Lancement de la plateforme elmensej.tn par Orange Tunisie et l'association SHANTI    Boxe / Wilder – Tyson Fury 2 : A quelle heure ? Sur quelle chaîne ?    La Tunisienne Maha Zaoui nommée responsable du rugby féminin à Rugby Afrique    25 mille tunisiens souffrent de polyarthrite rhumatoïde    Elections FTF : Mohamed Larbi Snagria et Achraf Aouadi candidats à la présidence de la FTF    Foot-Europe: le programme du jour    Ligue 1 – 16e journée: L'Etoile se déchaîne !    ST: Ben Nasr relève Chikhaoui    USM: Dissiper le doute    ABIR MOUSSI : Pour ceux que le dossier des hydrocarbures et des ressources naturelles intéresse    830 projets agricoles déclarés à Sidi Bouzid    L'Ambassadeur algérien à Tunis, Azzouz Baalal, remet à Rached Ghannouchi une invitation officielle à visiter l'Algérie    DECES: Mohsen HAMZAOUI    DECES: Haj Abdelaziz GHAZALI    Intelligence artificielle: le futur n'est plus le pétrole, mais la data !    Lutte contre le vol des bagages: Tunisair prend le phénomène à bras-le-corps    Focus business: la promotion des exportations    Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux(FTDES): Un centre d'accueil et d'orientation ouvrira ses portes    MEMOIRE: Ali TARHOUNI    Coronavirus, aucun cas enregistré parmi la communauté tunisienne en Italie    Happy Birthday Mr President !    Sahel - Sommet du G5 ce lundi à Nouakchott : Aller au concret et à l'urgent    Ben Ammar : L'ouverture sur le marché saoudien sera une chance historique pour le cinéma tunisien    Festival du rire 2020 | «Mamou et Chehyma» : le triomphe de l'amitié    Livre : « Les Carthage du monde »: Kart Hadasht ressuscitée    VIe colloque international d'études méditerranéennes (les 24 et 25 fevrier 2020): «La folie, entre création et destruction»    Agression d'un Imam à La Marsa : Simple «scénario» mis en œuvre par l'Imam afin de faire pression sur les autorités concernées pour être « titularisé » !    En photos : Hend Sabri, sublime et stylée à la Fashion Week de Milan    Arrestation d'une femme libyenne pour vol    L'ambassadeur de Chine à Tunis, Wang Wenbin : Avancée dans l'endiguement du Coronavirus et efforts de reprise du secteur économique fortement impacté    L'Emir du Qatar en visite officielle en Tunisie les 24 et 25 février    Foot-Europe: le programme du jour    Météo : Temps passagèrement nuageux    L'huile de pépins de figue de barbarie – Sultane de la nouvelle cosmétique tunisienne : Lancement d'une nouvelle vidéo    Gouvernement de Fakhfakh, qu'en pense Ahmed Néjib Chebbi ?    Candidature au patrimoine mondial de l'Unesco : L'île de Djerba répond aux critères requis    Exposition : « Raffaello, le portraitiste », Reproduction en HD des plus célèbres portraits du peintre italien de la Renaissance    Coronavirus, trois italiens contaminés en Lombardie    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Du 19 au 22 février 2020 : Mission d'hommes d'affaires tunisiens à Turquie    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les temps sont durs pour les rêveurs
Dream city : Une journée sur le parcours vert
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 09 - 2012

Voilà trois sessions que la Médina s'anime autrement grâce à Dream City. Des parcours tracés dans la vieille ville permettent la rencontre entre le public, l'artiste, l'art (contemporain) et l'espace (urbain). Le corps qui en résulte prend différentes formes selon la combinaison qu'en fait le festival. Cette année, le thème choisi est «l'artiste face aux libertés». Difficile de penser à autre chose avec l'actualité.
Une journée à Dream City est un peu comme une journée dans un labyrinthe dont on connaît un peu les détours, mais avec l'élément de la surprise toujours présent. C'est une expérience que l'on recommande fortement, malgré la fatigue, l'indécision devant la diversité du programme et les aléas. Il faut se lancer et se livrer à la Médina.
