Le Ministère de l'Interieur dément les rumeurs sur le décès d'un individu lors des troubles    Par Jawhar Chatty : Kais Saïd est juif, un juif progressiste    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    La présidence de la République dément les déclarations mensongères attribuées à Kais Saied au sujet des juifs    Ali Kooli : Le système de compensation, la masse salariale et les entreprises publiques, les chantiers de 2021    Tunisie – Ali Kooli : Le gouvernement n'a pas de baguette magique !    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    AL Watad annonce son soutien inconditionnel aux manifestants    Coronavirus: La situation épidémiologique à Siliana    Tunisie: En images, marche dénonçant la dégradation de situation sociale à Sousse    L'Ordre des avocats dénonce l'usage ''excessif de la force'' lors des manifestations pacifiques    L'un des plus grands constructeurs de produits électroniques UMIDIGI arrive en Tunisie    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Hand – Mondial 2021 : Mohamed Amine Darmoul 3e meilleur buteur du premier tour    Tunisie [Vidéo]: Reprise des entraînements de l'Olympique de Béja en préparation de la rencontre contre l'US Monastir    Foot – Marché des transferts : une baisse historique en 2020 (Fifa)    UE : le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,3% (décembre 2020)    UTAP : Les agriculteurs menacés par la faillite et le pays par la famine    Le coordonnateur-résident de l'ONU en Tunisie suggère un partenariat avec les médias    Quand le swag de K2rym triomphe du sérieux de Mechichi    Afrique : Le Sénégal, foyer de mégaprojets gaziers ouest-africains, accueille un événement majeur sur la transition énergétique    Une manifestation contre le pouvoir à Sousse    Ce n'est pas une révolution    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    BTE : Un PNB de 50,298 millions de dinars    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Janvier 2021 à 11H00    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    En direct et live streaming, chaîne tv : Juventus Turin – Naples, Super Coupe d'Italie, Finale    Foot-Europe: le programme du jour    REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    Météo| Temps partiellement nuageux sur la plupart des régions    Biens et avoirs détournés: Un fiasco d'Etat ?    La crise accélératrice de changements : Les enseignements qui peuvent guider les orientations futures    NEWS: Le Sahel SC engage Hichem Dali    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «Terrorisme environnemental», au prétoire
Publié dans Leaders le 29 - 11 - 2020

Nejiba Zaier. Magistrat et ex-directrice des études à l'ISM - Aborder l'environnement, implique, évoquer la beauté de la vie, et la préservation de tous ses constituants, éléments sur lesquels sont transfusés les objectifs énumérés par l'article Premier de la convention de Rio de Janeiro de 1992, cet environnement qui ne trouve pas une définition claire et satisfaisante, mais, qui est avancé dans la majorité des textes de manière catégorisée et fragmentée, te qu'il échoit de l'art.2 de la loi du 2 aout 1988, modifiée par la loi n°92-115, du 30 novembre 1992, relative à la création de l'ANPE. Cet environnement, représente non seulement notre quotidien, mais notre avenir à tous, tel que proclamé hautement par Gro Harlem Brundtland, dans son fameux rapport de 1987, «Notre avenir à tous» et par une grande majorité de textes internationaux, œuvrant pour sa préservation et conservation.
A l'heure où l'on peut se réjouir de la constitutionnalisation du droit à un environnement sain, proclamé par la constitution Tunisienne, qui proclame ce dernier parmi l'un des droits de l'homme à l'art.45, corroboré par d'autres textes , dans le processus du développement durable; des catastrophes environnementales ne cessent de s'abattre sur l'environnement, dans un fléau qui n'épargne aucun des éléments constituant ce dernier, prenant une armada de configurations, tributaires de l'essaim d'activités, qui en sont sources et causes.
L'exemple tout récent en Tunisie illustré par le cas des déchets arrivés de l'Italie, et gisant aujourd'hui au port de la ville de Sousse, qui a fait sursauter medias, juristes et environnementalistes, semant discordes et inquiétudes sur le plan de la responsabilité, mais surtout, propageant la peur dans les cœurs et les esprits, la terreur auprès des citoyens de la dite ville, mais aussi auprès de toute la population Tunisienne, vu le danger éventuel et imminent, sur la santé, la mer, l'air, la faune et la flore maritime et terrestre; situation d'urgence environnementale dans toutes ses dimensions à notre sens.
Des questions se poseraient sur l'appréhension du juge de ce genre de crimes, pour une reconnaissance du «terrorisme culturel», compte tenu de l'acuité de l'impact de ces déchets ménagers empilés, et accostés sur nos cotes, et pouvant dégager d'un moment à un autre des catastrophes bactériologiques et chimiques, qui seront révélés dans le rapport d'expertises requises déjà par le juge compétent territorialement.
