Noureddine Taboubi présente ses excuses à Najla Bouden    Pour célébrer la fête de la Révolution et au lieu du 14 janvier: Kaïs Saïed décrète le 17 décembre jour férié    Parler aux Tunisiens    Quand l'Administration tunisienne entrave l'économie : Aslan Ben Rejeb tire la sonnette d'alarme    Masse salariale et risques budgétaires: L'Etat dos au mur !    Des catamarans ''fabriqués en Tunisie'' interdits d'export, par la Tunisie    Météo | Le temps hivernal avec une baisse remarquable des températures    La Tunisie, Premier Producteur Mondial par Habitant de Jeans    Un homme retrouvé pendu dans un entrepôt, les détails    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Coupe du monde 2022 : Un arbitre sénégalais suspendu    Coupe arabe de la FIFA 2021 – Syrie vs Tunisie : sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Le PDL accuse les instituts de sondage de tromperie : le patron d'Emrhod réagit    Tunisie : Marché festif au village artisanal d'Ezzahra    Tunisie : Ennahdha se lâche contre Kais Saied    Le gouverneur de Ben Arous: Visite inopinée aux gares ferroviaires    Tunisie-Daily brief du 3 décembre 2021: Les dates attendues seront annoncées dans les prochains jours selon Kais Saied    Tunisie-SNCFT : Reprise du trafic ferroviaire    Handball – Championnat Elite : Programme de la 4e journée    Tunisie-Covid : Deux décès et 198 contaminations    La Tunisie, le 4 janvier, à Expo Dubaï 2020    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie: La grenade de Gabès, un fruit patrimoine !
Publié dans Leaders le 03 - 06 - 2021

Par Abdellatif Mrabet - En Tunisie, la culture du grenadier, Punica granatum des anciens, remonte à l'époque phénicienne, sinon au delà. Depuis, cultivé sans discontinuité, l'arbre a ses propres terroirs, les plus importants et les plus anciens étant aujourd'hui situés dans les oasis littorales méridionales du pays. A Gabès, l'antique Tacapes, comme du temps du naturaliste Pline l'ancien – qui en a vraisemblablement visité les jardins-, le grenadier marque toujours le paysage oasien. Là, hier comme aujourd'hui, poussant à l'ombre du palmier, il occupe une place médiane dans l'étagement des cultures, voisinant avec la vigne, le figuier et plus rarement l'abricotier et l'olivier. Cependant, ne se limitant pas aux jardins de la ville et de sa présente ceinture oasienne – Chenini –Nahal- M'torrech- la culture du grenadier couvre un terroir plus étendu, implantée du côté de la façade orientale du gouvernorat, longeant les côtes et courant sud depuis Gabés, jusqu'aux environs de Oued Ezzès, limite frontière avec le gouvernorat de Médenine.Aujourd'hui, dans la délégation de Mareth, bien présent dans les oasis traditionnelles de Kettana, Zarat et Zerkine, le grenadier semble même gagner en densité, s'implantant peu à peu sur de nouvelles parcelles de culture, compensant de la sorte une régression enregistrée dans certains îlots septentrionaux, notamment à Ghannouch et à M'torrech… De façon globale, en progression, la production gabésienne de grenades est toujours la plus importante du pays, avec une part dépassant le tiers du total national, cela pour une superficie cultivée d'environ 3000 ha.
Ce fruit qui vient à maturationen automne, est un produit alimentaire de choix apprécié autant pour sa chaire que pour son jus. A Gabès, conscients de ses qualités d'antioxydant, les locaux en ont une consommation bien variée, avec des déclinaisons culinaires typiques. Cependant, les Gabésiens font usage de l'arbre dans son ensemble, sollicitant son tronc, son écorce, ses feuilles et même ses fleurs, autant de parties qu'ils utilisentà des fins diverses. A Gabés, le cultivar le plus important est la variété appelée «Guebsi». Elle se décline en «Khadhouri» et «wardi», deux types qui font l'objet d'une forte demande au national comme à l'étranger.
Véritable produit de terroir, ce fruit est valorisé depuis 2009, labellisé par une indication officielle de provenance qui en certifie la qualité, garantit l'origine et, par la même en assure la protection surtout que, victime de sa réputation, la variété gabèsienne est aujourd'hui de plus en plus cultivée dans d'autres parties du pays. Tout récemment le ministère de l'agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche lui a réservé un nouvel arrêté (19/04/2021)portant délimitation de l'aire géographique conférant l'octroi de l'appellation d'origine contrôlée « grenades de Gabès » et l'approbation d'unnouveau cahier des charges.C'est dire que la grenade de Gabés est reconnue comme étant un produit agricole d'excellence. Cependant, pour être davantage efficiente, cette distinction doit s'accompagner d'autres mesures à même de réduire le poids des contraintes et des insuffisances: déficit en eau, faiblesse des circuits de commercialisation, difficultés de conservation des récoltes en l'absence d'infrastructure appropriée, complexité des démarches à l'exportation…De même, s'agissant du biologique, il faut continuer à bien accompagner ceux des agriculteurs intéressés parcette conversion de façon à ce que la certification de l'Institut méditerranéen obtenue par des producteurs et des productrices de Chenini soit aussi consentie à d'autres, dans plus d'une oasis du gouvernorat.
De même, sans retentissement culturel, la valorisation agricole par la seule labellisation technique ne suffit pas à la promotion du produit. Il ya aussi la dimension patrimoniale qu'il convient de souligner et de valoriser autrement que par la géographie de l'implantation et l'originalité du terroir. Le grenadier, élément oasien de base, n'est pas n'importe quel végétal. Il n'est pas seulement une manifestation de la nature. Sa culture et ses usages émanent d'un savoir-faire, de traditions locales et de pratiques demeurés vivaces. De ce point de vue,ilmérite de figurer dans l'inventaire national du patrimoine culturel immatériel, tout autant que le palmier (n° 6/033) et l'amandier (n° 6/44). En effet, bien ancré dans le temps, issu d'un environnement et d'un savoir-faire particuliers, cet arbre peut aussi trouverune valeur ajoutée dans sa dimension patrimoniale. Les locaux, d'ailleurs, ne l'entendent pasautrement. A Kettana, où sa culture prédomine, on alla jusqu'à lui dédier un festival, le premier du genre dans le pays.
Malheureusement, interrompu en 2003, ressuscité en 2014, cet évènement peine à retrouver sa vigueur des premiers temps et requière aujourd'hui davantage d'appui etde suivi de la part des autorités culturelles et de la société civile. S'agissant de patrimoine oasien, Culture et Nature ne s'épousent-ils pas ? A quand un grand musée de l'oasis, un écomusée où l'on célèbrera à la fois l'environnement, l'hommeetsa culture ? Ne doit-on pas cela – et plus - à une oasisdéjà jugée digne de figurer sur la liste du patrimoine de l'humanité (liste indicative de l'UNESCO de 2008) ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.