Algérie : La Wilaya de Médéa frappée par un fort séisme    Club Africain – Club Sportif Sfaxien : Sur quelle chaîne voir le choc ?    Ligue 1 : Un gros choc entre le Club Africain et le CS Sfaxien    Retour sur un drame : Quand le destin s'en mêle !    Les candidatures pour STARS OF SCIENCE sont ouvertes    Radhia Nasraoui quitte avec le sourire l'hôpital où elle fût admise récemment à Paris    Tunisie-Ligue 1 : classement général avant les matches de ce dimanche    Tunisie – Situation à la prison de Borj Erroumi : La direction générale des prisons contre attaque    Troisième commémoration de l'assassinat de l'ingénieur tunisien Feu Mohamed Zouari    Algérie : Abdelmajid Tebboune bénéficie du soutien de l'armée    Festival de l'olivier à Sfax : Recourir à de nouvelles dispositions pour exporter plus et mieux valoriser l'huile d'olive tunisienne    Coupe du monde des clubs : Mouine Chaabani dévoile les raisons de la défaite contre Al Hilal    Arrestation d'un employé du personnel navigant d'une compagnie aérienne en détention de 200 mille euros minutieusement dissimulés sur lui    Météo: Prévisions pour dimanche 15 décembre 2019    L'Espérance Sportive de Tunis stoppée par Al Hilal à Doha    Kaïs Saïed félicite le Président algérien élu Abdelmadjid Tebboune    Espérance de Tunis vs Al Hilal : où regarder le match des 1/4 de finale mondial des clubs 2019    En vidéo: Destiné au enfants du Kef, tous les détails sur le don volé au port de la Goulette    Après la démission de Khalbous, Ben Salem désigné ministre de l'enseignement supérieur par intérim    L'Espérance Sportive de Tunis doit franchir le cap d'Al Hilal Saoudien pour accéder au carré d'Or en Coupe du monde des clubs    A Sousse, un patient déclaré officiellement mort alors qu'il est en vie?    Graves violations des droits des demandeurs d'asile et réfugiés en Tunisie : une situation alarmante qui doit cesser    Baisse du volume des exportations tunisiennes    Tunisie [Photos]: Youssef Chahed supervise la cérémonie baptisant du nom de Mahmoud El Matri l'autoroute X2    France : Ce que l'on sait du marocain abattu par des policiers à la Défense    Affaire de l'assassinat de Khashoggi: Ultimatum d'un mois du Congrès américain à la CIA pour dévoiler les auteurs    CM des clubs 2019 : "Nous avons remédié aux lacunes qui nous ont fait défaut lors des précédentes éditions" (Majdi Traoui)    Quel temps fera-t-il ce week-end ?    Tunisie : La banque centrale de Tunisie mise sur le digital, dans le cadre de son plan Stratégique 2019-2021    Afrique du Nord : Appel à l'action pour renforcer la résilience côtière en Tunisie, Algérie, Maroc et Egypte    Un timbre-poste sous le thème ''La Tunisie, membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies''    Tunisie : 51 cas de suspicion de conflit d'intérêts révélés par l'INLUCC    Payez vos factures d'électricité et de gaz de la STEG à partir de votre téléphone    Libye: Point sur la situation après l'ordre donné par Haftar à ses troupes d'entrer au cœur de Tripoli    Ooredoo Tunisie et Vivo Energy Tunisie s'allient pour une énergie nouvelle    25 blessés dans une explosion à Blankenburg, dans l'est de l'Allemagne    Projection ciné-concert du film mythique “SALAMMBÔ” de Pierre Marodon à la cité de la culture    La composition du gouvernement toujours attendue, que dit la Constitution ?    Renforts sécuritaires et militaires sur tout le long des frontières tuniso-libyennes après le discours du maréchal Haftar    Tunisie: Traversées du Tanit et Carthage, précisions de la CTN    Par Hadi Sraieb – Budget 2020 : Le subterfuge grossier du window dressing !    Une «Dictée géante en arabe» sera organisée le 15 Décembre en France    En vidéo: L'ami des animaux Ahmed Manai raconte son histoire    La Tunisie de retour dans le Top 15 des pays attractifs en Afrique    La plus jeune première ministre au monde a 34 ans! Liste des jeunes dirigeants du monde en 2019    L'émouvant message d'Amina Sta à son père...    JTC 2019 : Nebil Daghsen & la LIPA tous les jours à l'Avenue de Tunis et le 12 Décembre au Mondial avec “Sangate Ebola”    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un laisser-aller inadmissible !
