Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Retours et ruptures
La Presse fête aujourd'hui ses 75 ans: Entretien avec Youssef Seddik
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 03 - 2011

A La Presse, au sein d'un grand journal, le philosophe et anthropologue Youssef Seddik a eu un long itinéraire ponctué d'intenses moments d'exaltation et de frustration… Rencontré hier à Tunis, à l'occasion d'un colloque international organisé par l'association «Averti» qu'il préside lui-même, il a bien voulu se livrer à notre jeu de questions et réponses. Entretien.
Comment êtes-vous venu à La Presse ?
Un jour du début de l'été 1968, j'ai monté résolument les escaliers de La Presse, avec l'idée de voir le directeur. Personne ne m'avait arrêté, et j'ai eu la chance de le voir sortir de son bureau. Je tenais un cahier d'écolier à carreaux où j'ai écrit à l'encre noire, avec une écriture d'instituteur, une série d'articles que j'avais intitulée «L'étudiant français de l'amphithéâtre à l'émeute ». J'y relatais les fameuses journées de mai 68 parisien où j'étais directement impliqué. Etudiant de philosophie à La Sorbonne, j'avoue avoir participé à tout : du jet de pavés sur les flics jusqu'aux discussions élaborées avec mon camarade «Dany Le Rouge» Daniel Cohen-Bendit, aujourd'hui maire adjoint de Francfort et député européen. Il y avait bien sûr tous mes compatriotes tunisiens de gauche qui travaillaient à l'époque pour tenter de déstabiliser le régime bourguibien qui commençait à virer vers la tentation dictatoriale.
M.Amor Belkhiria, vrai fondateur de La Presse version Tunisie indépendante, a lu debout les articles toujours devant son bureau, puis il a disparu, me laissant planté là. Il ne m'a même pas regardé. Il a pris l'escalier. Je l'ai suivi en vain, j'ai fini par rentrer chez moi, après avoir perdu mon cahier qui contenait la seule version de cet écrit. J'étais vraiment vexé et surtout certain que cette série d'articles ne pouvait voir le jour sur les colonnes d'un grand journal, sinon, me suis-je dit, il me l'aurait dit, m'aurait au moins félicité, s'il avait décidé de me compter parmi ses rédacteurs. Le lendemain, le premier article de cette série paraissait à la Une.
Hommage ici, je le dois et beaucoup d'anciens de La Presse le doivent à cet homme qui a su apprécier, encourager et promouvoir les «bonnes plumes», la culture journalistique, alors, seulement naissante en Tunisie. Avant de clore cette réponse, je dois rendre hommage aussi à la mémoire de nos confrères et consœurs disparus, à Khaled Najjar, photographe, mort dans un pénible accident de voiture, à Moussa Farhat, à Mery Badry, à Moussa Madar, à Mohamed Mahfoudh. Ils ont fait eux aussi les beaux jours de La Presse.
Est-ce que vous avez intégré à cette époque le journal ?
Non, je restais pigiste et proposais des sujets soit de politique internationale, soit d'enseignement et de culture. Je me rappelle avoir, en ces temps-là, engagé une série sur la nécessité d'arabiser l'enseignement de la philosophie et de le faire d'une manière réfléchie, patiente et surtout prévoir une grande politique de traduction des œuvres représentatives de cette matière.
Bien entendu, la nature du régime et des responsables, à cette époque, qui écoutaient si peu les opinions du citoyen n'appartenant pas à l'idéologie de ce régime, a fait que ces articles demeurent lettre morte. Il a fallu près de sept ans plus tard pour qu'une arabisation de la philosophie soit imposée d'en haut par un ministre de l'Education nationale venu directement du ministère de l'Intérieur. J'ai nommé M. Driss Guiga. Les colonnes de La Presse ont combattu, sous ma plume et celles de bien d'autres, cette arabisation autoritaire, forcée, artificielle. Je me permets ici de rappeler quelque chose de vérifiable : La Presse avait un ton relativement libre. Puisque sur la page 3, dans une rubrique à moi nommée «L'événement culturel», j'ai écrit textuellement ceci dès le «chapeau» en corps 14 : «En décrétant l'arabisation de la philosophie, le ministre de l'Education nationale a fait preuve d'une évidente irresponsabilité». Le directeur, toujours M.Amor Belkhiria m'avait défendu contre la colère d'un ministre furieux. Pour répondre à votre question, jusqu'à cette date de 1974, je n'étais que pigiste avec les longues absences d'un journal et d'une famille rédactionnelle que je commençais à avoir «dans la peau». Avec ma démission de l'enseignement secondaire en protestation à cette arabisation, j'ai passé quelques mois au chômage et fini par être recruté comme secrétaire de rédaction principal. Je ne pouvais avoir mieux ni plus puisque le grade supérieur était « rédacteur en chef adjoint » et pour celui-ci il fallait être du parti. Quand j'étais licencié sous la direction de M.Abdelwahab Abdallah en 1984, je n'étais toujours que «secrétaire de rédaction principal».
