Tunisie: Evolution exceptionnelle des indicateurs relatifs aux revenus du tourisme    La BCT annonce des réserves de devises de 18327 millions de dinars couvrant 103 jours d'importations    Le président de l'association Shams annonce son soutien à Nabil Karoui    Sommes-nous devant un nouveau et ample conflit entre Juristes et Magistrats ?    Un député français : Ben Ali était un dictateur comme tous les dirigeants arabes    CITROËN OUVRE SES PORTES A GAFSA !    K2 Rhym révèle les derniers mots de ben Ali avant sa mort    Les dernières heures de Ben Ali étaient très difficiles    Tunisie- Youssef Chahed revient, aujourd'hui, sur les résultats du premier tour de la présidentielle    L'UGTT condamne ''l'agression'' contre le collectif de défense de Belaid et Brahmi    Tunisie: Hizb ut-Tahrir dément toute relation avec Kaïs Saied    Tunisie – La présidence du gouvernement donne son accord pour que Ben Ali soit enterré en Tunisie si tel est le désir de sa famille    Tunisie – VIDEO : Le comité de défense de Belaïd et Brahmi accuse !    Le Tribunal administratif annonce avoir reçu 6 recours en Appel concernant les résultats préliminaires de l'élection présidentielle    UIB : Meilleure banque pour la qualité de son activité de services Titres    Evènement du Compact with Africa : [email protected]    Projet d'aménagement de la place Barcelone par l'UE    Tunisie : Zine El Abidine Ben Ali n'est plus    Tunisie-Ligue 2 : Désignation des arbitres de la la 1ère journée    Opération anti-terroriste menée par Interpol en Tunisie    Journée Européenne des Langues 2019 en Tunisie le 25 septembre (Programme)    Le candidat à la présidentielle Hatem Boulabiar dépose un recours au Tribunal administratif concernant les résultats de l'élection présidentielle    En vidéo : L'indifférence du procureur de la république met Khalfaoui en colère    Affaire Rusike : précision du Club Africain à propos de l'interdiction de recrutement    Ligue des champions – 1e journée : les résultats complets    La Tunisie réintègre le Top 10 africain des pays les plus attractifs pour l'investissement    JTC 2019 : Prolongation du délai de dépôt des candidatures au 25 septembre    Ligue 1 : un changement au programme de la troisième journée    Classement FIFA : la Tunisie conserve sa 29e place mondiale    QUAND LE CIEL SE MIT A CRIER    Tunisie – Météo : Ciel nuageux avec quelques pluies sur le nord et le centre    Ligue 1 [Vidéo] : Le public sportif évalue le mercato d'été et les chances des clubs dans le championnat    Projection du film Tunisien “Fataria” dès le 25 septembre (B.A. & Synopsis)    Football : Programme TV de ce jeudi    Les revenus du Tourisme ont réalisé une augmentation de 46,3% jusqu'au 10 Septembre    Tunisie Telecom suggère à l'UIT d'initier des Etudes sur les Aspects Economiques de la 5G    Mise en garde du Ministère de l'agriculture contre les imminents changements climatiques attendus    « MBC5 – Cinq": La nouvelle chaîne satellitaire de divertissement familial exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Run In Carthage 2019, 5ème Edition dimanche 29 septembre    Aujourd'hui, le 37ème anniversaire du massacre de Sabra et Chatila    BOLBOL Un film de Khedija Lemkecher Avec : Fatma Ben Saidane – Fethi Akkari Chedly Arfaoui    En vidéo : MBC Cinq, la nouvelle chaîne dédiée aux pays du Maghreb    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    4 prix pour la Tunisie à la Mostra de Venise    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    Corée du Nord- Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Heurs et malheurs de l'université tunisienne
Débat
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 10 - 2018

Un projet de charte de l'université tunisienne est actuellement en cours de discussion. Une rencontre sur ce thème a été organisée samedi dernier au siège de l'Association Vigilance.
