Gabès | Covid-19 : Fermeture temporaire des délégations de Métouia et Oudhref    Augmentation des prix des carburants    Tunisie : La dernière des dernières de chez Tunisair... Inouï    Affaire de la BFT | Une séance d'audition du ministre de Domaines de l'Etat à huis clos à l'ARP    Hichem Mechichi remet les clés de logements de fonction à douze agents de la sécurité intérieure    Jeep lève le voile sur le nouveau Compass    Vol de bagages à l'aéroport Tunis-Carthage : Vingt ans de prison pour cinq accusés    Néji MHIRI : La saga d'un homme hors du commun    Décès de Amor Latiri    Le PNUD TUNISIE et Attijari bank organisent le Hackathon Tekصح vers une santé plus connectée en Tunisie    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Tunisie-Censure médiatique: L'Ordre des médecins se place du côté de la liberté d'expression    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Commerce extérieur : aggravation du déficit commercial au premier trimestre    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Avril 2021 à 11H00    Un aperçu de quelques produits Huawei de la nouvelle stratégie 1+8+N    Tunisie: Kais Saied, commandant suprême des forces armées "militaires et sécuritaires": La foire aux arguments    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Tunisie-Neji Jmal: Kais Saied nous pousse vers l'inconnu [Vidéo]    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Réunion de la commission scientifique ce lundi 19 avril 2021    Classement WTA : Ons Jabeur grimpe à la 25ème place, historique !    Tunisie [Vidéos]: Poursuite de la grève ouverte du personnel de l'ATTT à Sfax    Tunisie – météo : Légère hausse des températures avec quelques pluies    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie [Vidéo]: Distribution de couffins du Ramadan à Sfax par l'Association de la continuité des générations    Handball | Nationale A – 1ère journée play-off : Le CA piège l'ESS    Volleyball | Championnat d'Afrique des clubs – 1er tour : A la portée de l'EST et du COK    One Tech Holding propose la distribution de 0,250 dinar par action    Première sportive tunisienne et africaine à être sacrée dans le JIU-JITSU brésilien : Hajer Jelili, une championne-née    Le président de la République présente ses condoléances à son homologue égyptien suite à un accident du train    Des mesures contre les contrevenants qui ne se conforment pas à la décision d'interdiction de la circulation des véhicules    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Tunisie-Ligue 1 (J19 - matchs en retard): le programme de ce dimanche    Foot-Europe: le programme du jour    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Désert au crépuscule, de Tahar Bekri
Publié dans Leaders le 18 - 06 - 2018

Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas encore Tahar Bekri, précisons qu'il est né à Gabes, qu'il vit en France depuis 1976 et qu'il est Maître de conférence honoraire à l'Université Paris-Nanterre. Mais surtout qu'il est poète.Poète bilingue, ayant à son actif une œuvre abondante qu'il écrit directement en arabe ou en français selon les contraintes intérieures et en fonction des mystérieuses exigences des circonstances.
Son dernier livre «Désert au crépuscule» qui vient de paraître aux éditions AlManar est écrit en français, à Paris entre 2015 et 2018. Il s'agit d'un petit fascicule dont la magnifique couverture due à Abdallah Sadouk abrite, tel un écrin, une cinquantaine de pages. Petit fascicule, certes, mais on le sait, la qualité en poésie ne se mesure ni au poids ni au nombre de pages. Ce qui compte, ce sont les mots, les images et le rythme et ils sont tous les trois présents dans Désert au crépuscule. Ce long poèmedontle titre ressemble à celui d'un tableau, estcomposé de quarante etune strophes – à la fois autonomes et solidaires de l'ensemble - dont chacune est composée à son tour d'une dizaine de vers.
La double généalogie
Acculé à l'exil par la répression bourguibienne qui sévissait impitoyablement dans les années soixante-dix, Tahar Bekri a trouvé refuge dans deux patries, deux langues: l'arabe et la française. Mais que ses poèmes soient écrits dans l'une ou l'autre, on se trouve irrémédiablement face à une langue tierce, «la langue du poète »qui puise dans les deux sources.
En effet, le lecteur reçoit comme des échos de la grande tradition poétique arabe, celle de la «quassidat» et de la «Mou'allaquât». Il en reconnait les thèmes récurrents: le désert bien sûr, le mirage évidemment mais aussi les ruines et la caravane et lestraces ducampement qui sont autant de signes du passage de la bien-aimée, témoignant de son éloignement et de son absence.Ce réseau thématique et auchamp lexico-sémantique ajoutés aux mots d'origine arabe tels Razzia, ghazoua, mawwâl, Mou'allaqât, rabâb…contribuent au tissage d'unautre texte sous le texte manifeste, un «palimpseste» qui renvoie à l'identité originelle et à la langue maternelle…
Cependant, cet héritage n'est nullement abordé de manière traditionaliste, il est au contraire détourné et subverti par des vers libres et libérés de l'obligation des rimes et de toute contrainte métrique:
Vous campements
Abandonnés aux feux du crépuscule

