Contre l'oubli - Les attentats post-Révolution survenus le 23 octobre    NBA : Programme de la nuit de samedi (HT)    Le Syndicat FSI Monastir répond à Karoui et la FTF    Foot Européen : Résultats des matches de samedi    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : Etat de santé de Mehdi Ben Gharbia    Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Pantin    Tunisie – ALERTE METEO    COVID 19 : La Russie enregistre une flambée inédite de la situation épidémiologique    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'ancien ministre Abdelbaki Hermassi n'est plus    Abdellatif Mekki appelle les démocrates à protéger la Tunisie    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Infrastructure : Le stade olympique de Sousse opérationnel dès mars 2022    Le Ministre de l'Agriculture vise à garantir un meilleur accès à l'eau potable en milieu rural [vidéo]    Le ministre de l'Agriculture se rend au au barrage Kasseb [vidéo]    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    France-Ligue1 : Saint-Etienne, Wahbi Khazri buteur    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    AHK : Ibrahim Debache réélu à la tête du comité directeur    Ted Chaiban : L'UNICEF est disposée à appuyer davantage l'éducation en Tunisie    Marouane El Abassi : Une reprise économique en Tunisie n'est ni facile ni immédiate    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Ligue des champions (2e tour préliminaire retour) : le programme    Mondial Qatar 2022: Le stade qui accueillera la finale "terminé à 98,5%"    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le mouvement «Tea Party» en quête d'identité et de structures
NASHVILLE
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 02 - 2010


NASHVILLE, Tennessee (AP) — La question qui se pose aujourd'hui au mouvement politique informel du "tea party", réuni le week-end dernier en congrès à Nashville, est de savoir s'il pourra se transformer en une réelle force politique qui influera sur les élections et pèsera sur les choix gouvernementaux dans les années à venir. Rappelant la percée Ross Perot au début des années 90, à la différence que personne ne l'incarne, cette coalition lâche qui réunit les déçus de la politique, républicaine comme démocrate, est aujourd'hui en quête de consensus et de structure. Née au printemps dernier parmi un électorat déçu de la politique, elle a organisé ce week-end son premier congrès national à Nashville (Tennessee), où l'idole du camp conservateur Sarah Palin a fait une apparition remarquée samedi. Le "tea party" s'est nourri pendant un an de l'opposition au plan de relance de 787 milliards de dollars, au renflouage de Wall Street et au projet de réforme du système de santé du Président Barack Obama. Chez tous ses partisans, la colère couve depuis longtemps : trop d'Etat, trop de dépenses inconsidérées, des libertés individuelles menacées. "Il est question de liberté individuelle contre le contrôle de l'Etat. Qu'on me laisse tranquille, qu'on arrête de me taxer autant et qu'on gère de façon responsable l'argent du peuple", exhorte Ty Reynolds, 34 ans, venu de Topeka (Kansas). Entre rejet de l'Etat et conservatisme, le mouvement "tea party" constitue un rassemblement assez hétéroclite de citoyens sans chef et sans autre consensus que : moins de taxes, moins de gouvernement. "Il s'agit de donner la parole à des gens qui n'ont pas le sentiment d'être représentés dans aucun des partis. Mais il est trop tôt pour dire comment cela va évoluer", analyse Nancy Hiser, 26 ans, de Findlay (Ohio). "Le seul consensus ici est que tout le monde est probablement opposé au programme d'Obama". La question qui se pose aujourd'hui est donc bien de savoir si le "tea party" va se transformer en force politique qui influencera les élections et le gouvernement dans les années à venir. "Ce mouvement est en pleine maturation (...) pas en tant que troisième parti mais en tant que force sur laquelle compter dans la structure du parti traditionnel", pense Mark Skoda, un animateur radio qui a fondé une antenne du "tea party" à Memphis et co-organisé le congrès de Nashville. Tous les participants au congrès n'ont pas une vision aussi claire de l'avenir du mouvement. "On a peur, on en a assez et on est en colère", résume Donna Henton venue de la ville de Blair (Nebraska). "Mais savoir où ça va nous mener, on n'en sait rien". Depuis la formation de la coalition, les chefs locaux se disputent sa direction et le rassemblement semble difficile. A Nashville, des voix se sont déjà élevées pour contester la représentativité des points de vue exprimés lors de ce rassemblement. A Washington, républicains et démocrates ont d'abord regardé le mouvement prendre forme d'un œil prudent et circonspect. Aujourd'hui, chacun essaie de mobiliser à son profit cette énergie anti-establishment, dont le soutien pourrait faire la différence aux élections de mi-mandat de novembre. Les Républicains aimeraient l'attirer dans leur giron, poussant même le patron du parti, Michael Steel, a s'en revendiquer comme membre. Le Grand Old Party est en effet conscient que l'apparition d'une troisième grande formation nationale pourrait amenuiser ses chances électorales en divisant le camp conservateur. Chez les démocrates, on a d'abord diabolisé le mouvement comme émanation d'extrémistes de droite du GOP, mais le Président Obama lui-même a finalement fait marche arrière, comprenant que la colère de ses militants était bien réelle, que le mouvement ne semblait faire allégeance à aucun parti et qu'il comptait même en son sein des indépendants et des démocrates modérés. La coalition quant à elle ne s'est pas encore positionnée dans le jeu partisan. Des candidats placés sous la bannière du mouvement se sont déjà présentés à divers scrutins dans le pays en tant qu'indépendants. Parmi les militants, les avis sont partagés. Loren et Dora Nelson, un couple d'octogénaires de Seattle, considèrent la coalition comme une façon de consolider le GOP. "اa donne la parole à la base du Parti républicain", estime M. Nelson. Mais pour Eileen Million, 50 ans, de Huntsville (Alabama), il n'est pas forcément question de politique partisane. "C'est un mouvement populaire", juge-t-elle. "Républicain ou démocrate, ça m'est égal de savoir qui ils sont dès lors qu'ils incarnent réellement la volonté du peuple américain". Afin de structurer la coalition, Mark Skoda a annoncé la création d'un comité d'action politique visant à faire élire jusqu'à 20 candidats lors du scrutin de mi-mandat derrière un programme commun: moins d'Etat, moins de taxes, une fiscalité plus juste, plus de droits pour les Etats fédérés et une sécurité nationale forte.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.