Débat Parlement-Gouvernement : Rached Ghannouchi reçoit les ministres intervenants    [TRIBUNE] Décapitation de Samuel Paty : Macron ou l'art de noyer les maux de la société française    7 nouveaux décès en un seul jour à Sfax    Mohamed Ghariani : Oui, il y a un accord de principe avec Ghannouchi    L'ambassadeur du Sultanat d'Oman chez le ministre de la Justice    La FTH signe une convention avec l'Association Edhiafa pour accueillir les hébergements touristiques de petite taille    Démarrage au Parlement de la plénière consacrée au dialogue avec le gouvernement    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 26 Octobre 2020 à 11H00    Tennis | Classement WTA : Ons jaber à la 31e place    Tunisie: Nabil Karoui: "nous n'avons jamais été en conflit avec le parti Ennahdha"    FOCUS BUSINESS | L'apport de la Bourse à l'économie    Digitalisation de l'administration : C'est parti !    Panoro Tunisie fait deux annonces importantes    MEMOIRE : Sadok ben Ghorbal    REMERCIEMENTS ET FARK : Habib BEN GHAZI    Ons Jabeur : C'est mon meilleur classement... Merci tout le monde    Espérance de Tunis : Taha Yassine Khenissi et Ibrahim Ouatara restent    Systematech | Hébergement : Le digital, nouvelle arme des foyers universitaires    Kairouan | Annulation des festivités du Mouled : Les avis sont mitigés    Tunisie – météo : Les perturbations météorologiques se poursuivent cette semaine    Tunisie – Coronavirus: contamination de 3600 personnes en 3 jours    Les indiscrétions d'Elyssa    Lettre ouverte au Ministre de la Culture : Les tenants et les aboutissants de la fermeture de l'Acropolium    Saïma Sammoud, directrice générale du Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes Ennajma Ezzahra, à La Presse : «Nous espérons transformer le Cmam en une véritable plateforme d'opportunités…»    "Mindfulness" de Sawsen Laouiti, un voyage onirique dans un univers fait d'origamis et de papier    Oscars 2021 : l'appel à candidature pour les producteurs de films tunisiens prolongé au 15 novembre    Mercato : Rami Bedoui et Ahmed Akaichi vers le Koweït    Le Ministre du Tourisme présente ses condoléances à la famille de Wahid Sghaier    Tribune | TRUMP-16 vs COVID-19 : La démocratie américaine entre le marteau et l'enclume    Volleyball | Quel avenir pour l'étoile du Sahel ? La déroute douce...    D'un sport à l'autre    L'ICTJ lance le prix artistique" Create to Connect" en réponse à la crise de la Covid19    Le ministère des domaines de l'Etat récupère plus d'un million de dinars suite à la liquidation d'une société appartenant à l'ex RCD    Par Amine Ben Gamra : COVID-19 et l'obligation d'intégration économique des pays du Maghreb dans un marché unique    Tunisie: Quatre décès liés au Covid-19 en une seule journée à Kasserine    Tunisie : Prolongation du couvre-feu à Sousse à partir d'aujourd'hui    Tunisie : Hausse du nombre des décès à la Manouba    Projet de loi de finances 2021 : relèvement de l'IS à 18% pour les sociétés totalement exportatrices    La judokate tunisienne Nihel Cheikhrouhou décroche l'argent au Grand Slam de Budapest    Macron publie un tweet en arabe : «Rien ne nous fera reculer, jamais»    Erdogan a insulté Macron après le meurtre d'un enseignant près de Paris. La France rappelle son ambassadeur en Turquie.    Samsung annonce le décès de son patron, Lee Kun-hee    Tunisie : VIDEO : Kourchide : Oui pour défendre le prophète mais pas en coupant des têtes !    La France rappelle son ambassadeur à Ankara    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Quand pèse l'incertitude    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le général Habib Ammar est décédé : fin d'une vie tumultueuse
Publié dans Leaders le 13 - 09 - 2020

Un an seulement après la mort de son frère d'arme Zine El Abidine Ben Ali, le général de brigade Habib Ammar est décédé samedi à l'âge de 84 ans. L'officier général qui avait été sur de nombreux fronts en Afrique et au Moyen-Orient, était converti au lendemain du coup d'Etat médical du 7 novembre 1987, dont-il était l'âme, ministre de l'Intérieur, juste pour une année, avant de connaître un exil doré en tant qu'ambassadeur à Vienne pendant 7 ans. De retour à Tunis, entre traversées de désert successives, il sera désigné ministre des Télécommunications, président du Comité d'Organisation des Jeux Méditerranéens Tunis 2001n puis du Sommet mondial sur la Société de l'Information, SMSI 2005.