Ce genre d' actes, nocifs à l'environnement, à un degrés grave et élevé, nécessitent une interprétation des textes, au delà de la simple protection de l'environnement, cette interprétation prend son essence dans un fondement juridique organisé par le droit international, mais résidant aussi, dans les normes du droit interne, deux contextes qui suscitent deux remarques, à savoir, la nécessite d'une reconnaissance du «terrorisme environnemental»; existant déjà dans la nomenclature juridique internationale, et une application des normes relatives à ce dernier, prenant allure dans le droit interne évoluant à cet insu.
I-Nécessite d'une reconnaissance du «terrorisme environnemental» à travers les normes internationales
L'appréhension du juge , du « terrorisme environnemental », se vérifiera dans sa témérité, à l'occasion de sa connaissance de litiges où il est sollicité à relever les éléments d'atteintes graves et dangereuses, portées sur l'environnement, à travers son appréciation et sa prise en considération de certains crimes terrorisant une population dans son environnement. une ambivalence d'intérêts qu'il échoit au juge, garant de la protection des droits et des libertés, de contenir et de protéger, contre le « terrorisme environnemental », par la nécessite de la reconnaissance de ce crime à travers la nomenclature du normes internationales.
Le terrorisme a une résonance linguistique qui « fait peur », faisant allusion à tout ce qui est de nature à semer la crainte, l'effroi et la consternation des citoyens, ce terrorisme est appréhendé le plus souvent, par référence à l'humain, et à sa vie, et à son intégrité physique, étant le sujet le plus protégé par la loi, en revanche, est-il temps de parler de « terrorisme environnemental » si les actes subversifs, portent atteinte à cet humain, à travers tous les éléments constituant l'environnement ? Sachant que ces éléments de l'environnement, s'ils sont protégés par le corpus juridique international, c'est surtout, «l'humain» qui en sera le premier bénéficiaire à plus d'un titre. Notre motivation de la reconnaissance du terrorisme environnemental, résidera dans les textes internationaux, faisant allusion, expresse ou implicite à la protection de l'environnement contre ce «terrorisme environnemental», certains préfèrent parler du «terrorisme écologique», mais à notre sens, nous optons pour le « terrorisme environnemental», qui englobe tous les éléments de l'environnement, y compris l'écologie.
L'affaire des conteneurs des déchets Italiens, accostés aux ports Tunisiens, permet le retour à la convention de Lugano du 21 juin 1993, venue organiser la responsabilité civile relative aux dommages résultant d'activités dangereuses pour l'environnement, en outre, rien dans le droit Tunisien, n'empêche le juge d'appliquer les conventions internationales, surtout que la constitution de 2014 place les traités internationaux entre la constitution et la législation interne, telles, la convention pour la répression des actes de terrorisme nucléaire, de 2005 , entrée en vigueur en 2007; à laquelle la Tunisie a adhéré par l'approbation et la ratification , et qui condamne l'atteinte à l'environnement dans plusieurs dispositions (article premier-1, article2-a-ii ;article 2-b-ii,article6 etc.) ; le protocole de la répression des actes illicites contre la sécurité des plates formes fixes, situés sur le plateau continental ; la convention pour la répression des actes illicites contre la sécurité de navigation maritime, etc.
II-Instruments juridiques élargis sur le plan interne, pour juguler le terrorisme environnemental
L'absence d'un code de l'environnement, et d'une nomenclature environnementale claire et spécifique, cède la place à un arsenal juridique important, mais épars, n'aidant pas le juge Tunisien qui se surpasse et fournit des efforts supplémentaires, quand il est sollicité à connaitre des affaires environnementales.
L'affaire des déchets Italiens, suscite l'application rigoureuse de la législation interne. Ainsi, le législateur organise le contrôle, la gestion et l'élimination des déchets dangereux, en vertu de la loi n° 96-41, du 10 juin 1996 , telle que révisée par la loi n° 2001-14 du 30 janvier 2001, portant simplification des procédures administratives, relatives aux autorisations délivrées par le ministère de l'environnement et de l'aménagement du territoire dans les domaines de sa compétence , textes assez vieux à notre sens, et nécessitant une révision pour être en concomitance avec la constitution de 2014.
