Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    A quoi il joue?    Algérie - Maroc (24 – 23)    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    «Libérez ma Patrie» !    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Handball-Mondial │ 1ère journée │ Tunisie-Pologne (28-30): Ça s'est joué sur des détails...    Tunisie – VIDEO : Reprise des affrontements nocturnes à Sousse    Etoile du Sahel : 4 jeunes renforcent l'équipe première    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la deuxième semaine de janvier sur une légère contreperformance    Abdessalem Younsi : "Je suis toujours le président du Club Africain"    Football : Programme TV de ce vendredi 15 janvier 2021    Point de vue: Un championnat atypique !    La poésie en questions: Qui sont les Muses ?    A quand la sortie du tunnel ?    Dix ans après: La corruption à tous les étages    Crise politique: Le péché originel    Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie    Bénéficiez de remises durant le confinement avec Tunisie Telecom    Khemaïes Jhinaoui : « La Tunisie doit montrer au monde sa capacité de se développer et sa volonté de coopérer » (Vidéo)    Météo | Pluies éparses et baisse des températures    Tunisie-Rached Ghannouchi : Les motions de censure à mon égard sont tout ce qu'il y a de plus normal    Tunisie-Ministère de la Santé: Nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests RT-PCR    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    L'ambassadeur de la Tunisie en Belgique: "Plus nous avons des relations avec nos amis, mieux nous nous porterons"    Confinement : mini-concerts virtuels de l'OST ce soir et demain à 21h00    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    L'inscription du couscous et de la pêche à la charfiya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco célébrée à la Cité de la culture    Vient de paraître — « Quelqu'un meurt au sud » de Kamel Hlali: L'art d'arracher le lecteur à la banalité gris-flanelle du quotidien    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





40e jour de son décès : Naama, la voix de la Tunisie
Publié dans Leaders le 25 - 11 - 2020

Rares sont ceux qui connaissent son vrai nom : Halima Cheikh. Mais qui ne connaît pas Naama, la grande voix de la Tunisie qui vient de nous quitter à l'âge de 85 ans. Pas une fête nationale ou familiale, pas un aïd, pas une victoire sportive, sans qu'elle n'entonne de la toute-puissance de ses timbres vocaux son euphorisant chant de victoire «Ellayla Aïd». Synonyme de joie de vivre, d'accomplissement et d'allégresse, Naama incarne la fierté chantée de l'indépendance tunisienne. La Patrie, Bourguiba, l'évacuation, l'espoir, les lendemains meilleurs, la réussite, l'amour et la chance peuplent son répertoire de plus de 800 chansons.
Séparations
La petite fille d'Azmour, jadis un patelin du Cap Bon non loin de Haouaria et Kélibia, vivait mal sa double séparation en débarquant alors tout enfant avec sa maman et son oncle, rue El Bacha, au cœur de la Médina de Tunis. La séparation de ses parents, divorcés et celle d'avec son merveilleux village où elle était née en 1934. L'ambiance de la Médina lui apportera le réconfort tant recherché et la chanson, son refuge. Fredonner son chagrin, sa passion, son rêve.
Précoce, à 11 ans seulement, elle se faisait apprécier pour sa belle voix, suave et montera sur scène lors d'un gala caritatif au profit de l'Association des aveugles. Ses mentors l'encourageront à s'inscrire à la Rachidia, ce grand moule qui perpétuera la tradition du malouf et donnera à la Tunisie ses grands chanteurs.
Ya Habib Tounès
Cheikh Khemaies Ternane prendra soin d'elle, lui offrant ses premières chansons. Salah El Mehdi lui choisira le nom de Naama. Un don de Dieu. La saga commence. A 20 ans, elle est en plein dans l'effervescence du dernier quart d'heure pour la libération de la Tunisie. Naama sera de tous les galas patriotiques. Dès la tunisification de la Radio, elle rejoindra de toute sa fougue, en 1958, l'orchestre musical. Chant d'amour, chant patriotique, chant de victoire, chant de toutes les fêtes : Naama incarne la femme tunisienne dans son exaltation de la vie, de l'amour et de l'espoir. Bourguiba la réclamait sans cesse lors des fêtes nationales et la célébration de son anniversaire, ne résistant guère particulièrement à son affectueuse chanson : «Ya Habib Tounes…»
La réputation de Naama, portée par la radio, dépassera rapidement les frontières. La communauté tunisienne en France la réclamera sans cesse. Elle ira à Paris enregistrer sur disque ses chansons et donner des galas d'un rare succès. Mohamed Jamoussi, prince de Montparnasse, lui sera d'un grand soutien. Plus tard, Mohsen Erraies prendra le relais. De retour de la capitale française, à son premier voyage, elle déclarera sa fascination en couverture de la Revue de la Radio Tunisienne, sous le titre de «J'aurais tant voulu acheter tout ce que j'ai vu !».
En 1966, elle participera avec l'orchestre de la Radio à un grand gala musical à Beyrouth où l'attendra une agréable surprise. Ce soir-là, elle sera élue Miss Monde arabe de la chanson. Trois ans plus tard, sa prestation en Egypte, lors de la célébration en 1969 du millénaire du Caire, la révèlera avec brio à un public connaisseur et exigeant.
Azmour, son choix
Ministre de la Culture, Chedli Klibi tenait à elle, comme sa co-star Oulaya, deux pépites précieuses qu'il ne pouvait laisser s'envoler pour l'étranger. Il fera tout pour les retenir en Tunisie, leur multipliant les marques de considération et de célébration. Naama résistera au chant des sirènes et restera en Tunisie, où mariée et mère de trois enfants, elle se plaisait dans sa vie artistique et familiale. Oulaya, attirée par un grand succès à partir du Caire, s'installera en Egypte où Baligh Hamdi lui ouvrit grandement les portes.
Jamais Naama ne regrettera son choix, surtout lorsqu'elle retrouvera son Azmour natale. Elle s'installera dans une grande sénia où elle se fera construire une belle maison, si agréable pour accueillir ses hôtes avec générosité et amitié.
Saber était là
Elle avait toujours tendu la main aux paroliers, compositeurs, musiciens et gens du spectacle. Naama consacrait tout naturellement une attention particulière aux débutants. Par ses encouragements et ses recommandations, elle les mettait sur orbite. Même quand elle quittera la scène, elle n'omettra jamais de les soutenir, de féliciter chaleureusement les plus talentueux. Saber Rebai s'en souvient encore. Et ce n'est pas par hasard qu'il était, avec Mohsen Erraies, parmi les rares vedettes de la chanson à assister à la cérémonie d'hommage à sa mémoire, organisée le jour de ses funérailles à la Cité de la Culture, avant l'inhumation à Azmour.
Une grande dame de la chanson tunisienne s'éclipse. Témoin de son époque, expression du bonheur, icône d'une Tunisie qui renaissait. La voix de Naama résonnera toujours en nous...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.