Création sous peu d'une agence de gestion des biens confisqués    Actes criminels ou accidents ?    Dix personnalités et la relance culturelle    Le long parcours d'un auteur prolifique    "je ne suis pas d'ici, pas d'ailleurs non plus… »    Tunisie: I Watch lance une plate-forme électronique pour traquer les fake news    ICheck.tn pour virer les fake news    Les hommes sont plus créatifs que les femmes, selon Samir Agrebi    Tunisie [Vidéo]: Préparatifs de la reprise des cours pour les élèves du bac à Sousse    Trois personnes intoxiquées dans un état grave    Les résultats positifs n'étaient pas le fruit du hasard, selon Fakhfakh    ESET découvre l'utilisation de Gmail comme C&C par le groupe de cyberespionnage Turla (également appelé Snake)    Les marques Tunisiennes de produits laitiers et les médias sociaux : Délice numéro 1 sur le Web en Avril 2020    Tunisie Telecom dévoile les gagnants du "Grand Jeu Marbou7a"    Coronavirus : Pas de nouvelles infections à Sousse, depuis le 24 avril    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 27 mai à 11H00    L'association Nous Tous prépare un programme de célébration de l'œuvre d'Albert Memmi    Kaspersky milite pour mettre fin aux cyberattaques contre les organismes de santé    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Allocution de Kais Saied dans un paysage politique complexe et fragmenté Des vœux, des messages et des lignes rouges !    Accident mortel à Jendouba    Le CSS s'apprête à reprendre : Ce sera le 4 juin…    EST | Nouveaux règlements du quota des joueurs Nord-africains : Le syndrome algérien !    Club Africain : Bassirou Compaoré menace de résilier son contrat    A cause de l'alcool, Mekki n'est pas allé à Kairouan    Les Showrooms d'Economic Auto de nouveau ouverts jusqu'à 17h    Tribune | A peu de gens convient le diadème !    Francesca Bellino, journaliste et romancière, à La Presse : «Inventer de nouveaux espaces où la diversité peut coexister»    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    CAB | Infrastructure sportive : Ça grogne !    Etoile du Sahel : la date de reprise des entraînements fixée    Libye : Les Etats-Unis accusent la Russie de transférer des avions de chasse en Libye pour aider ses mercenaires de “Wagner”.    Le conflit israélo-palestinien est-il condamné à s'éterniser ?    MEMOIRE : Mama Sia Hadjja Aroussia SOULA LIMAM    La Banque Zitouna recrute plusieurs profils    CONDOLEANCES : Med Moncef ZBOUNA    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Tunisie: Le principe de la prise en charge du coût de l'hébergement par les personnes mises en quarantaine,retenu    Pour L'UGTT, il faut en finir avec la précarité    Tunisie – Environnement: Amélioration de la qualité de l'air de 40%    Tunisie – Météo : Températures stationnaires    Football : le championnat d'Ukraine va reprendre samedi    Football : Le technicien tunisien Nabil Kouki donnerait la priorité à l'ES Sétif    Conversation téléphonique entre Kais Saïed et Faïez Sarraj    Palestine : aux origines étaient les Philistins    1931 nouveaux cas et 12 décès en Arabie Saoudite    VIDEO : Korchide explique la gravité de la prise de la base militaire d'Al Watya par les turcs sur la sécurité nationale tunisienne    Arabie Saoudite: 2399 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UGTT : Le corps parajudiciaire revendique l'indépendance
Publié dans Le Quotidien le 19 - 04 - 2011

Les 4000 greffiers, agents de juridiction, administrateurs de greffe, corps communs, techniciens, ouvriers... de la justice crient à l'injustice! Et revendiquent un statut indépendant.
«C'est depuis cinquante ans que dure le déni du rôle, pourtant capital, du corps général de la Justice. Un déni aussi bien issu du statut actuel que de l'attitude du ministère de la Justice», regrette Mohamed Ali Amdouni, SG du Syndicat général de la Justice.
