Ghannouchi : Soit la violence… soit le dialogue pour coexister    Tunisie-Référendum: Rejet du recours intenté par Afek Tounès    TUNISAIR : Annulation des vols du 6, 9 et 11 août 2022 sur Bamako    Recette : Comment trouver une bonne pastèque ?    Lotfi Abdelli: Je suis en danger, et cela peut être c'était mon dernier spectacle (Vidéo)    Ukraine : Poutine aurait la solution, 100 000 soldats nord-coréens surentraînés    Référendum : le Tribunal administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Lutte contre la traite humaine : Il y a encore du chemin à faire    Boom de la fibre optique en Algérie !    La galerie Saladin expose l'artiste-peintre Luigi Maria De Rubeis : Force et délicatesse    Festival international de Hammamet | Concert de Hamza Namira : Précieux moments de musique et de chant    Zouhair Maghzaoui : Ahmed Néjib Chebbi n'est qu'une vitrine pour l'islam politique    Maroc-Le cocktail explosif : Un Premier ministre qui contrôle le marché le plus juteux    Grombalia: Les habitants protestent contre la coupure d'eau depuis plus de 3 mois (Audio)    BCT: Lancement d'un concours pour le recrutement de 23 cadres    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Siliana: Avancement de 90% des travaux d'aménagement du foyer universitaire    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    Tunisie : Trois morts à Bizerte    Le Premier ministre japonais effectuera sa 1ere visite en Tunisie et au Maghreb    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    L'Iran arrête trois espions du Mossad    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Hausse des prix des carburants : Le pari risqué du gouvernement    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    Pourquoi | A propos des horloges    Météo : Le mercure grimpe jusqu'à 42 degrés    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Les syndicats des sécuritaires appellent à ne plus sécuriser les spectacles de Lotfi Abdelli    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    Météo du lundi 8 août 2022    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Alerte météo : des cellules orageuses accompagnées de pluies et de grêle dans l'après-midi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La démocratie est la seule gagnante des élections du 23 octobre 2011
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 11 - 2011


Par Ahmed HOSNY(*)
La démocratie, malgré toutes ses imperfections, est sans doute le système politique qui incarne le plus adéquatement cette idée d'un ordre social fondé sur la liberté et l'égalité des individus, et c'est effectivement celui qui s'est imposé dans presque toutes les sociétés. Ce système reconnaît à tous les individus la liberté de pensée et l'égalité du droit de vote et elle fait du pouvoir politique une émanation de l'ensemble des volontés individuelles. Si nous nous tournons maintenant vers les élections du 23 octobre 2011 en Tunisie, nous constatons que la démocratie a bien fonctionné fort heureusement au vu des résultats acceptés par tout le monde. On se demande pourquoi certains individus s'élèvent contre ce modèle universel qu'est la démocratie en critiquant nos élus quelle que soit leur tendance. La démocratie doit être respectée et donc le peuple qui a voté mérite respect. Maintenant il faut les laisser travailler et juger plus tard sinon on n'est pas démocrate. Même s'il est vrai que dans une élection démocratique, tous les citoyens sont égaux devant la loi. Mais l'égalité dont nous parlons ici est limitée au cadre très étroit de la vie politique. Cette égalité de principe laisse intacte une multitude d'inégalités possibles entre les individus : inégalité physique, sociale, économique ou culturelle. L'individu considéré comme un citoyen égal à tous par l'Etat peut être un pauvre, un malade, un analphabète, un handicapé ou un accidenté du travail.
Est-il juste que l'Etat ne tient aucun compte des autres inégalités possibles ?
Le respect des règles de la démocratie est une norme de base de nos institutions politiques, de même que la reconnaissance à tous les citoyens d'un certain nombre de droits fondamentaux : le droit à la liberté, le droit à la sécurité, le droit à la vie privée, le droit à un procès juste et équitable, etc. L'ensemble des institutions politiques, qu'il s'agisse du système judiciaire, du système fiscal ou des tribunaux administratifs qui règlent les litiges entre les citoyens et l'Etat, sont soumises à des normes de justice et d'impartialité. L'Etat moderne intervient dans la vie sociale et dans le fonctionnement des institutions de multiples façons : il légifère, il réglemente, il lève les impôts, il redistribue la richesse, il fournit des services.
Il est évident que ces interventions ont une dimension morale. Elles ne manquent pas de soulever, au-delà des aspects techniques, pratiques ou juridiques de la gestion des affaires publiques, des controverses d'ordre moral. D'ailleurs, certaines prérogatives morales fondamentales formulées dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme de l'ONU stipulent : le droit au respect, le droit à la liberté, le droit à l'égalité, le droit à la vie, le droit à la dignité, etc.
C'est l'idéal d'une société de type démocratique où chaque être humain libre et autonome obéit à des lois auxquelles il peut consentir parce qu'elles sont fondées sur l'impératif catégorique et ses principes d'universalisation et de respect des personnes.
Nous avons tous des opinions, qui sont différentes suivant chacun. Or à chaque fois chacun est persuadé d'avoir la «bonne», c'est-à-dire l'opinion vraie. Si donc chacun agissait uniquement conformément à ce qu'il croit être vrai, le conflit des opinions deviendrait un conflit entre les hommes, qui s'achèverait en guerre civile de chacun contre tous les autres. Je peux exprimer mon désaccord pour essayer de convaincre le souverain de changer la loi ; mais je ne peux pas de moi-même décider de ne plus la respecter.
Tous, nous avons des opinions ; tous y tenons, et tous, nous sommes persuadés que notre opinion est la bonne. Si chacun donc ne suivait que ce qu'il croit être juste, le corps politique se dissoudrait et l'Etat sombrerait dans la guerre civile. Il faut des lois auxquelles tous acceptent de se soumettre, même lorsqu'elles paraissent injustes, c'est le seul moyen de garantir à chacun la paix et la sécurité.
Pour que la vie en commun soit possible, il faut donc que chacun ait renoncé à agir «suivant le seul décret de sa pensée», c'est-à-dire selon ce qu'il croit être juste : il faut des lois communes, expression de la souveraineté qui s'applique à tous et auxquelles tous se soumettent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.