Et vous amas de pierres
Las de soutenir les sépultures

Et vous bien-aimées
Aux visages
Jalousant le croissant de lune
Ils ont volé vos rires vos airs festifs
Vos bracelets sonores
Par ailleurs la division déjà mentionnée en 41 parties sans autre titre qu'un chiffre romain fait penser aux divisions des épopées d'Homère, mais la répétition presque systématiquede l'expression« vieux désert »renvoieexplicitement au« Vieil océan » qui ouvre chacune des huit strophes du 1er chant des Chants de Maldoror de Lautréamont
Les derniers des barbares
La référence au Maldoror est renforcée par la dénonciation des forces du mal qui sèmentla haine, la guerre, la mort et la destruction. Le vieux désert apostrophé est peuplé de «chacals», de «scorpions», d' «épouvantails» …il est hanté, selon l'expression de Spinoza, par Ultimi barbarorum. Ces «derniers des barbares», terroristes, partisans de Daech et autres fanatiques, plongent l'Arabie jadis heureuse dans le malheur et le deuil, enlaidissent les paysages par où ils passent et réduisent leurs frères soit en réfugiés:
Dis aux réfugiés sans refuges
Qui emplissent les camps de fortune
Nouveaux voisins de la déchirure
Vous vous multipliez
Sans devenir
Soit en esclaves :
Ils asservissent des frères Noirs
Captifs du rêve de survie
Vendus au marché de la honte
De quelle ethnie de quelle religion sont-ils
Maîtres de la nausée et de la vilénie
Ces « ennemi(s) de l'humanité entière », sèment la mort et le deuil partout :
Charlie Hebdo Le Bataclan Hyper Cascher
Marseille Nice Rouen Djerba Sousse
Le Bardo Tunis Londres Manchester Sidney…
Et la liste n'est pas exhaustive, elle s'allonge sur toute une page à la fin du livre formant ainsi l'ultime et la plus longue strophe.
La poésie e(s)t la vie
Le poète ne fait pas que contester, il ne fait pas que se soulever, il exalte la vie des humbles et leur l'humanité. Ainsi évoque-t-il ce: « Grand-père comme Ghandi / Se nourrissant de peu / Lait de chèvre et semoule rare», il se souvient de la «Palmeraie nourricière / Des pauvres», il chante la beauté les lieux magiques de l'enfance:
Je t'aimais
Oasis bordant la mer de mes dix ans
Tu étais la houle
Et j'étais l'écume légère
Tu étais la sève
Et j'étais la veine du vent
Cette harmonie passée entre les Hommes, cette osmose révolue entre les êtres, les lieux et la nature, condamne par contraste la laideur ambiante et la violence présente partout dans le monde et particulièrement dans celui dit arabe. Ce faisant, elle remet en mémoire «un âge d'or» et laisse à la fois poindreun espoir car ce qui a existé une fois reste faisable et possible. En attendant, le lecteur peut entrevoir sa réalisation dans le poème.

Tahar BEKRI, Désert au crépuscule, éditions Al Manar, 2018, 52p, 15€


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.