Ne manquez pas les promotions de saison chez Orange et gagnez plein de cadeaux !    Ford fournit 7 conseils pour voyager en toute sécurité avec des enfants en voiture    Il faut en finir avec la fonction publique, déclare Anouar Maarouf    La grève des Taxis et Louages ne sera pas observée par tous, et la perturbation n'aura certainement pas d'effet sur le secteur du transport    Tunisie- L'UTICA dément la grève des taxis individuels et des louages    La sélection nationale arrive à Alger    Coupe de Tunisie – 1/8 de finale : Programme Tv de la deuxième tranche    Tous les pays du Golf ont normalisé avec Israël sauf le Koweït, déclare Riadh Sidaoui    Tunisie: Le bloc de Nidaa Tounes refuse la démission de Ridha Charfeddine    Le projet de l'inscription de Djerba sur la liste de l'Unesco sera soumis en Octobre 2019    “La Mosaïque Autrement” de Néjiba Maamar à La Galerie Fenyed La Marsa    Nizar Chaari, Président de NEW CARTHAGE, se réunit avec les jeunes de Kébili lors d'un Forum international estudiantin    La fondation Tony Elumelu annonce 3 050 entrepreneurs selectionnes dans le cadre du 5eme cycle du programme d'entreprenariat de laTFE    CA : Du nouveau concernant la blessure d'Ahmed Khalil    Clôture des travaux du Forum de la société civile et des médias au Moyen-Orient et Afrique du Nord    Il n'y avait pas de petits clubs !    «Le bon exemple de l'US Tataouine»    «Le chemin de croix des promus»    «Bleus de chauffe» roublards !    Le consensus sera-t-il de retour ?    Tunisie – Météo : Ciel nuageux progressivement abondants l'après-midi avec pluies isolées    Haro sur l'usage excessif et inapproprié des antibiotiques    Beaucoup reste à faire…    Des prestations de piètre qualité    Festival International de Théâtre de Gafsa: Programme de la 23e édition du 23 au 29 mars    Du récit du devoir au récit du vouloir    Chacun d'entre nous poursuit une quête    La coalition électorale ''Victoire de la Tunisie'' dénonce des mesures sécuritaires prises à leur encontre    Tunisie: BCE a de nouveau tendu la main à Ennahdha, selon Yassine Brahim    Tunisie: Abdellatif Mekki accuse Béji Caïed Essebsi d'ingérence dans des questions hors de ses compétences    1500 médecins s'apprêtent à quitter la Tunisie    Assaut du port de la Goulette, son directeur explique    Semaine de la Journée Mondiale du Théâtre : 3 secondes de Mayar Alexane Samedi 30 Mars 2019 au 4ème Art-Avenue de Paris    Tunisie: Nouveautés dans l'enseignement du français et de l'anglais à l'école primaire    Tunisie: Décès d'un cadre de la prison civile de Sfax, ouverture d'une enquête    Tunisie: Repêchage au large de Sfax du corps d'une jeune fille partie en Italie à la recherche de soins contre le cancer    CAN 2019-Tirage: La Tunisie dans le pot 1    Les USA livrent à Alger 29 de ses daéchiens, qu'en est-il des tunisiens?    L'indice d'intégration régionale africaine (ARII) pour renforcer la Zone de libre-échange continentale africaine ZLEC    L'Afrique du Sud dernière qualifiée, les 24 sélections qui iront à la CAN 2019    La Voie Normale « عالسّكّة » : Un film d'Erige Sehiri – Le mardi 26 Mars à la Cité de la Culture    VIDEO : Panique et mouvement de foule à Disney Land Paris par peur d'un attentat    L'USS Arlington, un fleuron de l'US Navy, en escale    Exercices militaires conjoints    Daech en Syrie: « Game over »? Pas si sûr !    « Daesh » totalement éradiquée en Syrie après la récupération de Baghouz, dernier bastion resté entre ses mains    Mouvement de panique à Disneyland Paris suite à une rumeur d'attaque    Le droit à la différence en avant-plan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les scénarios possibles
Crise de l'enseignement secondaire
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 12 - 2018

Comment évoluera la situation dans le secteur de l'enseignement secondaire et quels seraient les scénarios possibles pour surmonter le boycott de la Fges? Devant cette impasse, les parents redoutent de plus en plus la menace d'une année blanche.
