Ons Jabeur écarte de son chemin la 3ème mondiale Karolina Plíšková et se qualifie pour les quarts de finale du Qatar Total Open    Coronavirus : Sonia Bechikh appelle à éviter le port des masques de protection pour les personnes non contaminées    Tunisie : Le pays aux deux Etats dans l'Etat : L'Etat tunisien et l'Etat de Carthage    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Des députés dénoncent l'absence d'une représentativité régionale dans le gouvernement    En vidéo : Le digital au cœur du congrès international de l'Ordre des Experts Comptables de Tunisie    Double nationalité, Korchid demande des explications à Fakhfakh    Entreprises publiques en difficulté | Une bombe à retardement    CONDOLEANCES : Mounira BELHADJ    La grippe porcine fait 1 mort à Béja    Mansour Moalla célébré pour son œuvre et la pertinence de ses analyses visionnaires (Album Photos)    Les membres du gouvernement Fakhfakh répartis par gouvernorat    Modernisation du canal Medjerda : Prêt de 27,5 millions d'euros de la KFW    Abir Moussi : La corruption a été lancée lors du gouvernement de la Troïka dans lequel Fakhfakh avait occupé des postes ministériels    Samsung Blues Festival du 06 au 10 mars 2020 au palais Ennejma Ezzahra (les artistes en vidéos)    Plan gouvernemental de Fakhfakh : Tolérance zéro pour le crime, le terrorisme et la corruption politique    Crédits d'investissement destinés aux PME : L'Etat prend en charge 3 points du taux d'intérêt    Gouvernement Fakhfakh : Ennahdha votera la confiance    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale    Discours intégral d'Elyès Fakhfakh devant le Parlement    Prévisions météorologique de l'INM : Retour des pluies au début du mois de mars    Football : LA FTF dévoile le calendrier du reste de la saison    Ligue des champions : Suivez les quarts de finale sur Tunisie Numérique    Programme TV du mercredi 26 février    Tunisie: Le vote en faveur du gouvernement de Fakhfekh n'est pas un “chèque en blanc”, selon un dirigeant d'Ennahdha        CAN 2021 : Le Zimbabwe interdit d'accueillir les matchs internationaux    CAN 2021 (éliminatoires) : les arbitres des matches de la Tunisie face à la Tanzanie    Mohamed Ennaceur appelle à une conférence nationale élargie pour sceller une véritable union nationale sur des programmes consensuels    Coronavirus : un Français est mort à Paris    BCT | Evolutions économiques et monétaires : Un taux d'inflation moyen de 5,3% en 2020    Zamalek – Espérance de Tunis : Sur quelle chaîne voir le match ?    Inspection comportementale en profondeur, la surveillance avancée des processus pour contrer les attaques    Un deuxième terroriste abattu à Kasserine    Stress hydrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 février à 07H00    Festival International Les Francophonies de Sousse du 5 au 8 mars 2020 (Programme)    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Décès de l'ex président égyptien, Hosni Moubarak    Contrepoint | Culture : à la recherche d'une vision    Festival du Rire de Tunis 2020 | Laurent Baffie : un humour transgressif    Hosni Moubarak n'est plus    «La conférence des oiseaux» de Naoufel Azara à El Teatro : Une élévation par le texte et la mise en scène    L'humoriste Samia Orosemane en tournée internationale fait une pause au Royal Thalassa Monastir    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    Programme TV du mardi 25 février    Le quinzième épisode du festival Jazz à Carthage 2020    Le festival « Sicca Jazz » du Kef souffle sa sixième bougie!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Samir Gharbi: Pourquoi la Tunisie n'a pas été invitée par l'Allemagne à la Conférence de Berlin sur le conflit libyen?
