Candidature au patrimoine mondial de l'Unesco : L'île de Djerba répond aux critères requis    L'industrie automobile frappée de plein fouet par le Coronavirus    Gouvernement de Fakhfakh : Ghannouchi rencontre les ministres d'Ennahdha    Un été torride annoncé en Tunisie    Selon Faycel Derbal: L'application des normes IFRS exige un nouveau texte de loi    En vidéo :Pendant une réunion secrète sur le S17, Mohamed Affes se filme et publie sur Facebook    Exposition : « Raffaello, le portraitiste », Reproduction en HD des plus célèbres portraits du peintre italien de la Renaissance    BakchicheLand, le dernier roman satirique de Abdelaziz Belkhodja    Foot-Coupe de Tunisie : Programme des 16èmes de finale    Fakhfakh reçoit Karoui pour discuter des Règles du Jeu…    Le gouvernement Fakhfakh en chiffres : 15 portefeuilles pour des indépendants dont 6 femmes    Coronavirus, trois italiens contaminés en Lombardie    CONDOLEANCES    Ligue 2 : programme et arbitres de la 14e journée    Inclusion financière (I) : Privilégier les catégories marginalisées    Industries pharmaceutiques : La SIPHAT lutte pour retrouver une santé financière    Augmentation de capital de Carthage Cement : La souscription atteint 80%    Gouvernement Fakhfakh : Al Karama juge que le problème n'a pas été résolu    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Affaire terroriste de Mnihla : Peines allant de deux ans de prison à la perpétuité    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    Au travail !    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le stock de médicaments à la pharmacie centrale suffisant pour trois mois    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Vaccin anti-coronavirus : la Chine prévoit des tests sur l'homme dès avril    Décès d'un tunisien en Libye    Une maman filme la détresse de son fils pour dénoncer le harcèlement scolaire    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Ligue des champions d'Asie/ Al Sadd : l'algérien Bounedjah suspendu 2 mois par l'AFC    Météo : brume et brouillard le matin    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Avec Eloquence, Mohamed Zinelabidine tire sa révérence    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Karakouz, un «Guignol» turco-tunisien
Publié dans Le Temps le 15 - 09 - 2018

Difficile d'écrire les arts de la marionnette en Tunisie sans parler de l'histoire de la marionnette en Tunisie. Mais il également difficile d'écrire sur l'histoire de la marionnette en Tunisie par défaut de documentation et de documents adéquats sur la question, car comme l'a écrit l'Italien Albert Bagno, membre d'UNIMA, dans son blog datant du 03 janvier 2010, l'histoire de la marionnette en Tunisie est «une histoire très longue et très belle, mais pratiquement ignorée par tous et même par les Tunisiens d'aujourd'hui qui ont bien d'autres problèmes que de s'occuper d'elle».
Rares sont les personnes qui se sont essayées à relater cette histoire de la marionnette en Tunisie, soit en l'intégrant dans une globalité, comme Mohamed Aziza, qui, en 1971, publia un ouvrage de 85 pages intitulé «Les formes traditionnelles du spectacle», soit en faisant de la marionnette le sujet principal à l'instar de Mahmoud El Mejri et son livre en langue arabe «Le théâtre des marionnettes en Tunisie. Du Karagueuze aux spectacles modernes» (2009, 225pp.),document basique pour une recherche des problématiques sur la marionnette, ou, tout récemment, HabibaJendoubi qui s'est intéressée à l'histoire des marionnettes en Tunisie à travers son ouvrage en trois langues (français, anglais et arabe) «Les marionnettes en Tunisie : la mémoire et la trace» (2017, 97pp) pour lequel elle a fait douze années de recherches. Il est à noter qu'Albert Bagno présente HabibaJendoubi comme une marionnettiste de qualité, une pionnière ayant introduit dans son pays, il y a plus de 20 ans, les utilisations thérapeutiques de la marionnette.
La Tunisie, de par sa position géographique, a connu des emprises de toutes sortes, même dans le domaine des arts de la marionnette.En effet, les marionnettes y sont nées d'influences étrangères telles que turque, sicilienne et française.
Il était une fois le théâtre de marionnette en Tunisie, un art demeuré presque inconnu, fui, «depuis la première moitié du vingtième siècle, à cause de son langage vulgaire, de basse facture et de ses connotations érotiques». Pourtant, «ce théâtre avait bien sa place dans le quotidien du Tunisien», et ce, dès le 19e siècle, et même dès le 16e siècle, en ce qui concerne la première forme principale de ce théâtre de marionnettes : le théâtre d'ombre et son fameux personnage Karakouz. On suppose que ce personnage a été introduit avec l'arrivée des Ottomanes au pouvoirdès 1574. Ce Kazakouz, ou Karagöz dans sa graphie originelle, utilisait comme langue le turc et était non accessible à la population. Il faut attendre le 19e pour que Karakouz emploie le dialecte tunisien.