A part l'affaire du nikab, le projet de thèse préconisant que la Terre était plate ou la dégradation du niveau des facultés tunisiennes dans les classements internationaux, l'université tunisienne défraie rarement la chronique. Pourtant l'université connaît depuis près de trente ans de nombreux dysfonctionnements. C'est ce qui a poussé l'Association tunisienne de défense des valeurs universitaires (Atdvu) à travailler sur une charte universitaire tunisienne. La version qui a été discutée dans le cadre des cercles de la liberté d'expression de l‘Association Vigilance samedi dernier n'est pas finale. Les discussions organisées ici et ailleurs autour de ce texte rédigé par des professeurs de diverses disciplines, dont Mahsouna Sellami, Nihel Ben Amar, Taoufik Karkar, Zeineb Toujani, Gleya Ksira Maatallah, Khaled Kchir, Kmar Bendana,Sihem Kchaou, Mouna Tekaya, Azza Sellami, Latifa Rajhi, Habib Mellakh… vont permettre d'améliorer son contenu.
Emergence de l'extrémisme religieux
« L'université tunisienne a 60 ans d'existence. Trente glorieuses, où les pères fondateurs y ont ancré un esprit critique et un rayonnement dépassant les frontières nationales et trente malheureuses. Depuis 1988 commence la décadence suite entre autres à la suppression des élections au sein des conseils scientifiques, à la limitation des prérogatives des doyens au profit des présidents des universités, à la prolifération des universités privées et des cours particuliers, et à la baisse du niveau général de l'enseignement», explique le Professeur Khaled Nouiser.
Après la révolution, certes la police a quitté les campus et la censure sur le Net a disparu, mais apparaît alors un autre défi, le fléau de l'extrémisme religieux : «Ses adeptes ont voulu réduire les libertés au sein des universités tunisiennes, faire pression sur les enseignants et assujettir les normes académiques aux dogmes les plus obscurs», ajoute le Pr Nouiser.
L'intervenant énumère les cas de dépassement du code déontologique de l'espace universitaire : un mastère soutenu à huis clos en 2017 parce que l'étudiant est un ministre, à savoir Imed Hammami, la rédaction d'un projet de thèse où une étudiante remet en question la théorie de la gravitation de la Terre autour du soleil, les affaires de plagiat, la plus fameuse concerne l'Institut supérieur agronomique de Chott Meriem, dépendant de l'Université de Sousse (voir encadré).
Cinq ans de gestation
C'est dans cette ambiance de lourdes menaces qui pèsent sur l'autonomie des universités, de l'indigence de leurs laboratoires de recherche, de la faiblesse de leur taux d'employabilité, de la dégradation de la qualité de l'enseignement et de la marchandisation du savoir qu'est née l'idée de l'élaboration d'une charte universitaire tunisienne. Ce texte, resté en gestation pendant cinq ans, cherche à éviter une plus grande érosion des acquis de l'enseignement supérieur. Il s'inspire des recommandations de l'Unesco de 1977 dans ce domaine et des valeurs de la nouvelle Constitution.
Parmi les principes et valeurs de la charte, on cite la liberté académique, l'autonomie et la bonne gouvernance de l'université, la responsabilité et l'éthique.
Un bilan sur la situation actuelle s'impose
Sur l'autonomie le projet de charte stipule : «L'Université ne peut jouer pleinement le rôle qui est le sien si elle se trouve organiquement assujettie à quelque autorité qui ne reconnaît ni l'esprit libre ni la liberté de penser parce que ce rôle réside dans la production d'un savoir fondé sur la pluralité et la diversité des idées ainsi que sur des recherches objectives et d'enquêtes sur le terrain destinées à faire parvenir à la vérité scientifique, source du savoir universel qui réunit l'humanité».
Le texte aborde également les obligations du corps des enseignants chercheurs et des chercheurs, les droits et les devoirs des étudiants, les rapports de l'universitaire avec ses collègues.
«Ce document se veut également une vision prospective jetant les bases d'une université créatrice, réactive, ouverte sur le monde et sur toutes les composantes de son environnement. Notre espoir est que la communauté universitaire adopte cette charte et que celle-ci recueille la plus large adhésion», concluent les rédacteurs de la charte.
Dans une tentative d'évaluation de ce projet le Professeur Abdessatar Sahbani, sociologue, a noté que rien du contexte tunisien n'apparaît dans la charte. Il recommande de faire un état des lieux de la situation actuelle, une étude qui complèterait le projet, faciliterait son application et permettrait de faire de l'université « la locomotive pour réfléchir et donner les grandes orientations concernant le développement du pays », a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.