Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A réviser
Enseignement de base — Approche par compétences (APC)
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 09 - 2012

L'évaluation revue en quatrième année de base : toutes les matières seront notées cette année et prises en compte dans le calcul de la moyenne générale
L'approche par compétences a été introduite dans les établissements scolaires en réponse à la nécessité à laquelle ont été confrontés les établissements scolaires de devoir s'adapter à l'évolution des valeurs, ainsi qu'au changement qui a marqué la construction et la diffusion des connaissances et des savoirs dans des sociétés en perpétuelle mutation. Celui qui devient un acteur dans l'évolution de la société et qui participe à la découverte d'innovations et de nouvelles technologies n'est plus celui qui a accumulé le plus grand nombre de connaissances au cours de son parcours scolaire et universitaire, mais celui qui a l'esprit critique, qui agit et qui dispose d'une capacité à s'adapter à n'importe quelle situation.
Cette nouvelle conception de la construction des savoirs dans les sociétés modernes a entraîné un changement des paradigmes, en vertu duquel l'école a été appelée à revoir son rôle. Le paradigme behavioriste, basé sur la transmission passive des connaissances à l'élève a été remplacée par l'APC qui place l'apprenant au centre des situations d'apprentissage et en fait un acteur de la construction de ses connaissances. «Il s'agit d'amener l'élève à non plus assimiler passivement les connaissances que lui transmet l'éducateur, mais à le faire participer à la construction progressive de connaissances et de savoirs transposables dans n'importe quelle situation», explique M. Chaâbane, directeur de l'enseignement primaire au ministère de l'Education nationale.
Il y a treize ans, l'approche par compétences a été introduite et transposée telle quelle dans les établissements scolaires tunisiens sans avoir procédé au préalable à une étude et sans que le terrain n'ait été préparé, afin de l'adapter aux spécificités du terrain et de l'enseignement tunisien en Tunisie. Après plus de dix ans, cette approche a montré ses failles, conséquence d'un choix qui n'a pas été réfléchi à l'avance. Alors que l'application de l'APC nécessite que les établissements soient équipés et dotés d'outils d'apprentissage modernes, l'inexistence d'outils d'apprentissage et l'insuffisance de ressources dans certains établissements situés à l'intérieur des régions qui ne disposent même pas du minimum nécessaire a conduit à l'échec de l'application de l'APC dans certaines de ces zones . «Nous n'avons tenu compte ni de la résistance du terrain ni de la différenciation des différents rythmes d'apprentissage des élèves qui sont issus de milieux socioculturels différents», a relevé le directeur de l'enseignement de base.
Cette approche a, été, en effet, mal assimilée par les éducateurs qui n'ont pas bénéficié d'un nombre suffisant de sessions de formation pour pouvoir en maîtriser convenablement les principes. Conséquence : l'approche n'a pas été appliquée convenablement par manque d'expérience et de formation et l'apprentissage s'est souvent déroulée de façon boitillante dans les établissements primaires. Afin d'évaluer le niveau des élèves ces dernières années, des groupes représentatifs ont été constitués pour participer à des concours internationaux et situer ainsi le niveau de l'enseignement en Tunisie par rapport aux autres pays. Les résultats obtenus par les élèves tunisiens ont montré que ces derniers étaient faibles en mathématiques et en sciences. Autre constat : à la fin du cursus primaire, la plupart des élèves n'arrivent ni à lire, ni à écrire correctement, ni à formuler convenablement une phrase ou à comprendre et à analyser un énoncé ou un texte dans les différentes matières enseignées. Sans compter que la continuité de cette approche n'est pas assurée dans le collège et les établissements du secondaire où c'est l'approche par objectifs qui continue à être pratiquée. Conscient des faiblesses de cette composante du système de l'éducation, le ministère a commencé à apporter certains changements, notamment au niveau de l'évaluation des compétences en première, deuxième, troisième et quatrième années primaires. Cette année, toutes les matières seront notées en quatrième année de base et prises en compte dans le calcul de la moyenne. «L'expression orale, la lecture, la production écrite, la dictée, la récitation sont des matières qui seront dorénavant notées dans les classes de l'enseignement de base et prises en considération dans le calcul de la moyenne. Ce n'était pas le cas auparavant, a observé le directeur de l'enseignement de base au ministère de l'Education. Nous ne pensons pas abandonner l'approche par compétences mais plutôt prendre des mesures pour la rendre efficace. Il faut déjà tenir compte des besoins spécifiques de certains élèves ainsi que des différents rythmes d'apprentissage, en constituant des groupes. Il faut également penser à réaménager le temps scolaire et alléger le contenu des programmes. La réflexion vient d'être engagée sur cette question dans le cadre de la reforme du système de l'éducation en Tunisie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.