Tunisie – AUDIO : Nida Tounes en train de « recruter » des personnalités politiques qui constitueront une surprise    La Russie confirme que Daech est en train de se redéployer aux frontières de la Tunisie    Les terroristes d'Al Qaeda trouvent refuge dans les hôpitaux gouvernementaux en Turquie    Les USA ciblés par de attaques cybernétiques en provenance de Chine et d'Iran    Le Ministère de l'Intérieur annonce de nouvelles nominations    Albert Memmi livre son Journal de guerre 1939-1943 à Tunis    Temps localement brumeux demain matin    Tunisie: L'UTICA réagit à la hausse du taux d'intérêt directeur de la BCT    Détective Bilel : qu'apprenons-nous à nos enfants ?    Le Gouverneur de la BCT annonce une baisse du Taux d'inflation suite à l'augmentation du Taux d'intérêt directeur    Société Générale signe un partenariat avec Rugby Afrique    Tunisie – Foot Super coupe: report du match EST-CA suite à la demande de la Fédération de football qatarie    Tunisie- Reprise de la production du phosphate dans les différents districts de la compagnie de phosphate de Gafsa    100Artisanes Tunisiennes à Paris du 5 au 7 avril 2019 pour promouvoir le patrimoine tunisien    Le vol de matériel d'électricité estimé à 120 milles dinars à Gammarth cause une coupure du courant    Les athlètes Tunisiens remportent 9 médailles au Handisport Meeting de Sharjah    Inter : les détails de l'offre pour Ivan Rakitic    Tunisie: Ridha Belhaj toujours remonté contre certains dirigeants de Nidaa Tounes pour avoir gelé son adhésion    Le duo Jihed Bedoui / Houyem Ghattas fait son show !    JAC 2019: Bumcello le duo trip hop au feu sacré    JAC 2019: Charlie Winston    Tunisie : CORP et Acacias For All lancent le premier cursus de reconversion professionnelle en agroécologie    La Steg étouffe    Le travail en commun s'intensifie    La loi du silence    Les admis réclament leur intégration    L'impact de la famille sur la guérison    Des équipes médicales chinoises déployées en Tunisie    Le président Caïd Essebsi décore Hamdi Meddeb    La professionnalisation pour décoller…    Tel un bateau ivre    Attaché à la stabilité gouvernementale    Des mesures en faveur des potières de Sejnane    Pour impulser les projets en suspens dans la région    Est-ce le retour à Tyr ?    Le projet de fixer le seuil électoral à 5% cache une mauvaise foi gouvernementale, d'après Ghazi Chaouachi    Orange Tunisie propose à ses clients de télécharger gratuitement l'application Anghami Plus    Tunisie- Les conséquences du maintient de la Tunisie sur la liste noire selon Fitch Raitings    Ouverture du premier Club Astro à la Cité des sciences du 27 février au 29 mai 2019    Volley, CACC: Programme des quarts de finale    BCE plongé dans Facebook lors de sa rencontre avec Khaled Koubaa, l'Expert international et Haut cadre de Facebook pour l'Afrique du Nord    Tunisie- Retour aux négociations entre le ministère de l'enseignement et l'UGTT    Bochra, Wided et Emma avec Macron pour l'égalité entre les femmes et les hommes    France: Plusieurs blessés dans une attaque à l'arme blanche à Marseille    La Tunisie exprime sa satisfaction    La situation économique de la Tunisie reste son seul point faible, selon Gilles Kepel    Encore quelques jours pour le programme d'entreprenariat de la Fondation Tony Elumelu    Libération des 14 travailleurs tunisiens enlevés en Libye : Satisfaction des autorités tunisiennes et libyennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand rester chez soi devient plus «cool» !
