Par Jawhar Chatty : Le 25 juillet, les Tunisiens vont devoir « trancher »...    Sghaier Zakraoui commente le décret présidentiel paru dans le JORT (Audio)    Tunisie-FMI: Il faut qu'un accord soit conclu, selon l'ambassadeur de l'UE    Démarrage des travaux de FITA 2022 : L'Afrique à l'épreuve des incertitudes    Un message qui compte : "l'UE restera un ami de la Tunisie et de son peuple"    Pourquoi | Encore une...    Jeunes dans les quartiers populaires : Gare à la marginalisation !    Emna Kefi, experte en digital à La Presse : «Voir la RSE adoptée par toutes les entreprises est un rêve»    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    Ligue 1 | 7e journée – Play-off – CSS-ESS (1-0) : Harzi, l'instinct du buteur !    Sousse: La récolte céréalière en deçà des attentes    Express    Le délégué de Boumhel s'explique sur sa sortie nocturne en tricot de peau    Fête des mères: Les bureaux de Poste seront ouverts ce dimanche pour la livraison des bouquets de fleurs    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Un nouveau spectacle de Walid Gharbi : Nouvelle cadence, nouveau pont    4e édition des Journées chorégraphiques de Carthage : Un acquis qui se consolide    USBG : Sans illusions !    CA : Le regard vers l'avenir    Jendouba: Opérations blanches de la Protection civile (Vidéo)    Safouane Ben Aïssa : les négociations avec le FMI s'achèveront après l'été    Ridha Chkoundali: Les 300 M€ débloqués par l'UE ne résout pas les problèmes financiers de la Tunisie (Vidéo)    Le Fonds de Fonds ANAVA souscrit 6 millions d'euros dans son premier fonds sous-jacent, 216 Capital Fund I    BAL 2022 : Les stats qui font de Radhouane Slimane un joueur plus que spécial    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    Je reste à Liverpool, assure Salah    Réactions à la publication du décret présidentiel portant convocation des électeurs pour le référendum du 25 juillet    Météo : Baisse relative des températures    Tunisie...14 élèves hospitalisés : les détails    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Mercato : Ellyes Skhiri sur les tablettes de Benfica !    Finales Conférence Est NBA : Boston mène 3-2 cotre Miami    Officiel - Kais Saïed convoque les électeurs en référendum le 25 juillet, le projet de la nouvelle constitution sera publié le 30 juin    Tunisie-Hatem Mliki [VIDEO] : « Le président de la République n'est pas porteur de projet et de pensée »    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Dr Spiro Ampélas: Mémoires d'un Grec de Sfax    5ème exposition de l'Association Club Photo de Tunis: "Intelligence manuelle" du 04 au 30 juin 2022    France-Affaire Abad : Matignon avoue qu'il savait pour le viol puis rétropédale, ça fait tache    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Neji Jalloul: Il existe une opportunité historique pour la Russie de diriger le monde islamique    LTDH : d'anciens dirigeants appellent à ne pas participer au dialogue national dans sa forme actuelle    La ministre des Affaires culturelles désigne Mariem Boukadida pour la promotion de l'habit traditionnel à l'étranger    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    Officiel : Variole du singe : 3 cas dans un pays très proche    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sensibiliser les chaînes de télé aux productions tunisiennes
Lotfi Layouni, producteur
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 01 - 2000

Lotfi Layouni est producteur de cinéma mais aussi l'un des membres de la chambre syndicale des producteurs de films longs métrages. Il a été à l'origine de la manifestation «hors champs» organisée parallèlement aux JCC. Entretien
Quels sont les projets de la Chambre syndicale des producteurs de longs métrages ?
Après les JCC, la Chambre a fait un bilan de la situation et on a invité les personnes et les organismes concernés par cette manifestation pour s'exprimer. On a donc mis en place un comité de réflexion qui va tracer les nouveaux choix à faire dont une vraie définition de la ligne éditoriale des JCC. C'est un comité qui va mettre les pendules à l'heure. On va également organiser le marché du film tel qu'il est stipulé dans le règlement et on va essayer de cibler les acheteurs potentiels du cinéma tunisien.
Mais on reproche à la Chambre syndicale de n'avoir travaillé que sur la manifestation «Hors champ» alors qu'il reste d'autres problèmes à résoudre comme celui des télévisions qui refusent d'aider le cinéma...
Vos manifestations sont rares...
Justement, à propos de la diffusion et de l'implication des télévisions, nous allons bientôt organiser avec le Cnci et l'Association des réalisateurs pendant leur quatrième rencontre une table ronde sur le cinéma maghrébin vu à travers sa diffusion par les chaînes de télévision entre autres. On va aussi parler de la coproduction maghrébine. A cette occasion, nous allons sensibiliser davantage les chaînes de télévision autant nationales que maghrébines pour créer une sorte de dynamique de diffusion de films maghrébins.
