Tunisie | Covid-19 : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    42% des jeunes au chômage ont trouvé un emploi par leurs propres moyens (Etude)    BCT : Hausse des billets et monnaies en circulation de 17%, à la date du 21 janvier    Tunisie : La crise de l'ammonitrate et la colère des agriculteurs    La Chambre de commerce et d'Industrie de Sfax exhorte les entreprises intéressées par le projet de la Zone Logistique de Gargour de rejoindre le Consortium Régional    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte (OMMP)    Le PDL va proposer des motions de censure à l'encontre de Mechichi et Ghannouchi    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Tunisie – Education : Les surveillants et surveillants généraux persistent dans leur grève ouverte    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Tunisie – ALERTE METEO : Avis de tempête    Pr. Mohamed Douagi : Allez circulez, il n'y a plus rien à voir    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Covid-19 : Le gouvernorat de Tunis enregistre le bilan quotidien le plus élevé en 24 heures    Mechichi reçoit des membres du bloc parlementaire al-Karama    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, des éleveurs à El Hencha en colère contre la pénurie du fourrage    DECES: Abderrahmane BEN MESSAOUD    EST-ST :2-1 | Revoilà Khénissi !    Ligue 1 — 9e journée L'USM se reprend, la JSK au bout du rouleau !    NEWS: Revoilà Maher Haddad    Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Rachida Triki, spécialiste en esthétique et philosophie de l'art, à La Presse : « La misère symbolique est une menace pour l'éducation du goût et l'exercice de la pensée »    Prix à la consommation et inflation 2020: Chute évolutive du taux d'inflation    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Mondial de handball 2021 – Maroc vs Chili en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – Les nouveaux joujoux de la police tunisienne arrivent à bon port !    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Le FMI appelle la Tunisie à prioriser les dépenses de santé et met en grade contre un déficit de plus de 9%    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gare à l'accoutumance !
La Presse Jeunes : Parlons-en - Jeunes et dépendance au téléphone mobile
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 11 - 2010

Aujourd'hui, les moyens de communication modernes semblent plus disponibles et plus faciles à gérer. En effet, le domaine du high-tech ne cesse d'évoluer et rien n'indique un ralentissement du rythme d'apparition de nouveaux services et de nouvelles technologies.
D'ailleurs, dans les espaces publics dont les lycées et les universités, on voit de plus en plus de jeunes utiliser leurs PC connectés à Internet ou encore porter à leurs oreilles l'un des appareils électroniques les plus populaires de notre époque : le téléphone portable.
A ce propos, en dix ans à peine, les téléphones mobiles sont passés d'une version mobile du téléphone traditionnel à un appareil s'apparentant davantage à un PDA (personal digital assistant) avec musique, TV et fonctions intégrées. Il est fort à parier que dans un avenir proche, les téléphones mobiles offriront aux clients et particulièrement aux jeunes de nombreux autres services qui ne sont actuellement disponibles que sur les ordinateurs et internet.
Les jeunes et la téléphonie
«Les enfants sont en pleine adolescence, quand ils entament des tas de choses qu'ils n'arrivent jamais à terminer, entre autres, les coups de téléphone à leurs amis», affirment souvent, les parents. En fait, la communication numérique, la messagerie instantanée, les SMS, en passant par les appels vocaux, ont révolutionné la façon dont les jeunes communiquent entre eux, dans la mesure où ils sont devenus leur moyen de correspondance préféré et les a rapprochés, grâce aux possibilités de connectivité toujours plus perfectionnées et présentes.
D'après une étude à prendre au sérieux, réalisée par MTV Networks et Microsoft, les jeunes ont en moyenne 94 numéros de téléphone dans leur répertoire et 78 contacts dans leur messagerie instantanée. Mais si l'immersion dans les technologies est à peu près au même niveau, quels que soient les pays, les usages diffèrent nettement. Les jeunes Japonais, par exemple, qui ont un usage de leur mobile plus élevé que la moyenne, ont peu d'amis en ligne et sont ceux qui utilisent le moins la messagerie instantanée. Tout le contraire des jeunes Chinois qui utilisent peu leur mobile pour parler, mais sont très friands de messagerie instantanée. 93% des 8-14 ans qui ont répondu à cette étude ont au moins un ami on line qu'ils n'ont jamais rencontré.
Le climat aussi influe sur les usages: en Tunisie, comme en Italie, au Brésil ou en Australie, par exemple, où les activités de plein air sont fréquentes, on utilise plus son téléphone mobile pour organiser ses rendez-vous, se rencontrer, flirter et prendre des photos entre amis.
Par ailleurs, les jeunes, partout dans le monde, sont devenus très branchés côté high-tech, dans la mesure où ils n'utilisent plus le téléphone portable pour communiquer ou partager des photos seulement, mais ils sont toujours à la page et très impressionnés par les produits inédits qui leur offrent des services très sophistiqués.
Le groupe informatique américain Microsoft a, dans ce sens, dévoilé récemment un nouveau téléphone, spécialement destiné aux jeunes amateurs de réseaux sociaux, allant des adolescents aux trentenaires, emboîtant ainsi le pas à Google qui a déjà lancé un téléphone portant son identité.
Cerise sur le gâteau, on a composé dernièrement aux Etats-Unis une sonnerie de téléphone réservée aux jeunes ! En effet, ces derniers, étant consommateurs effrénés de téléphonie mobile, peuvent désormais télécharger une nouvelle sonnerie sur leur mobile leur permettant d'être appelés n'importe où, n'importe quand : que ce soit à l'école en pleine classe, dans un restaurant ou dans leur chambre, sans que leur entourage n'entende quoi que ce soit !
