Statue de Chokri Belaïd, pluies torrentielles… Les 5 infos du weekend    Bouden : « La création d'un conseil supérieur de l'éducation et de l'enseignement, oeuvrera à redonner à l'école son rôle d'ascenseur social »    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Marouen Abassi reçoit le gouverneur de la Banque centrale libyenne    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet 2022    Alerte météo | Des cellules orageuses feront leur apparition ce soir    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Premier League : Mejbri absent et CR7 Remplaçant, Man Utd battu à domicile    La CAF recadre le président De Laurentiis pour les joueurs africains    Talbi avec Lorient, Khazri avec MHSC et Skhiri avec Köln, 3 tunisiens vainqueurs ce dimanche    Tunisie – La crise économique risque de se compliquer encore plus    La statue de Chokri Belaïd provoque un tollé sur la toile    USA : New Mexico : La police enquête sur les meurtres en série de quatre musulmans    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ben Arous : saisie de 91 quintaux de farine subventionnée utilisée pour fabriquer les pains spéciaux    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    255 migrants migrants clandestins secourus en une seule nuit entre la Tunisie et l'Italie    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Vers la couverture sociale pour les travailleurs agricoles et de la pêche    Repères historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers    Bizerte: 3 enfants se sont noyés à Ghar El-Melh    Noureddine Taboubi inaugure le mémorial de Chokri Belaid (Vidéo)    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Pourquoi | Répercussions en chaîne...    Vacances estivales et activités pour enfants : Privilégier le divertissement et l'apprentissage    Mohamed Hammadi JARRAYA, Expert en économie et Président de l'observatoire «Tunisia Progress» à La Presse : «La relance, remède aux maux économiques»    L'USBG s'active sur le marché des transferts : Un mercato actif    L'USM se prépare pour la nouvelle saison : Une équipe new-look !    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Météo du dimanche 7 août 2022    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Kaïs Saïed ordonne le retrait de son poster placardé sur un minaret    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité    Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé    Tennis | Tournoi San José : Ons Jabeur éliminée en quarts de finale    MEMOIRE : Abdelwaheb DAMAK    La Tunisie condamne les raids menés par Israël dans la bande de Gaza    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    L'efficacité de l'action    Un Tunisien tué à Montréal : les détails    Décès d'un tunisien dans une fusillade à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ces joueurs qui ne payent pas leurs impôts
Sport business
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 08 - 2012

En Italie, en Angleterre, en Espagne, en France, partout où il y a un championnat de football respectable et professionnel, tout le monde se plie aux règlements en vigueur. Le championnat est un véritable système régulé où l'on respecte ses obligations sportives, mais surtout extrasportives. On parlera économie et argent au sport. C'est ce qui nous intéresse le plus ici. Vous entendez parler de montants mirobolants et effrayants sur les transferts de joueurs et sur leurs revenus en Europe. Un joueur comme Zlatan Ibrahimovic percevera du PSG presque 14 millions d'euros (28 millions de dinars) par an ! Et c'est net d'impôts. Pour l'anecdote, Ibrahimovic est un «produit fiscal» très rentable pour l'Etat français. Au pays où les prélèvements sont les plus élevés (charges sociales et impôts sur le revenu), l'ex-joueur de l'ACMilan rapportera sur trois ans environ 150 millions d'euros à la Trésorerie de l'Etat! Tout le monde est gagnant sur un championnat professionnel : joueurs (salaires et primes intéressants), entraîneurs (émoluments élevés et garanties), clubs (droits de retransmission télévisée, billetterie, abonnements, publicité, sponsoring, droits d'images, ventes d'accessoires...), médias (audimat élevé et publicité conséquente pour les évènements sportifs), agents de joueurs (revenus stables sur les transferts de joueurs)... Bref, c'est un circuit économique équilibré où une énorme masse de revenus circule et finance les uns et les autres.
Les joueurs sont des employés ayant une protection légale sur leurs revenus, mais en même temps, ils doivent verser à l'Etat les impôts nécessaires. C'est sacré. C'est obligatoire. Excusez cette transposition des faits. Il le faut pour comprendre où nous en sommes. Ça nous fait rire d'entendre les responsables du sport tunisien parler d'un championnat professionnel. Ça frôle le ridicule d'entendre de telles histoires. Cadre légal inexistant sinon brouillon, confusion à tous les niveaux, on met au défi quiconque qui puisse dire que nous vivons un championnat professionnel. Oui : vous avez des entraîneurs et des joueurs qui ont des contrats et qui perçoivent, par conséquent, des salaires importants, mais une petite question : pourquoi ces gens ne payent-ils pas leurs impôts? Quand vous regardez le montant des revenus accordés aux joueurs de l'EST, du CA, de l'ESS, du CSS et même des clubs aux petits moyens, vous êtes choqués du manque à gagner de l'Etat tunisien. Pas de fiches de paie SVP, nos joueurs touchent leur fric cash, ou sur virement bancaire, et parfois loin des yeux.
Tout ça au su de tout le monde. Portés souvent comme «victimes», les joueurs tunisiens touchent en moyenne le double ou le triple d'un haut fonctionnaire d'Etat ou d'un enseignant universitaire (ceci sans parler des primes de victoires et de signature). Pas le moindre sou sous forme d'impôts. Si on prend un salaire moyen de 4.000 dinars dans un grand club, vous avez une masse salariale mensuelle qui peut atteindre 100.000 dinars ! (On considère un effectif de 25 joueurs). On vous assure, c'est une estimation très modeste de ce qui se passe dans les clubs riches. Sur ces 100.000 dinars, l'impôt peut atteindre 15.000 dinars au moins. Et vous devez multiplier ça par 16, et vous pouvez déduire ce que l'Etat perd au change.
Ceci sans parler des retenues sociales qui ne sont pas appliquées par tout le monde (rappelez-vous le contentieux CNSS-clubs).
Vous voyez, nous sommes à des années lumière vis-à-vis des championnats professionnels. Quand est-ce que nos joueurs payront-ils leurs impôts?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.