Tunisie – AUDIO : Quel coût financier pour la grève générale de deux jours ?    Porto Farina : Quand Brahim Letaief nous rend le cinéma qu'on aime    Open d'Australie – Double : Malek Jaziri et son partenaire éliminés en huitièmes de finale    Un fort séisme frappe le nord du Chili    Hella Ben Youssef Ouardani: Un nécessaire sursaut patriotique !    Mokhtar el khlifi: L'heure de la vérité amère a sonné pour tous.    Coupe de la CAF: le programme de dimanche    Mondial Hand 2019 : la Tunisie affronte la Hongrie    Ligue des champions : le classement et les résultats de la deuxième journée    Tunisie – Le gouverneur de la banque centrale refuse de se présenter devant le parlement ?    Les Femmes américaines s'insurgent contre le président Donald Trump à Washington    Syrie: Des blessés lors d'une forte explosion à Damas    France : VIDEO : Incendie mortel dans une station de Ski à Courchevel    Une responsabilité collective à assumer    La confiance de retour    Bientôt les soldes d'hiver    Indestructible la volonté générale, et sans violence…    Coupe de la CAF (16èmes de finale bis-aller) : Formation probable du CSS contre Vibers (OUG)    Programme TV du dimanche 20 janvier    Panache et intelligence    Tunisie – Il n'est pas question de lever les subventions sur les médicaments    Grève générale dans la fonction et le secteur publics, les 20 et 21 février prochain    Les objectifs de la révolution non encore réalisés    Quand l'analphabétisme gagne du terrain    Retour sur la collision entre un train du TGM et une voiture légère à Carthage Byrsa    Gagner la confiance des régions    Le cinéma de la cité arrive !    Le parcours et l'empreinte d'une infatigable cinéaste    En attendant Vénus...    La Tunisie affronte ce soir la Hongrie 2ème du groupe D    Tunisie: Vers l'imposition de taxes sur les produits d'artisanat contrefaits    Le ministre des Affaires étrangères représente le Président de la République au 4ème Sommet arabe du développement économique et social à Beyrouth    Tunisie: Arrestation d'un agent de l'aéroport Tunis-Carthage ayant volé la valise d'un voyageur    Des députés Européens appellent la Tunisie à cesser les arrestations et la torture des gays et à abolir l'article 230 du Code pénal    Rafik Darragi: Le nombre 9 dans la littérature internationale (Italie & Angleterre)    Météo: Prévisions pour dimanche 20 janvier 2019    Le Portugal vise plus de coopération dans le domaine de l'environnement avec la Tunisie    Officiel : nouvel appel à la grève les 20 et 21 février par l'UGTT    Une facture assez lourde pour Tunisair et des voyageurs mécontents    Youssef Chahed, sera le leader du nouveau projet politique    De partout… De partout…    Quand des Tunisiens recréent le "Casse-Noisette" de Tchaikovski    Entre haiku, haijin et satori    Une facture salée    Nouvelles nominations annoncées par le Ministère du Transport    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les scénarios possibles
Crise de l'enseignement secondaire
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 12 - 2018

Comment évoluera la situation dans le secteur de l'enseignement secondaire et quels seraient les scénarios possibles pour surmonter le boycott de la Fges? Devant cette impasse, les parents redoutent de plus en plus la menace d'une année blanche.
Les parents, essentiellement, commencent à perdre patience face à l'évolution de la crise entre le ministère de l'Education et la Fédération générale de l'enseignement secondaire (Fges). Ils y voient, déjà, une impasse. Ils se demandent comment les deux parties vont faire pour trouver une issue (si issue il y a).
Bien sûr, il est évident que chacun campe sur ses positions et il semble qu'aucun compromis ne soit possible. Propositions et contrepropositions sont sur la table mais aucune rencontre n'a pu, pour l'heure, désamorcer la crise.
Les divergences sont tellement profondes qu'il est devenu presque impossible de rapprocher les points de vue. A cela s'ajoute la «bataille» des déclarations médiatiques de part et d'autre. L'un accusant l'autre d'être derrière le blocage. Ni la médiation timide de l'Arp à travers la Commission de l'éducation ni la prise de position du BE de la Centrale syndicale opposée à l'action de la Fges n'ont pu avoir raison de l'intransigeance des deux parties.
Pendant ce temps, les espoirs qu'une solution soit trouvée dans l'immédiat pour ce premier trimestre s'évaporent. Ni le ministère ni la Fges ne veulent dévoiler leur botte secrète quant à la suite à donner aux événements.
De nombreux scénarios se profilent à l'horizon. Comme plusieurs élèves n'ont pas pu passer les devoirs de synthèse, l'administration pourrait prendre en considération, uniquement, les notes disponibles. Autrement dit, si un élève n'a que les notes des devoirs de contrôle ce sont celles-ci qui seraient prises en compte dans le calcul de la moyenne trimestrielle. Dans le cas où l'élève aurait obtenu les notes de contrôle et de synthèse, le calcul de la moyenne se ferait normalement. De toute évidence, ce «passage en force» de l'administration ne va pas plaire à la Fges qui tentera par tous les moyens de le faire avorter. Or, la question qui se pose ici est la suivante : les chefs d'établissements adhéreront-ils, tous, au processus ? On sait que certains de ces responsables ont pris fait et cause pour la Fges et ses consignes de respecter le boycott. D'ailleurs, selon le syndicat du secondaire, un grand nombre de directeurs et de censeurs auraient signé des pétitions réaffirmant leur soutien à leur base syndicale. D'autres, aussi, auraient menacé de présenter des «démissions collectives». C'est ce qui rend la tenue des conseils de classe improbable vu l'attitude des enseignants boycotteurs. Toujours est-il que le ministère pourrait passer outre cette étape et envisager d'envoyer les bulletins avec les différents résultats obtenus par les élèves.
Ce qui inquiète davantage, c'est le reste de l'année scolaire. Comment le ministère de l'Education va-t-il se comporter si le syndicat prône, de nouveau, le boycott des deux prochains trimestres ? Cette hypothèse est, sérieusement, envisagée dans le cadre de ce que la Fges qualifie d'escalade. Les troupes de ce syndicat sont très mobilisées pour aller dans cette voie. C'est ce qui nous amène à évoquer le spectre d'une année blanche. Et, justement, personne n'exclut cette triste éventualité. Il est vrai que le ministère n'a pas cessé de rassurer les parents quant à un déroulement normal de l'année scolaire. Toutefois, les parents restent sur le qui-vive d'autant qu'ils voient que l'autre structure syndicale du primaire affûte ses armes pour entrer en scène et exiger des «droits» tout en se positionnant aux côtés de la Fges. Quand on voit, aussi, ce qui se passe dans l'enseignement supérieur, on comprend mieux que c'est le secteur de l'enseignement qui est visé. Située, en outre, dans un contexte plus global, à savoir les différents mouvements de grève et de protestation, la crise actuelle du secondaire ne peut que se compliquer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.