l'UE prête à travailler avec le nouveau gouvernement de Fakhfakh    Les réservations du Huawei Y7p sont ouvertes du 28 février au 5 mars 2020    Tunisie : La nouvelle composition parlementaire    Zamalek – Espérance de Tunis : Quel onze de départ pour Mouiine Chaabani ?    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Coronavirus: Le président de la Lombardie se place en quarantaine    Coupe de Tunisie : Les arbitres des 16èmes de finale    Tunisie : Le message de Kais Saïed aux nouveaux ministres    kasserine: l'école qui a perdu 5 institutrices ne suspend pas les cours    Nouveau gouvernement : Prestation du serment par les ministres    Jazz à Carthage 2020 : billetterie et informations sur le 15ème épisode    FTAV : La suspension de la Omra est une mesure de précaution provisoire    MEMOIRE : Mohamed Mohsen KAHIA    Belle performance au Tournoi de Doha : Ons Jabeur sort la numéro 3 mondiale    En attendant les candidatures : Calendrier pour les élections des membres de la cour constitutionnelle    Prévention contre le coronavirus : Le masque n'est pas nécessaire pour les personnes saines    Fonds Mondial pour la Nature : Appel à aider au bannissement des sacs en plastique    Le Chef du gouvernement sortant Youssef Chahed remet au Président de la République le rapport des activités du gouvernement 2016-2020    Retour sur la visite effectuée par le Président de la République au siège du Ministère de l'Intérieur    Boxe : Les Tunisiennes Khouloud Hlimi et Mariem Homrani qualifiées pour Tokyo-2020        Au Théâtre de l'Opéra : La fantaisie zoologique de Saint-Saëns    Nabeul : Des ouvrières blessées dans l'explosion d'une bouteille de gaz à Menzel Bouzelfa    «Les Trois mystiques» de Karim Touwayma au Théâtre des Jeunes : Créateurs Authentique et beau…    Immigration clandestine : L'effet dissuasif du… coronavirus !    RESTART: Economie sociale et micro-entrepreneuriat pour les jeunes de 5 régions tunisiennes    Football : Programme TV de ce jeudi 27 février 2020    Qui est Mohamed Fadhel Kraiem, nommé ministre des TIC et de la Transition numérique ?    La Tunisie achète des avions militaires aux Etats-Unis    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    Le Président du Parlement transmet au Président de la République les résultats du vote de confiance au gouvernement Fakhfakh    Ligue 1 | Classement des buteurs : Okpotu prend le large    Coupe arabe (U20) : programme des quarts de finale    Une confiance en sursis    Le Phare de l'Entrepreneuriat : un concours entrepreneurial en Tunisie par JEY Entrepreneuriat    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    La CTA et la CORP s'invitent à Sfax    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 27 février à 07H00    Météo: Prévisions pour jeudi 27 février 2020    Un divan à Tunis : la Tunisie se livre sur ses tourments post-révolutionnaires    Ons Jabeur écarte de son chemin la 3ème mondiale Karolina Plíšková et se qualifie pour les quarts de finale du Qatar Total Open    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Samsung Blues Festival du 06 au 10 mars 2020 au palais Ennejma Ezzahra (les artistes en vidéos)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : un Français est mort à Paris    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une lumière dans la grisaille
Reportage — «Opération Sauvetage et Nettoyage de la Ville de Nabeul»

Le 22 septembre 2018 restera à jamais gravé dans les annales de l'histoire contemporaine de la Tunisie. Sous un ciel gris, la péninsule du Cap Bon a vécu l'enfer sous une pluie diluvienne, où le monde paraissait se trouver en danger de mort imminente. Quatre heures d'averses non-stop durant lesquelles le temps s'est figé et l'optimisme d'une journée de fin de semaine s'est transformé en un cauchemar éveillé. Au total, cette catastrophe naturelle sans précédent a tué six personnes et causé d'énormes dégâts matériels. Des maisons ont été endommagées. Et il y a ceux qui ont tout perdu : argent en liquide, diplômes, bijoux, documents d'identité, etc. Devant un tel constat, la société civile s'est mobilisée pour porter secours aux sinistrés. Reportage.
Samedi 29 septembre 2018. Il est 16h30. Au «Club les Trières» à Nabeul, ça bourdonne telle une ruche d'abeilles. Une dizaine de bénévoles du collectif «Opération Sauvetage et Nettoyage de la Ville de Nabeul» a transformé les deux grandes salles de cet écrin de sports et de loisirs en un centre de collecte et de tri des dons destinés aux sinistrés des récentes pluies torrentielles qui se sont abattues sur la région.
Dans la salle principale, une pile de matelas flambant neufs et un stock de denrées alimentaires étaient entreposés. Moez Mrad avec l'aide d'Ichraf Gastli s'occupaient des colis alimentaires qui seront acheminés au R'bat (le quartier des Nattiers), l'une des zones les plus sinistrées de la cité des Potiers avec celle de Sidi Amor et «Houmet el-Bhar» (le quartier de la plage).
En revanche, l'autre pièce s'est transformée en un gigantesque entrepôt de vêtements, dont une grande partie pue la naphtaline, et de chaussures usés où une poignée de femmes bénévoles faisaient le tri selon l'âge, le degré d'usure, le sexe et la taille.
