Kaïs Saïed, justice, Ennahdha … Les 5 infos de la journée    Comment et où voir les matches en direct sur TV ce mardi ?    Gr A – Coupe Arabe : Oman 2e qualifié et croisera la Tunisie en 1/4 de finale    Contrats de lobbying : I Watch dément la version d'Ennahdha    Rendement insignifiant de la Bourse de Tunis sur l'année 2021    Tunisie-Béja : Deux routes coupées à Nefza en raison des fortes pluies    Tunisie-Ministre des Affaires Sociales : Une solution à la crise environnementale à Sfax sera annoncée bientôt    Menace de mort: Noureddine Taboubi abandonne les poursuites judiciaires    Galactech et la Fédération Tunisienne d'Esports annoncent un partenariat prometteur    Tunisie-Allemagne : Mise en service, jeudi prochain, d'une centrale photovoltaïque pour l'autoconsommation d'une fromagerie tunisienne    Coopération méditerranéenne : Le projet "Fish Med Net" plaide pour un ppp renforcé dans le secteur de la pêche artisanale    Tunisie : Rahoui : Saïed enquête contre l'appareil secret d'Ennahdha    Automobile: Top 10 des voitures d'occasion les plus vendues en 2021 !    Zaghouan : Récupération de 120 hectares de terrains domaniaux    Une marche le 10 décembre pour dénoncer les féminicides et les violences à l'encontre des femmes    Kais Saied reçoit Nejla Bouden    Mahmoud Abbas répond à l'invitation de Saied    Tunisie-coronavirus : Réception d'un don des USA de 301 860 doses    Tunisie – EAU : compo de départ des Aigles    Des arrestations parmi les partisans du Parti des travailleurs ?    Des membres du Conseil de la Choura gèlent leurs activités    Louzir : La vaccination sera obligatoire, à partir de 2022    Dhafer El Abidine, Lotfi Achour, Anis Lassoued & Afef Ben Mahmoud primés au festival du Caire    "Dubai Expo 2020" accueille les "Digital Tunisia Days"    Mort suspecte d'un Tunisien en Italie    HANDBALL — CHAMPIONNAT DU MONDE FEMININ: Le sept tunisien pour le rachat    Sur les traces de nos expatriés: Laidouni marque des points    C3 – TOUR DE RECADRAGE – MANCHE RETOUR : CSS-TUSKER FC (1-0): Le CSS au petit trot    Jonas Hassen Khemiri rafle le Prix Médicis étranger 2021    Exploitation pétrolière — Hamed El Matri : «L'exploration pétrolière en Tunisie est boudée par les investisseurs»    Macron chez MBS : Les dessous d'un quasi baisemain à un homme accusé de milliers de crimes au Yémen    Coronavirus-Omicron : Un seul cas en Tunisie ?    Météo | Poursuite d'un temps froid et pluvieux    Réserves en devises — Craintes d'une nouvelle année touristique en berne: Les expatriés pour sauver la donne ?    Tunisie : Repositionnement d'Ennahdha ?    Pourquoi: Les journées théâtrales de Carthage    Série documentaire «Le Parcours des Tyrans» de Peter Dinklage: Un ludisme impressionnant !    Vient de paraître: J'ai fermé mes maisons de Marianne Catzaras    Une mauvaise solution    Banni de Twitter, YouTube, Facebook, Trump lance son propre réseau social    Plus de 219 mille candidats au pèlerinage 2022    Un arbitre allemand siffle Tunisie-Emirats Arabes Unis    Une femme blessée dans l'explosion d'une mine à Kasserine    La police turque aurait déjoué un attentat à la bombe visant le cortège d'Erdogan    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Raoudha Bayoudh: Première femme directrice de la Police judiciaire
Publié dans Leaders le 19 - 10 - 2021

Elle coiffe désormais la toute-puissante direction de la Police judiciaire (PJ), c'est-à-dire le cœur battant de la prévention et de la lutte contre la criminalité, installé à El Gorjani… Raoudha Bayoudh, juriste de formation alignant plus de 20 ans de carrière, commissaire de police générale 1ère classe - soit le grade le plus élevé - est la première femme tunisienne à occuper ce poste. Plus encore, la première femme dans le monde arabe hissée à ces fonctions. Et comme le directeur de la PJ est également le chef du Bureau central national qui assure la liaison avec l'Interpol (relevant de l'Organisation internationale de la police judiciaire, regroupant 197 pays membres), Mme Bayoudh devient ainsi la première femme à exercer cette charge, tout comme celle de la section de contact et de coopération entre les organismes arabes de police…
Parcours