Dans cette optique, la témérité du juge, sera au rendez vous avec l'histoire de la protection de l'environnement, afin de défoncer les portes grinçantes et d'agir promptement vers une protection plus accrue de ce derniers. Concernant cette affaire des déchets Italiens, le juge recherchera dans les clauses du contrat liant les parties,( la société chargée de l'importation des dits déchets, l'ANGED , le ministère de l'environnement etc..) impliqués directement dans l'import, la gestion et le traitement de ces déchets, pour déceler le rôle de chaque partie impliquée dans l'arrivée de tels déchets ménagers sur le territoire tunisien, afin de mettre en exergue les éléments, matériels et intentionnels concernant l'impact des dangers en émanant sur l'environnement, et l'incrimination, d'une part ; et de cerner les responsabilités, d'autre part.
Pour ce fait, le juge trouvera un fondement dans les articles 218 et 319 du Code pénal, mais surtout au sein des normes de la loi –organique n° 2015-26 du 7 out 2015, telle que modifiée par la loi n°2019-9, du 23 janvier 2019, relative au terrorisme et au blanchiment d'argent, qui incrimine une multitude de formes d'atteintes à l'environnement, les considérant comme actes terroristes, à l'art.3, qui traite des actes de terrorisme transnational , à l'art.14 cinquièmement, à l'art.19-5, l'art.19-2,l'art.23 et surtout l'article 20 qui évoque le transport intentionnel de substance à bord d'un navire, pouvant porter atteinte à l'environnement.
Une nécessité aujourd'hui pour le juge, les organes de la police judiciaire, la société civile et tous les acteurs impliqués dans la gestion et la protection de l'environnement, conjurés à de ne pas hésiter à prendre en considération ces textes, pour condamner ouvertement le «terrorisme environnemental».
Nejiba Zaier
Magistrat et ex-directrice des études à l'ISM
(1) ISM : Institut Supérieur de la Magistrature
(2) La Tunisie a ratifié la convention de Rio de Janeiro sur la diversité biologique du 5 juin 1992, en vertu de la loi n° 92-45 du 3 mars 1993, JORT n° 35, du 11 mai 1993, p.627, et publiée en vertu du décret n°93-2372 du 22 novembre 1993, Au JORT n° 97 du 22 novembre 1993, p.2120.
(3) زاير( ن) ، حماية البية بين القانون وحقوق الانسان، مجمع الاطرش للكتاب المختص،تونس.2019،ص.48
Ferchichi (W), la protection de l'environnement en droit Tunisien, Cejj. Tunis.2031, p.13.
(4) JORT n°81 du 4 décembre 1992, p.1539-1540.
(5) Agence Nationale de la Protection de l'Environnement
(6) Kiss (A) et Beurrier (J-P), Droit international de l'environnement, Edition. A. Pedone, 3eme édition, Paris.2004, p.42.
(7) https://undocs.org/A/42/427
(8) La constitution Tunisienne du 27 janvier 2014, offre plusieurs dispositions de protection de l'environnement dans le cadre du développement durable, à l'art.12, et des libertés fondamentales, garantissant le droit à l'eau, art.44, à l'environnement, art.45 ; l'art.49, et en instituant l'instance du développement durable et de la protection des droits des générations futures., art.129 de cette constitution.
(9) La majorité des medias ont relaté que la douane Tunisienne a saisi en juillet 2020, un nombre de 282 conteneurs, au port de la ville de Sousse, comprenant des déchets solides, arrivant de l'Italie, une enquête est en cours les concernant.
(10) زاير(ن) قانون البيئة، مجمع الاطرش للكتاب المختص،ص.596.، رشوان( ر)، "الارهاب البيئي في قانون العقوبات، دراسة تحليلية نقدية مقارنة، دار الجامعة الجديدة للنشر ، 2009،ص.29
(11) Art.20 de la constitution du 27 janvier 2014.
(12) Convention adoptée à New York e 13 avril 2005.
(13) Entrée en vigueur le 7 juillet 2007.
(14) Loi n°2010-31, du 21 juin 2010, portant approbation de l'adhésion de la Tunisie à la convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire, JORT n° 51 du 25 juin 2010, p.1763.
(15) Le décret n° 2010-2060 du 23 aout 2010, portant ratification de l'adhésion à la convention précédente, JORT n° du 31 aout 2010, p.2449.
(16) La loi n°97-82 du 15 décembre 1997 relatif à l'autorisation de la Tunisie a cette convention, JORT n° 101 du 19 décembre 1997, p. 2370, publiée en vertu du décret n°98-1543 du 27 juillet 1998, JORT n°64 du 11 aout 1998, p.1738-1743
(17) JORT n° 101, du 19 décembre 1998, p. 2370.
(18) JORT n° 49 du 18 juin 1996, p.1192-1196.
(19) JORT n° 10 du 2 février 2001, p.214-215
(20) Agence Nationale, de Gestion des Déchets.
(21) JORT n°9, du 29 janvier 2019, p.235-242.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.