Tunisie : 19 décès en un seul jour    Officiel : Baisse du taux d'intérêt directeur de la Banque Centrale de Tunisie de 50 points de base pour le ramener à 6,25%    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture mercredi dans le rouge    De gros risques de déstabilisation régionale    Le mouvement Amal surpris par les accusations de Macron    Macron promet « la médiation », Poutine dénonce des « pressions »    LA BH BANK lance son Centre de Développement des Compétences «BH Academy»    Coronavirus – Espérance de Tunis : deux premiers joueurs testés positifs    Le Chef du gouvernement rappelle à l'ordre ses ministres !    Tunisie: 91 nouvelles infections au coronavirus à Sousse    Une fenêtre ouverte sur le monde...    Tunisie: Le gouvernement de Mechichi a perdu le contrôle de la gestion de la crise du Covid-19, selon Ahmed Néjib Chebbi    Covid-19 | L'UGTT appelle le gouvernement à mobiliser les fonds nécessaires pour préserver la santé des élèves et du corps enseignant    30 ans, asymptomatique mais décédé du Covid    Les producteurs d'huile d'olive du nord-ouest formés aux normes COI pour évaluer leur production    Exposition "Un siècle de peinture en Tunisie" à la Galerie Alexandre Roubtzoff    L'UE demeure le premier partenaire commercial de la Tunisie    Roland Garros : On Jabeur qualifiée au deuxième tour    Tunisie: Nouveau décès lié au coronavirus dans une clinique privée à Sousse    Réunion du Comité de pilotage des projets du patrimoine culturel "Tounes Wejhetouna"    Vidéo – Buzz : Akon City: la ville futuriste rêvée du chanteur sénégalo-américain Akon en Afrique !    Quelle loi de Finances pour un temps de crise économique ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 30 Septembre à 11H00    Tunisie – Coronavirus: l'entraineur de l'EST Mouine Chaabani et son staff et l'entraineur du CA Lassaad Dridi contaminés    PBR Rating : en 2020, le déficit budgétaire se situerait entre 7% et 8%    Le bénéfice du Vaccin Antigrippe est plus important...    Orange Campus Africa, la nouvelle plateforme de formation en ligne africaine d'Orange    Le parc d'activité de Zarzis s'apprête à recruter 400 ingénieurs    L'ATFD organise un débat sur "pour une autre Tunisie possible"    ODC : un plan d'action pour préserver le pouvoir d'achat des citoyens    Thiago Alcantara testé positif au coronavirus    Boules et pétanque | Championnat national (10e journée) : Dhouib et El May confirment    Exposition collective à la galerie d'arts du nouveau centre culturel baptisé «Kdanse»à Sousse : Les retrouvailles...    « Kom Lel Moumathel », de Walid Ayadi à El Teatro : Le comédien, de la réalité à la scène    Samir Makhlouf, lauréat du Comar d'or 2020, à La Presse : «Je ne viens pas de la littérature, je viens de l'écriture»    Tunisie: Le Conseil de la magistrature appelle les magistrats à préserver l'indépendance et le prestige de la justice    6 ministres du gouvernement Fakhfakh ont déclaré leur patrimoine    Handball : Composition du nouveau staff technique de la sélection tunisienne    Tunisie : Entretien téléphonique entre le ministre des affaires étrangères et son homologue yéménite    Habiba Ezzahi Ben Romdhane: Le Covid-19 n'est pas une Pandémie, c'est une Syndémie    Covid-19 : La plupart des entreprises africaines ont subi un impact négatif de leur CA    Météo : Températures en légère hausse    L'auteur de l'attaque de Paris ''révolté'' contre les caricatures de Mahomet    Peut-on se trouver privés d'IPTV ?    Tunisie: Sauvetage 68 migrants subsahariens au large de Ben Guerdane    Tunisie: Le secrétaire d'Etat américain à la Défense attendu demain mercredi à Tunis    Patrimoine : L'INP lance un appel à candidatures pour la formation internationale 2021    Le voyage en Tunisie est interdit aux ressortissants britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie - Droit et révolution : quelle relation ?
