Accord pour la prolongation de la période de délégation de pouvoir au chef du gouvernement    BTS Bank : mesures exceptionnelles pour aider à faire face à la crise du Covid-19    Tunisie : Liste des gouvernorats affectés par le coronavirus – Mise à jour de 02 avril    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 83 morts et 986 cas confirmés    Coronavirus: Le cap des 10.000 morts franchi en Espagne    Covid-19 : l'UIB rassure sur la solidité de son bilan et reporte ses assemblées    Coronavirus : le championnat belge annulé    Finalement, un consensus entre les blocs parlementaires et le gouvernement    Coronavirus – France : Canal + et beIN Sports suspendent le paiement des droits TV    Coronavirus : l'US Open maintenu aux dates prévues    Découverte de cellules d'appui et de soutien aux éléments terroristes    Mouna Kraïem Dridi: L'état d'exception ne se déduit pas, il se déclare et s'assume    Le Roi du Royaume d'Arabie saoudite Salman bin Abdelaziz soutient l'initiative présentée par le Président tunisien aux Nations-Unies    Le CNOT maintient son soutien et celui du CIO aux athlètes d'élite jusqu'à la fin des J.O. Tokyo    Facebook lance un outil d'entraide Community Help (vidéo)    Football : Youcef Belaïli pourrait résilier son contrat avec Al Ahli    Report jusqu'à nouvel ordre des cours dans les écoles coraniques    Coronavirus: l'Espagne dépasse la barre des 10.000 morts    Baccalauréat : Les candidats libres dispensés de l'éducation physique    Tunisie : Mandat de dépôt à l'encontre d'un grossiste à Jendouba    Le report des prêts engendrera des frais supplémentaires pour les emprunteurs    Covid-19, : un millier de victimes en 24h aux USA, dont un nouveau-né    Tunisie-Météo : Vent fort et pluies isolées    Nouvelles nominations à la tête de plusieurs institutions culturelles    Tunisie: L'infirmier militaire infecté au virus corona à Médenine s'était rendu à Djerba en empruntant le transport public    Tunisie – Prise de position de Kaïs Saïed dans le conflit du Yémen    La France recense 509 nouveaux décès en 24 heures    La FIFA a tranché, la FTF doit suivre !    Entraînements en ligne aux joueurs    Une perte d'emplois implacable en vue et le risque de stagflation plane    Une ombre sur le déroulement de la présidentielle le 3 novembre    La Tunisie émettra un emprunt obligataire sur le marché international    Le FMI présente des recommandations pour préserver la sûreté du système bancaire    L'ARP, un fardeau asphyxiant la démocratie !    Le moral des troupes…    Dérapages dangereux du législatif    Doit-on alléger les restrictions sur les cours particuliers ?    Marseille pleure Pape Diouf    Le coronavirus vu par les artistes-peintres    Du sacré pour les profanes    Impact certain sur les festivals internationaux    Festival international de Carthage 2020 | La programmation sera purement tunisienne !    Artify conclut un partenariat avec Festival GABES CINEMA FEN en faveur de la diffusion en ligne gratuite du festival du 3 Avril jusqu'au 11 avril    Des artistes au temps du corona: « Ça serait bien d'assister à une belle chute du système capitaliste et à l'avènement d'une ère écologique…»    Première Transaction via Instex irano-européenne    Le Covid-19 s'ajoute à la crise humanitaire    Coronavirus: plus de 210 morts en Turquie    Dreams Chebeb 2020: Prolongation de l'appel à projets    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déclaration conjointe des banques multilatérales de développement et du FMI
Publié dans Leaders le 02 - 12 - 2009

Les chefs des principales institutions financières internationales ont lancé aujourd'hui un appel pour un accord global dans la lutte contre le changement climatique à la Conférence prévue ce mois à Copenhague, et ont convenu de coordonner davantage leurs efforts pour contribuer à la réalisation des objectifs ambitieux de la réunion.
Dans une déclaration conjointe, les dirigeants se sont engagés à utiliser les mandats, l'expertise et les ressources de leurs propres organisations pour aider les autorités à conjuguer leurs efforts avec le secteur privé en vue d'affronter les défis du changement climatique et faire le meilleur usage possible des fonds disponibles.
Les chefs de la Banque africaine de développement, de la Banque asiatique de développement, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, de la Banque européenne d'investissement, de la Banque interaméricaine de développement, du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, ont aussi engagé leurs organisations à utiliser assistance technique et ressources financières pour continuer à soutenir leurs objectifs environnementaux.
Ils ont reconnu la primauté de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en fixant les objectifs pour relever les défis environnementaux mondiaux.
Un accord à Copenhague doit fournir un régime global complet et équitable sur les changements climatiques, au-delà de 2012, qui permette à tous les pays de parvenir à un développement durable, ont-ils déclaré. Les institutions veilleront à assurer la coordination avec la Commission européenne et d'autres partenaires qui appuient les efforts déployés par les pays en développement pour faire face au changement climatique.
