Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



7 axes de réformes "nécessaires et urgentes"
Publié dans Le Temps le 12 - 04 - 2018

Le forum national sur les grandes réformes n'est pas une alternative au processus de dialogue entre les parties signataires de du Document de Carthage, a tenu à préciser, hier, le chef du gouvernement, Youssef Chahed.
Chahed, qui intervenait à l'ouverture de ce forum, tenu hier à Gammarth en l'absence de l'UGTT qui avait annoncé son boycott de la manifestation, a souligné l'attachement du gouvernement au document de Carthage, estimant que les réformes sont un choix et une nécessité et aussi une solution pour rétablir la finance publique.
Le secrétaire général de l'UGTT, Noureddine Taboubi, a annoncé, dans une déclaration aux médias, mardi, que l'UGTT boycotte les travaux de ce forum, estimant qu'il (le forum) "perturbe le bon déroulement du pacte de Carthage".
"La Tunisie a besoin aujourd'hui de mettre en œuvre et sans aucune hésitation de grandes réformes", a insisté le chef du gouvernement, imputant l'augmentation du déficit des caisses sociales et de la masse des salaires ainsi que la hausse du budget des subventions, à l'absence de ces réformes.
Il a évoqué 7 axes de réformes "nécessaires et urgentes", dont le système fiscal, le système de financement de l'économie, le financement des subventions et de la fonction publique, des entreprises et institutions publiques, les caisses sociales et la modernisation de l'administration.
En ce qui concerne la réforme fiscale, Chahed a estimé que "l'évasion fiscale est la plus dangereuses des corruptions. Elle menace la sécurité du climat des affaires dans le pays et représente un danger pour les budgets et la vie sociale et politique".
Il a fait remarquer que la justice sociale est une nécessité absolue dans la réforme et que l'absence de la stabilité fiscale a un impact négatif sur le climat de l'investissement. "La réforme fiscale dans la période à venir sera basée sur deux objectifs : la justice fiscale garantissant la contribution de toutes les parties aux recettes fiscales d'une manière équitable alors que le deuxième est de garantir la stabilité fiscale en vue d'améliorer la visibilité et le climat d'affaires au profit des investisseurs.
A propos de la réforme du système de subventions, Chahed a indiqué que ce système "connait une grande corruption étant donné qu'il ne profite pas aux bénéficiaires ciblés", indiquant que le gouvernement n'a pas l'intention de l'annuler mais de le réformer.
D'après Chahed, le budget de subventions a atteint en 2018, environ 1570 millions de dinars contre 321 MD en 2006. 30% des subventions ne bénéficient pas aux familles défavorisées ou de la classe moyenne, a-t-il dit.
En ce qui concerne les entreprises publiques, le chef du gouvernement a indiqué que le gouvernement "n'a pas l'intention de céder les entreprises publiques".
"Toutes les informations relayées sur la cession dans le secteur public sont erronées" a-t-il tenu à préciser, faisant remarquer que l'approche du gouvernement est basée sur le diagnostic profond de la situation des entreprises publiques.
"Il y a une différence entre les entreprises publiques opérant dans les secteurs compétitifs et les autres entreprises publiques offrant des services de base au citoyen", a déclaré Chahed, ajoutant que la Poste, les chemins de fer, la santé, l'enseignement, la STEG, la SONEDE et d'autres institutions publiques ne figurent pas parmi les secteurs compétitifs ciblés par la cession.
"Pour certaines entreprises publiques, les financements alloués par l'Etat auraient pu être destinées à la réduction du déficit, à l'appui du budget de développement, à la construction de logements sociaux et à l'impulsion des systèmes de la santé, de l'enseignement, de la formation professionnelle et aux régions intérieures", a-t-il dit.
"Le programme de réforme des entreprises publiques est basé sur une vision cohérente de restructuration qui garantit les droits des employés et en même temps organise les entreprises afin de développer leur rentabilité financière".
Par ailleurs, le chef du gouvernement a indiqué que la cession de certaines entreprises dont l'intervention de l'Etat n'est pas justifiée, pourrait renforcer la finance publique et contribuer au financement des investissements nationaux, de l'infrastructure ou le développement régional.
Le chef du gouvernement a déclaré, aussi, que "le régime de sécurité sociale en Tunisie est en danger et la situation des caisses sociales est plus que critique", ce qui nécessite, selon lui, des réformes urgentes. Il a souligné que cette situation est due au déficit structurel de la caisse nationale de retraite et de prévoyance sociale (CNRPS) et de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).
Cela, a-t-il dit, nécessite d'injecter à ces deux caisses 100 millions de dinars par mois pour couvrir ce déficit, soulignant que les pensions de retraite pourraient ne pas être versées à cause de cette situation.
Selon lui, cette crise s'est négativement répercutée sur les prestations fournies par les caisses et sur le système sanitaire, ajoutant que les difficultés que rencontre, actuellement, la pharmacie centrale sont en partie dues au déficit des caisses sociales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.