Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    La Tunisie célèbre la Journée de l'enfant africain    Le Parlement renouvelle huit des seize membres du Conseil de l'INPT    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Onze élèves passent le bac en prison    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    REMERCIEMENTS ET FARK : Souad MANOUBI    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Violences et abus policiers contre des jeunes à Sidi Hassine : La société civile monte au créneau    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Tunisie- Salaheddine Jourchi: Aucun dialogue n'est possible avant de dévoiler l'identité de celui qui tenté d'assassiner le président de la République [Audio]    Tunisie- Démarrage des épreuves du Baccalauréat à Sfax [vidéo]    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Tamweeli Meetup Tour | TPE-PME dans les régions : L'alternative entrepreneuriale sous le covid-19    L'Assemblée approuve l'accord de prêt entre la SONEDE et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe    Le Vieux port de Bizerte victime de la pollution de l'eau    Kaïs Saïed reçu par Luigi Di Maio à son arivée en Italie    Tunisie: Rached Ghannouchi s'entretient avec les présidents des blocs parlementaires    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    Epuisement démocratique    BTS Bank: Nejla Ben Abdallah Présidente du Conseil d'administration et Khalifa Sboui Directeur général    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Des élèves de l'école canadienne de Tunis organisent un événement de soutien à la cause palestinienne    Ayachi Zammel appelle à mobiliser l'armée pour faire respecter le protocole sanitaire à Kairouan    Tunisie: Daily brief du 16 juin 2021    Euro: les matches de ce mercredi    Coup d'envoi des épreuves du Bac    Lourdes peines contre ses dirigeants, la confrérie des frères musulmans décapitée en Egypte    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    L'EST met le cap sur Tabarka : Concentration maximale    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie - Covid-19 : Comment se protéger des effets anxiogènes du confinement
Publié dans Leaders le 13 - 05 - 2021

Par Ridha Bergaoui - Devant la situation sanitaire grave dans laquelle se trouve la Tunisie suite à la pandémie de la covid-19, le gouvernement vient de décider, pour la semaine allant du 9 au 16 mai, l'arrêt du travail et le confinement général. Cette période du confinement correspond également à la fin du mois de Ramadan et les fêtes de l'Aïd.
Le confinement limite nos libertés
L'arrêt du travail, en l'absence de tout soutien social prévu par l'Etat aux secteurs touchés par le confinement général (autres que sécuritaire, sanitaire et alimentaire), le confinement a des conséquences économiques et sociales graves. De nombreuses personnes, qui travaillent dans le privé et dans le secteur informel, vont se retrouver au chômage forcé et privés de leur source de revenu. En cette période de fêtes où les dépenses familiales sont importantes (habillement, gâteaux, jouets…), le manque de revenu, surtout pour les familles défavorisées et nécessiteuses qui ne disposent pas d'épargne, pourrait être tragique.
L'interdiction des déplacements interrégionaux va priver les gens de se retrouver et passer, comme chaque année, la fête de l'Aïd en famille, de revoir leurs proches et profiter de cette ambiance festive particulière aussi bien pour les grands que les petits. Cette privation va entrainer un sentiment de frustration et de tristesse.
Tristesse également de se voir privé de ses libertés de déplacements, de ne pas sortir et d'être obligé de rester enfermé chez soi.
Finalement, le confinement entraine trois privations : la privation de travailler et d'avoir des ressources pour vivre, privation de fêter en famille l'Aïd et privation de se déplacer librement.
Une ambiance générale délétère et déprimante
Le confinement actuel imposé vient suite à un confinement antérieur, un long couvre feu et des mesures restrictives diverses dictées par les autorités depuis plus d'une année afin de lutter contre la covid-19.
Il vient également suite à une mauvaise gestion de la pandémie (manque de vaccins, retard et lenteur de la vaccination, saturation des structures hospitalières, menaces de manque d'oxygène et du personnel soignant…) en même temps qu'une crise économique grave avec un taux de chômage record, un manque de trésorerie publique et la difficulté de se faire prêter par les organismes financiers internationaux.
Il se superpose également à une crise politique grave avec des conflits des prérogatives et des pouvoirs entre les trois principaux responsables politiques du pays. L'ambiance politique générale est lamentable, partis et représentants de l'ARP sont rejetés par la population qui les accuse surtout d'œuvrer à s'enrichir et passer leurs intérêts personnels avant l'intérêt des citoyens et du pays.
Des conséquences de la décision du confinement
Sur le plan socio-économique, les conséquences se sont manifestés déjà dés l'annonce du confinement. Nombreuses organisations ont déclaré le rejet de la décision et la désobéissance. Des protestations se sont déclarées dans plusieurs régions contre la fermeture des marchés. De nombreux commerces autres qu'alimentaires sont ouverts et des nombreux magasins de certains métiers ont continué à travailler. La circulation dans les rues ne s'est pas arrêtée. Taxis, louages et taxis collectifs sillonnent les routes comme avant, des voitures privées également.
Cette tendance à la désobéissance est d'autant plus grave que le citoyen ressent le sentiment de ras-le-bol, d'injustice et d'inégalité des chances. En effet dans toutes les décisions prises par le gouvernement, c'est surtout les plus démunis qui en subissent les conséquences. La folle envolée des prix et la détérioration sensible du pouvoir d'achat du citoyen est flagrante.
