Najla Bouden s'entretient avec le prince héritier Mohamed Ben Salmane    NBA : Programme des matches de lundi soir    La Pologne fait don d'équipements médicaux à la Tunisie    Sfax - La grève régionale dans le secteur privé fixée au 28 octobre    Finance : L'association Reconnectt organise la 1ère édition des Journées tunisiennes de la finance "TunFin#21" les 19 et 20 novembre 2021    Monde- Daily brief du 25 octobre 2021: Le président Erdogan décide de renvoyer les ambassadeurs de 10 pays    Najla Bouden s'affiche avec un sac à main hors de prix    Maradona Cup : Barça – Boca Juniors, en Arabie Saoudite    Les ennuis de Ben Gharbia ne sont pas terminés    Tunisie- Automobile : Hausse de 49% du CA du Groupe Ennakl    Baisse de l'investissement déclaré dans l'industrie de 15,6%, à fin septembre 2021    Kaïs Saïed : Une personne appartenant à un parti politique a spolié les biens de l'Etat !    Brahim Debbech : Les concessionnaires ne sont pas visés par les déclarations de Kais Saïed, mais…    Ministère de la Jeunesse et des Sports : Une subvention de 90 mille dinars aux clubs de football de deuxième division    Conditions d'entrée sur le territoire tunisien à partir du 27 octobre 2021    SONEDE: Coupure et perturbation dans la distribution de l'eau potable dans ces zones    La docteure tunisienne Basma Makhlouf Shabou nommée Chevalier de l'ordre des arts et des lettres    Les chiffres effarants de la contrebande de pneus en Tunisie !    La Turquie parie sur l'Afrique, pari gagnant    Amel Belhadj Moussa crée un comité de contrôle des institutions en charge de la protection des séniors    Exclusif: Les forces de l'ordre confisquent des équipements au siège du Mouvement Ennahda    Décès d'Abdelmajid Chaker, l'ancien ministre de Bourguiba    Ligue 1 France : Khazri dans l'Equipe type de la J 11    Abdellatif Mekki préconise de revenir sur le coup d'Etat en rectifiant la situation d'avant le 25 juillet    Salon MOOD TALENT: 38e édition l'hôtel à Dar El Marsa du 5 au 7 novembre    Tunisie : Inquiétude des opérateurs économiques face au flou entourant les LF 2022 et complémentaire 2021    Tunisie – météo : Pluies orageuses intenses sur le Nord et le Centre-est    UBCI : PNB en hausse de 9% à fin septembre 2021    Zouhair Maghzaoui revendique l'organisation d'un dialogue national global    Tunisie : Les prix des œufs et des poissons sont désormais encadrés    Bilan Covid-19 : 128 nouveaux cas et un décès    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Atelier de travail sur les perspectives et les défis de l'action syndicale dans le cadre de l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine    Zammour Trekking revient dans une 4ème édition du 4 au 8 novembre 2021    La Fifa et la CAF saluent l'introduction de la VAR en Tunisie    Un fort séisme secoue Taïwan    Barça vs Real Madrid en direct et live streaming : Comment regarder le match?    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Foot-Europe: le programme du jour    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A quelques mois des élections: Quelle crédibilité ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 05 - 2019

A quelques mois de la tenue des élections législatives et présidentielle, la valse des sondages d'opinion se poursuit, certains se contredisent, d'autres vont dans le même sens, mais entre information et orientation de l'opinion publique, le fil est ténu
Récemment, le parti Ennahdha a tiré la sonnette d'alarme sur l'activité des bureaux de sondages d'opinion et sur les possibilités d'influence sur l'opinion du citoyen et les risques de manipulation de ses intentions de vote. Pour Ennahdha, ces bureaux doivent rester en dehors des calculs et tiraillements politiques, et jouer leur rôle en tant qu'acteurs dans la construction démocratique. Même s'il occupe la première position dans les intentions de vote à travers pratiquement les résultats de tous les sondages d'opinion, Ennahdha a tenu à rappeler à l'ordre ces institutions, Sigma Conseil en premier. Ce parti n'est pas le seul à avoir montré ses réserves quant à l'activité de ces bureaux de sondage, dont le nombre reste inconnu, mais les plus importants sont connus de tous, et monopolisent, ou presque, ce marché visiblement très lucratif.
Le dernier sondage, publié hier par Sigma Conseil, montre que le mouvement Ennahdha est, en effet, à la tête des intentions de vote pour ce mois de mai, raflant 18% des voix des sondés. Le nouveau parti Tahya Tounès occupe quant à lui la deuxième position avec 16,5% des intentions de vote, suivi du Parti destourien libre de Abir Moussi (14,7%) et Nida Tounès (11,1%).
Concernant l'élection présidentielle, selon Sigma Conseil, si elles ont lieu aujourd'hui, c'est le professeur en droit constitutionnel Kaïs Saïed qui arrive premier, obtenant 22,4% des voix, suivi de Nabil Karoui (21,8%), patron du groupe Karoui And Karoui. En troisième position, Abir Moussi, présidente du parti destourien libre avec 12,4%.
