Des malfaiteurs cachent des cocktails molotov pour préparer une guerilla    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Kais Saïed est-il si sûr de « ses hommes » ?    Mohsen Marzouk : Il n'y a plus que deux solutions possibles, à prendre ou à laisser !    Tunisie-ligue 1 (J15): les matches de ce dimanche et programme TV    Dispositifs d'appui du Groupe de la Banque mondiale aux pays en proie au coronavirus (COVID-19)    Abir Moussi a décliné hier l'invitation d'Elyès Fakhfakh pour lui annoncer sa formation gouvernementale    MOODY'S: Les moyens pour la relance économique    7e édition du salon de l'entrepreneuriat – «Riyeda»: Quand l'AFI s'implique dans la promotion des start-up    Espace industriel El Azib Bizerte: Toutes les commodités au profit des promoteurs    Ennahdha et Qalb Tounès n'accorderont pas leur confiance au Gouvernement annoncé par Elyès Fakhfakh    DECES ET FARK: Mohamed YAICHE    DECES: Maître Mohamed Lamine BELLAGHA    MEMOIRE: Imed FADHEL    Qui est Noureddine Erray qui prend en charge la diplomatie tunisienne ?    Grands-parents: les papis et les mamies chantent et dansent    Avant-première de «Mamou & Chehyma» avec Kamel Touati, Slah Msadek et Lassaâd Ben Abdallah: un trio de choc !    Point de presse à «La Maison de l'Image» à Tunis: de nouvelles perspectives    Thouraya Jeribi :magistrate indépendante pour le ministère de la Justice    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    La croissance économique est tombée à 1%    Tunisie-Ligue 1: le classement général avant les matches de la 15è journée    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Seif Eddine Makhlouf : Ce sera un Non au gouvernement Fakhfakh    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    La CONECT appelle à reporter l'application de l'augmentation des tarifs du taxi individuel    Hackfest 2020: La compétition nationale de cybersécurité à l'école Supcom    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    Usage de diplômes falsifiés à Nabeul : Précisions du ministère de la Formation professionnelle et de l'Emploi    Nouveauté LG : L'écran incurvé de 38 pouces du nouveau Cadillac Escalade P-Oled    TOPNET soutient les entrepreneurs au salon Riyeda    Supercoupe d'Afrique | EST-Ezzamalek ( 1-3) : La malédiction se poursuit…    « La TUNISIENNE GAZELLE RUN » : Course pédestre 100% féminine organisée à TUNIS pour la première fois – Au bonheur des dames !    Programme TV du samedi 15 février    Moody's améliore les perspectives de la Tunisie    Météo : Prévisions pour aujourd'hui, samedi 15 février 2020    Orange Tunisie veut promouvoir la mixité dans tous ses métiers et renforcer davantage la place de ses femmes salariées avec We Diversity et GIZ    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    EST vs Zamalek: où regarder le match de la finale de la Supercoupe d'Afrique du 14 février 2020    Le festival international des échecs du 15 au 24 février 2020 à Djerba    Le ministre des Affaires culturelles examine avec le nouveau Directeur des JCC, Ridha Béhi, les principaux axes des 31èmes JCC    Espérance de Tunis : La Super Coupe d'Afrique sera le meilleur cadeau de la Saint-Valentin    Football : Programme TV de ce vendredi 14 février 2020    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    Coronavirus: Le nombre de décès bondit en Chine continentale    Libye: Le Conseil de sécurité adopte une résolution sur un cessez-le feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Heurs et malheurs de l'université tunisienne
Débat
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 10 - 2018

Un projet de charte de l'université tunisienne est actuellement en cours de discussion. Une rencontre sur ce thème a été organisée samedi dernier au siège de l'Association Vigilance.
