dans le vaccin Janssen-Cilag    Tunisie: Machrouu Tounes dénonce le matraquage du président Kais Saied    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Port de La Goulette : 5647 comprimés de stupéfiants "Subitex" cachés dans une valise    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    De quelle guerre civile parle-t-on ?    Tunisair programme un second vol de rapatriement des Tunisiens bloqués au Maroc le 25 avril 2021    Les médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique annoncent une grève de trois jours    L'investissement industriel et des services connexes, désorienté    Tunisie-Médenine: Baisse des prix de certains produits alimentaires [Audio]    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Contrôle économique : 3779 infractions économiques relevées durant les sept premiers jours de ramadan    Ennahdha fustige « l'autoproclamation de Saïed comme commandant suprême des forces porteuses d'armes »    La Tunisie perd une place dans le classement mondial de la liberté de la presse    Les prix des 3 boissons chaudes (café crème, filtre et thé) sont désormais libéralisés    Covid-19 | Le Kef : 3 décès et 178 nouveaux cas de contamination    Versez la Zakat de l'Aïd Al-Fitr 2021 et vos dons aux villages d'enfants SOS Tunisie    DECES : Fathi KRAIEM    Ligue 2 : Les arbitres de la 2ème journée de play-off    Tunisie: Le point sur l'état d'avancement de la campagne nationale de vaccination    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Avril 2021 à 11H00    Super Ligue : Ligue et Fédération allemandes soutiendront "toute mesure de l'UEFA"    Près de 69% de progression des investissements déclarés dans les industries exportatrices    Jalila Ben Khelil : Si on veut éviter un confinement, il faut respecter les protocoles sanitaires    Tunisie – Médias : La grève des journalistes de la TAP et de Shems FM a fait plier Mechichi    Hausse du PNB d'Attijari Bank de 3,31% au premier trimestre 2021    Ligue 1 : on connait la date du derby de la capitale    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Commentaire | N'aggravez pas encore la crise    Premier League : Mourinho limogé par Tottenham    ARP : refus de toute proposition de cession de la BFT    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Ons Jabeur 25e au classement WTA après sa qualification en finale du tournoi Charleston    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opinion publique n'est pas encore prête
Abolition de la peine de mort
Publié dans Le Temps le 27 - 03 - 2013

«L'atrocité des crimes n'est pas un argument pour défendre la peine capitale», prévient Habib Marsit
L'abominable et inimaginable viol subi par une fillette à l'âge de trois ans dans un jardin d'enfants à La Marsa laisse tout un chacun pantois, sidéré et apostrophé par une conscience toujours remise en question. C'est un crime qui jette au devant de la scène nationale le débat sur la peine capitale.
Plusieurs voix choquées, révoltées et agressées dans leur subconscient s'élèvent à travers les réseaux sociaux, ou même sur les plateaux de télévision pour appeler à la pendaison du criminel. Or depuis 1991 la Tunisie n'a pas mis en exécution la peine capitale. Mieux le 21 décembre 2012, la Tunisie a signé à l'Assemblée Générale de l'ONU un moratoire sur les exécutions de la peine de mort.
Dans notre société arabo-musulmane, l'abolition de la peine de mort n'est pas évidente. Des obstacles psychologiques s'y opposent comme l'envie d'assouvir le désir de vengeance. Dans beaucoup de milieux en Tunisie et ailleurs, on croit que la peine de mort contribue à prévenir et à dissuader les criminels. Pour d'autres, la religion autorise l'exécution capitale.
Pour certains, même si l'islam reconnaît, en cas d'homicide volontaire, à la famille de la victime le droit de représailles, il lui reconnaît aussi le droit de pardonner, geste sublime de piété.
Habib Marsit, un des fondateurs de la section de Tunis d'Amnesty international, rappelle que « chaque fois qu'il y a un crime odieux, on remet sur le plateau la peine de mort. L'atrocité des crimes n'est pas un argument pour défendre la peine capitale. Dire que l'exécution de la peine capitale va mettre fin aux crimes ne résiste pas à la réalité. Depuis la nuit des temps que l'humanité l'applique, vainement les crimes odieux persistent ». Il constate que la peine capitale n'a pas d'effet coercitif, ni dissuasif, ni préventif pour ce genre de crimes. Lorsque des crimes abominables sont perpétrés, on est dans une logique de réactions subjectives. « Traiter le dossier de la peine capitale ne peut se faire à chaud dans un climat alimenté d'émotions. Cela implique un cadre plutôt calme et rationnel sans utilisation des sentiments », dit-il. Il considère que la pensée juridique doit être développée dans la sérénité et la rationalité, dans la clarté et non le brouillard où les sentiments et les émotions prévalent. De même la justice ne doit pas se fonder sur le sentiment de vengeance. Les valeurs doivent être les vecteurs de la justice comme l'équité et la dignité. La dignité concerne aussi bien la victime que le criminel. « La dignité du criminel doit être toujours sauvegardée. La valeur de la dignité ne doit pas faire l'objet de calculs. Des moments, on la respecte et d'autres non. En plus la justice doit contenir la valeur de tolérance, d'éducation et de réforme. Le criminel doit être rééduqué et réformé et non anéanti. La justice doit élever l'homme et non l'abaisser. Il faut humaniser les hommes et non les réduire à l'état animal », prévient notre interlocuteur. Il rappelle que dans l'histoire, la peine de mort a été celle de la non justice et non de la justice. Elle est discriminatoire. Elle touche les pauvres et les opposants et non les puissants. Les Emirs font ce qu'ils veulent. Aux Etats-Unis, l'écrasante majorité des condamnés à mort sont pauvres. Les grands de la Mafia, comme Al Capone, on savait où est-ce qu'ils habitaient, mais personne ne les touchait. C'est une histoire de bêtise et de barbarie humaine qu'est la peine de mort. « C'est une punition injuste et révoltante », s'indigne Habib Marsit.
Le nombre de pays qui ont aboli la peine de mort s'élève à 140 sur 193 Etats membres des Nations-Unies. Les 140 Etats, comprennent ceux qui l'ont aboli dans la loi ou ceux qui appliquent un moratoire comme la Tunisie. Parmi les 53 Etats qui continuent à appliquer la peine capitale, on retrouve, entre autres, les pays du Moyen-Orient, la Chine, les Etats-Unis et l'Inde. Ce sont des pans entiers des habitants de la terre. Aux Etats-Unis, beaucoup d'Etats ont aboli la peine de mort. La Californie a organisé un référendum. L'abolition n'est pas passée avec un très faible écart.
En Tunisie, des efforts ont été fournis pour défendre l'abolition de la peine de mort pendant la campagne électorale. Ils ont été poursuivis après l'élection de l'Assemblée Nationale Constituante (ANC). Il y a une position politique au sein de la Troïka opposée à l'abolition. Au sein de l'opposition, une majorité est abolitionniste. Au sein de la Troïka, certains sont favorables à l'abolition, à titre individuel, mais politiquement, sont obligés de s'aligner sur la position politique du parti. Certains militants d'Ennahdha étaient hantés par la pendaison dans le couloir de la mort. Ils peuvent être d'accord, individuellement avec l'abolition de la peine de mort, mais pour des raisons politiques, ils s'y opposent. C'est une question d'opportunité politique. Ils considèrent que l'opinion publique n'est pas encore mûre pour l'abolition de la peine de mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.