Par Abdelaziz Gatri : Président ou mufti ?    Dernière minute – Coronavirus : 112 nouvelles contaminations locales à Gabes    Taoufik Baccar : Une nouvelle contre-performance à inscrire au registre des gâchis économiques et financiers des 10 dernières années …    Ligue des Champions : Le Bayern Munich écrase comme jamais le FC Barcelone (8-2)!    Tunisie: Décès à Monastir d'un patient au coronavirus rentré le 6 août de France    Enda Tamweel poursuit l'expansion de son réseau et ouvre sa 100ème agence à Ennadhour    Le Président de la République et l'Emir du Qatar ont tenu une importante conversation téléphonique    Tunisie | 56 nouveaux cas de contamination par le Coronavirus dont 49 locaux    «On pensait que le match était plié, c'est dur !»    Un Clasico EST-CSS sans couleur, à l'USM la meilleure affaire de la 19ème journée    La goutte de trop pour les Libanais    Pic de mortalité de jeunes enfants    Le double jeu d'Israël avec la Turquie en Méditerranée orientale    La solidarité en partage    «La vraie vie» d'Adeline Dieudonné    ''Les solutions existent encore mais leur application requiert de l'audace politique''    Officiel: Willian signe trois ans à Arsenal    Festival Méditerranéen de La Goulette : 15 spectacles tunisiens du 15 au 30 août 2020    1.241 nouveaux cas confirmés en 24 heures au Maroc    Tunisie : Baisse de 59% des recettes touristiques    Ridha Saidi : « La situation économique en Tunisie est difficile , mais pas insurmontable »    Rafik Darragi: Le complexe du mâle en question    Paris et Marseille ''zones actives'' de circulation du coronavirus    Impact de la crise du COVID-19 sur le secteur privé : Appréciations mitigées    Covid-19: Installation du laboratoire militaire mobile à Gabès lundi    Mouvement de mutation dans le corps judiciaire : La magistrature commence-t-elle à respirer ?    Tunisie: Démantèlement d'une cellule takfiriste à Médenine planifiant de rejoindre des djihadistes à l'étranger    Femmes agricultrices : Une main forte dans la sécurité alimentaire    Classico | l'EST et le CSS se neutralisent : Un petit quart d'heure de pur bonheur...    POINT DE VUE | Stades démunis !    Noureddine Nebli revient sur le nul concédé devant le CA : «Déçu par le résultat...»    «Enfas» de Dalila Meftahi à «Sahriyet été 2020 à Hammamet» : Une œuvre subtile et engagée    5e édition du Festival de la Medina à Hammamet : Maintenue malgré tout    Projet « Hkeya Fi Hkeya» au Kef : Suivons les traces des contes    Egalité dans l'héritage : Saïed ne revient pas sur sa position et insiste sur la clarté du texte coranique    Le PDL devance Ennahdha, selon Sigma Conseil    Programme TV du vendredi 14 août    Tunisie: Les femmes moins corrompues que les hommes, selon Chawki Tabib    Qui est la créatrice de la robe d'Ichraf Chebil ?    Moktar Lamari - Quand la Banque centrale de Tunisie tire la sonnette d'alarme!    Tunisie : Programme des rencontres de Mechichi ce vendredi    Météo : La hausse des températures se poursuit    Fête de la femme tunisienne : L'UGTT appelle à la ratification de la Convention de l'OIT relative aux droits des travailleuses domestiques    La galerie Essaadi célèbre la femme    En vidéo: Kmar Ben Soltane parle de son rôle dans l'Albatros    Algérie : Secousse tellurique à Blida    Nouvelles frappes israéliennes sur Gaza    1499 nouveaux cas confirmés et 23 décès en 24 heures au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kais Saïed est-il si sûr de « ses hommes » ?
Publié dans Leaders le 16 - 02 - 2020

L'annonce des nouveaux ministres des Affaires étrangères et de la Défense nationale dans le gouvernement encore entre crochets d'Elyès Fakhfakh suscite des interrogations. Après avoir désigné Khaled Sehili à la tête de la diplomatie et Adel Derouiche pour diriger le ministère de la Défense, dans le cabinet avorté d'Habib Jemli, le président Kais Saied est revenu sur ses choix et changé de fusil d'épaule. Quarante cinq jours après, il a retenu respectivement Noureddine Erray, ambassadeur à Oman et Imed Hazgui, magistrat, président de l'Instance nationale d'accès à l'information. Evidemment, c'est son droit que de changer d'avis. En bonne transparence, il aura certainement l'occasion d'expliquer les motivations de sa décision et réfuter la thèse de ceux qui injustement l'accusent de volte-face.