Publié dans Leaders le 07 - 08 - 2020

Par Kahena Abbes - Lorsqu'on suit de près les discussions entre les députés soit au parlement, soit entre les représentants des différents partis politiques dans les médias, un constat s'impose : l'aspect juridique est dominant. À titre d'exemple, à maintes reprises, on a entendu parler du règlement intérieur de l'assemblée parlementaire pour évoquer tel ou tel vice de forme ou telle irrégularité, on n'a pas cessé de citer les prérogatives du président de la République, Mr. Kaïs Saïed en comparaison avec ceux du président du parlement M. Rached Gannouchi ou de chef de gouvernement par intérim M. Ilyes Fakhfakh. Car, ne l'oublions pas, le régime politique actuel a pris naissance après tout un processus qui fut essentiellement juridique.
Après la chute de l'ancien régime, plusieurs réformes ont été adoptées et ont donné naissance à de nombreuses institutions à l'instar de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution de la réforme politique et de la transition démocratique, l'Instance nationale de lutte contre la corruption, l'Instance supérieure indépendante des élections, L'instance de la communication audio visuelle ayant toutes pour but de réaliser les objectifs de la révolution et d'assurer la transition démocratique.
Au cours de cette période, le droit était considéré dans un premier temps comme un outil de changement, puis, à partir de l'élection de l'Assemblée constituante, comme étant l'expression de la volonté populaire.
Cependant, la question fondamentale relative à la répartition des richesses, qui avait été à l'origine des premiers soulèvements à l'intérieur du pays, n'a pas été débattue, car les problèmes d'ordre économique ont été souvent occultés.
Il faut noter aussi que la révolution tunisienne n'a pas été guidée ni même récupérée par une élite capable d'adopter les revendications du peuple pour aborder les grandes questions d'ordre culturel, ou celles relatives à la liberté, dignité, citoyenneté, justice, relation gouvernant/gouverné, à l'exception de quelques voix isolées.
C'est pour cette raison que les discussions de l'Assemblée constituante ont été souvent focalisées sur la question identitaire, la laïcité, le rapport religion /Etat, au point de diviser le pays en deux camps les islamistes d'un côté, des modernistes de l'autre.
On a estimé à partir d'une vision archaïque de la politique, qu'il suffirait de réorganiser le pouvoir politique par l'adoption d'une nouvelle constitution, pour que les objectifs de la révolution soient réalisés ,à savoir égalité dignité et justice. Or, jusqu'à nos jours, la mise en place des nouvelles institutions constitutionnelles comme la cour constitutionnelle n'a pas été accomplie. Elle est devenue une source de conflits entre les partis politiques qui tentent d'en assurer et le contrôle et l'alliance.
En réalité, le droit a été relativement réduit à sa fonction procédurale en l'absence d'une vision politique, culturelle, sociale ou économique, par conséquent, il ne pourra ni introduire les changements espérés, ni accomplir sa mission initiale, celle de donner naissance à un Etat de droit.
La prolifération des textes juridiques entamée au cours de la transition démocratique, en permettant l'émergence d'une nouvelle classe politique, a été instrumentalisée par celle-ci.
C'est ce qui explique dans une large mesure l'attitude du citoyen face à la loi, son refus de s'y conformer ou de s'y soumettre, car celle-ci est perçue comme un instrument de pouvoir, non comme un référant de justice, de paix sociale et d'égalité, pour des raisons qui dépassent le contexte actuel, qui sont aussi bien historiques que culturelles.
Parmi les déviations commises par les partis politiques au cours la période postrévolutionnaire, il y a la favorisation du discours identitaire au détriment de la citoyenneté fondée sur le respect de la loi.
Ainsi, ces partis n'ont pas mis en valeur les droits et obligations attribués à un citoyen, lui permettant de gérer sa relation aussi bien avec autrui qu'avec les institutions. Ensuite, il y a eu l'élaboration d'un consensus entre les partis politiques au pouvoir, afin de prouver que l'application des règles juridiques serait tributaire de la volonté politique des gouvernants.
Or, une loi ne peut se réduire à son aspect formel procédural, elle est beaucoup plus qu'un simple instrument de pouvoir, beaucoup plus que l'expression d'une volonté populaire attribuant à la classe gouvernante une certaine légitimité. Il s'agit d'un accord assez rationnel pour vivre ensemble dans la paix, la sécurité et la dignité, dont le but serait d'introduire un équilibre entre les différentes forces et classes sociales.
Le droit n'est pas dépourvu de toute portée idéologique, il ne saurait à lui seul opérer les changements socio-économiques. Les vrais débats relatifs à la définition de la liberté, qu'elle soit individuelle ou collective, n'ont pas été entamés, aucune remise en question sérieuse quant au modèle économique, le débat relatif au modèle de société est complètement à reconstruire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.