Ce théâtre d'ombre n'était présenté que pendant le mois du Ramadan ; ce qui paraît paradoxal lorsque l'on sait que Karakouz était un personnage grivois, obscène et très porté sur la sexualité. D'ailleurs, en 1898, Alexis-Désiré Trouvé, dans son ouvrage «Au désert» (Editions «Moulins», 134pp) le décrit comme «un bien vilain bonhomme, dont l'éducation et les mœurs laissent fort à désirer. Il apparait comme une ombre chinoise (…) avec des gestes particulièrement indécents. Les tableaux les plus obscènes se succèdent pendant près de deux heures» (pp41-42). L'on pourrait se demander pourquoi, malgré sa grivoiserie, Karakouz était aussi célèbre et attirait grands et petits. Peut-être par manque de divertissements mais surtout parce qu'il était le «porte-parole» du petit peuple, qui disait tout haut ce que les petites gens pensaient tout bas, et personne n'échappait aux injures et aux sarcasmes de ce personnage haut en couleurs. D'ailleurs, Trouvé en fait référence lorsqu'il écrit : «(…) tout le monde, hommes, femmes et enfants sont l'objet des… attentionsde Karakouz (…) Karakouz ne respecte même pas les hauts dignitaires de l'Etat. Les ministres, le Bey lui-même ne trouvent pas grâce devant la lubricité de cet extraordinaire personnage». Cependant, la partie dans laquelle Karakouz s'en prenait aux hauts dignitaires a été supprimée, à la fin du 19e siècle, par un arrêté de police.
Ce personnage illettré, au comportement, au parler et au vestimentaire étrange, avait pour complice et pendant Haziouaz, représentant la classe éduquée et s'exprimant avec des termes poétiques recherchés. Autour de Karakouz, gravitaient d'autres personnages, comme la Française (ou l'Européenne)Madama. Rappelons que la Tunisie est devenue un protectorat français en 1881.
Ce théâtre d'ombres se jouait dans les quartiers populaires de la ville arabe, notamment à El Halfaouine, et avait pour cadre soit un café maure soit uneboutique de quartier.
Malgré l'interdiction des autorités françaises, qui encouragea, indirectement, les spectacles clandestins, et la levée des boucliers de nombre de cheikhs tunisiens, Karakouz a connu son apogée sous le protectorat français, puisque les représentations n'étaient plus données durant le mois Saint du Ramadan mais sur toute l'année.
L'interdiction décidée par les autorités françaises avait, peut-être, eu pour désirer d'imposer un autre change de théâtre de marionnettes : Guignol. En effet, même s'il est né avant l'avènement du protectorat français, il n'en reste pas moins que cette marionnette était considérée par les Français «comme un utile instrument de propagande». D'ailleurs, dans «Les marionnettes à Tunis : Karakouz, Guignol et Pupi» (in «Etudes sociales et culturelles» N° 54/1951), Raoul Darmon fait référence à la naissance de ce Guignol avant l'heure, en s'appuyant sur des conversations dans sa famille. Ainsi on peut lire : « Longtemps avant le Protectorat, des forains, qui cumulaient le métier d'arracheur de dents et celui de joueur de marionnettes, venaient faire connaître à Tunis un Guignol d'une fabrication à la fois simple, rudimentaire et ingénieuse : une boule plus ou moins oviforme, percée de deux trous, l'un à la base, destiné à recevoir l'index qui le supporte, l'autre pour soutenir un nez interchangeable ; les yeux et la bouche de clous ou de punaises de couleur et la coiffure, perruque de laine ou de crin, permettant de multiplier à volonté les personnages principaux : Guignol, Madelon et Gnafron, ainsi que le Bailli, le gendarme, Benet l'apprenti, le Marquis, Toinon, etc. (…) Ces représentations, données ensuite presque chaque année ont toujours obtenu le meilleur succès, et avaient l'avantage de constituer une excellente propagande, pour l'esprit français».
Les spectacles de Guignol n'étaient pas donnés dans la médina mais dans la ville française et le premier somptueux castelet aurait été installé en 1891 par un Lyonnais d'origine, Capus, dans un café de la place, «Café de la Marine», à l'angle de la rue de Grèce, avant de passer à l'avenue de France, au «Grand Glacier».
Zouhour HARBAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.