Rappel du Ministère des Finances : le samedi 30 Mai est le dernier délai pour les entreprises désireuses de bénéficier des mécanismes d'encadrement et de soutien    Création d'une nouvelle forme de financements exceptionnels refinançables    Un nouveau cas de coronavirus à Bizerte    Décès de l'humoriste français Guy Bedos    On tarde à intégrer l'éthique à la vie politique    Ahmad Ahmad va témoigner !    7 mois de vacances pour la moitié des équipes !    La police dissuade les manifestants à Hong Kong    On traine les gens dans la boue sans aucun égard pour leur dignité    Protocole sanitaire du tourisme tunisien    eux olympiques de Tokyo : les lutteurs tunisiens reprennent les entraînements le 4 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 28 mai à 11H00    Rohani prône la coopération avec les ultraconservateurs    L'indépendance de la justice sur la sellette    « Nouba 2 », l'exception qui ne fait pas la règle    Le premier roman tunisien sur Covid-19 et le confinement !    Quand le virtuel dépasse le réel    845 nouveaux cas au Koweït en 24 heures    Gafsa : arrestation de deux suspects dans l'incendie de la locomotive appartenant à la CPG    Tunisie: Arrestation deux suspects dans l'incendie de la locomotive de transport du phosphate dont un agent paramédical    Tunisie : 12 % des élèves du baccalauréat au gouvernorat de Sousse n'ont pas repris les cours aujourd'hui    Tribune | Merci Albert Memmi d'être resté Tunisien dans l'âme    Quatre personnes arrêtées et une autre maintenue en liberté dans l'affaire de l'empoisonnement au « méthanol » à Hajeb El Ayoun    Didier Raoult défend toujours l'hydroxychloroquine    Date de l'examen de l'affaire de Sami Fehri fixée    Wall Street Journal met à l'honneur l'app mobile visionnaire du Club Sportif d'Hammam-lif    Saisie d'argent et de faux bijoux d'une valeur de 250 mille dinars    Tunisie: Des chômeurs et des propriétaires de taxis “Louage” protestent devant le siège de l'ARP    Tunisie – Météo : Températures en baisse et pluies éparses l'après-midi sur le centre-ouest    Inégalité fiscale et économique en Afrique du Nord : Savoir trouver le juste équilibre    Les villes post-covid-19 | Najem Dhaher, chercheur et maître de conférences en urbanisme et aménagement, à La Presse : « Fin des aménagements dogmatiques et standardisés et retour à l'approche sanitaire »    Leaders Immobilier inaugure prochainement sa nouvelle agence au Lac 2    MEMOIRE : Saloua KOURAICHI    Perspectives clubistes : Le combat des chefs    Point de vue : Retour précipité !    REMERCIEMENTS ET FARK : Saïda JAZIRI    Pierre Abi Saab, Journaliste et critique libanais, à La Presse : Questions de culture    Ligue 1 : Le CS Chebba reprend les entraînements    Kais Saied furieux contre les nouveaux tarifs consulaires ?    Le personnel et cadres de la Santé publique observent ce jeudi « Une Journée de colère nationale »    Tunisie: Les institutions publiques sont priées de mettre fin aux contrats de deux députés    Olivier Poivre d'Arvor, reconduit à la présidence du musée national de la Marine    L'association Nous Tous prépare un programme de célébration de l'œuvre d'Albert Memmi    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tribune | A peu de gens convient le diadème !    Libye : Les Etats-Unis accusent la Russie de transférer des avions de chasse en Libye pour aider ses mercenaires de “Wagner”.    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au grand bonheur des cinéphiles confinés !
Publié dans Le Temps le 05 - 04 - 2020

Une nouvelle expérience pour le festival ‘'Gabes cinéma Fen'' qui se tient cette année dans sa deuxième session mais en version électronique ! Du 03 au 11 avril des films et des documentaires nationaux et internationaux sont diffusés à des heures précises en ligne, au grand bonheur des cinéphiles confinés. Vendredi 03 avril le documentaire « Le sentiment d'être observé » de Assia Boundaoui a été diffusé gratuitement et bien entendu en version digitale surla plateforme Artify.
Assia Boundaoui est en effet, une journaliste qui mène une enquête d'investigation dans son quartier arabo-américain de Chicago suite à une rumeur qui court et qui dit que son lieu de résidence est surveillé par des services sécuritaires. Elle dévoile alors une des plus grandes enquêtes jamais entreprises par le FBI avant le 11 septembre et dont l'impact sur la communauté est irréversible.
Le documentaire commence par une citation de Michel Foucault « Le pouvoir disciplinaire s'exerce en se rendant invisible, il impose à ceux qu'il soumet un principe de visibilité obligatoire. C'est le fait d'être vu sans cesse, qui assure l'emprise du pouvoir qui s'exerce sur eux ».
L'enquête est menée au quartier de Bridgeview dans l'Illinois à Chicago aux Etas Unis, un quartier très soudé contenant 200 familles. Ici tout le monde se connait, les hommes à travers les mosquées et les femmes qui prennent soin des enfants des autres... La journaliste voulait savoir si son quartier est vraiment sous la surveillance continue du FBI ou si les habitants des lieux deviennent paranoïaques. Le reportage met en exergue cette évidence, le quartier est effectivement surveillé mais les gens ont peur d'en parler.
Tout a commencé en 1997, quand le gouvernement a accusé une personne de la communauté de financer des activités terroristes et même si les accusations ont été rejetées par le tribunal la personne en question a été accusée pour fraudes fiscales et a purgé une peine de 5 ans de prison. Ensuite il a été soumis sous surveillance. Fatigué de vivre dans la peur et l'intimidation, il a décidé de quitter le pays.
Dans ce quartier même les personnes qui n'ont aucune relation ou liaison avec le terrorisme ont toujours le sentiment d'être surveillées, chose qui a affecté leurs vies.
La journaliste voulait aussi comprendre pourquoi le FBI ciblait sa communauté précisément et les raisons pour lesquelles le FBI se permet d'humilier les gens dans les mosquées… elle a finit par comprendre que des organisations impliquées dans le blanchiment d'argent et la fraude fiscale utilisent les mosquées et l'Islam pour couverture. Sauf que là des personnes innocentes ont vécu le drame de vivre les affres de la surveillance et des fausses accusations à l'exemple du Palestinien Abu Ahmed qui même s'il a fini par être acquitté, le fait d'être ciblé par les services de sécurité laisse sur sa personne et sa réputation des traces indélébiles.
La paranoïa comme outil d'aliénation
a journaliste découvre, dans la foulée, une prison panoptique aux Etats-Unis, dont la structure est conçue pour assurer que les prisonniers soient placés sous une surveillance continue et finissent par modifier leurs comportements. Leur paranoïa devient aussi efficace qu'un outil d'aliénation. Les prisonniers deviennent dociles et silencieux.
La réalisatrice souligne qu'il faut se prononcer ouvertement et qu'il faut le dire haut et fort qu'on n'a pas peur. C'est l'unique moyen de troubler tout un système de surveillance qui tente de créer la paranoïa pour contrôler des communautés d'humains. Mais il faut tout de même continuer le combat pour la protection des vies privées des uns et des autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.