Publié dans Leaders le 18 - 01 - 2020

La question taraude l'esprit des citoyens tunisiens qui se sentent « humiliés ». Mais je peux vous dire qu'elle indiffère les dirigeants politiques du pays, qui n'ont rien fait pour convaincre l'Allemagne de les associer à la Conférence de Berlin (19 janvier) dont les débats intéressent aussi les citoyens tunisiens pour des raisons de sécurité et des raisons humaines…
Le pays accueille les Libyens – touristes et réfugiés – depuis 2011, ils accueillent aussi les réfugiés africains qui fuient le pays. Ils fournissent aux Libyens produits alimentaires, médicaments, et autres produits de première nécessité. Les cliniques tunisiennes les soignent (parfois au prix fort), mais les hopitaux publics aussi. Parfois les Libyens partent sans payer faute d'argent. Des factures importantes sont accumulées et attendent d'être payés un jour (les services de l'Etat en connaissent les montants).
Ils sont effrayés par les conséquences du conflit sur leur sécurité : infiltration des terroristes, transferts d'armes et de munitions au profit des combattants jihadistes tunisiens…
Tous ses arguments ont été balayés par les Allemands ? Pourquoi ?
Pourquoi d'autres pays voisins – comme l'Egypte et l'Algérie – ont-ils été invités et pas nous ?
La Libye a des frontières terrestres plus de 4 300 km avec 6 pays : Egypte (1150 km), Tchad (1 050), Algérie (980), Tunisie (460), Soudan (380) et Niger (340). Elle a d'importantes frontières maritimes avec plusieurs pays, dont une importante avec la Tunisie (le fameux plateau continental pour le partage duquel un conflit armé été évité de justesse du temps de Bourguiba).
En toute logique, la Tunisie aurait dû être invitées : pour les effets néfastes du conflit actuel sur le pays ; pour le voisinage historique, les relations économiques et humaines ; pour le rôle déjà joué par la Tunisie depuis 2012 (accueil des réfugiés, transit humanitaire vers la Libye) ; pour le rôle joué pendant l'embargo aérien contre la Libye en 1992 (l'aéroport de Djerba avait servi de zone de transit pour tous les voyageurs libyens) ; etc.
Alors pourquoi ce déni allemand ?
Je tente une explication:
L'incurie de la diplomatie tunisienne depuis 2011 ;
L'implication de certaines parties politiques tunisiennes en faveur de tel ou tel clan en conflit ;
Les séquelles de l'affaire de l'extradition en catimini par la Tunisie de l'ancien Premier ministre libyen (proche de Kaddafi), Baghdadi Mahmoudi, en juin 2012…
L'incapacité des dirigeants à convaincre les diplomates allemands (venus à Tunis) de la neutralité tunisienne et de la capacité tunisienne à apporter un « plus » à la Conférence.
Sur le dossier libyen, les autorités tunisiennes et les partis politiques influents tirent à hue et à dia : elles tergiversent sans cesse dans les coulisses…
Il est probable que les parties libyennes en conflit aient fait part aux Allemands de leur avis sur une éventuelle participation tunisienne.
Le gouvernement a pris soin de consulter, sur une base bilatérale, l'ensemble des pays impliqués. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a séjourné à
Tunis, les 27 et 28 octobre 2019. Il a eu des entretiens avec le président Kaïs Saied (voir lien). Heiko Maas a aussi discuté avec le ministre des Affaires étrangères, Khemais Jhinaoui. Le lendemain, 29 octobre 2019, on apprend que ce dernier, en poste depuis janvier 2016, a été limogé (ou qu'il a démissionné)… Sans aucune explication. Y a-t-il une relation de cause à effet avec la Conférence de Berlin ?
Le ministre allemand s'est également rendu à Alger. Et au final, c'est l'Algérie qui a été choisie pour participer à la Conférence de Berlin.
Que faut-il retenir de tout cela ? L'esprit cartésien des Allemands – ils exigent la qualité et l'efficacité chez eux comme chez leurs partenaires – doit inciter les Tunisiens à ne pas pleurnicher sur « Berlin ou pas Berlin », mais à se regarder en face pour faire leur autocritique sereinement et efficacement. Ils doivent aussi savoir peser sur l'après-Berlin : en négociant plus fermement que jamais les modalités de la sécurisation de nos frontières avec la Libye et de l'accueil des réfugiés libyens et africains (organisation sur notre sol des secours, de l'hébergement, de l'alimentation et des soins). En mémoire, la Turquie a perçu 3 milliards d'euros (1e tranche) pour l'accueil des migrants clandestins de la part de l'Union européenne (accord de mars 2016).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.