Un obus de guerre déterré à Bizerte    Mesures sanitaires imposées aux Tunisiens résidents à l'étranger, ce qu'il faut savoir    Coopération entre l'Inde et la Tunisie en matière d'Energies renouvelables    Baromètre de popularité des 3 présidents – Vague 5: La popularité de Elyes Fakhfakh en chute    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Chute des dépenses de développement de 50%, à fin avril 2020    Tunisie : Asma Shiri : Fakhfèkh n'a nullement l'intention de démissionner    CMF : OPA Obligatoire sur les actions de « HEXABYTE    Lancement du guide méthodologique de l'inspecteur administratif et financier en Tunisie    Fatah et Hamas «unis», l'exception qui confirme la règle    L'Etoile du Sahel au fond du gouffre    Le transport et la logistique et le développement IT, les secteurs porteurs de demain    30 projets déclarés au premier semestre de 2020 pour un investissement global de près de 1,3 milliard de dinars    Hausse de l'encours de la dette publique de 4%    65 analyses négatives à Médenine    «La grande majorité de mes textes fait la part belle aux femmes»    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juillet à 11H00    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    Mohamed Moez Belhassine nommé nouveau Directeur général de l'ONTT    DECES : Zohra Bent Mohamed Akrout    DECATHLON Tunisie : L'enseigne sportive utile...Avant, pendant et après la crise du Covid-19    Transport : A cause de la mauvaise qualité de ses navires, la Tunisie figure sur la liste noire de Paris MoU    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Abdallah HABIBI    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Voiture électrique : Déploiement à grande échelle    Programme TV du vendredi 03 juillet    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Mini-football | Coupe de Tunisie – Huitièmes de finale : Siliana est tombée    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    Tennis | Tournois nationaux : Un circuit d'été    Alerte météo : Température en hausse avec un vent de sirocco    Transfert : Hamdi Nagguez signe pour 3 ans à l'Espérance de Tunis    Adoption de la version finale du projet de la loi sur la protection des forces de sécurité intérieure et de la douane    Un conseil des ministres adopte plusieurs textes législatifs    Tunisie: Résultats négatifs de 151 tests Covid-19 dans la prison El Dir au Kef    La Ligue des champions en Espagne sera diffusée sur Movistar+ jusqu'en 2024    Le ministère de l'Agriculture fixe les prix de vente des moutons de sacrifice    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Rapatriement de 113 Tunisiens via Ras Jedir    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mer fait des dégâts!
Publié dans Le Temps le 08 - 02 - 2019

Les maisons de Chatt Meriem à Sousse et celle d'El Kraia à Monastir ont été envahies mardi par des vagues déferlantes. Les escaliers menant à El Kraia se sont effondrées à Monastir. Un signal de détresse a été lancé à l'endroit par les habitants. "Je n'ai jamais vu des vagues aussi importantes" indique un habitant. Les choses se sont envenimées rapidement puisque la houle de la mer est passée au-dessus de la barre du mètre. La désolation se lisait sur le visage de certains riverains qui ne savent plus où donner de la tête. Le littoral a payé un lourd tribut à la tempête.
Ce littoral est menacé. Il suffit d'un petit tour le long de ses plages pour s'en persuader. "Tant qu'il y aura des gens qui construisent sur la dune bordière, il y aura toujours des dégâts. Croyez-moi, nous ne cessons de sensibiliser les élus locaux sur cet épineux problème", confie sans ambages notre interlocuteur. Les spécialistes tirent à nouveau la sonnette d'alarme. La mer monte, grignote sur le littoral, bien aidée par l'action des hommes. Il y a donc urgence et on doit se préparer... au pire.
Ce phénomène, naturel à l'origine, n'est pas récent. Dr Salem Sahli, secrétaire général de l'Association d'éducation relative à l'environnement, en témoigne. «C'est un milieu naturel fragile, original mais qui est menacé par les actions de l'homme », dit-t-il. Et de préciser : «, il y a un code d'aménagement du territoire et d'urbanisme. Cette réglementation n'est pas toujours respectée notamment, pour le domaine public maritime où on doit interdire de bâtir, mais il y a parfois des dérogations. Le danger est présent car si on construit trop près de la mer, on empêche la circulation du sable et on va appauvrir la plage et compte-tenu des changements climatiques, on peut avoir des bâtiments tout près de la mer qui, un jour ou l'autre, vont être détruits par la mer.
100 km menacés par l'érosion maritime
100 km de nos côtes et plages sont menacés par l'érosion maritime. Parmi ces zones, la baie de Monastir qui est située en face d'une zone qui connaît une urbanisation accrue avec le développement économique du secteur industriel. Elle est soumise à une évolution permanente induite par des facteurs naturels d'une part et par l'influence des activités anthropiques d'autre part.
La dégradation de la frange littorale (lagune de Monastir, Khénis, Ksibet Mediouni, Lamta et Sayada) serait principalement en relation avec les fortes accumulations de matières organiques dans un milieu à faible hydrodynamisme et, comme l'a confirmé Dr Sahli, "Les littoraux sont un patrimoine dont l'existence est menacée par la nature et l'homme. Les multiples risques qui menacent et menaceront dans l'avenir l'espace littoral sont dus, pour la plupart d'entre eux, à la mauvaise gestion de cet espace combien exigu, fragile et mouvant. Le bilan sédimentaire de la plupart des plages, jadis excédentaire, accuse aujourd'hui un déficit. Des mesures d'urgence doivent être prises les années à venir pour protéger ce qui reste encore à protéger du littoral. Il est temps de libérer nos plages de ces constructions anarchiques » souligne le secrétaire général de l'Association de l'éducation relative à l'environnement.
Pour toute défense contre l'érosion, il est donc plus efficace de se tourner vers des ouvrages de souples qui travaillent en harmonie avec les dynamiques naturelles en jeu et ont ainsi un moindre impact sur le littoral, plutôt que d'utiliser des ouvrages de défense rigides qui tendent à réprimer ou freiner les processus côtiers. La sauvegarde de nos côtes est urgente, sinon nous risquons de nous priver de nos belles plages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.