Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre l'Intérieur et la Justice    Tunisie – Union européenne : Entretien téléphonique Saïed-Borrell    Indian Wells: Ons Jabeur perd sa demie finale contre Paula Badosa    Foot – Programme TV des championnats européens    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de Samedi    Arabie Saoudite: La grande mosquée de la Mecque fonctionnera à pleine capacité à partir de cette date    Prévisions météo pour ce samedi    Fête du Mouled: Démarrage de la 4ème édition du festival à Kairouan    Le nouvel ambassadeur de Tunisie à Stockholm, Riadh Ben Slimane: Une attention royale    Entretien entre Kaïs Saïed et Josep Borrell    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Tunisie – Najla Bouden se réunit avec les membres de son gouvernement    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tous impliqués !
Contrepoint
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 02 - 2011


Par Khaled TEBOURBI
Quatre semaines comme cent. Et une ébullition qui gagne tout un pays. Les médias en particulier. Au début, au lendemain du 14 janvier, télés, journaux, radios parlaient d'une seule voix, partageaient la même joie. Communion dans la révolution. Et un revirement à cent quatre-vingts degrés : de la compression totale à la liberté absolue. Puis, graduellement, en ascendance, de confrère à confrère, de collègue à collègue, la belle unité s'est comme rompue. On a commencé à se demander des comptes, à se montrer du doigt, à remuer passifs et passés. Si cela découle d'un besoin légitime de justice, à première vue oui. En vingt-trois ans de censure, de désinformation, de propagande généralisée, de culte du chef et du parti uniques, notre profession a certainement produit des plumes à la solde, des laudateurs de service, des écrivaillons cupides, des porte-voix sans principes et sans scrupules.
Quoi de plus logique que l'on tienne à les démasquer aujourd'hui.
Les choses ne sont pourtant pas simples. On peut aussi interpréter ce désir de mettre tout au clair, cette irrépressible vague puritaine comme des signes d'une crise de conscience collective. Et si nous n'étions pas, tous, exempts de reproches? Si notre acharnement à désigner de «gros coupables» ne servait qu'à nous dissimuler nos petites «culpabilités»?
Notre bon ami et collègue Bourguiba Ben Rejeb tiquait l'autre jour sur les mea-culpa de la presse officielle. Et un intellectuel, sincèrement échaudé, appelait, pour sa part, à laisser, désormais, la place à de nouveaux titres et à de nouvelles signatures. Honnêtement, là, à froid, n'est-il pas plus juste de reconnaître que sous la dictature de Ben Ali nous étions tous logés à la même enseigne? En cherchant bien, de soi à soi, durant cette triste et sombre époque, tous les journalistes étaient plus ou moins impliqués. Qui par leur collaboration ou leurs compromissions, qui par leur absence de courage ou leur mutisme, qui, aussi, dans la presse privée ou dite indépendante, parce qu'en ayant pu paraître et publier à loisir, parce qu'ayant échappé aux foudres des censeurs et préservé, somme toute, leurs salaires et leur confort, auront, en définitive, servi de faire-valoir au régime. Sur ce chapitre du militantisme journalistique, et de l'opposition au pouvoir déchu, pourquoi se le cacher encore, n'ont priorité que ceux qui ont risqué leur tranquillité et leur sécurité, ceux dont les publications ont été interdites, ceux qui ont dû endurer la prison et l'exil.
Pour le reste, pour tout le reste, il n'est d'attitude honorable, décente que de se remettre humblement à la tâche, et servir, enfin, la vérité, rien que la vérité.
Gare aux mots !
Puisque l'on est libre, parlons librement de la révolution. A commencer par sa sémantique, son lexique. Sur les plateaux et dans les meetings, ce sont les mêmes formules qui reviennent. Des mots qui virent, insensiblement, aux slogans. Cela rappelle des litanies encore toutes fraîches, toutes récentes. Les mots qui tournent comme des meules de moulin, sonnent creux, se vident de leur sens. «Al moujahid al akbar», «Aljihad al akbar», «Attahouel al moubarek», et puis maintenant, en à peine un mois, «Athaoura al majida» qui claque à tous les vents. Machinale, presque obsessive. Gare à l'idolâtrie des mots! Elle peut faire autant de mal que l'idolâtrie des chefs.
Le contraire ne va pas, non plus. Avis à Si Ahmed Ounaïess, notre vénéré ministre des Affaires étrangères. Pour lui (Nesma TV, dimanche 7) pas question même de «thaoura», «la Tunisie a déjà fait la sienne en accédant à l'indépendance, les cinquante-cinq ans qui ont suivi en ont été le processus et la mise en œuvre». Quant au quart de siècle de Ben Ali, ce ne fut qu'une «dictature de parenthèse». Question de concept, explique-t-il «historique, scientifique et philosophique».
Admettons. Mais de même que le sens diplomatique imposait délicatesse à l'endroit de Madame Alliot-Marie, n'eût-il pas été convenable, par respect pour nos martyrs, de brandir haut l'auréole de la révolution?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.