Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Médenine-Coronavirus : Une situation épidémiologique préoccupante    Inde-Coronavirus : Nouveau record quotidien de victimes!    Tunisie – Covid19 : Pourquoi refusent-ils d'accélérer la vaccination ?    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel éliminée, le CS Sfaxien en quarts    Dans un marché déserté, la bourse de Tunis récupère timidement ses pertes    Assurances Maghrebia : Chiffre d'affaires en hausse de 12,81% au 1er trimestre 2021    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Ministère des Finances Facilitations en faveur des entreprises impactées par la crise du Covid-19    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Nouveau round FMI-Tunisie : y aurait-il de nouveaux crédits ?    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Afrique : 4,5 millions de cas Covid-19 confirmés    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    Levée du sit-in des employés de Shems FM    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Populisme, accusations sans preuves et discours de bas niveau : Qui mettra fin aux dérapages des députés ?    CONDOLEANCES    Billet | Relais de croissance    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Traiter les causes profondes qui ont déclenché la révolution
Bonne gouvernance

• «Il existe un réel besoin de mettre en place un système de contrôle et de contre-poids entre le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire», d'après une étude de la BAD
• «La simplification des procédures administratives complexes pourrait faciliter la mise en place d'un système plus transparent, plus compréhensible et plus efficace», explique l'étude
Est-ce qu'une simple tenue des élections, dans les délais convenus, est suffisante pour que la Tunisie devienne un modèle révolutionnaire? D'après l'étude réalisée par les équipes de la Banque africaine de développement (BAD), intitulée « Défis économiques et sociaux post-révolution», pour devenir un modèle générateur de changements, il faut que «les causes profondes de la révolution et les facteurs qui l'ont déclenchée soient traités». Ainsi, toutes les parties prenantes du pays, notamment les équipes dirigeantes, les partis politiques, les opérateurs privés et la société civile sont appelés à conjuguer leurs efforts pour proposer un nouveau modèle de développement qui rompt définitivement avec les pratiques et les politiques défaillantes qui ont pesé lourd sur le développement du pays. «Le schéma de croissance et la politique structurelle du pays devraient être reconsidérés afin de promouvoir une croissance inclusive et de réussir la transition économique vers un niveau de développement supérieur», mentionne l'étude. A cet égard, une meilleure gouvernance se présente comme l'une des réponses à l'opacité des marchés ainsi qu'une arme redoutable contre les pratiques de malversation, de clientélisme et de corruption. Ainsi, instaurer de nouvelles règles, respecter les normes et standards internationaux ainsi que la diffusion d'une nouvelle culture d'entreprise et promouvoir l'entrepreneuriat est de nature à assainir le climat des affaires et apaiser les tensions sociales. A cet effet, «la révolution et le processus de démocratisation en cours en Tunisie représentent une opportunité sans précédent de se défaire des goulots d'étranglement qui ont jadis entravé le développement du pays», mentionne l'étude.
En effet, pour atteindre un niveau de croissance supérieur, susceptible de répondre aux attentes pressantes des citoyens, «l'économie tunisienne devra diversifier son industrie et ses partenaires commerciaux, promouvoir une culture d'entrepreneuriat et des innovations pilotées par le secteur privé, et accroître son exposition à la concurrence mondiale, y compris dans le secteur onshore et certains secteurs des services». Parallèlement, pour satisfaire les besoins inhérents à une éventuelle croissance, il convient d'«adapter le système éducatif pour fournir des compétences adéquates aux besoins du secteur privé et accroître l'efficacité du marché du travail par l'assouplissement des règles combiné avec des programmes plus ciblés pour les chômeurs pour contribuer à réduire le chômage des jeunes», peut-on lire dans ce rapport.
Pour ce qui est de l'environnement politique et économique de la Tunisie, les experts le qualifient de «très centralisé». Ce qui s'est traduit par des problèmes de gouvernance exacerbés durant la dernière décennie, en matière notamment de corruption, d'efficacité gouvernementale et de responsabilité. «L'opinion publique était contrôlée et surveillée de près, et les informations filtrées et censurées, y compris les données économiques. Le système politique s'appuyait sur une administration centralisée pour influencer ou intimider la population par différents canaux : parti politique, police, justice, administrations fiscales, etc.», explique le rapport. Et ce système fonctionnait tant que le régime pouvait offrir suffisamment d'emplois et de ressources pour combler les attentes de la population. «Il s'est toutefois essoufflé ces dernières années», rappelle l'étude. Les problèmes de gouvernance se sont aggravés, le taux de chômage a progressé, comme l'a été le montant des subventions. Graphiques à l'appui, «depuis 2000, ce montant a triplé, passant de 10 % des dépenses publiques pendant la période 2000-2004 à 15-20 % ces dernières années, malgré les efforts consentis par le gouvernement en vue de réduire progressivement le budget des compensations (subventions aux produits de base)».
En somme, les lourdeurs administratives des services publics apparaissent comme le facteur le plus problématique pour les affaires, et les règlementations sont jugées relativement contraignantes, ce qui porte atteinte à la compétitivité du pays.
Des réajustements à court terme et des réformes structurelles
A court terme, la première recommandation est l'amélioration de la transparence. «La transparence concernant les informations et les données publiques est essentielle pour rétablir la confiance de la population dans le système», explique l'étude. Une diffusion systématique des informations est de nature à améliorer de manière significative le climat des affaires, en donnant un signal fort de changement dans les cultures et comportements des administrations. La deuxième consiste en l'accroissement de la participation des citoyens aux affaires et la redevabilité (accountability) des pouvoirs publics. A cet égard, il existe un réel besoin de mettre en place un système de contrôle et de contre-poids entre le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. La troisième recommandation s'articule autour du renforcement du système bancaire.
A long terme, le document soutient la réduction du poids du secteur public dans l'économie. D'ailleurs, «le rôle dominant du secteur public dans les domaines clés de l'économie a exacerbé les problèmes de gouvernance et a limité le développement du secteur privé ». Ainsi, il est nécessaire de revoir le cadre de gouvernance des entreprises publiques, y compris du secteur bancaire. Deuxièmement, l'équipe dirigeante est appelée à engager des travaux en vue de promouvoir l'environnement des affaires et veiller à préserver les règles de la concurrence sur le marché. D'après l'étude, bien que le cadre institutionnel de la Tunisie soit performant au regard des normes internationales, la pratique n'était pas toujours conforme aux dispositions législatives, notamment dans le secteur onshore. «L'application de règles claires à toutes les entités sans exception, la transparence dans les sanctions et les pénalités, et la transparence dans les prises de décision, y compris celles relatives aux processus d'appel d'offres, d'autorisations, etc., sont autant de mesures susceptibles de réduire l'incertitude et, par ce biais, l'aversion au risque». De même, «la simplification des procédures administratives complexes pourrait faciliter la mise en place d'un système plus transparent, plus compréhensible et plus efficace».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.