Juste pour éclairer la lanterne des lecteurs, la constitution ne mentionne aucun domaine réservé au chef de l'Etat. Mais, pour ces deux fonctions, les nominations se font en concertation entre le chef du gouvernement et le président de la République. L'initiative de proposition appartient cependant à celui désigné pour former son cabinet, et il se doit de s'en concerter avec le chef de l'Etat sans obligation dument mentionnée de se rallier à son avis.
« Suggéré ou emprunté ?»
Une autre nomination ne passe pas inaperçue : celle de Hichem Mechichi en qualité de ministre de l'Intérieur. Il y a dix jours seulement, le Journal officiel annonçait sa nomination en qualité de Conseiller principal auprès du président de la République, chargé des affaires juridiques (Décret N° 2020 – 07, en date du 4 février 2020). Est-ce le président Saïed qui a « suggéré » son nom à Fakhfakh où est-ce ce dernier qui a tenu à « l'emprunter » au Président ? Une réponse s'impose.
Le cas Bettbaieb
Déjà avant de clore ses premiers cent jours au palais de Carthage, le président Kaies Saied a dû opérer des « ajustements » quant à la composition de son équipe. Si l'ambassadeur Tarek Bettaieb, a accompli comme annoncé dès le départ sa mission de trois mois, en tant que « chargé de la coordination » du cabinet présidentiel, pour regagner fin janvier son poste à Téhéran, le tout puissant ministre-conseiller qu'était alors l'ambassadeur Abderraouf Betbaieb, nommé le 31 octobre dernier, a été « poussé » à la sortie, le 4 février. A-t-il fauté ? Et en quoi ? Il a un honneur à défendre, il y a une explication redevable aux Tunisiens, et une suite, si nécessaire. Rien ne saurait rester sous silence.
Commentant le limogeage de Baati, la communicante de Carthage a déclaré à notre confrère Assabah que ceux qui ont commis des fautes en assumeront leurs responsabilités. Ctte règle et-elle réservée à Baati ou doit-elle s'appliquer à tous ?
Dans la foulée, c'est le chef de Protocole, Tarek Hannachi (conseiller des Affaires étrangères, ayant servi notamment à Benghazi et Alger), nommé en décembre 2019, qui regagne son département d'origine. Là aussi, pourquoi ? Le palais bruit de rumeurs qu'une communication transparente aurait dissiper. C'est Naoufel Hdia, jusque-là sous-directeur aux Affaires étrangères qui lui succède.
Décapitations en série
Quant aux limogeages prononcés par le Président Kais Saied depuis son accession à la magistrature suprême, ils sont significatifs. Après les ministres Abdelkrim Zbidi (Défense) et Khemaies Jhinaoui (Affaires étrangères), ce fut le tour des ambassadeurs Abdelaziz Rassaa (Paris) et Moncef Baati (New York), sans oublier Ali Lachaal, consul général à Paris, et ce dans les conditions que tous connaissent. Un point juridique se pose particulièrement pour le limogeage de Baati : qui est habilité à prendre cette décision ? Est-ce le président de la République qui lui avait remis ses lettres de créance ou le ministre des Affaires étrangères qui avait pris le décret relatif à sa nomination, et portant la signature du chef du gouvernement. Sans parler des communiqués de presse officiels et les déclarations de porte-paroles de Carthage et du MAE à ce sujet.
"C'est tout-à-fait normal, relativise un proche de Saied. Un nouveau chef d'Etat qui, au surplus, n'est pas issu du sérail, a toute la latitude de composer et recomposer son cabinet ajoute-t-il. C'est une période d'amorce où il prend ses marques et qui va se clore rapidement", rassure-t-il. Sans convaincre !
Pour introduire une note apaisante, disons que la satbilité au sein du cabinet présidentiel est au moins illustrée par la gent féminine. Rachida Ennaifar a été maintenue en cheffe de Comunication, et Nadia Akacha, déjà conseillère principale, promue ministre - directrice du cabinet présidentiel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.