Un élan solidaire et spontané
Il faut dire que cet élan de solidarité a été déclenché de manière spontanée, explique Emira Bouaouina, membre de l'association «Voix de Femme Nabeul».
«L'idée de cette coordination a germé sur le réseau social "Facebook" quand Mme Lilia Gharbi Ben Rayana a créé le groupe "Opération Sauvetage et Nettoyage de Nabeul" pour servir d'outil d'alerte, à défaut de "Safety check" qui permet de signaler à son entourage que l'on est en sécurité. Le lendemain, j'ai lancé un appel aux différents acteurs de la société civile de Nabeul pour unir leurs forces sous le chapiteau de cette action. Et les principales associations actives ont répondu présent», ajoute-t-elle.
Au total, cinq associations (4 locales et une de Tunis) ont rallié cette action de grande envergure: l'Association de l'amitié et de l'action sociale (AAAS), Voix de Femme (l'association en charge de la collecte de fonds de l'opération SMS «85510»), Lions Club Tunis Megara, la section nabeulienne du Croissant-Rouge tunisien (CRT) et le Syndicat de l'initiative touristique de Nabeul, dont le local, situé en face de la Jarre, sert de quartier général (QG) à cette action humanitaire.
«Nous sommes unis par une seule cause : l'amour du Cap Bon. Tout ce beau monde a travaillé avec les autorités : les élus de la municipalité, les délégués, l'équipe de Union tunisienne de solidarité sociale (UTSS) afin d'essayer de réduire au mieux le risque de doublons sur les listes de distribution des vivres. Ces gens-là sont bénévoles. Ils n'attendent ni "merci" ni récompense. Malgré les difficultés que nous rencontrions au quotidien, cela n'a fait que renforcer nos liens et notre persévérance. Dans ces moments difficiles, j'ai eu la chance de connaître des gens magnifiques et de faire de nouvelles connaissances», fait savoir Mme Wissem Ben Abdallah-Benzaied, représentante de Lions Club Tunis Megara. Elle renchérit: «Dans ces moments difficiles, j'ai collaboré avec des jeunes tenaces, entreprenants, vifs, efficaces, courageux et serviables. Des jeunes qui répondaient à tous nos appels et qui étaient là même sans appel. Ces jeunes-là me donnent de l'espoir quant à l'avenir de la Tunisie. L'élan de solidarité de tous les Tunisiens ne peut que renforcer mes croyances : la Tunisie est un beau pays qui dépassera très bientôt sa crise grâce à ses patriotes. Vive la Tunisie».
La demande dépasse la quantité de dons en nature reçue
De retour dans la salle réservée aux colis alimentaires, Moez Mrad, représentant de l'Association de l'amitié et de l'action sociale (AAAS), nous informe que malgré la réception d'une tonne et demie de denrées alimentaires et la distribution de plus de 300 matelas, la demande des sinistrés dépasse largement la quantité de dons en nature reçue.
«On vient de m'informer qu'un club de Rotary va nous acheminer demain 200 matelas. Voilà, une très bonne nouvelle. Entre-temps, nous devons redoubler d'efforts pour répondre aux besoins insistants des sinistrés. Pour le moment, nous gérons la situation avec les moyens du bord. Même pour les colis alimentaires, tout dépend des produits disponibles. Par exemple, ceux qui vont être distribués, maintenant, dans le quartier du R'bat, seront composés chacun de: 4 kg de pâtes, 3 boîtes de halva, 2 kg de double concentré de tomates, une bouteille de 5 l d'huile végétale et des paquets de biscuits», précise-t-il.
Par exemple, l'association «Voix de Femme Nabeul» a bien travaillé sur le quartier R'bat : elle a effectué plusieurs visites sur le terrain et fait du porte-à-porte pour cerner les besoins des familles sinistrées.
«Une liste de trente familles sinistrées a été établie pour faciliter notre intervention et la distribution des dons. D'ailleurs, une camionnette va acheminer, tout de suite, 12 matelas et 20 colis alimentaires pour ce quartier», souligne Ichraf Gastli, membre de l'association «Voix de Femme Nabeul».
Il faut barrer la route aux doublons
Mais le grand souci des bénévoles de ce collectif d'associations demeure le manque de collaboration entre les différents centres de collecte et de distribution des dons, tels que les camps de la section nabeulienne du Croissant-Rouge et celui de l'Union tunisienne de solidarité sociale dans les locaux de la Foire internationale de Nabeul.
En effet, à défaut de recoupements entre les différentes listes de sinistrés, certaines âmes peu scrupuleuses ont profité de ce manque de coordination pour se ravitailler de plusieurs points de distribution.
«Pour le moment, on essaie de coordonner au maximum avec la délégation de Nabeul qui nous a fourni ses listes. Certes, on essaie de s'organiser, mais on manque de bénévoles. Il faut mettre en place toute une logistique pour qu'il n'y ait aucune faille et éviter les doublons. Il faut compter encore un mois, voire plus pour satisfaire tous les besoins des sinistrés. Notre mobilisation s'arrêtera quand il n'y aura plus de sinistrés réclamant de l'aide», conclut Habib Ben Lamine, président de l'Association de l'amitié et de l'action sociale (AAAS).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.