En fait, il n'y a aucune magie. Il faut simplement savoir que notre oreille est comme le reste de notre corps, elle prend de l'âge, tant qu'elle est jeune, elle entend des sons à haute fréquence qu'elle ne percevra plus au fur et à mesure qu'elle vieillira.
Alors là le secteur de téléphonie est en harmonie plus que jamais avec ses jeunes utilisateurs !
Pourquoi la dépendance ?
Il est pratiquement impossible qu'un jeune de 16 ans débranche son téléphone. En effet, la servitude, c'est ça le téléphone. Il sonne : tu accours, ou bien tu n'accours pas, mais tu te ronges les ongles de regrets ou de curiosité insatisfaite. Il est avéré que lorsqu'on est jeune, on a besoin d'entretenir des relations interpersonnelles. Ceci permet de s'enrichir, de communiquer, de s'ouvrir sur d'autres horizons et de gagner de l'expérience; ce qui fait que le téléphone n'est pas du tout un objet comme les autres, dans la mesure où il permet aux jeunes d'avoir leur autonomie.
On observe clairement que la famille contemporaine se caractérise par l'autonomisation et l'individualisation de chacun de ses membres. Certes, elle reste un support indispensable à la construction, mais parallèlement, une revendication grandissante se développe, de la part de chacun, à partir de son identité, de son soi seul, en dehors du groupe familial.
Le téléphone portable vient, dans ce cas, renforcer cette identité puisqu' il permet effectivement aux jeunes l'accès direct à leur sociabilité personnelle, sans avoir à passer par le fixe du foyer qui reste un appareil collectif. Du coup, cet objet devient indispensable pour les jeunes, il n'est jamais éteint et il est regardé en permanence et de façon quasi réflexe. Il est aussi un objet d'échange, dans la mesure où tous les jeunes connaissent le type d'appareil de leurs amis proches, les forfaits auxquels ils ont droit, etc.
Ainsi, le téléphone mobile peut favoriser cette autonomie et cette expression identitaire, notamment via les messages, relevant tant du registre émotionnel que ludique.
On peut, en effet, à n'importe quel moment et sans contrainte sociale, tout dire, des bêtises, des choses sans importance et même exprimer des mots doux que l'on n'arriverait pas à formuler «en direct".
De surcroît, le portable est un moyen de se jouer des interdits émanant de l'institution scolaire. Il est facile, moyennant quelques ruses, de rédiger, par exemple, des messages pendant les cours, pour juguler l'ennui et communiquer avec les amis, etc. Ainsi, les messages favorisent l'expression identitaire tant individuelle que sociale et font du téléphone portable un véritable objet d'échange facilitant l'identification et la reconnaissance au sein du groupe.
Affirmant que la vie sociale constitue donc la «priorité» des jeunes, et étant donné que la téléphonie mobile semble être l'outil idéal favorisant la communication entre eux, les opérateurs téléphoniques essaient d'en profiter, parfois, exagérément. Ils voient en ce public une cible parfaite pour faire mousser leurs ventes.
Touchant essentiellement les jeunes de 18-35 ans, une population équipée à plus de 95 % en téléphones mobiles, ces compagnies s'inscrivent dans une logique marketing de niche, dans la mesure où elles présentent des offres très segmentées et très segmentantes. En Europe, par exemple, NRJ et M6 viennent d'entrer sur le marché des opérateurs mobiles virtuels.
Ils veulent séduire les jeunes, grâce à des contenus musicaux; avec l'entrée de ces deux grandes marques, le marché de la téléphonie mobile s'emballe. En Tunisie aussi, grâce à des prix imbattables, des options, des bonus weekend offerts, etc. les opérateurs de téléphonie affirment leur vocation «jeunes» et on peut même dire qu'une énorme partie de leurs communications est basée sur ce postulat.
Il faut donc l'admettre, les campagnes publicitaires initiées par les opérateurs téléphoniques nationaux et internationaux ont tout pour attirer cette clientèle influençable.
Des couleurs attrayantes, des slogans simples mais évocateurs, des offres irrésistibles, mais surtout un langage familier, sont utilisés pour cibler une jeunesse qui n'a peut-être pas conscience des frais que peut occasionner l'utilisation d'un cellulaire.
Le téléphone est-il finalement un vrai ami pour les jeunes ?
«Le téléphone est un outil qui nuit beaucoup à la communication. Grâce au téléphone, on a de moins en moins besoin de se parler», affirment des psychologues et des spécialistes. Effectivement, à cause du contact virtuel, les jeunes s'enferment de plus en plus, ne communiquent pas assez avec leurs familles, et ils trouvent des difficultés énormes à s'exprimer en direct dans leur quotidien.
Ainsi, cet objet d'autonomie devient une entrave à la construction de soi. En outre, il faut se méfier des offres alléchantes, notamment des appels illimités. En effet, les opérateurs concurrents exploitent le créneau de l'illimité sur les SMS et les appels vocaux, notamment. Mais les conditions sont toujours assez restrictives. Au final, l'illimité semble... plutôt limité.
Autrement dit, l'illimité s'avère un concept très marketing, dont le but est de réaliser une acquisition-client rapide. Mais comme ces offres entraînent une très importante augmentation de la consommation, les opérateurs doivent appliquer des restrictions.
Sans oublier que l'usage illimité des SMS et appels vocaux peut avoir un très mauvais effet sur les élèves et les étudiants qui ont besoin d'une concentration absolue pendant les cours et la préparation des examens.
Finalement, le téléphone est, comme il est dit, «la pire des commodités et le plus pratique des fléaux». Il faut donc porter un œil perspicace sur la manière dont les jeunes l'utilisent, sachant que ce petit objet, devenu «fétiche», peut être un bon ami, si on sait profiter de ses multiples services ainsi que des forfaits qu'offrent les opérateurs. Il faut surtout éviter les accrocs, le piège de la dépendance et des excès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.