Il y a quelques jours, le bureau Emrhod Consulting a publié son baromètre politique pour le mois courant, montrant que le parti Ennahdha est toujours en pole position dans les intentions de vote pour les prochaines élections législatives. Selon Emrhod Consulting, Ennahdha arriverait largement en tête des législatives d'après le baromètre politique du mois de mai avec 18% des intentions de vote. Un recul de 3,2 points par rapport au baromètre du mois d'avril, est toutefois constaté. Nida Tounès et Tahya Tounès connaissent aussi un recul dans les intentions de vote. Nida Tounès qui arrive deuxième du baromètre, est crédité de 6% des voix et Tahya Tounès, troisième, de 5,8%. Derrière, le Parti destourien libre, avec un taux de 4,3%, suivi du Courant démocrate avec 3,8% et du Front populaire avec 2,2%.
Pour ce qui est de la course au Palais présidentiel de Carthage, selon Emrhod Consulting, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, serait le candidat favori des sondés avec un taux de 9,8% des intentions de vote pour le mois de mai. Son concurrent direct, la grande surprise, c'est Nabil Karoui, patron du Groupe Karoui And Karoui qui détient la chaîne Nessma.
Les sondages objet de controverse
Vous l'aurez remarqué, en seulement quelques jours, deux sondages d'opinion se sont contredits et ont affiché des résultats divergents, notamment en ce qui concerne l'élection présidentielle. Quelle crédibilité pourrions-nous accorder, alors, à ces instruments de mesure d'opinion ? La question n'est pas si simple.
De nos jours, même dans les pays les plus démocratiques, les sondages d'opinion et leurs résultats font toujours l'objet de controverse et parfois de critique, certains sont mêmes décrédibilisés. Les sondages sont-ils vraiment capables de prévoir les résultats des élections ? Savent-ils vraiment nous dire ce que pense une population donnée ? Même si les sondeurs eux-mêmes, et les journalistes reconnaissent que ces instruments ne sont qu'une photographie instantanée de ce qu'un groupe de personnes pense, les sondages sont néanmoins utilisés par les analystes et notamment les politiciens comme arme de persuasion. La question de la crédibilité des sondages d'opinions a été relevée depuis leur naissance pendant les années 30 aux Etats-Unis. Outre les éventuelles intentions de polarisation politique, on leur reproche d'ailleurs une incapacité technique et scientifique à connaître et prévoir même approximativement l'opinion publique. Comment expliquer alors l'exactitude de certains résultats de sondages ?
Pour répondre à cette question, il faut tout d'abord se pencher sur le mode de fonctionnement de ces instruments. Généralement, ces bureaux utilisent la méthode des quotas pour effectuer ces sondages dits représentatifs. En effet, cette méthode correspond à identifier les catégories d'une population mère pour prélever un échantillon de chacune en vue de s'assurer de sa représentativité. Ainsi, par exemple, le bureau Sigma Conseil opère ses sondages sur un échantillon de 800 personnes, tout en affirmant avoir représenté toutes les catégories sociales (âge, sexe, emplacement géographique…) et respecté les marges d'erreur. Mais 800 personnes peuvent-elles prévoir les intentions de vote d'une population de plus de 11,5 millions d'individus ? C'est à ce niveau que tout se joue, les résultats de ces sondages sont parfois exacts, mais ne parviennent pas, quelquefois, à prévoir l'acte d'élection.
Dans ce sens, des questions se posent sur la capacité des sondages à influencer l'opinion publique, l'orienter et même la manipuler. Omniprésents, ils ne peuvent pas rester sans influence sur l'opinion des électeurs, notamment dans une année électorale. Il serait utile de rappeler que la sociologie électorale distingue, généralement, deux effets à la publication d'un sondage électoral : l'effet bandwagon et l'effet underdog. Le premier correspond au phénomène selon lequel la probabilité qu'une idée soit adoptée augmente en fonction de la proportion d'individus l'ayant adoptée auparavant, c'est aussi l'effet de mode. Le deuxième correspond à l'effet inverse, c'est le fait d'adopter une position contraire à celle de la majorité, et montrer, par exemple, une sympathie pour un candidat annoncé perdant.
Absence de réglementation
Le nombre des instituts de sondage opérant en Tunisie reste inconnu, ils sont nombreux, puisque les bureaux d'études et de consulting se convertissent parfois en instituts de sondage, pour centrer leur activité sur les sondages destinés aux entreprises et aux domaines économique et publicitaire.
Quant aux sondages portant sur la vie politique, appelés baromètres politiques, une «poignée» de bureaux monopolisent le marché. L'activité de ces derniers a vu le jour après le 14 janvier, un double enjeu politico-économique étant le principal motif. Mais pour ce qui est du cadre légal en Tunisie, le secteur reste livré à lui-même en l'absence de réglementations précises portant sur la transparence de ces bureaux, notamment en ce qui concerne l'échantillonnage, la date de publication des résultats, les relations qui naissent avec les médias, et précisément le financement de ces études. La loi électorale de 2014 interdit, rappelons-le, la publication de résultats de sondages durant la période électorale, y compris les jours du silence électoral. En l'absence également d'un comité indépendant de sondages qui devra être composé de statisticiens, de juristes et de spécialistes des médias qui interviendraient pour prévenir les éventuels abus, l'activité de ces sondages demeurera une source de controverse.
Il serait utile de rappeler que la loi électorale de 2014 avait stipulé la promulgation d'une loi réglementant les sondages d'opinion en Tunisie, qui n'a pas, jusqu'à présent, vu le jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.