Comment Saied encaissera les mises en garde et conseils de son premier soutien?    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hemili, le film qui brise tous les tabous    L'ordinateur portable HUAWEI MateBook 14 disponible en Tunisie : 5 raisons pour l'acquérir    CONDOLEANCES    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Tunisie – Coronavirus: 12 décès et plus de 12 mille contaminations en 24H    Mort d'un manifestant violenté le 14 janvier 2022    MEMOIRE : Chedly BEN CHOUIKHA    2021, Une année de distinctions pour AMEN BANK    QNB – Résultats Financiers Q4 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Démarrage du programme "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement" dans le cadre du projet "Scénarios Verts"    BILLET | Impact potentiel    Suspension des cours : Le bras de fer entre les syndicats et la tutelle se poursuit    Tunisie :Première infection enregistrée par le Flurona    Tunisie : Grève des agents municipaux    Gafsa: La grève est réussie à 100%, selon le secrétaire général du syndicat de la Poste [Vidéo]    Bizerte: Fermeture de 41 établissements éducatifs    Accusé dans l'affaire des assassinats des deux martyrs Belaïd et Brahmi, Mustapha Khedher libéré : Le mystère persiste    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 19 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe D – 3e Journée : Destin en main pour l'Egypte    Les assignés à résidence de la semaine dernière ont été libérés par la justice    Le message d'un membre du comité scientifique aux parents d'élèves    Le ministre tunisien des Affaires foncières s'entretient avec la représentante de l'ONU-Habitat au Maghreb    CAN 2021 : Le programme détaillé des 8e de finale    Les conséquences de la hausse des prix de pétrole sur la Tunisie    La Tunisie exporte des oranges maltaises vers Marseille    Tunisie-Gambie : Un arbitre mexicain au sifflet    Indécent !    AS Rejiche : Jassem Hamdouni de retour    Partenariat public-privé : Près de 230 concessions accordées entre 2017 et 2021    Plus de 1 milliard de mètres cubes d'eau dans les barrages tunisiens    Officiel: Saied émet un nouveau décret    Météo: Températures en légère hausse    OPINION: Le jeune cinéma tunisien à l'heure des défis    CAN 2022: L'équipe de la Tunisie la plus touchée par la Covid, 13 cas recensés (liste)    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hmili, au cinéma    France : Blanquer à Ibiza alors que sa gestion du Coronavirus fait jaser, ça fait tache    Le bâtiment Kobbet Lahoua à la Marsa classé monument historique    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Aux éditions LALLA HADRIA : «En Tunisie» de Jellel Gasteli    Le Kef | Les montagnes acoustiques en septembre 2022 : La musique comme fer de lance    Tunisie : Paris dénonce fermement les violences policières contre des journalistes    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vivre ou avoir peur
Sicca jazz
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 03 - 2015

Une première édition qui réussit sous haute surveillance
L'idée qui habitait l'esprit des organisateurs de cette première édition de Sicca Jazz était «il vaut mieux continuer à vivre qu'avoir peur» malgré le sombre nuage qui planait sur nos têtes. Deux jours après l'attaque du musée du Bardo, Ramzi Jebabli et son équipe étaient plus que déterminés à continuer cette aventure. Les yeux braqués sur le poste de télévision, on attendait le discours du président... il n'y a pas eu proclamation d'un deuil national. Il fallait donc maintenir le festival, la décision est prise : Sicca Jazz aura lieu... Au Kef, tout est prêt, des centaines de mains mettent en place la scène, la sono, les chapiteaux... les commerçants revoient leur stock... les petits hôtels aussi ont fait peau neuve, sorti leurs draps fraîchement blanchis... les tables se dressent pour des restaurations chaleureuses... la sécurité aussi sera d'autant plus renforcée... Le Kef se prépare à accueillir tous ceux qui viendront, défiant la peur pour célébrer la vie et non pas la mort.
Les artistes aussi, Karim Ziad, Aziz Sahmaoui et l'Américain David Murray n'ont pas hésité un seul instant à maintenir leur rendez-vous au Kef. Excepté N'gûyen Lê, ils étaient tous là pour Sicca Jazz, pour Le Kef et pour la Tunisie... Un signe fort de la part d'artistes mondialement connus, qui contribuera, un tant soit peu, à rassurer tous les amoureux de la Tunisie qui comptaient venir chez nous passer quelques jours de détente et qui, aujourd'hui, hésiteraient à venir.
Sicca Jazz a lieu, dans la douleur, certes, mais aussi dans l'amour de la vie...Trois jours durant, une grande foule affluait à l'entrée de la Kasba, leurs tickets en main. On venait de tout bord, du Kef et des alentours, de Tunis et d‘ailleurs. Pour certains, c'était la première fois qu'on visitait la ville. Un jeune couple et leurs deux filles ont fait le trajet depuis Sousse nous ont déclaré : «Si on cède une fois à la peur, on arrêtera très vite de vivre».
A partir de 17h00, ça commence à grouiller du côté de Boumakhlouf, le saint patron du Kef qui a veillé d'un œil bienveillant sur la ville, ses habitants et ses invités. On dirait que l'étendue verte de la vallée du Kef a fait fuir la peur bleue. On vient siroter un thé ou un café sur les marches du café, acheter ses billets et prendre tous les renseignements nécessaires sur le festival dans la « Boutique », un bureau d‘accueil et de renseignements assuré par deux jeunes Keffoises d'une vingtaine d‘années.
Les forces de l'ordre, de leur côté, assuraient une sécurité renforcée mais bienveillante, jamais on n'a été aussi content de les voir aussi nombreux autour de nous. Ils ont réussi à communiquer au public ce précieux sentiment de sécurité et de protection.
Dans le Sicca Jazz, il n'y avait pas que les concerts et les artistes. Dans les circonstances actuelles, c'est l'esprit jazz qui a rayonné. Le jazz qui est la lutte, la résistance, la vie, la liberté et la joie de faire de la musique et de donner du bonheur à ceux qui écoutent.
Une armada de jeunes, la vingtaine à peine entamée, portait des tee-shirts « Sicca Staff», une armée chapeautée par Ghofrane Bechaouch (elle aussi la vingtaine) qui dirige comme les grands professionnels de l'organisation l'auraient fait. Son équipe assurait tout, les coulisses, l'accompagnement, l'accueil et plein d'autres tâches encore. Nour El Hayet Ben Abdallah assurait, de son côté, toute la coordination entre Tunis et Le Kef, billetterie, départ, arrivée, transport...
Avec une aussi jeune équipe, Sicca Jazz a réussi ses paris les plus essentiels. Et réussir ce festival dans sa première édition était un vrai défi.
Le Sicca Jazz 2016 est déjà en route, sa programmation est bouclée à 80%, a déclaré Ramzi Jebabli lors de la clôture.
Le Sicca Jazz cède la place aux 24h de théâtre, Le Kef accueillera les gens du 4e art, on fêtera la Journée mondiale du théâtre et même si les explosions de mines dans les montagnes de Ouergha continuent à prendre au dépourvu nos soldats, même si les prises d'otages du Bardo nous donnent encore froid dans le dos, les Tunisiens commencent à apprendre à vivre avec la terreur, à tenir à la vie, et à ne plus avoir peur.
Ils sortiront faire la fête au Jazz à Carthage, reviendront au Kef dans un mois pour «Le Kef chante la Tunisie», iront à la découverte du Sud tunisien pour le festival des Ksour et se laisseront bercer par les flots pour le festival du poulpe de Kerkennah...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.