«Les greffiers des tribunaux exercent un travail d'assistance réel des magistrats dans le cadre de la mise en état des dossiers et des recherches de commentaire ainsi que dans l'authentification des actes juridictionnels. Ils exercent également les fonctions d'accueil et d'information du public. D'autres aussi sont des techniciens de la procédure et tout ceci est prévu par les Codes, mais la marginalisation persiste», ajoute-t-il.
Briser le joug des magistrats
En prenant position de la sorte, M. Amdouni est soutenu par les 4000 membres du syndicat général de la Justice que sont les greffiers, les agents de juridiction, les assistants-greffiers, les greffiers principaux, les administrateurs de greffe, les administrateurs-conseillers, les administrateurs en chef, les administrateurs généraux, en plus des corps communs et du corps des techniciens et des ouvriers.
«Ce déni du rôle d'authentification de tout acte judiciaire et la mise sous la tutelle des magistrats touche à l'indépendance de la Justice, car le greffier perd son statut de témoin et d'authentificateur alors qu'il est de l'intérêt de la justice et de son intégrité que les greffiers gardent ce rôle; mais ceci n'est possible que par l'évolution du statut actuel vers un corps parajudiciaire indépendant. Les membres du syndicat en sont convaincus et demandent de «briser le joug» du corps des magistrats ainsi que de celui du procureur public», souligne-t-il.
Grèves ouvertes et sit-in
Depuis 2009, il y a eu un accord entre le ministère de la Justice et le syndicat général pour faire évoluer ce statut en partant de la spécificité de ces métiers. Malheureusement, tous les ministres ont fait volte-face. Le syndicat estime donc de son devoir de défendre les greffiers par tous les moyens syndicaux possibles, y compris des grèves ouvertes et des sit-in.
Ils ont ainsi mené un mouvement de contestation et de sit-in dans tous les tribunaux et les établissements du ministère de la Justice où 100% des greffiers ont participé. La réaction du ministère s'est paradoxalement faite par médias interposés, pour dire qu'ils ont constitué une commission de révision de nos statuts. Mais M. Amdouni, en qualité de SG du syndicat, affirme qu'à cette heure, il n'y a aucune preuve de cette initiative, car il n'a reçu aucune information officielle dans ce sens; il n'a pas été invité ni consulté, à tel point qu'il considère cette attitude du ministère de la Justice comme une simple «fin de non-recevoir».
De plus, la révision des statuts n'est pas la seule revendication du syndicat, même si elle est la principale. Les autres revendications concernent l'application de tous les accords signés entre les deux parties, la promotion sur dossier (car elle est «insoutenable et injustifiable» au moment où certains n'ont pas bénéficié de promotion depuis trente ans et d'autres n'ont jamais eu cette promotion), une indemnité de procédure qui soit plus juste et plus incitative (entre 13 et 43 dinars seulement malgré le rôle capital qu'ils ont dans le système judiciaire) en plus du fait que les corps communs et le corps des techniciens et des ouvriers ne bénéficient pas de cette indemnité alors que ces métiers sont indivisibles au sein du syndicat général.
Manoubi AKROUT
Relations syndicat/magistrats/avocats
Alors que le Syndicat général de la Justice revendique son indépendance, quelles sont ses relations avec les magistrats et les avocats ? Selon M. Amdouni, ses relations avec le juge Ahmed Rahmouni, président de l'Association des magistrats, sont construites sur un respect mutuel quant à l'indépendance de chaque corps et surtout avec le point commun que les deux structures militent pour l'indépendance de la justice et son affranchissement de toute forme de corruption. Quant à ses relations avec Me Abderrazzek Kilani, le bâtonnier, il nous affirme que chacun fait son devoir de son côté et que la relation est supposée être faite de respect mutuel ! Avez-vous noté la nuance ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.