Précisions de la présidence au sujet de l'arrangement fiscal    Réduction de peine…    L'épreuve du feu    Les terroristes toujours aux aguets !    BH Assurance enregistre un C.A de 116,707 MD    Appel à la généralisation du report du remboursement    Tunisie Telecom lance sa nouvelle plateforme #Men_Dari    Le Covid-19 s'ajoute à la crise humanitaire    Première Transaction via Instex irano-européenne    Intenses combats entre les forces de Sarraj et d'Haftar    9 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Les Jeux méditerranéens 2021 d'Oran reportés à 2022    Le PSG risque de perdre jusqu'à 215 millions d'euros !    A partir de la saison prochaine, les finalistes de la Coupe de la CAF, participeront à la Ligue africaine !    La SAM suspend provisoirement son activité    Des aides prévues selon les moyens disponibles de la Mutuelle    Est-ce le retour à l'Etat providence ?    La Tunisie grimpe à 394 cas confirmés du COVID19 et 10 morts et 3 guérisons    Créer des liens pour demain    Dreams Chabeb : Prolongation de l'appel à projets au 30 avril    Quand le peuple a faim, sa colère finit par éclater !    Coronavirus: plus de 210 morts en Turquie    En France, près de 500 décès supplémentaires en 24 heures    Monopole au temps du Corona: Un ''crime de guerre'' selon Kaïs Saïed    Arrestation d'une personne qui planifiait une opération terroriste    Coronavirus : Grâce spéciale en faveur de 1420 détenus    Tunisie : Le PDL accuse le bureau de l'ARP de violation du règlement intérieur    Les banques et les médias sociaux : Les chiffres clés de Février 2020    Certains marchés d'animaux sauvages auraient déjà rouvert en Chine    Coronavirus | Kasserine: Un médecin de l'hôpital régional contaminé    Ministre des Affaires Culturelles : Le Covid-19 aura son impact sur les festivals internationaux    Dreams Chebeb 2020: Prolongation de l'appel à projets    Tunisie : 2e anniversaire de la mort de Omar Laâbidi, supporter du Club africain    Football : L'Ajax met fin au contrat d'Abdelhak Nouri    Le Coronavirus dans les pays de l'Union du Maghreb Arabe : Où en est-on aujourd'hui ?    Mohamed Abbou : Bientôt la publication d'un décret fixant les attributions du ministre chargé de la Fonction publique    Covid-19 : Le laboratoire d'analyses de l'hôpital Farhat Hachad opérationnel    Coronavirus : Les Jeux méditerranéens 2021 d'Oran reportés à 2022    #Men_Dari” de Tunisie Telecom pour accompagner les Tunisiens durant leur confinement    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 31 mars à 11H00    Orange Developer Center lance la plateforme M3ak & FabLabs Solidaires fabrique des visières    Par Khelil Lajimi : Urgence signalée    Ali Maaloul se ravise et reste en Egypte    Le dialecte tunisien s'impose dans le milieu littéraire, mais…    Samir Gharbi: Lettre ouverte à M. le Président de la République    Libye: Un général de l'armée de Haftar tué lors de combats près de Misrata    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Radwan Masmoudi : De Washington, promouvoir un Islam moderne et modéré
Publié dans Leaders le 20 - 03 - 2012

Mais que veut au juste Radwan Masmoudi, le plus Américain des islamistes tunisiens? Vivant depuis 30 ans aux Etats-Unis, titulaire d'un Ph.D. du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (in Mechanical Engineering) et fondateur dès 1999 à Washington D.C. du Centre d'Etudes Islam & Démocratie (CSID) auquel il se consacre à plein temps depuis 12 ans, sa raison d'être dans la vie prend une forme d'engagement : contribuer à l'instauration de la démocratie dans le monde arabe, à commencer par la Tunisie. Une conviction profonde et une mission inlassable qui l'avaient incité à quitter une position élevée et bien rémunérée de chercheur-ingénieur dans une grande compagnie américaine pour se dédier à cette cause qu'il estime vitale. Sa double proximité des Etats-Unis et d'Ennahdha, l'implantation en juin dernier d'une antenne de son centre à Tunis et la présentation d'une liste indépendante (avec Mourou, Jourchi, etc.) aux élections de la Constituante, n'ont pas manqué de susciter nombre de questions à son sujet. Pour qui roule-t-il au fait? Pourquoi n'a-t-il pris aucune fonction après la victoire des islamistes ? Quels sont ses projets ?