Le général Ammar avait consigné ses mémoires dans un livre intitulé « Parcours d'un soldat : entre le devoir et l'espoir », publié en 2017. Natif de Sousse en 1936, orphelin du père à l'âge de neuf ans, il devra aura la chance de faire partie juste au lendemain de l'indépendance en 1956, de faire partie de la toute première promotion de jeunes tunisiens embrassant la carrière militaire à être envoyés en formation à Saint-Cyr en France. Avec pour camarade, Zine El Abidine Ben Ali. Il revient dans son livre sur sa formation en France, aux Etats-Unis et en Italie, sa carrière militaire, ses missions au Congo, en Angola et en Jordanie et sa mission à la tête de la Garde nationale. Nommé ministre de l'Intérieur, le 7 novembre 1987, il détaille les conditions de son limogeage et mise en résidence surveillée, puis son « éloignement » en tant qu'ambassadeur en Autriche.
D'un caractère entier
Avec Ben Ali, Habib Ammar avait entretenu une relation cordiale, mais aussi tumultueuse, passionnelle, entre épris et dépris. Entier et impulsif, il n'hésitait pas à lui dire et à faire tout ce qu'il pensait approprié. A quelques minutes du déclenchement du coup d'Etat du 7 novembre, il l'avait menacé de ne pas aller à El Aouina sortir les chars de la Garde nationale et les conduire pour encercler le palais de Carthage, s'il persistait à nommer Hamed Karoui en tant que Premier ministre. Son préféré à lui était Hédi Baccouche. Que de foix Ben Ali et Ammar s'étaient trouvés complices et que de fois en froid, puis le président mettant en disgrâce son ami, avant de le repêcher et l'amadouer... Habib Ammar en souffrait, cherchant toujours lors des périodes de retour en grâce à prouver à son ami devenu chef de l'Etat, qu'il peut toujours compter sur lui, en hors-pairs. Sauf qu'à Carthage, l'arrivée de la nouvelle épouse de Ben Ali faisait souffler des vents contraires, peu favorables aux retrouvailles intenses. Ammar s'était en effet opposé à ce mariage ce qui lui en coûtera, comme à d'autres.
Un logisticien chevronné
L'allure sportive, la mise toujours soignée, portant chic, avec des costumes bien coupés achetés chez les meilleurs tailleurs de Rome où il avait été attaché militaire, cravates bariolées et mouchoirs en vue, portant des chaussures de la dernière mode, toujours bien cirées, Habib Ammar était charmeur, en permanente séduction. En privé comme en public. En officier et en officiel, il en faisait son secret de leadership. Son verbe sait se faire ferme ou courtois, il a toujours été un homme de commandement et d'organisation. Logisticien chevronné, il avait sur faire réussir l'organisation des Jeux Méditerranéens de 2001. Le succès lui fera moins de chance, avec le SMSI en 2005, non faute de qualité de l'organisation, mais à cause du totalitarisme qu'imposait alors le régime sur la liberté de l'information et sa main mise sur l'internet. Habib Ammar le racontera dans le détail, au fil de ses mémoires.
Ce retour sur ce parcours restitue surtout le fonctionnement d'un système, les intrigues au plus haut du pouvoir et la conduite de certaines grandes opérations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.