Deux indicateurs importants sont révélateurs de cette situation de moins en moins supportable. D'une part un taux de pauvreté de 21% de la population. D'autre part le Tunisien est parmi les citoyens les plus malheureux du monde. La Tunisie se classe à la 128éme position sur 153 pays dans le rapport sur le bonheur de l'OCDE, 2020.
Pour un confinement moins anxiogène
Durant ce confinement, il y a ceux qui continueront à travailler de chez eux grâce à Internet (télétravail) et ceux qui suivront leurs cours à distance. Ceux qui sont à la recherche d'emploi, vont continuer à le faire à distance en rafraichissant leur CV, envoyer des lettres de motivation… Pour ces gens, le confinement ne change pas beaucoup de leurs habitudes.
Pour tous les autres, surtout ceux qui sont habitués à une vie active et une mobilité quotidienne importante, passer toute une semaine à la maison, n'est ni facile ni agréable. Le confinement risque d'être source de tension, de stress, d'agressivité et de violences. Pour s'en sortir au moindre frais, il faut savoir gérer d'une part tout ce temps libre et d'autre la cohabitation en famille.
Ne rien faire, dormir et se lever tard et passer la journée en pyjama ne sera pas le bon choix. S'accrocher à son Smartphone des heures pour suivre l'actualité, regarder des vidéos et discuter sur les réseaux sociaux n'est pas non plus la bonne solution pour profiter de cette pose que représente le confinement.
S'occuper utilement et faire tout ce qu'on avait mis en stand-by serait plus bénéfique à tous points de vue. Parmi les activités intéressantes qu'on peut pratiquer durant ce confinement:
• Cuisiner, préparer des gâteaux et essayer de nouvelles recettes
• Faire du jardinage, si on dispose d'un petit espace
• Bricoler, réparer et faire de petits entretiens
• Faire de la couture, du crochet…
• Faire le tri dans sa garde-robe, la cuisine, la cave
• Lire des livres, voir des films, écouter de la bonne musique
• Jouer avec les enfants et toute la famille des jeux de société
Enfin, le confinement ne veut pas dire se couper du reste du monde. Les nouvelles technologies permettent aujourd'hui d'entrer en contact avec nos amis, parents et proches et d'avoir de leurs nouvelles.
Apprendre à s'écouter et se reconstruire
Le confinement est une occasion pour méditer, réfléchir, prendre le temps de s'écouter, se reposer et se reconstruire. De nos jours, on n'a pas le temps de s'ennuyer et de réfléchir. Le travail, les déplacements, les commissions, et s'occuper des enfants… ne nous laissent pas de temps libre. Dés qu'on a un moment pour soi, on se jette sur Internet et particulièrement les réseaux sociaux, pour y passer parfois des heures à regarder, commenter, envoyer des messages et même discuter avis des amis.
Le confinement représente un moment d'arrêt dont on peut profiter pour réfléchir à sa situation, voir ce qui va et ce qui va moins bien et envisager les possibilités pour l'avenir afin de repartir sur de bonnes bases et améliorer sa situation professionnelle, familiale ou sociale.
Laisser vagabonder librement notre esprit permet de renouveler notre façon de penser, de prendre du recul et de nous recentrer sur nous même.
Rester positif pour supporter le stress
Le confinement est à l'origine de stress, d'agressivité et de violences. Cet état est nuisible pour la santé. Il augmente la sécrétion des hormones du stress, les risques des accidents cardiovasculaires et favorise les énergies négatives et la déprime.
Pour surmonter le stress il faut surtout rester positif et relativiser. Internet est plein de pages pour apprendre à être positif. Il est important surtout de :
• Fuir les médias, réseaux sociaux et éviter de coller aux mauvaises nouvelles
• S'éloigner autant que possible des personnes négatives et arrêter de se plaindre
• Apprécier les petits moments de bonheur seul ou en famille
• Passer le plus de temps avec ses parents et proches et ceux qu'on aime, le bonheur est plus accessible en groupe
• Apprendre à être positif, développer ses qualités et remédier à ses défauts.
Conclusion
Le confinement peut avoir des conséquences, socio-économiques et psychologiques, graves. C'est un stress supplémentaire qui s'ajoute à ceux que nous sommes en train de vivre au quotidien ces dernières années suite à l'accumulation de crises multiples : politique, économique, sanitaire...
Se plaindre, gémir et colporter les mauvaises nouvelles ne fait que nous démoraliser encore plus et nous mener à la dépression. La solution c'est s'occuper par des activités utiles et intéressantes, relativiser et rester positif. On peut profiter également pour nous mettre en cause, réfléchir et prendre des décisions pour l'avenir.
Certains prétendent que nous sommes tous égaux devant le bonheur et que pour être heureux il suffit de le vouloir. Sans nous lancer dans les théories du bonheur, nous pouvons toutefois affirmer que le bonheur ce sont les petits moments du quotidien qui nous font plaisir. Ces moments sont nombreux mais la plupart d'entre nous n'y prêtent pas attention et se focalisent sur les mauvais moments de la journée. Pour être heureux, nous devons nous habituer, malgré nos tracas et nos soucis matériels quotidiens, à voir le verre à moitié plein et non à moitié vide.
Ridha Bergaoui


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.