Par Abdelaziz Gatri : Président ou mufti ?    Dernière minute – Coronavirus : 112 nouvelles contaminations locales à Gabes    Taoufik Baccar : Une nouvelle contre-performance à inscrire au registre des gâchis économiques et financiers des 10 dernières années …    Ligue des Champions : Le Bayern Munich écrase comme jamais le FC Barcelone (8-2)!    Tunisie: Décès à Monastir d'un patient au coronavirus rentré le 6 août de France    Enda Tamweel poursuit l'expansion de son réseau et ouvre sa 100ème agence à Ennadhour    Le Président de la République et l'Emir du Qatar ont tenu une importante conversation téléphonique    Tunisie | 56 nouveaux cas de contamination par le Coronavirus dont 49 locaux    «On pensait que le match était plié, c'est dur !»    Un Clasico EST-CSS sans couleur, à l'USM la meilleure affaire de la 19ème journée    La goutte de trop pour les Libanais    Pic de mortalité de jeunes enfants    Le double jeu d'Israël avec la Turquie en Méditerranée orientale    La solidarité en partage    «La vraie vie» d'Adeline Dieudonné    ''Les solutions existent encore mais leur application requiert de l'audace politique''    Officiel: Willian signe trois ans à Arsenal    Festival Méditerranéen de La Goulette : 15 spectacles tunisiens du 15 au 30 août 2020    1.241 nouveaux cas confirmés en 24 heures au Maroc    Tunisie : Baisse de 59% des recettes touristiques    Ridha Saidi : « La situation économique en Tunisie est difficile , mais pas insurmontable »    Rafik Darragi: Le complexe du mâle en question    Paris et Marseille ''zones actives'' de circulation du coronavirus    Impact de la crise du COVID-19 sur le secteur privé : Appréciations mitigées    Covid-19: Installation du laboratoire militaire mobile à Gabès lundi    Mouvement de mutation dans le corps judiciaire : La magistrature commence-t-elle à respirer ?    Tunisie: Démantèlement d'une cellule takfiriste à Médenine planifiant de rejoindre des djihadistes à l'étranger    Femmes agricultrices : Une main forte dans la sécurité alimentaire    Classico | l'EST et le CSS se neutralisent : Un petit quart d'heure de pur bonheur...    POINT DE VUE | Stades démunis !    Noureddine Nebli revient sur le nul concédé devant le CA : «Déçu par le résultat...»    «Enfas» de Dalila Meftahi à «Sahriyet été 2020 à Hammamet» : Une œuvre subtile et engagée    5e édition du Festival de la Medina à Hammamet : Maintenue malgré tout    Projet « Hkeya Fi Hkeya» au Kef : Suivons les traces des contes    Egalité dans l'héritage : Saïed ne revient pas sur sa position et insiste sur la clarté du texte coranique    Le PDL devance Ennahdha, selon Sigma Conseil    Programme TV du vendredi 14 août    Tunisie: Les femmes moins corrompues que les hommes, selon Chawki Tabib    Qui est la créatrice de la robe d'Ichraf Chebil ?    Moktar Lamari - Quand la Banque centrale de Tunisie tire la sonnette d'alarme!    Tunisie : Programme des rencontres de Mechichi ce vendredi    Météo : La hausse des températures se poursuit    Fête de la femme tunisienne : L'UGTT appelle à la ratification de la Convention de l'OIT relative aux droits des travailleuses domestiques    La galerie Essaadi célèbre la femme    En vidéo: Kmar Ben Soltane parle de son rôle dans l'Albatros    Algérie : Secousse tellurique à Blida    Nouvelles frappes israéliennes sur Gaza    1499 nouveaux cas confirmés et 23 décès en 24 heures au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le terrorisme frappe au cœur de la capitale
Publié dans Le Temps le 30 - 10 - 2018

La terroriste morte sur le coup et huit policiers et un civil blessés
Vent de panique au centre-ville et arrestation d'un suspect qui aurait des liens avec l'attentat
Le Temps - La vigilance était bien de mise et le centre-ville de la capitale est toujours bien gardé, mais, personne ne peut jurer de rien, surtout qu'avec le terrorisme, on peut s'attendre à des frappes criminelles, partout et à tout moment. Cela s'est passé, dans les capitales des plus grandes puissances du monde, et le risque était permanent, aussi, en Tunisie, avec des kamikazes ayuant subi des lavages de cerveau, et embrigadés par les extrémistes.
L'acte était inattendu, surtout vu les circonstances, avec une manifestation de citoyens innocents qui demandaient justice pour la mort d'un jeune, à la suite d'une descente des services de douanes dans un entrepot de contrebande, dans leur localité.
Coïncidence, l'attentat a été perpétré au moment où le ministre de l'Intérieur devait répondre aux questions des députés concernant la « Chambre noire » dans son département. Il était revenu, rapidement à son département, afin de pouvoir superviser les opérations sécuritaires et de secours.
Une femme kamikaze d'une trentaine d'année et originaire du gouvernorat de Mahdia a profité de cette occasion, pour se faire exploser en plein centre-ville de Tunis, hier aux environs de 13H55 à l'avenue Habib Bourguiba devant le théâtre municipal de Tunis, a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Sofiène Zaâg.
«Huit policiers et un civil ont été blessés à la suite de cet acte suicidaire», selon la même source.
