Tunisair pourrait se retrouver dans l'incapacité de payer les salaires de ses employés    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA débute fort la compétition    Tunisie – Saïed demande pour la nième fois l'application de la loi de l'amnistie judiciaire    Les biens confisqués et la réconciliation pénale au centre d'un entretien entre Saïed et les ministres de la Justice et des Finances    Mouvement de la magistrature financière de l'année 2022-2023    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Iyadh Ouederni et Nejib Zargouni dans le parti de Mabrouk Korchid    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Virus du Nil occidental en Tunisie, les symptômes    Tunisie...En vidéo: Kais Saied reçoit l'ambassadeur d'Italie, les détails    Elections législatives-Nabil Hajji: Le prochain Parlement doit isoler Kais Saïed    Un drame à Tunis    Ligue 1 Pro : Officiel. Les matches de la première journée reportés    Assemblée élective de la Confédération Africaine de Golf : Mohamed El Aziz Fetni, élu membre du comité exécutif    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Une pénurie d'œufs à l'horizon ?    le taux de médicaments disponibles à la Pharmacie centrale ne dépasse pas les 30%    Saisie de la voiture de fonction de Sami Ben Slama    Le maillot de l'équipe Tunisienne à la Coupe du monde Qatar 2022 inspiré du bouclier de Hannibal    QNB annonce ses préparatifs pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™    Réunion du comité exécutif de la CAF samedi à Alger    Une délégation gouvernementale tunisienne aux Etats-Unis    Nouveau partenariat entre Morris Garages et le Syndicat des pharmaciens d'officine    Les téléviseurs Neo QLED 8K et le projecteur The Freestyle disponibles sur le marché tunisien (caractéristiques)    Désignation de Haykel Khadhraoui, en tant que DG par intérim de BH Bank    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Programme Fast : onze structures d'accompagnement tunisiennes seront subventionnées (liste)    Les maladies cardiovasculaires principales causes de décès enregistrés chaque année en Tunisie    Match EST vs CSS : 17500 spectateurs autorisés à assister    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Tunis abrite un forum Régional sur l'organisation des travailleurs informels    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    L'agent de la Garde nationale suspecté de corruption placé en garde à vue    La TRANSTU déplore des pertes financières estimées à 700 mille dinars    Tennis : En présence d'Ons Jabeur, partenariat signé entre la Tunisie et l'ITF    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    820 individus inculpés dans l'affaire du réseau d'envoi des jeunes vers les zones de conflit    Météo de ce vendredi    Deguiche : vers la création d'un tribunal arbitral sportif tunisien    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    Déclaration trompeuse d'Ahmed Chaftar concernant le Premier ministre belge    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    À propos du livre de Saber Mansouri - Un printemps sans le peuple: Prélude à la déconstruction de «la révolution tunisienne»    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les syndicats, des acteurs actifs
Agriculture
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 02 - 2014

Ayant été seule représentante des agriculteurs et des pêcheurs, l'Utap n'a plus depuis deux ans le monopole de la représentation de l'activité. Avec la naissance du syndicat des agriculteurs, le paysage devra en principe changer positivement.
L'Utap, depuis l'Indépendance, s'est identifiée en partie au pouvoir et était un de ses satellites. Il semblerait, d'après une bonne frange des exploitants, qu'elle ne soit pas totalement libérée de ses vieux démons, en jouant aujourd'hui le jeu du parti dominant de la scène politique. Cela en dépit des démentis de son président.
En tout état de cause, cette organisation, qui demeure omnipotente dans le secteur, dans la mesure où son concurrent est de fraîche date, risque dans l'avenir de payer de son existence son arrimage aux pouvoirs quels qu'ils soient.
Lors de cette période transitoire, elle est appelée, tout comme le syndicat des agriculteurs, à jouer un rôle avant-gardiste dans le développement d'un secteur qui a fait jusqu'ici les frais de politiques irréalistes et inconséquentes.