Son parcours du combattant, il l'a commencé dès sa prime jeunesse au Lycée technique de l'Ariana, avec une arrestation lors des manifestations lycéennes, des brimades, 10 ans d'exil en continu, avant de longues autres années d'étroite surveillance et, finalement, un redéploiement en Tunisie, dès le lendemain de la révolution.
Radwan débarque en Tunisie et y battra campagne dans diverses circonscriptions (un budget de moins de 21 000 D) sans pouvoir cependant remporter le moindre siège, mais « l'expérience a été très enrichissante », dira-t-il. Une semaine seulement après le 23 octobre, et alors que ses « amis » d'Ennahdha, grands vainqueurs des urnes, se préparaient à se hisser au pouvoir, il reprendra le chemin de Washington, sans prêter la moindre attention aux rumeurs insistantes sur un éventuel poste ministériel qui lui serait confié, voire plus. Comment poursuit-il aujourd'hui sa mission ? Mais, revenons d'abord, ne serait-ce que brièvement, sur son parcours, bien instructif.
Depuis son enfance, Radwan, comme ses deux autres frères, a hérité de son père, officier de l'Armée, la rigueur, le compter-sur-soi et les nobles valeurs. Jeune scout, adhérant à l'organisation des Colonies et Vacances, puis à la Jeunesse Scolaire, il y fera son premier apprentissage de la vie. Mais, c'est au lycée que, jeune pratiquant et assoiffé de culture et de savoir, il se forgera ses premières convictions islamiques. Avec d'autres camarades de la Jeunesse Scolaire, partageant les mêmes idées, il formera le premier noyau d'élèves islamiques et participera ainsi aux manifestations, en 1981, l'année de son Bac. Arrêté et conduit aux caves du ministère de l'Intérieur, il aura la chance de ne s'en sortir qu'avec une série de coups, sans sauvage torture. Mais, enfermé dans les sinistres geôles, il n'entendait que cris et souffrances, imaginant ainsi les supplices infligés aux autres militants, ce qui le torturait psychologiquement de manière bien forte. Cet acharnement qui bafoue toute dignité humaine, dénie toute liberté d'expression et n'exprime que dictature et oppression le marquera à jamais. Et c'est ce qui le déterminera à s'engager dans la lutte pour la liberté et la démocratie.
Bac en poche, il décroche une bourse pour les Etats-Unis, ce qui réconforte son père. Au moins là-bas, se dit-il, il échappera à la police. Le choc de la civilisation nord-américaine ne fera que renforcer Radwan dans l'approfondissement de son identité arabo-musulmane. En contact avec d'autres étudiants venus de divers pays arabes, il essayera d'engager une réflexion et de partager des idées. Le cercle s'élargit, mais le premier besoin était de commencer par regrouper les étudiants tunisiens éparpillés dans cet immense pays. C'est ainsi qu'il oeuvrera pour la création d'une association d'étudiants, la Tunisian Scientifc Society (TSS), en 1985 (l'Atuge naîtra en France en 1991), tout en s'engageant dans la section nord-américaine du Mouvement de la tendance islamique (Ennahdha). Dès 1987, il deviendra membre du bureau politique, aux côtés d'Aref Maalej, Romdhane Mehrezi et d'autres. Les échos de la torture et de l'injustice qui lui parviennent de Tunis ne font qu'exacerber son indignation. Plus particulièrement, la mort sous la torture de l'un de ses meilleurs amis, Abderraouf Laribi, père de 4 enfants (en 1987), puis l'arrestation et la condamnation de son propre frère Kamel, à cinq ans de prison, sans le moindre justificatif (en 1995), comme les arrestations massives et les lourdes condamnations iniques dès 1991, l'avaient résolu à radicaliser son combat. Sa relation organique directe avec le MTI s'arrêtera en 1993, puisque le mouvement n'existait plus aux Etats-Unis depuis cette date, dit-il, mais il continuera à militer au sein de la société civile aux Etats-Unis.