Les parents, essentiellement, commencent à perdre patience face à l'évolution de la crise entre le ministère de l'Education et la Fédération générale de l'enseignement secondaire (Fges). Ils y voient, déjà, une impasse. Ils se demandent comment les deux parties vont faire pour trouver une issue (si issue il y a).
Bien sûr, il est évident que chacun campe sur ses positions et il semble qu'aucun compromis ne soit possible. Propositions et contrepropositions sont sur la table mais aucune rencontre n'a pu, pour l'heure, désamorcer la crise.
Les divergences sont tellement profondes qu'il est devenu presque impossible de rapprocher les points de vue. A cela s'ajoute la «bataille» des déclarations médiatiques de part et d'autre. L'un accusant l'autre d'être derrière le blocage. Ni la médiation timide de l'Arp à travers la Commission de l'éducation ni la prise de position du BE de la Centrale syndicale opposée à l'action de la Fges n'ont pu avoir raison de l'intransigeance des deux parties.
Pendant ce temps, les espoirs qu'une solution soit trouvée dans l'immédiat pour ce premier trimestre s'évaporent. Ni le ministère ni la Fges ne veulent dévoiler leur botte secrète quant à la suite à donner aux événements.
De nombreux scénarios se profilent à l'horizon. Comme plusieurs élèves n'ont pas pu passer les devoirs de synthèse, l'administration pourrait prendre en considération, uniquement, les notes disponibles. Autrement dit, si un élève n'a que les notes des devoirs de contrôle ce sont celles-ci qui seraient prises en compte dans le calcul de la moyenne trimestrielle. Dans le cas où l'élève aurait obtenu les notes de contrôle et de synthèse, le calcul de la moyenne se ferait normalement. De toute évidence, ce «passage en force» de l'administration ne va pas plaire à la Fges qui tentera par tous les moyens de le faire avorter. Or, la question qui se pose ici est la suivante : les chefs d'établissements adhéreront-ils, tous, au processus ? On sait que certains de ces responsables ont pris fait et cause pour la Fges et ses consignes de respecter le boycott. D'ailleurs, selon le syndicat du secondaire, un grand nombre de directeurs et de censeurs auraient signé des pétitions réaffirmant leur soutien à leur base syndicale. D'autres, aussi, auraient menacé de présenter des «démissions collectives». C'est ce qui rend la tenue des conseils de classe improbable vu l'attitude des enseignants boycotteurs. Toujours est-il que le ministère pourrait passer outre cette étape et envisager d'envoyer les bulletins avec les différents résultats obtenus par les élèves.
Ce qui inquiète davantage, c'est le reste de l'année scolaire. Comment le ministère de l'Education va-t-il se comporter si le syndicat prône, de nouveau, le boycott des deux prochains trimestres ? Cette hypothèse est, sérieusement, envisagée dans le cadre de ce que la Fges qualifie d'escalade. Les troupes de ce syndicat sont très mobilisées pour aller dans cette voie. C'est ce qui nous amène à évoquer le spectre d'une année blanche. Et, justement, personne n'exclut cette triste éventualité. Il est vrai que le ministère n'a pas cessé de rassurer les parents quant à un déroulement normal de l'année scolaire. Toutefois, les parents restent sur le qui-vive d'autant qu'ils voient que l'autre structure syndicale du primaire affûte ses armes pour entrer en scène et exiger des «droits» tout en se positionnant aux côtés de la Fges. Quand on voit, aussi, ce qui se passe dans l'enseignement supérieur, on comprend mieux que c'est le secteur de l'enseignement qui est visé. Située, en outre, dans un contexte plus global, à savoir les différents mouvements de grève et de protestation, la crise actuelle du secondaire ne peut que se compliquer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.