Oui, mais pendant ce temps les chaînes tunisiennes boudent toujours le cinéma ...Pourquoi ce déni selon vous ?
Il faut dire que depuis l'année 2011 il n'y a pas de stabilité au niveau des institutions nationales en général . La télévision nationale, qui est la première concernée par la diffusion de nos films, a changé quatre fois de président-directeur général. Avec cette instabilité, nous ne pouvons pas avoir un vis-à-vis qui puisse prendre de réelles décisions. Ce qui fait que pendant le règne de la Troïka, on n'a rien pu faire et c'était prévisible car la culture et l'audiovisuel ne figuraient pas parmi leurs préoccupations. J'espère que ce problème sera résolu avec le nouveau gouvernement et là nous allons tout de suite attaquer les dossiers de l'audiovisuel. En parlant de télévision je dirai que la vie des chaînes n'est pas organisée... prenons un exemple : on a édifié la Haica, mais cette instance ne s'occupe, jusque-là, que de l'information, et de sa diffusion à travers les chaînes de télé. Elle ne s'occupe pratiquement que de cela mais ce n'est qu'un volet de son travail. La Haica est, en fait, appelée à contrôler la diffusion des films Tunisiens et la production tunsienne sur les chaînes et selon un quota précis s'il le faut. Cela entre dans ses prérogatives. C'est comme le CSA en France par exemple, et tous les organismes semblables dans le monde. Il y a aussi l'incitation à la production de films tunisiens .
Parallèlement au JCC, vous avez lancé la manifestation «Hors champ» comme acte de protestation...
Au vu de ce qui s'est passé aux JCC et particulièrement en ce qui concerne la sélection des films tunisiens dans la compétition officielle (cela se résumait en fait à un seul film, alors qu'on a le droit à deux, voire trois films tunisiens par session selon la pratique courante des JCC qui est devenue une tradition), nous avons senti le besoin de promouvoir le reste des films tunisiens, ceux qui n'ont pas eu la chance d'être sélectionnés. Au niveau de notre Chambre syndicale de producteurs, nous avons choisi de lancer cette manifestation pour leur donner de la visibilité. Notons qu'il y a eu ces dernières années plus de quinze longs métrages de fiction qui ont été tournés et qui étaient prêts pour la compétition, sans parler des documentaires longs. Car les JCC sont avant tout une vitrine du cinéma tunisien et arabo-africain.
Quel avenir vous prévoyez pour «Hors champ» ?
C'est une manifestation qui sera maintenue et organisée à chaque fois que les JCC auront lieu. On projettera toujours les films non sélectionnés. L'idée c'est de dire, nous avons un cinéma, nous avons eu une production intéressante au niveau du nombre et les JCC sont la seule manifestation internationale pour nous qui nous permet de les mette en valeur.
Mais il fallait se prendre à l'avance... Il semble qu'il y ait eu un problème de salle pour les projections...
C'est vrai qu'on a décidé cela au dernier moment, vu les circonstances, mais prochainement nous allons mieux organiser cette manifestation.
On croit savoir que vous êtes l'un des mécontents des JCC...
Mais moi je suis mécontent des JCC depuis 2008 au moins... Parce que depuis cette date, les JCC ont pris une nouvelle tournure qui ne correspond plus à la ligne éditoriale telle que tracée par son fondateur Tahar Cheriaa. C'est le festival du cinéma arabo-africain et ce sont ces cinéastes qui doivent être présents en masse durant cette manifestation . Leur cinéma doit être vu et promu. Mais on constate que depuis 2008 le festival à viré plus vers le côté événementiel et spectaculaire que vers le contenu. On fait plus dans la parade que dans le contenu à mon sens. Quand on voit que pendant les JCC 2014 il n'y a que quatre films africains en compétition, on se demande où est passé le concept original des JCC. On est essentiellement inondé par des films occidentaux ! Il est donc indispensable de revenir à la ligne éditoriale du début. J'illustre mes propos par un exemple: quand on fait des hommages pour des cinéastes, il faut le faire pour des cinéastes arabo-africains et pas de cinéastes français et autres. Cela dénote l'hégémonie du cinéma occidental sur le cinéma arabo-africain. Or, les JCC ont été créées pour contrer l'impérialisme cinématographique dominant les pays du Sud.
Actuellement, vous travaillez sur le film de Sonia Chemkhi Aziz Rouhou...
C'est un film qui était un peu dur à tourner au départ, parce que c'est un scénario qui demande beaucoup de décors et d'acteurs et qui n'a malheureusement pas bénéficié d'assez d'argent pour ce faire. On a donc pu tourner selon une formule de production bien précise qui nous a permis d'arriver jusqu'au montage. C'est un film qui promet ... Et c'est tout ce que je peux dire .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.