Ligue des champions : L'Espérance de Tunis renversée par le Zamalek    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 février à 17H00    Thalassothérapie : La Tunisie, deuxième destination mondiale après la France    Fitch Ratings maintient la notation souveraine de la Tunisie à «B+» avec perspectives «négatives»    Nouveau Livre de Mansour Moalla: Sortie de crise et union nationale : pourquoi et comment ?    Libye: 60 missiles Grad tirés par l'armée de Haftar sur différents quartiers à Tripoli    Carthage Cement : reprise du processus de cession des participations détenues par l'Etat tunisien dans le capital de la société    Zamalek d'Egypte vs Espérance de Tunis: où regarder le match des 1/4 de finale de la ligue des champions d'Afrique du 28 février?    Natation – Dopage : Huit ans du suspension pour le nageur chinois Sun Yang    Mourad Chaaba à Sidi Bou Saïd : l'exposition à ne pas rater, dès ce samedi (Photos)    En vidéo : Huawei présente son AppGallery et annonce le lancement du Y7p    Cérémonie de passation de pouvoir à Dar Dhiafa à Carthage    TGM : Des travaux de rénovation de la station « Kheireddine » du 29 février au 6 juin 2020    CONDOLEANCES    Ligue des champions | Ezzamalek-Espérance – Quarts de finale aller au Caire (17h00) : Tout dépendra de ce match !    A la Maison de l'Image: une démarche de qualité    Bady Chouchane à l'espace Aïn: variations sur un thème    Chemins de l'herméneutique: le tournant heideggérien II    Tir | Championnat arabe en Egypte : De l'or et du bronze pour Olfa Cherni    Tennis | Open de Doha : Ons Jabeur n'aura pas démérité !    « Luxury Wedding Days » L'endroit idéal pour planifier un mariage de rêve ! Les 22 & 23 Février À l'Hôtel Le Palace Gammarth    Fakhfakh: J'ai pensé à Youssef Chahed depuis 2011 pour travailler ensemble    Risque d'infiltration du Coronavirus en Tunisie: Inquiétude aux frontières terrestres !    Riposte turque : Ankara ne stoppera plus les migrants en route vers l'Europe    Mécontentement des surveillants et surveillants généraux : Boycott des tâches administratives et pédagogiques    Omra et Coronavirus : Annulation de 42 charters Tunis/Djeddah et Tunis-Medina    Orange et SES ouvrent une nouvelle ère d'innovation en matière de connectivité par satellite avec le système de communication O3b mPOWER    Remonter la pente    Associations de microfinance Délai supplémentaire pour régulariser la situation    Coronavirus : Analyses négatives pour la citoyenne de retour de Milan    Une commission de la Fifa s'oppose à la délocalisation de matches    Foot-Europe: le programme du jour    Maghzaoui: Il faut revaloriser la formation professionnelle    Les neuf remerciements de Abdoo Saadaoui    Photo du jour : la Tunisie au rendez-vous avec la démocratie    Elyès Fakhfakh et son équipe déclarent leurs biens et intérêts à l'INLUCC    Plus de 30 militaires turcs tués dans une frappe syrienne à Idlib, la Turquie riposte    Tunisie : Les nouveaux ministres déclarent leur patrimoine    Le groupe Harkan sort son nouveau clip : « Farha » !    Météo : Prévisions pour aujourd'hui, vendredi 28 février 2020    (Idioracy) quand tu nous tiens    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ombres et Karakouz
Les marionnettes en Tunisie, la mémoire et la trace
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 07 - 2017

Déjà présentée au musée international des marionnettes à Palerme, cette étude signée Habiba Jendoubi, tente d'explorer l'histoire de ce genre théâtral et son évolution
Le mot français «marionnette» est dérivé de Marion, diminutif de Marie, et désignait à l'origine une petite figurine de la Vierge. Dans d'autres langues européennes, le terme s'apparente au mot «poupée» : «puppet» en anglais, «puppe» en allemand, «pupi» dans le théâtre de marionnettes sicilien (où il existe aussi un dérivé du mot «enfant» : «fantoccio», qu'on retrouve aussi en portugais : «fantoche»; en revanche, on dit «marioneta» ou «títeres» en Espagne.
En Tunisie, on appelle «marionnettes» «douma», en arabe classique, pluriel de «domia» qui veut dire «poupée». Et le théâtre de marionnettes qui désigne à la fois le genre théâtral et le lieu de la représentation faisait partie du quotidien du tunisien. Sa naissance commença avec le théâtre d'ombres. La place de Halfaouine, à Tunis, était le lieu de spectacles où les premiers montreurs d'ombres montraient leurs silhouettes. Le 19e siècle aura aussi vu naître le Karakouz, des marionnettes qui jouent un rôle de porte-parole du peuple et qui exprime ses frustrations. Les représentation étaient données pendant le mois de Ramadan et constituaient un moment de détente après une longue journée de carême.
Au fait, le Karakouz est le nom du héros de ce genre de théâtre, un personnage qui rappelle le polichinelle occidental. Ce vilain bonhomme a un antagoniste : «Haziouaz», bien plus éduqué et qui s'exprime de manière poétique et raffinée. Les personnages secondaires reflètent une société plurielle et d'origines différentes.
Quelques exemplaires de ces personnages existent et se vendent encore aujourd'hui dans les souks comme des pièces d'antiquité. Mais il n'y avait pas que ce genre de figurines ; d'autres ont été crées, d'influence sicilienne ou turque et des personnages inspirées de légendes ou de certains rites telle que Oumok Tangou, une poupée en chiffons que les enfants promènent dans les rues en temps de sécheresse.
Au début du 20e siècle, le cinéma vola la vedette aux marionnettes. De nombreux artisans inventèrent alors de nouveaux personnages, modes d'expression et techniques pour mettre en scène leurs spectacles.
Cela dit, l'histoire des marionnettes en Tunisie est si riche et si intense qu'un seul livre ne suffit pas pour la raconter. Quelques écrits existent déjà. A ces derniers vient s'ajouter le livre de Habiba Jendoubi, artiste marionnettiste, intitulé : «les marionnettes en Tunisie, la mémoire et la trace». Une centaines de pages écrites en 3 langues (arabe, français et anglais). Il s'agit d'une étude dédiée à son mentor feu Rached Manaï et qui tente d'explorer l'histoire de ce genre théâtral et son évolution au 19ème et au 20 ème siècle. L'auteure s'est référée aux chercheurs, aux professionnels de la marionnette et aux artisans. Des marionnettes italiennes, aux marionnettes considérées comme typiquement tunisiennes, sa plume exprime l'importance de cet art qui, aujourd'hui, souffre de stagnation, d'un manque de recherches et de formations. Ce domaine, gagnerait, dit-elle, à se mettre à la page de ce qui se fait dans le monde. Car, ailleurs, la marionnette évolue et la matière avec laquelle c'est fabriqué, évolue aussi, ainsi que la façon de la manipuler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.