1998 : Maîtrise en droit, faculté de Droit et des Sciences politiques de Sousse
1999 : Admission au concours de recrutement des commissaires de police
2000 : Affectation à la Police judiciaire en qualité de commissaire de police, chef de poste, au service de la Protection de l'enfance, au sein de la sous-direction de la Prévention sociale
2005 : Chef de brigade au Bureau central national de liaison avec l'Interpol
2007 : Chef du service social
2015 : Décoration des insignes de chevalier dans l'Ordre du Mérite national, section Enfance
2016 : Sous-directrice de la Prévention sociale
2021 : Directrice de la Police judiciaire
La charge est aussi délicate que difficile à assumer. La direction de la Police judiciaire couvre six sous-directions, revêtant chacune une importance spécifique. Il s'agit de la lutte contre les stupéfiants, des affaires criminelles, des enquêtes économiques et financières, de la protection sociale, des études et du suivi comprenant notamment le bureau de Tunis de l'Interpol et des enquêtes dans les crimes financiers complexes. Drogue, banditisme, criminalité en tous genres, délinquance infantile et juvénile, agressions sexuelles, violence contre la femme et autres : la PJ est sur toutes les lignes des plus grands dossiers, son périmètre de compétence s'étendant à l'ensemble du territoire. Qu'il s'agisse de flagrant délit ou d'un mandat rogatoire ou encore d'instructions du parquet, elle se déploie au service de la justice.
La renommée de la PJ est faite. Le nombre de grandes énigmes élucidées, d'affaires complexes traitées et d'enquêtes menées avec succès ont contribué à la réputation de ses brigades. La modestie des moyens est compensée par la compétence et le professionnalisme de ses équipes. La désignation de Raoudha Bayoudh, issue des mêmes rangs, ne manquera pas de donner une forte impulsion à cette institution de la Police nationale.
Une passion, en profession
Dans son bureau à la caserne d'El Gorjani, la nouvelle directrice se sent parfaitement à l'aise. C'est dans cette enceinte qu'elle a jusque-là effectué toute sa carrière, depuis maintenant 21 ans, dans une ascension continue au mérite et à l'excellence.
Encore jeune lycéenne dans sa ville natale de Ksour Essaf (Mahdia), Raoudha Bayoudh était déjà attirée par le droit. Elle suivra son cœur, quitte à changer de la section Sciences à la section Lettres… Maîtrise en droit obtenue à la faculté de Droit et des Sciences politiques de Sousse, elle hésitait encore entre magistrature, barreau et police, postulant aux trois concours d'entrée. C'est finalement la Police nationale qui a été la première à lui notifier son admission… Raoudha Bayoudh rejoindra sans tarder l'Ecole nationale de formation des cadres de la Police à Salammbô pour commencer le cursus de formation commune de base, avant d'entamer les études pendant un an, puis d'effectuer, durant une année, des stages dans les postes et commissariats de police du Grand Tunis et à l'intérieur du pays.
A l'épreuve de la triste réalité sociale
Commissaire de police chef de poste, elle est affectée, en 2000, à la Police judiciaire, au sein du service de la Protection de l'enfance relevant de la sous-direction de la Prévention sociale. Cinq ans durant, Mme Bayoudh s'occupera des mères célibataires qui abandonnent leurs nouveau-nés, des enfants traînant sur la voie publique, des gamins et gamines en fugue, abusés, violentés, de l'enfance en détresse. Une triste réalité sociale qui la marquera et l'incitera à réfléchir aux racines du mal et à la prévention.
L'occasion lui est offerte en 2005 de rejoindre, toujours au sein de la PJ, le Bureau central national de liaison avec l'Interpol. En un an et demi, elle se familiarisera avec le traitement des dossiers y afférents, ce qui lui sera utile à présent dans ses nouvelles fonctions.
De retour en 2007 à la sous-direction de la Protection sociale, Raoudha Bayoudh est nommée chef de service. Deuxième femme à occuper ces fonctions, après Najet Jaouadi, elle s'y investira pendant 10 ans, avant de succéder une fois encore à Mme Jaouadi, en tant que sous-directrice. C'est un travail à la fois judiciaire, sécuritaire et social où des cas sociaux pénibles sont à gérer. Du harcèlement à travers les réseaux sociaux et autres moyens de communication, à la traite des êtres humains, en passant par diverses formes de délinquance, de violence et d'agressions contre la femme et l'enfant : le spectre est très large, pris en charge par sept services.
L'une des grandes fiertés de cette commissaire de police générale 1ère classe et mère de trois enfants, c'est sa décoration en 2015 par le Président de la République des insignes de chevalier dans l'Ordre du Mérite national, section Enfance…
L'opérationnel et le stratégique
Sous-directrice de la Protection sociale, il appartient à Mme Bayoudh d'animer toutes ces équipes, de superviser leur travail, de faciliter leur tâche et surtout de les encourager à s'y accomplir. L'ancienneté et l'expérience acquises, mais aussi la compétence, l'autoriseront à assurer plus d'une fois l'intérim du directeur de la Police judiciaire quand il partait en mission à l'étranger ou en congé. Un intérim qui la préparera à bien assumer ses nouvelles fonctions.
Opérationnelle et stratégique à la fois, Raoudha Bayoudh agit parallèlement sur les deux niveaux. De toute son énergie, elle est déterminée à apporter une valeur ajoutée tangible. Son ambition est de renforcer les capacités de la PJ, de faire avancer les chantiers de la numérisation et de l'informatique, de pousser la spécialisation, d'approfondir la formation et d'intensifier la coopération internationale. Son atout, c'est l'excellent esprit d'équipe qui règne à El Gorjani et la volonté de tous de tenir une haute réputation d'excellence au service du pays. Une chance se présente, l'emménagement, d'ici au début de l'année prochaine, du nouveau siège moderne de la PJ, finalement construit dans la même enceinte


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.