Béja: L'usine de sucre va reprendre son activité la semaine prochaine [Vidéo]    Hubert Tardy-Joubert : de l'IFT au cabinet de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères    Kaïs Saïed reprend son rôle d'explicateur    La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Kais Saïed évoque le sujet de la fuite des médecins [Vidéo]    L'Algérie sera candidate à l'organisation de la CAN 2025    OTE : des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers    Abid Briki menace de boycotter les élections législatives [Audio]    Foot-Europe: le programme du jour    Météo | Légère hausse des températures, aujourd'hui    Béja: Le secteur agricole en grève de 3 jours    Kais Saïed veut renforcer le dispositif sécuritaire aux alentours de l'hôpital La Rabta [Vidéo]    CHAN 2022 : La composition des poules de la compétition    Le Pr Tahar Gallali: Un grand homme de science    Deguiche : le ministère veillera à l'application de la loi malgré l'accord entre la FTF et les clubs    Saïed à la Rabta : nos médecins partent par centaines en Europe ! Qui est en train de prêter à l'autre ?    Tunisie – Noureddine Ben Ayed : Il est temps d'accorder à l'agriculture ce qu'elle mérite comme intérêt    NBA pré-saison : Sur quelles chaînes regarder les matches de samedi et dimanche ?    Jasmin Open Monastir : Liste des qualifiées au tableau principal    Tunisie – L'accord avec le FMI est nécessaire mais insuffisant !    Mahdia : La Corniche déclarée première plage écologique en Tunisie    Briki à Saïed : les élections sont en danger !    L'éducation au fil du temps qui passe : Que reste-t-il de l'école publique ?    Législatives anticipées : Quel avenir pour les partis politiques ?    L'édito de Taoufik Habaieb: S'attaquer aux démons    Tunisair pourrait se retrouver dans l'incapacité de payer les salaires de ses employés    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Tunisie: 70% des personnes victimes d'une crise cardiaque sont des fumeurs    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Razi Meliani : seulement 30% des médicaments sont disponibles à la Pharmacie centrale    Haykel Khadhraoui, nouveau DG par intérim de la BH Bank    Le policier filmé en train de toucher un pot-de-vin, placé en garde à vue    Le CS Chebba rejette les décisions de la FTF    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    Inauguration de l'académie Africaine de tennis à Sousse : Un acquis irréversible    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    Le DG de Hyundai Mobis élu président de l'Organisation internationale de normalisation    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sous le signe de la qualité et de l'équité
Sud-Est — Scolarisation des enfants réfugiés en Tunisie
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 08 - 2011

Les réfugiés fuyant les combats en Libye se sont massés, en grand nombre, dans les gouvernorats de Médenine, Tataouine et Gabès où des camps ont été dressés dans les localités de Choucha, Remada, Dhehiba, Tataouine.
Pour faire face à la situation, l'Unhcr, l'Unicef, l'association Save the Children et d'autres ONG ayant rapport avec l'éducation ont œuvré pour mettre au jour un projet susceptible de favoriser la scolarisation et l'intégration scolaire des enfants réfugiés par une capitalisation des expériences menées sur le terrain.
Ce qui a été fait, durant les premiers mois, oscillait entre l'animation culturelle‑et artistique et l'enseignement pur et dur assuré par des gens du domaine, dans‑les tentes et dans les institutions scolaires.
Ainsi et en dépit des circonstances exceptionnelles vécues par les ressortissants libyens et autres, au sud-est de la Tunisie, l'on peut dire tout de même que les enfants réfugiés n'ont pas passé une année blanche.
Dans les trois gouvernorats du sud, des cours ont été dispensés à ces jeunes par des enseignants tunisiens et libyens.
Néanmoins, la mission accomplie un peu à la hâte n'a pas été facile et à la portée de tous , naturellement.
C'est probablement la raison pour laquelle l'Unicef a organisé, les 16 et 17 août, en collaboration avec le ministère de l'Education, un colloque, dans un grand hôtel à Zarzis, pour évaluer ce qui a été réalisé et surtout pour établir un projet bien étudié, fondé sur des bases solides à partir de constats et de données concrètes et mettre en place une approche opérationnelle au cours de la prochaine rentrée scolaire.
"Pour une scolarisation de qualité et équitable" est le thème de cette rencontre.
Ont pris part aux ateliers de travail des représentants du ministère de l'Education, de la direction générale de l'enseignement secondaire, de l'inspection générale de l'éducation, du Cnipre, des inspecteurs exerçant dans les gouvernorats de Médenine, Tataouine et Gabès, des responsables libyens dans le secteur de l'éducation, des directeurs d'écoles ayant abrité l'expérience cette année, des enseignants tunisiens et libyens ayant travaillé dans le cadre du programme éducatif-récréatif ainsi que d'autres partenaires comme le HCR , Save the Children, les Scouts tunisiens, Islamic Relief, Adra.
A la lumière de l'expérience qui a été réalisée cette année, dans des conditions peu ordinaires, tout a été débattu par les participants dans des ateliers de travail qui ont cherché surtout à :
- Partager les expériences des différents intervenants dans l'éducation des enfants réfugiés.
- Dégager une stratégie d'intervention et la partager avec toutes les parties afin de la finaliser.
- Elaborer un plan d'action détaillé de la mise en œuvre de la stratégie de scolarisation des enfants réfugiés.
- Identifier les groupes de travail et de suivi à long terme de la stratégie de scolarisation des enfants réfugiés.
Après des discussions fructueuses enrichies par l'apport des responsables libyens, au cours des séances plénières, il a été convenu d'opter, à partir de la prochaine rentrée scolaire, pour une insertion totale des enfants libyens dans les établissements tunisiens.
Une intégration partielle dictée, parfois, par la nature de la matière à enseigner est possible également.
Cela concerne les deux cycles de l'enseignement de base.
Toutefois, l'intégration des Libyens dans les mêmes classes que les Tunisiens n'est pas possible, et ce, pour deux raisons essentielles.
Primo, en Tunisie, les cours sont dispensés en français.
Cette langue qui véhicule les connaissances pour les différentes matières est ignorée par les Libyens.
Secundo, en Tunisie, les classes sont mixtes, alors qu'en Libye, les deux sexes sont séparés dans les grandes classes.
De toute façon, une note émanera du ministère de tutelle dans ce sens, dans les prochains jours.
Concernant les contraintes, M. Gzouni, de la DRE de Médenine, a évoqué les conditions climatiques très difficiles dans la localité de Choucha, et l'Unicef s'est dit disposée à construire une école si on lui offre le terrain.
En marge du séminaire, une commission technique et pragmatique formée d'un groupe d'inspecteurs pédagogiques exerçant dans la région a été chargée de concevoir une stratégie de travail qui prendra en compte les propositions libyennes dans sa perspective et fera comme si la crise allait se poursuivre. Elle effectuera aussi les tests de niveau pour placer les enfants dans les classes qui leur conviennent.
Par ailleurs, d'autres partenaires auraient pu aider par leur présence et enrichir les débats, à l'instar de quelques représentants, comme celui du ministère des Affaires sociales, du ministère de la Femme et de l'Enfance, de l'Observatoire des droits de l'enfant, de la direction générale des bâtiments et des équipements, mais la rencontre a été, somme toute, salutaire et bénéfique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.