Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Dans une conférence de presse sans journalistes, Kaïs Saïed exprime son soutien à la Palestine    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Exode des cerveaux : 39 mille ingénieurs ont quitté la Tunisie    Tunisie : Vers une normalisation avec Israël ? Kais Saied tranche    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    Programme TV du mercredi 08 décembre    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Allemagne : Un gouvernement «pro-européen» à composante paritaire hommes/femmes    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La chute brutale de Yukio Hatoyama
Chronique du temps qui passe
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 06 - 2010


Par Hmida BEN ROMDHANE
Le 16 septembre 2009, Yukio Hatoyama prenait ses fonctions de Premier ministre du Japon. Il sera forcé de démissionner le 3 juin 2010 avec un taux de popularité qui a dégringolé de plus de 70% à moins de 17%. Il n'est pas le seul à avoir passé aussi peu de temps au pouvoir. Déjà Shinzo Abe avait servi juste un an avant de démissionner en septembre 2007. Ses deux successeurs Yasuo Fukuda et Taro Aso avaient servi eux aussi à peu près un an chacun avant d'être forcés de démissionner. Yukio Hatoyama a cédé donc mercredi dernier la place à son ministre des Finances, Naoto Kan, choisi par les instances du Parti démocratique du Japon (PDJ).
La popularité de M. Hatoyama a commencé à prendre la pente descendante peu de temps après sa prise de fonctions. Sa mère, une riche héritière, lui a donné «beaucoup d'argent» pour mener sa campagne électorale, argent apparemment non déclaré au fisc. C'était la première déception des électeurs vis-à-vis de leur nouvel élu.
Les déceptions se sont succédé ensuite au rythme des promesses électorales non tenues. M. Hatoyama avait fait de nombreuses promesses avant son élection : gel jusqu'en 2013 de toute hausse de la taxe sur la consommation; diminution de 18 à 11% de l'impôt sur les petites et moyennes entreprises; suppression des péages d'autoroutes et réduction des taxes sur l'essence; gel de la réforme de la Poste (très impopulaire); augmentation du salaire minimum et création d'une retraite minimale garantie; création d'une allocation de 100.000 yens par mois (1.400 dinars) pour les sans-emploi ayant épuisé leurs droits au chômage et suivant une formation; interdiction de l'intérim, et donc de la précarité du travail, dans les usines et beaucoup d'autres promesses qui visent à rétablir la solidarité perdue et éliminer les tares engendrées par «les vents du fondamentalisme du marché», pour reprendre l'expression utilisée par M. Hatoyama au cours de sa campagne électorale. Sans oublier la promesse fondamentale de son programme de politique étrangère : la révision totale de la nature de la relation qui lie Washington et Tokyo depuis 1945.
En 8 mois, rares sont les promesses qui ont reçu ne serait-ce qu'un début d'exécution. Pas même celle relative à la suppression des péages d'autoroutes que des millions d'automobilistes attendaient. Il est vrai que 8 mois sont très insuffisants pour répondre à un si grand nombre de promesses électorales. Mais la question qui se pose ici, du moins pour ce qui est des quatre derniers Premiers ministres qui ont passé moins d'un an au pouvoir, est la suivante : les électeurs japonais sont-ils si inconstants ou les dirigeants qu'ils élisent si incompétents ?
Il faut dire que le cas du dernier Premier ministre démissionnaire, Yukio Hatoyama, est un peu particulier. Les larmes qu'il n'avait pu retenir alors qu'il annonçait sa démission sont révélatrices du degré de frustration et d'amertume que M. Hatoyama emportait avec lui dans sa retraite un peu trop prématurée.
Dès son arrivée au pouvoir, M. Hatoyama s'est trouvé confronté à trois dossiers brûlants : un taux de croissance anémique qu'il faudrait conforter, une dette publique géante (deux fois le PNB) qu'il faudrait réduire, et le problème lancinant de la base américaine d'Okinawa qu'il faudrait résoudre. C'est ce dernier dossier qui a consommé à lui seul le gros des énergies déployées durant les huit mois du gouvernement Hatoyama.
La chute spectaculaire de popularité de Yukio Hatoyama est dû au fait que non seulement il a tourné le dos à ses promesses économiques et politiques, mais qu'il n'a même pas pu résoudre la question épineuse de la base US de Futenma conformément à ses promesses et aux attentes des Japonais, et en particulier des habitants d'Okinawa.
La bonne volonté de Hatoyama de résoudre cette question n'est pas en doute. Mais il n'a pas tardé à se rendre compte qu'il était coincé entre le désir ardent des Japonais de voir les troupes US quitter Okinawa et l'«intransigeance» de l'administration Obama qui s'accroche au statu quo, en dépit des manifestations massives anti-américaines organisées régulièrement dans l'île en question. A tel point que beaucoup de commentateurs occidentaux n'ont pas hésité à établir un lien de cause à effet entre l'intransigeance américaine et la chute du gouvernement Hatoyama.
Lien ou pas, une chose est certaine : l'administration Obama est loin d'être mécontente du départ de Hatoyama. Elle n'a pas oublié ses promesses électorales consistant à réviser la relation avec les Etats-Unis dans le sens d'une plus grande indépendance du Japon, d'une part, et celle avec la Chine dans le sens d'une plus grande coopération et ouverture, d'autre part.
Là aussi, la promesse de Hatoyama est restée un vœu pieux. La crise intercoréenne et les dangers qu'elle laisse planer sur la région n'ont sûrement pas aidé Hatoyama à opérer un changement spectaculaire dans la politique étrangère japonaise. Mais c'est surtout le sentiment de «profonde méfiance» des Japonais vis-à-vis d'une Chine de plus en plus puissante et ambitieuse qui explique l'échec de Hatoyama à introduire le moindre changement dans la politique étrangère de Tokyo.
La plus grande frustration du Premier ministre démissionnaire est d'avoir échoué à faire du Japon un pays qui prend pleinement en charge sa propre sécurité. «Ceci, a expliqué M. Hatoyama les larmes aux yeux, s'est révélé impossible aujourd'hui. Mais un jour viendra où la paix du Japon devra être assurée par les Japonais eux-mêmes».
La leçon a très vite été tirée par le nouveau Premier ministre Naoto Kan. Aussitôt après sa nomination, il assuré que l'étroitesse de la relation avec les Etats-Unis est «la pierre angulaire» de la politique étrangère japonaise, exhortant d'avance son prochain gouvernement à rendre cette relation encore plus étroite. «Yes we Kan», ont répondu les partisans du nouveau Premier ministre, dans un clin d'œil à Barack Obama.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.