Quels sont les moments les plus marquants de votre carrière journalistique?
A La Presse, je ne pouvais jamais toucher au domaine national, un peu parce que je n'aimais pas, un peu parce qu'on me l'interdisait. De temps à autre, on m'envoyait faire des reportages dans des lieux ou des régions critiques, l'espace de misère à Aïn Draham ou l'expulsion de Libye des travailleurs tunisiens à Ras Jedir. C'était une manière d'engager une écriture «au niveau» pour un problème ou une crise qui donnait au gouvernement du fil à retordre. Sur ce point, je me rappelle avoir effectué, avec ma consœur Rachida Neïfer, un reportage en 1976 dans la région de Kroumirie que nous avons intitulé sur une page entière : «Le vent se lève, il faut tenter de vivre…». Nous y avons décrit une misère criarde d'une population qui s'était lamentée de son malheur sur nos colonnes. Plusieurs responsables de la région ont été limogés ou écartés. Je suis revenu dans la même région vingt ans après et le maire nommé grâce à notre article, M. Nouri Hermi, que Dieu ait son âme, a interpellé un gosse de quinze ans qui passait dans la rue de Aïn Draham qui m'a récité par cœur le chapeau de notre article d'il y a vingt ans. Mais le vrai tournant de ma carrière dans ce journal, devenu mon principal habitat, le lieu de nos rires aux larmes, de la bêtise ou de la solitude, était certainement ce jour du 26 janvier 1978. L'air était opaque de gaz lacrymogènes, des balles crépitaient partout sur l'Avenue Bourguiba, des pans de foules disloquées se réfugiaient qui vers la Cathédrale, qui vers la rue d'Alger, qui encore dans les cafés. Le directeur de la sûreté nationale en personne, Zine El Abidine Ben Ali, dirigeait les opérations. Un jeune est mort devant la galerie de l'Information. Je cours appeler Habib Hmima, alors photographe peu connu, qui fait une photo du mort qui n'a trouvé de support que sur Paris Match.
Je n'avais plus le goût d'écrire, ni d'inventer, ni de titrer, ni d'évoquer oralement de bons sujets avec la famille de la rédaction. Surtout que M. Belkhiria, mon vrai formateur, était parti, remplacé par un directeur, certes compétent, mais cynique. J'ai eu avec lui les rapports les plus tendus, mais toujours sur le ton feutré du patron qui vous attend au tournant. Une manière de me suicider comme rédacteur, je l'ai convaincu d'ouvrir pour La Presse la tradition du reporter de guerre. Et j'ai fait tous les lieux dangereux de l'actualité : le Tchad, le Soudan, l'Erythrée, l'Egypte des émeutes de 1978, et enfin les années de guerre civile du Liban. C'était à la fois les moments les plus désespérés et les plus périlleux de ma vie de journaliste, mais aussi les plus gratifiants. La Presse faisait l'événement. Par exemple, un jour, Yasser Arafat que j'ai interviewé dans un souterrain «insituable» à Beyrouth, déclarait à la Une de La Presse qu'il allait quitter le Liban. Toutes les agences et les journaux ont puisé de «chez nous» la nouvelle. Une autre fois, à Dakar, où je venais de couvrir les troubles en Casamance puis, les élections post-Senghor, j'ai eu la joie d'entendre Abdou Diouf, enfin élu, s'adresser à une centaine de reporters internationaux disant : «Je veux avoir le représentant de La Tunisie, il aura ma première déclaration de président». Je ne le connaissais pas, il ne me connaissait pas, il ne savait même pas quel journal tunisien couvrait alors l'événement. La Presse m'a fait un jour de 1983, alors que j'étais son correspondant permanent à Paris, une offense inoubliable. Le directeur m'avait chargé de faire tout mon possible pour avoir une interview de François Mitterrand. J'ai fait fonctionner mes réseaux à Paris et mes copinages et j'ai obtenu un rendez-vous et une date. De l'aéroport d'Orly, le directeur, M.Abdallah, s'est dirigé directement vers l'Elysée, a fait son interview sans moi, et le conseiller de presse du président français m'a appris que mon directeur, qui avait obtenu l'interview grâce à moi, a expliqué à son hôte que M.Seddik n'a pu venir pour «des raisons de force majeure» !
Et maintenant que ressentez-vous quand vous voyez de nouveau votre signature sur les colonnes du journal ?
Un grand bonheur autant pour moi que pour ce journal et pour la pléiade historique de ceux qui l'ont fait et pour mon pays. Je peux dire que j'ai passé 43 ans à être de ce journal, même s'il y a eu une longue traversée du désert qui correspond aux 23 ans du régime Ben Ali.
Je constate que je n'ai plus à négocier un mot, une phrase, un propos pour en alléger la portée, et en fin de compte, en annuler la pertinence. Sur ces colonnes, aujourd'hui, je me sens enfin libre, je respire et j'en suis fier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.