Cela fait partie de l'expérience Dream City que de voir la réaction des commerçants, entre les amusés qui proposent, volontiers, leur aide pour vous orienter et vont jusqu'à changer les directions des flèches qui indiquent les parcours pour qu'ils pointent vers leur boutiques — une manière de jouer le jeu sans doute — et ceux qui rouspètent d'une façon ou d'une autre, plus ou moins élégante. Il arrive que la situation dégénère comme jeudi après-midi, sur le parcours vert au niveau de Souk El Berka où Naoufel Azara présente sa pièce «Cherche Saâdia désespérément».
Une dispute entre les commerçants du souk et l'équipe de la pièce a mis fin à la représentation et semé la tension dans cette partie de la Médina. Heureusement qu'un tel incident est extrêmement rare, surtout que la majorité des spectacles et installations sont placés dans des espaces fermés. De plus, de nombreux jeunes issus de la Médina font partie de l'équipe de Dream City et assurent la sécurité des sites. Toutes ces réactions que suscite la manifestation chez les occupants de la Médina sont comme les effets secondaires de la manifestation, dont le but est après tout l'interaction entre le corps et l'espace.
Un sociologue devrait, pourquoi pas, se pencher sur la question et accompagner par l'analyse cette nouvelle identité que prend la Médina pendant quelques jours. Elle se mue, s'anime, se fait belle dans l'imaginaire du monde parallèle qui s'y installe avec les parcours. Elle se fait belle dans l'imaginaire des artistes qui créent à partir d'elle, pour elle et pour ses visiteurs. Ce monde parallèle croise souvent la réalité d'une Médina en ruine, où chacun ne balaye que devant chez lui... et encore.
Pourtant, c'est là l'un des principaux atouts de Dream City. Le festival vous ouvre les portes de joyaux insoupçonnés de la Médina, et même si la plupart ont besoin de restauration, le plaisir des yeux est garanti. Dar Haddad, Dar Othmane et le centre culturel Hassan-Zmerli à Bab Jédid (une ancienne église) sont à voir, absolument ! Les œuvres qu'ils accueillent sont aussi à voir. Parfois, on a l'impression que ces œuvres, que tout Dream City n'est qu'un prétexte pour injecter du sang neuf dans les artères de la vieille ville.
C'est plutôt de la sueur qui en ressort, celle de tous les efforts déployés afin de mener à bien ce projet. Il suffit de se lancer sur n'importe quel parcours des quatre proposés (jaune, rose, vert et rouge) pour se rendre compte de ce que cela représente de mettre en place tout ca, de choisir les endroits, de placer les artistes dans des espaces qui vont avec leurs travaux et de créer les parcours tout en variant les propositions. Et dire que tout est fait par des bénévoles! Le défi est relevé haut la main.
Il n'empêche, de nombreuses personnes rouspètent cette année, surtout à propos du prix élevé des bracelets d'accès aux parcours (7 et 5 dinars pour les étudiants, sachant qu'un bracelet est valable pour une seule journée). Un groupe de chômeurs entend même organiser une action de protestation, dans les prochains jours, adressée toutefois à toutes les manifestations culturelles où ils sont oubliés.
Pour ceux qui n'ont pas de problème à se procurer des bracelets, les parcours de Dream City obéissent, rappelons-le, au thème de la session : «l'artiste face aux libertés ». La manifestation est quand même dominée par la participation tunisienne. Et donc, entre cinéma, théâtre, danse et installations, nos artistes choisis s'expriment sur leur perception de la liberté dans la Tunisie postrévolutionnaire. Certains semblent porter sur le pays le même regard qu'un étranger qui contemple une carte postale. D'autres cherchent, fouillent. La différence s'appelle sincérité, sensibilité et créativité.
Cela donne des œuvres plus marquantes que d'autres, des parcours plus intéressants que d'autres, mais il faut de tout pour faire une Dream City et chacun est invité à y choisir un chemin et à vivre l'aventure avec sa part de rêve et d'inconnu. Et même si les temps sont durs pour les rêveurs, ce n'est point une raison pour ne pas rêver. Mention spéciale à «Fin de série» de Souad Ben Slimane (le n°6 sur le parcours jaune) et «Je ne suis l'ombre de personne» de Marion et Ghazi Frini (n°13 sur le parcours rouge). Pour les sans-bracelet, il y a quand même trois spectacles «au hasard des rues» et trois autres «Dream City off» (le point info est sis au café El Ali, rue Jemaâ Zitouna). A ne pas rater «Le bulb» de Pixel 13, aujourd'hui à 20h00, à la place de la Victoire (entrée de la Médina).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.