Jeunesse et mode de vie
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 11 - 2018

Au moment où certains jeunes Tunisiens font la queue devant les boîtes de nuit, resto-bars, restaurants, salons de thé... d'autres préfèrent rester chez eux, en mode soirées pyjama ou entre amis, loin des lieux très fréquentés et parfois si agités et encombrés
La tendance de «rester chez soi» commence à s'infiltrer dans la culture des jeunes Tunisiens, qui, de leur plein gré, préfèrent rester chez eux plutôt que d'aller faire la fête ailleurs. Et même les soirées entre amis se transforment en occasions pour se rencontrer sous le toit d'une maison, pour regarder un film, jouer aux jeux vidéo ou même pour un apéro, avec modération bien entendu.
A un certain moment, passer son week-end à la maison pour un dîner en couple ou entre amis, ou pour une soirée cinéma, était un mode de vie assez dépassé. C'était anéantir toute chance de gravir les marches de la «culture in» et de la vie branchée. Ça c'était hier, aujourd'hui les choses ont changé, rester chez soi même à ne rien faire, juste à se reposer avant d'entamer une nouvelle semaine, est synonyme de bien-être, de confort et de quiétude.
Un pyjama en polaire, une connexion internet, un bon film ou un livre, des glibettes et une glace, c'est la perspective d'une soirée parfaite d'un samedi soir pour Jihène, une jeune étudiante de 21 ans habitant dans la périphérie de Tunis. Pour elle, rester à la maison est une forme de divertissement comme n'importe quel autre.
«Quand votre foyer se transforme en un véritable nid familial, on n'a pas envie de sortir, même pour des soirées branchées. Quand on se sent à l'aise et tranquille chez soi, on n'a plus alors envie de sortir pour dépenser 20 ou 30 dinars et devoir hurler dans les oreilles des gens pour se faire entendre à cause d' une musique assourdissante», témoigne-t-elle.
Nesting, ou l'art de faire son nid
Même son de cloche chez Habiba, étudiante dans une université à Sousse, pourtant une ville très «branchée». Pour elle, rester quatre jours d'affilée à la maison ne pose aucun problème, au contraire, c'est une occasion pour «recharger ses batteries». «Je créé ma propre ambiance à la maison, je lis mes livres préférés ou je regarde tout simplement la télévision, je cuisine, je danse même ! D'autres personnes pensent que je suis isolée, solitaire et même sociopathe, mais au contraire, je me sens très à l'aise et c'est tout ce qui compte», raconte-t-elle.
Cette tendance, qui commence à faire tache d'huile dans bon nombre de pays, dont la Tunisie, porte aujourd'hui un nom. Rester chez soi le week-end pour se reposer et prendre du temps dans le calme s'appelle désormais le nesting, en français «faire son nid».
Il y a quelques années, notamment avec l'explosion des mécanismes de la mondialisation et du marketing, qui ont privilégié l'émergence de nouvelles formes de divertissement et de modes de vie, il fallait à tout prix faire de nombreuses sorties, soirées ou fêtes chaque week-end pour passer pour quelqu'un de branché, de sociable, de dynamique, de cultivé et de in.
Aujourd'hui, les choses ont changé. Retour aux origines, aux soirées casanières. On peut largement revendiquer ne rien avoir fait du week-end. Rien du tout ? Absolument ! De plus, c'est une tendance qui commence à s'imposer en Tunisie, même dans les rangs des jeunes.
Parmi ces jeunes, Zied, 28 ans, fraîchement marié. Pour lui, il faut profiter de chaque minute dans sa maison, faire de sa maison un foyer où l'ambiance est unique, c'est un premier défi pour sa vie conjugale. Il en témoigne : «Rien ne vaut ces instants d'amour et de convivialité sous le toit de ma maison, je n'ai pas à passer des heures à faire le tour des restaurants pour trouver une table un samedi soir ou pour trouver un endroit où je me sens à l'aise avec ma femme, je préfère dépenser cet argent pour préparer un dîner chez moi en amoureux».
Pour les investisseurs et les propriétaires de restaurants ou de bars, inutile de s'inquiéter, la vie nocturne attire toujours les jeunes et même les moins jeunes !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.