Les dirigeants ont réitéré leur engagement à aider les nations en développement à s'adapter au changement climatique et à faciliter le développement ainsi qu'un transfert de technologies et de savoir respectueux du climat en fonction des besoins de chaque pays.
Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, a déclaré : «L'impact du changement climatique sur l'Afrique est déjà évident. Il ajoute une charge supplémentaire significative aux défis actuels de la pauvreté, de l'accès insuffisant à l'énergie, à l'eau et aux infrastructures de base. Des ressources supplémentaires sont requises d'urgence pour aider l'Afrique à s'adapter, afin de protéger ses lacs et ses forêts, et à maintenir la croissance. Ensemble, nous devons relever ces défis ; la Banque africaine de développement est prête à jouer son rôle ».
Le président de la Banque asiatique de développement, Haruhiko Kuroda a fait observer de son côté : « Le changement climatique représente un défi de taille - peut-être le plus grand auquel l'humanité ait jamais été confrontée. Mais il offre aussi une possibilité de transition vers une voie de croissance plus durable. Les pays en développement ne peuvent se voir refuser la chance de participer à la richesse de la planète. Ils peuvent cependant choisir d'aborder le développement économique d'une manière différente, en passant directement à des solutions plus efficientes en énergie et plus durables. Etant donné que les investissements d'infrastructure peuvent établir le modèle d'utilisation des ressources d'un pays pour les décennies à venir, c'est maintenant le moment d'agir – avant que cette infrastructure ne devienne immuable ».
Le président de la BERD, Thomas Mirow a, quant à lui, déclaré : « Ensemble, les IFI vont utiliser leur capacité d'exécution et leurs ressources pour relever ce défi majeur du XXIe siècle. Pour ce qui la concerne, la BERD continuera à renforcer ses financements et à s'appuyer sur les investissements du secteur privé pour gagner la bataille contre le gaspillage d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre - une priorité essentielle en particulier en Europe orientale. Cet objectif ne pourra être atteint qu'en assurant un niveau sans précédent de coopération entre les secteurs privé et public ».
Philippe Maystadt, président de la Banque européenne d'investissement, a indiqué : « Cette déclaration commune montre l'engagement fort de la Banque européenne d'investissement et des autres institutions financières internationales à coordonner davantage leur appui aux Parties à la CCNUCC. Nous devons déployer de manière notatrice tout l'arsenal d'instruments et de ressources à notre disposition pour maximiser l'utilisation des flux financiers de nos clients-partenaires. Avec les autres IFI, la BEI s'est engagée à fournir des programmes d'assistance technique et financière combinant prêts, subventions, prises de participation et finance carbone – et à soutenir les marchés du carbone au-delà de 2012 ».
Quant au président de la Banque interaméricaine de développement, Luis Alberto Moreno, il a estimé : « Les pays en développement ont prouvé que des solutions pratiques pour le défi d'une croissance à faible émission de carbone et d'un développement respectueux du climat sont déjà disponibles. Le défi est de diffuser ces solutions à grande échelle, à travers des financements aussi bien publics que privés. Et là, les IFI peuvent jouer un grand rôle en fournissant l'assistance technique et financière pour un usage efficace des financements concessionnels tels que les Fonds d'investissement climatiques (CIF) et en contribuant à améliorer l'accès au marché du carbone ».
Le président du Groupe de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick, a déclaré pour sa part : « Le changement climatique est l'un des défis les plus complexes de notre siècle naissant. Aucun pays n'est à l'abri. Aucun pays ne peut relever les défis interdépendants posés par le changement climatique, qui comprennent des décisions politiques difficiles et des choix technologiques difficiles à opérer, avec des conséquences de grande envergure pour la planète. L'adaptation à des changements de cette ampleur et leur atténuation exigeront des ressources financières importantes, ainsi que l'intensification de la recherche pour être à la hauteur des approches prometteuses et explorer les idées audacieuses. Il est crucial que les pays intègrent les besoins de développement aux actions climatiques ».
Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a estimé de son côté que la crise économique internationale ne devait pas nous détourner de la prise en charge du sérieux défi que représente le changement climatique. « Soutenir la reprise et mettre en place des politiques efficaces de lutte contre le changement climatique peuvent se renforcer mutuellement si les bonnes politiques sont résolument appliquées », a-t-il déclaré. « La coopération internationale, notamment entre les institutions financières internationales, aidera les pays à relever les défis posés par le changement climatique. Cela nécessite des solutions innovantes et à long-terme, qui auront un rôle à jouer dans l'appui à la reprise et à la croissance durable. Le FMI peut prêter assistance dans ses domaines d'expertises en termes de conseils sur les politiques et d'appui aux pays qui sont les plus vulnérables aux défis économiques et climatiques », a-t-il indiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.