Dix ans durant, fuyant l'arbitraire, se sachant sous la menace d'une arrestation, il s'abstiendra de rentrer au pays. Ne pouvant pas renoncer à ses idéaux et se taire face aux injustices et à l'oppression, Radwan décidera de fonder un Centre d'Etudes Islam & Démocratie (CSID), en vue de mieux faire connaître l'Islam auprès des Américains, de promouvoir le dialogue entre les religions et de développer une interprétation moderne et démocratique de l'Islam au XXIème siècle. Financé grâce à des dons, le Centre vivra toujours sur un budget serré et une gestion transparente qu'impose la réglementation américaine. Se consacrant le jour à son travail de chercheur-ingénieur, il dédie sa soirée et ses week-ends au CSID. Les évènements de septembre 2001 viendront secouer les Etats-Unis et souligner l'importance de mieux connaître et comprendre l'Islam, mais aussi de soutenir l'émergence d'un Islam modéré et démocratique. Très sollicité de partout, Radwan se décidera à sacrifier son travail pour diriger à plein temps le Centre, quitte à réduire ses revenus de moitié. Quand on connaît les Etats-Unis, on réalise l'importance de ce genre de centre qui, en think tank, nourrissent la réflexion des politiciens et influent sur leurs décisions. C'est là que Radwan s'estime le plus utile.
Profitant d'une petite éclaircie, il reviendra à Tunis, début des années 2000, essaye de monter avec le Forum Al Jahedh, fondé par Jourchi et l'Institut arabe des droits de l'Homme, des sessions de formation et des séminaires. La plus grande manifestation, dans ce cadre, fut un colloque organisé en 2004, à l'hôtel Africa, sous une forte surveillance de la police politique. Radwan était heureux d'y rencontrer Zied Daoulatli et Ali Larayedh, à peine sortis de longues années de prison. Il les incitera à rencontrer des diplomates américains et organisera d'ailleurs cette rencontre chez lui. Soucieux d'établir le contact entre l'administration américaine et les dirigeants d'Ennahdha, mouvement perçu à Washington comme le plus modéré dans les pays arabes, Radwan s'emploiera à multiplier les réunions directes, à chacune de ses visites en Tunisie. C'est ainsi qu'il incitera les diplomates de l'ambassade américaine à rendre visite en août 2006 à Hamadi Jebali, sorti de prison et assigné à résidence surveillée chez lui à Sousse, donnant ainsi un message clair au régime déchu et ouvrant un dialogue mutuellement utile. Ces efforts ne cesseront pas. Radwan a été très actif dans la préparation de la visite effectuée à Washington en mai dernier par Hamadi Jebali, pour rencontrer des officiels et donner une conférence à la tribune du CSID.
A présent, il agit sur deux fronts. Le premier est de déployer largement les activités de son centre dans les différents pays arabes, en multipliant les séminaires de formation et les rencontres. Quant au second, il consiste à promouvoir la nouvelle expérience tunisienne aux Etats-Unis. Connaissant parfaitement les arcanes du pouvoir à Washington ainsi que les principaux décisionnaires, tant dans l'administration que parmi les élus, il sait faire passer les messages. Ce qui le réconforte le plus, c'est que, jour après jour, les idéaux qui l'animent trouvent un début de réalisation. Pour lui, Islam et démocratie ne doivent pas être incompatibles et un Islam moderne et modéré, respectueux des libertés, peut contribuer au développement du monde arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.