Reportage — Hôpital Aziza Othmana
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 12 - 2018

La situation de nos hôpitaux publics ne cesse d'inquiéter patients, médecins et société civile. Lenteur des services, saleté et même travaux de maintenance en pleine activité. Parfois, le laisser-aller est inadmissible. C'est le cas de l'hôpital Aziza Othmana, à Tunis...Reportage.
Un mardi matin à l'hôpital Aziza Othmana pourrait se transformer parfois en un véritable cauchemar pour certains patients, en raison des services jugés très lents par les malades. Pourtant, à 11h00, aucune forme d'encombrement n'est à observer à l'exception du service d'accouchement qui connaît une grande affluence, étant donné qu'il s'agit de la spécialité de cet hôpital.
C'est notamment au service des consultations des maladies vasculaires que les choses sont vraiment désolantes. La salle d'attente est en cours de travaux en pleines heures de consultation comme le montre la finition inachevée d'un mur qui vous interpelle dès votre entrée en salle. Ce qui vous interpellera également, ce sont les formes de pollution omniprésentes dans cette salle : odeurs nauséabondes, poussière, mégots de cigarette, déchets... Inutile de décrire davantage l'état de cette salle, vous l'aurez imaginé . Mais le plus dangereux c'est l'existence de déchets médicaux mis à la portée de tout le monde, même des enfants, dans les toilettes de ce service. Des déchets délicats, qui ne devraient en aucun cas tomber entre les mains des étrangers, surtout les enfants.
Les rendez-vous, un casse-tête pour les patients
«Nous nous sommes habitués à de telles conditions, on n'y peut rien. Ce n'est pas la saleté qui nous dérange le plus, mais plutôt la lenteur des services et les rendez-vous très éloignés pour pouvoir se faire opérer», témoigne une patiente qui peine à avancer la date de son opération chirurgicale. «Je dois attendre des mois interminables pour me faire opérer, mais avec ces douleurs atroces, je ne peux plus patienter», explique-t-elle.
Si certains malades comprennent les conditions et les difficultés du secteur de la santé publique, notamment des hôpitaux tunisiens, ils ne comprennent pas pourquoi ils devraient en payer le prix. C'est le cas d'une patiente qui a été contrainte de retirer son dossier médical pour chercher d'autres alternatives dans les cliniques car elle n'a pu obtenir de date pour se faire opérer. «Nous sommes pleinement conscients de la situation du service public, mais ce sont toujours les patients qui en payent les frais, ni les médecins, ni l'administration, ni l'Etat, seulement les citoyens qui doivent toujours payer le prix», explique-t-elle, pour exprimer le désarroi de certains patients de cet hôpital.
Pour ne pas voir le verre qu'à moitié vide, certaines patientes du service d'accouchement ont salué le rendement des médecins et du staff médical qui, selon leurs témoignages, ne manquent pas de professionnalisme, ni de bonne volonté pour alléger cette expérience douloureuse que doivent vivre les femmes enceintes avant de mettre leurs bébés au monde.
En tout cas, entre le désarroi des patients face aux conditions de cet hôpital et leurs attentes de voir la situation s'améliorer, des réformes doivent être opérées non seulement à l'hôpital Aziza Othmana mais aussi dans tout le secteur de la Santé publique, comme l'a souligné, récemment, le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, réclamant une hausse du budget consacré à ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.