Tunisie-I Watch: La libération de Nabil Karoui ne doit pas influer sur le bon déroulement de l'affaire    Tunisie: Abderrazzek Aouidet s'exprime sur l'initiative du dialogue national [Audio]    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    La Tunisie célèbre la Journée de l'enfant africain    Le Parlement renouvelle huit des seize membres du Conseil de l'INPT    Don japonais d'équipements frigorifiques de conservation des vaccins    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    REMERCIEMENTS ET FARK : Souad MANOUBI    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Violences et abus policiers contre des jeunes à Sidi Hassine : La société civile monte au créneau    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    Tunisie- Démarrage des épreuves du Baccalauréat à Sfax [vidéo]    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Tamweeli Meetup Tour | TPE-PME dans les régions : L'alternative entrepreneuriale sous le covid-19    L'Assemblée approuve l'accord de prêt entre la SONEDE et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe    Le Vieux port de Bizerte victime de la pollution de l'eau    Kaïs Saïed reçu par Luigi Di Maio à son arivée en Italie    Tunisie-Sousse: Une détenue passe les épreuves du bac en présence de la ministre de la Justice [Audio+Photos]    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    Epuisement démocratique    BTS Bank: Nejla Ben Abdallah Présidente du Conseil d'administration et Khalifa Sboui Directeur général    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Des élèves de l'école canadienne de Tunis organisent un événement de soutien à la cause palestinienne    Euro: les matches de ce mercredi    Coup d'envoi des épreuves du Bac    Ayachi Zammel appelle à mobiliser l'armée pour faire respecter le protocole sanitaire à Kairouan    Lourdes peines contre ses dirigeants, la confrérie des frères musulmans décapitée en Egypte    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    L'EST met le cap sur Tabarka : Concentration maximale    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un lien jamais rompu avec le pays de la Teranga
Focus Sénégal
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 11 - 2018

Une reconnaissance des JCC pour l'intérêt du cinéma sénégalais se présente sous forme d'un «Focus» formé d'œuvres venues de ce pays africain qui a toujours été présent au festival.
«Dans les décombres du colonialisme, nous avons trouvé cet outil merveilleux, la langue française», disait l'ancien président sénégalais Léopold Sédar Senghor et père fondateur de la francophonie dont il avait œuvré à édifier institutionnellement aux côtés de son homologue tunisien, Habib Bourguiba. Les valeurs de partage et de communion sur lesquelles était fondée l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se sont manifestées et renforcées à travers la culture et le cinéma, en particulier, devenus incontestablement un outil de rapprochement entre les peuples du continent. L'Afrique est rassemblée autour des deux festivals de référence, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou au Burkina Faso (Fespaco) et les Journées cinématographiques de Carthage (JCC) en Tunisie. Le Sénégal aux JCC est aujourd'hui une histoire qui dure. Elle était tissée il y a plus de 5 décennies, depuis le 1er Tanit d'or décerné au film franco-sénégalais «La Noire de...» d'Ousmane Sembene, réalisateur africain emblématique. De ce pays, venait le compagnon de route de Tahar Cheriaâ qui était parmi les membres fondateurs des JCC en 1966. La reconnaissance des JCC 2018 pour le rôle du cinéma sénégalais se présente sous forme d'un «Focus» formé d'œuvres de ce pays qui a toujours été présent au festival. Une présence permanente confirmée par Nejib Ayed, directeur général des JCC, lors de la cérémonie inaugurale du «Focus Sénégal» organisée lundi soir à la salle Africa à Tunis. Des musiciens sénégalais ont offert une partition musicale en présence d'une délégation d'officiels, de réalisateurs et d'acteurs hôtes, pour ne citer que le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, et l'ambassadrice du Sénégal à Tunis, Ramatoulaye Ba Faye. Le Sénégal, parmi les 4 pays à l'honneur aux JCC, est présent notamment avec des œuvres qui ravivent le souvenir et le partage en commun des deux pays du cinéma et de la francophonie, ce que le ministre des Affaires culturelles Mohamed Zine El Abidine a qualifié d'une «belle tradition dans l'imaginaire et le collectif africain et tuniso-africain». Le ministre a, à cette occasion, fait référence à «cette mission d'une Afrique ouverte qui s'exprime aujourd'hui à travers le cinéma et l'image emblématique de ce grand Continent, représentation de ce que nous sommes». Pour son homologue sénégalais, les relations sénégalo-tunisiennes ont des racines dans l'histoire et la culture. La présence du Sénégal aux JCC, a-t-il précisé, succède à celle de la Tunisie parmi les pays invités d'honneur de la 13e Biennale de l'art africain contemporain de Dakar. Le film inaugural de la section «Focus Sénégal» a été «Le prix du pardon» (Ndeysaan), premier long métrage du réalisateur Mansour Sora Wade. 36 ans après la consécration de son compatriote Sembene, ce réalisateur est le second dans l'histoire du cinéma sénégalais à avoir remporté le Tanit d'or des JCC en 2002. Wade a été accompagné de l'actrice Rokhaya Niang, primée à 3 reprises aux JCC et membre du jury de la compétition Première œuvre, prix Tahar-Cheriaâ en 2017. Le réalisateur a rappelé à cette occasion que le cinéma africain constitue une «grande fierté de notre propre culture commune, nos imaginaires collectifs et nos engagements respectifs par rapport au devenir d'un continent en pleine mutation». Une liste de 14 films a été sélectionnée dans «Focus Sénégal», dont certains ont été auparavant primés, comme «La Pirogue», fiction de Moussa Touré ayant remporté l'année de sa sortie le Tanit d'or et le prix du public aux JCC 2012. Ousmane Sembene sera présent à travers «Camp de Thiaroye» (1988), un film de mémoire qui revient sur un épisode douloureux de la libération du colonialisme français. Le thème de cette fiction lui a valu d'être récompensé par le prix spécial du jury à la Mostra de Venise et le prix de l'Unicef. Du réalisateur Djibril Diop Mambety, seront projetées trois œuvres, dont deux courts-métrages, «La petite vendeuse de soleil» (1999) et «Parlons grand-mère». Le troisième film est son long-métrage «Touki bouki» (Le voyage de la hyène) qui a remporté en 1973 (année de sa sortie) le prix de la critique internationale au festival de Cannes et le prix du festival international de Moscou. Il est à noter qu'en dehors du Focus, le Sénégal, «pays de la Teranga» (hospitalité), sera présent dans la compétition officielle par le long-métrage documentaire «Rencontrer mon père» de Alassane Diago et deux courts-métrages «Nooteel», d'après un scénario, réalisation et montage de Pape Abdoulaye Seck et «Kédougou» de Khouma Gueye. Le critique de cinéma sénégalais Thierno Ibrahima Dia est l'un des membres du jury de la compétition longs-métrages et courts-métrages documentaires aux JCC 2018.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.