Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hédi Béhi : Karoui à Carthage? Le pire n'est jamais sûr
Publié dans Leaders le 05 - 07 - 2019

Depuis les résultats des derniers sondages, il ne se voit plus qu'en président de la République. J'ai eu vent de ses ambitions politiques, mais j'étais loin de penser que ces ambitions pouvaient le conduire jusqu'à postuler à de si hautes fonctions et que la majorité desTunisiens voyaient en lui, l'homme providentiel qui allait sauver le pays. Est-il possible qu'un peuple se méprenne au point d'hypothéquer son avenir et celui des générations futures ? C'est la question que le député européen Daniel Cohn Bendit s'était posé après le Brexit. Lui qui idéalisait le peuple, qui croyait en son infaillibilité découvrait que celui-ci pouvait se tromper surtout quand la volonté de sanctionner les dirigeants en place prime tout autre considération. On est tous outrés par les manoeuvres politiciennes, les philippiques de Tebbini et consorts et l'absentéisme des députés mais on ne guérit pas le mal par un mal encore pire, en plaçant à la tête de l'Etat, une personne qui n'a jamais fait jusque-là l'expérience du pouvoir. La sagesse populaire ne dit-elle pas que la colère est mauvaise conseillère ?
J'avais entendu parler des tournées dans les campagnes tunisiennes de Nabil Karoui, de sa reconversion dans l'humanitaire, mais j'étais loin de mesurer l'ampleur qu'elles avaient prises et les arrière-pensées qu'elles sous-tendaient. En fait, j'étais en plein dans le déni de la réalité. Je restais prisonnier de mes préjugés, allant jusqu'à prêter aux sondeurs des desseins inavoués jusqu'au jour où j'ai rencontré fortuitement une vieille connaissance, un haut cadre dans une grande banque de la place à la retraite. Tout naturellement, notre conversation roula sur les résultats des derniers sondages et leur crédibilité. Il m'a paru exagérément inquiet quant à l'avenir de la démocratie dans notre pays, pestant contre la naïveté «des dirigeants qui se sont fait rouler par Nabil Karoui». Pour lui, les jeux sont faits. Karoui est le futur président. D'ailleurs, cet avis est corroboré par les instituts de sondage. «Je suis sûr que les chiffres des instituts de sondage reflètent la réalité», m'a-t-il confié. Pourtant, malgré la force de conviction qui se dégageait de lui, il n'a pas réussi à m'ébranler. Et c'est alors qu'il me sortit son argument massue.
Il me raconta ce qu'il lui est arrivé avec son jardinier il y a quelque temps. Il en était encore tout remué en y pensant: «Je lui ai offert une somme d'argent à l'occasion de l'aïd. En guise de remerciements, il m'a lancé un ‘'yarham Khalil'' qui m'a laissé pantois. J'allais lui demander une explication quand il m'a interrompu en se répandant en excuses pour ce lapsus. Il s'est avéré que le jardinier en question faisait partie des centaines de milliers de bénéficiaires des aides de l'association Khalil Tounès. A force de prononcer cette phrase à chaque fois où il recevait l'aide fournie par l'association Khalil Tounès, il a fini par développer des réflexes conditionnés». En fait, on se trouve face à une véritable entreprise de manipulation, comme on n'en a jamais connue en Tunisie. J'ai appris alors que depuis de longs mois, les camions à l'enseigne de «Khalil Tounès» sillonnaient le pays de long en large, distribuant les aides aux «zaoualis» au mépris de la loi, et au vu et au su du gouvernement et des hautes instances concernées. Quoi de plus facile que de jouer sur la misère des gens. Les activités caritatives, c'était la couverture qu'il avait choisie pour donner le change et mener sa campagne électorale. Mais la pensée émue pour Khalil ne suffit pas. Le bénéficiaire est appelé à s'inscrire sur les listes électorales puis à voter pour qui vous imaginez. Dès lors, l'énigmatique "prise d'assaut" des sièges des instances régionales de l'iSIE par un million de citoyens venus s'inscrire sur les listes électorales s'éclaire d'un jour nouveau. En matière d'arnaque, on ne pouvait pas faire mieux, d'autant plus que l'opération n'a pas coûté un millime à son initiateur, les aides provenant essentiellement des dons collectés.
La classe politique, toute à ses querelles de chapelle n'a rien vu venir. Pourtant, le précédent de Hachemi Hamdi qui a réussi il y a huit ans à recueillir 26 sièges à l'assemblée constituante en se contentant de caresser dans le sens du poil, de jouer sur le tribalisme et le clanisme et de diffamer ses adversaires et sur sa chaîne à longueur de journée aurait dû l'échauder. On essaie maintenant avec l'énergie du désespoir de barrer la route à Karoui avec quelques amendements au risque de violer l'esprit, sinon la lettre de la constitution. Mais pour beaucoup, c'est un moindre mal. Car on ne réalise pas les dangers qui guettent le pays si le ticket Karoui-Terras accèdait au pouvoir. Libre à ce duo de nourrir des ambitions politiques, de rêver d'un destin national encore faut-il en avoir les moyens intellectuels et le profil adéquat. Or, il n'en ont ni l'expérience, ni la stature. Garant de l'indépendance du pays et des lois républicaines, tout président qui se respecte doit réunir certaines qualités comme de veiller à l'application des lois et non pas de s'asseoir dessus, d'être familier des arcanes du pouvoir et non d'être un novice en la matière, d'être une personnalité consensuelle et non pas clivante, d'avoir des relations avec ses hologues étrangers, d'avoir du doigté, du bagout, du charisme etc. Autant de qualités dont Karoui et celle qui est appelée à devenir selon les sondages le n°2 du pays sont terriblement, désespérément dépourvus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.