Tunisie – Alerte météo en rapport avec des vents forts    Un numéro vert pour aider les candidats au bac    «USMO-ESR», choc des demi-finales de la Coupe    Retour de l'aigle sur les nouveaux maillots de l'Equipe nationale    Demain face à l'Etoile, pour terminer le stage    Projets de partenariat entre la DRV allemande et la FTAV    20 Saoudiens jugés par contumace en Turquie    Crédulité et perversion : Au nom du sacré....    Les enfants font leur festival    Entre K-pop et buchaechum, tout un éventail...    Tunisie : Le ministère de l'agriculture met en garde contre la consommation des palourdes vivantes    Les pertes de la CPG ont atteint 480 MD en 2019    Etoile du Sahel : La situation financière est très difficile, selon Ridha Charfeddine    Covid19 : Le secteur du cuir et chaussure a perdu plus de 200 entreprises    Chute des recettes touristiques de 47%, à fin juin 2020    CONDOLEANCES    DECES : Mounira ZID    Retour sur la paralysie vécue par le gouvernorat de Tataouine : Qu'est-ce qui a fait « pschitt » dans ce dossier ?    Tunisie: L'INLUCC a remis 122 dossiers relatifs à la corruption à la justice    JTC 2020: Candidatures ouvertes pour participer à la 22e édition    "Bassamet" : un programme d'appui à la diversité culturelle et artistique en 5 phases    Tunisie : Le casse-tête juridique du contrôle du financement des partis politiques    Lotfi Zitoune annonce la transformation de la Caisse des collectivités locales en une institution financière    Economie bleue : Pour une croissance durable et inclusive    Le marché boursier termine la semaine en dents de scie    Hausse de la criminalité en Tunisie : Il faut durcir la loi    Foot-Europe: le programme du jour    Athlétisme | En prévision des compétitions internationales : Mahfoudhi, Chehata et Mejri en stage    Le CSHL à pied d'œuvre à Aïn Draham : La mise au «Vert»    Comprendre les attaques informatiques !    Le rafistolage a ses limites    Transferts des joueurs tunisiens | Montants TUS : Un sujet tabou !    Seules 33 des 74 des promesses contenues dans l'accord d'El Kamour ont été respectées    Nouvelle classification par la Banque Mondiale des pays en fonction de leur revenu : 2020-2021    Incendie maîtrisé à Djebel Nahli    Tunisie – L'ARP refuse de classer les frères musulmans comme organisation terroriste    Mekki : Bienvenue aux Algériens dès aujourd'hui    Un obus de guerre déterré à Bizerte    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moisson d'or pour la Cité nationale sportive
Boxe : Championnat de Tunisie de boxe féminine
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 04 - 2013

D'abord un simple rappel : la boxe féminine dans sa version amateur existe en Tunisie depuis 2005 (date du premier combat officiel sur le ring d'El Menzah). Depuis, elle a connu des hauts et des bas, plutôt des bas que des hauts. Mais tant bien que mal et grâce à la volonté des athlètes, la Tunisie a pu réaliser quelques exploits sur le plan africain et mondial avec notamment la médaille de bronze remportée par Rym Jouini lors des championnats du monde de Barbados. La dernière participation des Tunisiennes fut lors des Jeux olympiques de Londres avec la même Rym Jouini et Marwa Rahali, parties sur fond de conseil de discipline et d'incompatibilité de caractère avec le staff technique et, du coup, rentrées bredouilles. Victimes de leurs caractères et d'un manque de communication flagrant, Rym et Marwa ne font plus partie des «boxeuses étoiles» ni dans leur club ni en équipe nationale. Et c'est dans ce sens que le championnat de Tunisie de boxe féminine, qui vient d'avoir lieu, devient intéressant car c'est là qu'on va pouvoir constater si la relève est assurée.
Onze clubs venant de toute la Tunisie ont donc participé à ce championnat sous forme de tournoi géré par le délégué Hassan Boughanmi, qui a donné à cette rencontre des allures de festival. 26 boxeuses se sont affrontées sans flancher jusqu'au bout. Résultat des courses : 6 médailles d'or pour la Cité nationale sportive, encadrée par Ridha Jaâfar et Taoufik Guedri et qui décroche la première place, suivie à la deuxième place du club militaire de Béja, encadré par Lazhar Atouani. La troisième place sera occupée par le club Badr El Aïn, encadré par Ali Trabelsi. Selon l'entraîneur national Khemaïs Refaï, le niveau a été globalement plus que moyen, «mais on a vu des éléments féminins qui se sont vraiment distingués et qui peuvent avoir de l'avenir dans ce sport». Selon Hammadi Chargui, ex-entraîneur de l'équipe nationale, «le niveau des jeunes filles a effectué un saut en termes de qualité. Cela prouve qu'il y a un travail de fond dans les clubs, mais c'est lorsque ces boxeuses arrivent en équipe nationale que leur niveau commence à baisser. Pourquoi? Parce que c'est le paradoxe de l'équipe nationale féminine». Paradoxe ? Effectivement, car selon l'entraîneur de boxe féminine de la Cité nationale, principal pourvoyeur de l'équipe nationale, il y aurait un problème d'encadrement technique à résoudre: l'équipe nationale féminine n'a jamais existé de manière indépendante et a toujours été attelée à l'équipe masculine ! En fait, il n'y a jamais eu plus de deux boxeuses dans l'équipe en question et qui s'entraînent avec les garçons alors qu'on devrait avoir les dix poids requis pour la boxe féminine... Les autres boxeuses inscrites dans l'élite, on ne les voit qu'à l'occasion des stages organisés à la maison du Rugby. Certains poussent le bouchon jusqu'à dire que l'équipe nationale féminine est une équipe «fantôme», mais cela reste à vérifier. Les mêmes reprochent au président de la fédération de ne pas avoir assisté à la finale de ce championnat ô combien important pour la boxe féminine. Une absence très remarquée et très critiquée dans le milieu de la boxe qui commence à formuler des réserves et des interrogations par rapport au travail de la fédération qui, semble-t-il, est en train de vivre une crise interne qui serait le résultat d'un malentendu entre le président et certains membres. Nous vérifierons cela dans un prochain article où nous poserons le problème de la version APB et WSB de la boxe professionnelle dont l'avenir n'est pas encore clair en Tunisie. Pour revenir à la boxe féminine, nous dirons que ce championnat a permis de découvrir des talents, mais après ? Continuera-t-on à gérer la boxe féminine sans lui donner son indépendance, la place qui lui sied et le staff technique qu'il lui faut ? Car à tout prendre, qu'est-ce qui manque à nos boxeuses ? Un canal de communication qui ne soit pas de haut en bas. Des entraîneurs qui ne cultivent pas une relation froide de «formateur-formé» mais qui construisent le rapport sur la passion du noble art et qui mettent ces boxeuses dans des conditions qui leur permettent de réaliser leur rêve de devenir championnes. Bref, des entraîneurs capables de fédérer ces jeunes filles au lieu de les diviser. Et pour couronner le tout, multiplier les compétitions internationales. Pour le moment, nous attendons.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.