A part l'affaire du nikab, le projet de thèse préconisant que la Terre était plate ou la dégradation du niveau des facultés tunisiennes dans les classements internationaux, l'université tunisienne défraie rarement la chronique. Pourtant l'université connaît depuis près de trente ans de nombreux dysfonctionnements. C'est ce qui a poussé l'Association tunisienne de défense des valeurs universitaires (Atdvu) à travailler sur une charte universitaire tunisienne. La version qui a été discutée dans le cadre des cercles de la liberté d'expression de l‘Association Vigilance samedi dernier n'est pas finale. Les discussions organisées ici et ailleurs autour de ce texte rédigé par des professeurs de diverses disciplines, dont Mahsouna Sellami, Nihel Ben Amar, Taoufik Karkar, Zeineb Toujani, Gleya Ksira Maatallah, Khaled Kchir, Kmar Bendana,Sihem Kchaou, Mouna Tekaya, Azza Sellami, Latifa Rajhi, Habib Mellakh… vont permettre d'améliorer son contenu.
Emergence de l'extrémisme religieux
« L'université tunisienne a 60 ans d'existence. Trente glorieuses, où les pères fondateurs y ont ancré un esprit critique et un rayonnement dépassant les frontières nationales et trente malheureuses. Depuis 1988 commence la décadence suite entre autres à la suppression des élections au sein des conseils scientifiques, à la limitation des prérogatives des doyens au profit des présidents des universités, à la prolifération des universités privées et des cours particuliers, et à la baisse du niveau général de l'enseignement», explique le Professeur Khaled Nouiser.
Après la révolution, certes la police a quitté les campus et la censure sur le Net a disparu, mais apparaît alors un autre défi, le fléau de l'extrémisme religieux : «Ses adeptes ont voulu réduire les libertés au sein des universités tunisiennes, faire pression sur les enseignants et assujettir les normes académiques aux dogmes les plus obscurs», ajoute le Pr Nouiser.
L'intervenant énumère les cas de dépassement du code déontologique de l'espace universitaire : un mastère soutenu à huis clos en 2017 parce que l'étudiant est un ministre, à savoir Imed Hammami, la rédaction d'un projet de thèse où une étudiante remet en question la théorie de la gravitation de la Terre autour du soleil, les affaires de plagiat, la plus fameuse concerne l'Institut supérieur agronomique de Chott Meriem, dépendant de l'Université de Sousse (voir encadré).
Cinq ans de gestation
C'est dans cette ambiance de lourdes menaces qui pèsent sur l'autonomie des universités, de l'indigence de leurs laboratoires de recherche, de la faiblesse de leur taux d'employabilité, de la dégradation de la qualité de l'enseignement et de la marchandisation du savoir qu'est née l'idée de l'élaboration d'une charte universitaire tunisienne. Ce texte, resté en gestation pendant cinq ans, cherche à éviter une plus grande érosion des acquis de l'enseignement supérieur. Il s'inspire des recommandations de l'Unesco de 1977 dans ce domaine et des valeurs de la nouvelle Constitution.
Parmi les principes et valeurs de la charte, on cite la liberté académique, l'autonomie et la bonne gouvernance de l'université, la responsabilité et l'éthique.
Un bilan sur la situation actuelle s'impose
Sur l'autonomie le projet de charte stipule : «L'Université ne peut jouer pleinement le rôle qui est le sien si elle se trouve organiquement assujettie à quelque autorité qui ne reconnaît ni l'esprit libre ni la liberté de penser parce que ce rôle réside dans la production d'un savoir fondé sur la pluralité et la diversité des idées ainsi que sur des recherches objectives et d'enquêtes sur le terrain destinées à faire parvenir à la vérité scientifique, source du savoir universel qui réunit l'humanité».
Le texte aborde également les obligations du corps des enseignants chercheurs et des chercheurs, les droits et les devoirs des étudiants, les rapports de l'universitaire avec ses collègues.
«Ce document se veut également une vision prospective jetant les bases d'une université créatrice, réactive, ouverte sur le monde et sur toutes les composantes de son environnement. Notre espoir est que la communauté universitaire adopte cette charte et que celle-ci recueille la plus large adhésion», concluent les rédacteurs de la charte.
Dans une tentative d'évaluation de ce projet le Professeur Abdessatar Sahbani, sociologue, a noté que rien du contexte tunisien n'apparaît dans la charte. Il recommande de faire un état des lieux de la situation actuelle, une étude qui complèterait le projet, faciliterait son application et permettrait de faire de l'université « la locomotive pour réfléchir et donner les grandes orientations concernant le développement du pays », a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.