Gafsa : Aucune route bitumée depuis 2017, l'argent ira ailleurs…    UBCI : Le Produit Net Bancaire en hausse de 9%    CAN 2022 : Match à suivre ce soir, Nigéria – Tunisie, sur chaînes TV et en Live streaming    EN : trois renforts prennent la direction de Garoua    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    Foot-Europe: le programme du jour    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    Récupération politique    Express    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Assassinat de Faouzi Houimli : l'auteur condamné à mort avec une peine de sûreté de 36 ans    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La démocratie est la seule gagnante des élections du 23 octobre 2011
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 11 - 2011


Par Ahmed HOSNY(*)
La démocratie, malgré toutes ses imperfections, est sans doute le système politique qui incarne le plus adéquatement cette idée d'un ordre social fondé sur la liberté et l'égalité des individus, et c'est effectivement celui qui s'est imposé dans presque toutes les sociétés. Ce système reconnaît à tous les individus la liberté de pensée et l'égalité du droit de vote et elle fait du pouvoir politique une émanation de l'ensemble des volontés individuelles. Si nous nous tournons maintenant vers les élections du 23 octobre 2011 en Tunisie, nous constatons que la démocratie a bien fonctionné fort heureusement au vu des résultats acceptés par tout le monde. On se demande pourquoi certains individus s'élèvent contre ce modèle universel qu'est la démocratie en critiquant nos élus quelle que soit leur tendance. La démocratie doit être respectée et donc le peuple qui a voté mérite respect. Maintenant il faut les laisser travailler et juger plus tard sinon on n'est pas démocrate. Même s'il est vrai que dans une élection démocratique, tous les citoyens sont égaux devant la loi. Mais l'égalité dont nous parlons ici est limitée au cadre très étroit de la vie politique. Cette égalité de principe laisse intacte une multitude d'inégalités possibles entre les individus : inégalité physique, sociale, économique ou culturelle. L'individu considéré comme un citoyen égal à tous par l'Etat peut être un pauvre, un malade, un analphabète, un handicapé ou un accidenté du travail.
Est-il juste que l'Etat ne tient aucun compte des autres inégalités possibles ?
Le respect des règles de la démocratie est une norme de base de nos institutions politiques, de même que la reconnaissance à tous les citoyens d'un certain nombre de droits fondamentaux : le droit à la liberté, le droit à la sécurité, le droit à la vie privée, le droit à un procès juste et équitable, etc. L'ensemble des institutions politiques, qu'il s'agisse du système judiciaire, du système fiscal ou des tribunaux administratifs qui règlent les litiges entre les citoyens et l'Etat, sont soumises à des normes de justice et d'impartialité. L'Etat moderne intervient dans la vie sociale et dans le fonctionnement des institutions de multiples façons : il légifère, il réglemente, il lève les impôts, il redistribue la richesse, il fournit des services.
Il est évident que ces interventions ont une dimension morale. Elles ne manquent pas de soulever, au-delà des aspects techniques, pratiques ou juridiques de la gestion des affaires publiques, des controverses d'ordre moral. D'ailleurs, certaines prérogatives morales fondamentales formulées dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme de l'ONU stipulent : le droit au respect, le droit à la liberté, le droit à l'égalité, le droit à la vie, le droit à la dignité, etc.
C'est l'idéal d'une société de type démocratique où chaque être humain libre et autonome obéit à des lois auxquelles il peut consentir parce qu'elles sont fondées sur l'impératif catégorique et ses principes d'universalisation et de respect des personnes.
Nous avons tous des opinions, qui sont différentes suivant chacun. Or à chaque fois chacun est persuadé d'avoir la «bonne», c'est-à-dire l'opinion vraie. Si donc chacun agissait uniquement conformément à ce qu'il croit être vrai, le conflit des opinions deviendrait un conflit entre les hommes, qui s'achèverait en guerre civile de chacun contre tous les autres. Je peux exprimer mon désaccord pour essayer de convaincre le souverain de changer la loi ; mais je ne peux pas de moi-même décider de ne plus la respecter.
Tous, nous avons des opinions ; tous y tenons, et tous, nous sommes persuadés que notre opinion est la bonne. Si chacun donc ne suivait que ce qu'il croit être juste, le corps politique se dissoudrait et l'Etat sombrerait dans la guerre civile. Il faut des lois auxquelles tous acceptent de se soumettre, même lorsqu'elles paraissent injustes, c'est le seul moyen de garantir à chacun la paix et la sécurité.
Pour que la vie en commun soit possible, il faut donc que chacun ait renoncé à agir «suivant le seul décret de sa pensée», c'est-à-dire selon ce qu'il croit être juste : il faut des lois communes, expression de la souveraineté qui s'applique à tous et auxquelles tous se soumettent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.