L'ancienne Union des agriculteurs, dénommée par la suite Utap, s'était toujours alignée sur les choix du pouvoir et n'avait jamais été d'un quelconque apport pour servir une activité aussi stratégique que l'agriculture. Même en matière de revendications, sa voix était presque inaudible.
Il faut dire que ses dirigeants à l'échelle locale, régionale et nationale étaient des apparatchiks à part entière dans le parti au pouvoir et ne pouvaient par conséquent dévier de sa ligne.
La donne, avec le vent de démocratisation qui souffle sur le pays, a complètement changé. Et il n'y a plus d'excuses pour que les syndicats des agriculteurs ne soient pas des acteurs actifs sur la scène nationale. Plus question pour eux d'accepter le diktat d'une bureaucratie dépassée par les évènements et dont les soucis sont ailleurs. C'est aux représentants de la corporation de se prendre en charge pour redonner à l'activité agricole la place de choix qui lui revient dans l'économie du pays.
Mais pour ce faire, il incombe aux agriculteurs eux-mêmes de savoir bien choisir leurs représentants. Probité et compétence sont les deux critères qui doivent présider à ces choix.
Avec des femmes et des hommes nouveaux, le rôle jusqu'ici limité aux revendications pourra devenir un élément moteur pour un réel essor agricole qui garantit notre indépendance alimentaire. Une panoplie de propositions et d'initiatives peut être avancée avec toujours des scénarios réalistes tout en étant ambitieux.
Des propositions et des initiatives
Il y a lieu tout d'abord d'élaborer tout un programme d'encadrement et d'accompagnement surtout des petits et moyens exploitants. Un plan qui viserait une sorte de formation pour les initier aux nouvelles techniques et méthodes d'exploitation. Les faire participer aux rencontres avec le monde agricole des pays avancés, jusqu'ici exclusivité des proches du pouvoir et des techniciens de l'Etat.
Des séminaires de sensibilisation peuvent être organisés, selon le type d'activité et les spécificités des différentes régions du pays.
Les syndicats des agriculteurs doivent avoir leur mot à dire en matière de planification agricole sectorielle. C'est à eux d'évaluer les besoins réels du pays en tels ou tels produits, en coordination avec les services compétents des différents départements, ayant rapport avec la production, la consommation et l'écoulement de ces produits.
Ainsi on aura régulièrement une production qui cadre avec la consommation pour éviter les pénuries qui grèvent les bourses des ménages et les surproductions qui mettent en difficulté les producteurs (le cas de la pomme de terre et de la tomate est édifiant, en ce sens que les prix oscillent d'une saison à une autre).
Ces mêmes syndicats doivent impérativement batailler pour mettre en place une véritable politique de stockage de certains produits tels que les fourrages pour faire face aux années de sécheresse, lutter contre la spéculation en la matière et donner les moyens aux éleveurs d'entretenir leur bétail avec des prix raisonnables qui se répercutent par ricochet sur ceux de la viande, du lait et dérivés. Par année de mauvaise pluviométrie, et par manque de pâturage, une balle de foin peut atteindre 12 dinars au Centre et au Sahel, 15, voire 17 dinars au Sud, alors qu'elle est négociée sur place entre 4 et 5D.
Par ailleurs, notre pays se voit contraint, à une certaine période de l'année, d'importer des millions de litres de lait, alors que, pendant la saison de pleine production, des quantités énormes sont souvent déversées dans la nature. Avec une réorganisation du système actuel de collecte et la création de nouvelles unités de stockage et de refroidissement, l'on pourra éviter une hémorragie de devises consécutive à l'importation et redonner de l'espoir aux éleveurs dont plusieurs font faillite et se retrouvent sur la paille.
Ce sont là des priorités auxquelles doivent s'atteler les syndicats des agriculteurs pour que ce secteur ne tombe pas entre les mains des rapaces qui sont aux aguets et pour que le cultivateur et l'éleveur vivent dans la dignité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.