Les blessés ont été transportés en urgence à un hôpital de la capitale.
Vent de panique
Un contrôle des effets personnels et des sacs des citoyens a été engagé, au niveau des rues ouvrant sur l'Avenue Habib Bourguiba, à Tunis, à la suite de l'attaque-suicide.
Un état de panique s'est emparé des citoyens, a relevé la journaliste de l'agence TAP, qui a relevé que la plupart des magasins et centres commerciaux situés sur l'Avenue Bourguiba ont été fermés.
Une paralysie totale du trafic sur les lignes du métro léger, passant par l'Avenue Bourguiba, a été enregistrée et un «laboratoire mobile» se trouvait sur les lieux.
Les militaires, sécuritaires et ambulanciers, présents sur les lieux, ont refusé de faire des déclarations.
Près d'une patrouille sécuritaire
L'explosion s'est produite à proximité d'une patrouille sécuritaire déployée près du Théâtre municipal, a indiqué un femme qui était témoin oculaire du lâche attentat. Une forte explosion a été entendue (...) deux policiers gisaient au sol, a-t-elle ajouté.
Elle a relevé qu'une femme d'âge moyen s'est fait exploser. Juste après l'explosion, les citoyens ont été dispersés et le périmètre a été bouclé, a-t-elle relevé.
Selon cette femme, l'attentat-suicide s'est produit juste après la fin d'un sit-in observé par la famille du jeune homme, décédé la semaine dernière, à Sidi Hassine (Séjoumi).
La femme est morte sur place, a indiqué le ministère de l'Intérieur. Selon un communiqué du département, la kamikaze, 30 ans, n'est pas connue par les services de sécurité pour son radicalisme.
Selon un autre témoignage, la kamikaze aurait crié « Allahou Abkar », avant de commettre son forfait. Son nom serait Mouna Gebla, née en 1988, soit âgée d'une trentaine d'année et originaire de la délégation de Sidi Alouane (Gouvernorat de Mahdia). Elle n'est pas fichée par la police et n'était pas connue comme ayant des activités extrémistes.
Les unités sécuritaires ont, d'autre part, arrêté un suspect qui aurait des liens avec l'attentat, d'après Assabah online
Un attentat expérimental
L'expert en recherches sur les mouvements islamistes et analyste politique, Alaya Allani a expliqué à Assabah news que les cinq finalités de cet attentat terroriste confirment les mise-en-garde des médias américains qui affirment que le terrorisme s'est déplacé vers l'Afrique du nord.
La deuxième éventualité est que cette attaque pourrait être une réaction à l'élimination du terroriste Mourad Ghazlani, abattu par les forces sécuritaires, avec la possibilité que le mouvement Daech ou celui de « Jound Al Khilafa » (Les soldats du Khalifat) soient derrière cet attentat, comme il est possible qu'il soit l'œuvre d'autres mouvements extrémistes.
La troisième signification est que c'est la première fois, en Tunisie, qu'un attentat est commis par une femme portant le Hijab, surtout que les extrémistes savent qu'une femme fait, rarement, l'objet d'une fouille approfondie, sur la voie publique. Il affirme que l'attaque entre dans le cadre de la politique des «loups solitaires», avec la possibilité que de nouvelles attaques terroristes vont avoir lieu sous la même forme, au cours de la prochaine étape, ce qui nécessite d'améliorer l'efficacité des services de renseignements et de sécurité, parce que le terrorisme urbain réapparait, pour montrer que le terrorisme est toujours actif et qu'il est difficile de l'éradiquer.
L'analyste a, en outre, affirmé que cet attentat a l'allure d'une attaque expérimentale et qu'à première vue, elle avait été commise à l'aide d'une bombe et non d'une ceinture explosive, sinon elle aurait fait davantage de victimes, ce qui est le but de ces mouvements terroristes. Il a, dans ce sens, appelé les services de sécurité à ne pas baisser leur vigilance et à prendre en considération cette éventualité.
Par conséquent, il est, aussi, nécessaire, affirme-t-il, de réactualiser les bases de données sur le terrorisme, pour permettre aux forces sécuritaires et militaires qui ont démontré leur efficacité, de prendre les mesures nécessaires contre ce fléau.
L'UGTT condamne
Le secrétaire général de l'Union Générale Tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi a été le premier à condamner, dans une déclaration aux médias, l'attentat-suicide.
Tabboubi a insisté, en marge de l'ouverture à Hammamet d'une rencontre syndicale organisée par le département de la femme, des jeunes travailleurs et des associations, sur l'impératif de faire preuve de vigilance, estimant que les tiraillements entre les partis politiques ont balisé la voie devant ces individus.
Il est impératif de faire preuve d'unité nationale et de traiter les causes qui ont généré ces tensions, a-t-il encore ajouté, soulignant que ce courant obscurantiste sera éradiqué grace à la force des institutions sécuritaires et à la volonté du peuple.
Les mouvements Nidaa Tounès et Ennahdha ont condamné, pour leur part, l'attentat, affirmant que le terrorisme n'a pas de place dans ce pays. Ils ont appelé les Tunisiens et les Tunisiennes à s'attacher à l'unité nationale, les pressant de porter main-forte aux forces sécuritaires et militaires, dans leur lutte contre l'extrémisme et le terrorisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.