Officiel : La Ligue 1 reprendra le 2 août    Ligue 2 : le calendrier des play-offs dévoilé    Le procès de la bloggeuse Emna Chargui reporté au 2 juin    ANSI : Mise en garde contre des vulnérabilités critiques dans les systèmes d'exploitation mobiles Android 8, 9 et 10    Le mécanisme de garantie de l'Etat, désormais opérationnel    444 MDT    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    Le coup de grâce…    Elyès Fakhfakh dans un cul-de-sac ?    Décisions contradictoires de la FIFA et de la FTF, concernant les joueurs en fin de contrat, le 30 juin !    3,5 millions de dinars à partager entre l'EST, l'ESS, le CSS et l'USBG    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    Les photos fuyantes de Mahmoud Chalbi    L'humoriste et comédien Guy Bedos est mort    Le patrimoine culturel, grand axe du programme «Tounes Wijhetouna»    Ligue1 : la JS Kairouan reprend les entraînements jeudi prochain    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 30 mai à 11H00    Le Club Africain lance à partir de lundi la vente des cartes d'adhérents    Coronavirus : 5 nouveaux cas importés et 950 guérisons    Covid 19 | Etablissements scolaires privés : Relations tendues avec les parents d'élèves    REMERCIEMENTS ET 40e JOUR : Fatma Bent feu Cheikh Mohamed ANNABI et feu Hédia TORDJMAN    Huile d'olive : exportations record durant les cinq premiers mois de la campagne    Djerba | Mouvements de protestation des employés d'hôtels : Les précisions de la fédération régionale des hôteliers    Stratégie nationale de promotion de l'industrie et de l'innovation : L'industrie intelligente, une exigence    Documentaire « MAKHDOUMINE » de Maher Abu Samra : « Mon cinéma est politique… »    Météo : Températures en baisse    MEMOIRE : Noureddine ARFA    L'USM programme la reprise : Des groupes de 7 joueurs    Panoro augmente sa production en Tunisie et planifie le forage de 2 puits    CONDOLEANCES    Tunisie: Nouvelle nomination au ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières    Tunisie: Ouverture exceptionnelle des caisses par la SONEDE pour faciliter le payement des factures    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Une cellule d'accompagnement pour aider les PME    Facebook chante ''Bella Ciao'' pour Bendir man, Mekki et d'autres    Tunisie: Les pots-de-vins coûtent annuellement entre 400 et 500 millions de dinars, selon Chawki Tabib    Tunisie : L'Etat d'urgence prolongé de 6 mois    Tunisie: Perte de 28% de ses revenus par Tunisair    Le désengagement total des USA    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le métier de Président ….
Publié dans Le Temps le 08 - 04 - 2020

Au Palais de Carthage, quoi que puisse faire son locataire, celui-ci est contaminé par « le virus-Bourguiba ». Et, quoique que quelques rares effigies, quelques rares portraits aient été replacées dans les espaces du Palais, échappant à la moisissure et au délabrement de la cave où tout ce qui évoque la mémoire du leader a été enterré, eh bien le Combattant suprême hante les lieux. Et, au-delà du Palais, sa stature hante, plus que jamais aujourd'hui, la mémoire collective. Elle nous interpelle, en effet. Et, en cette période de pandémie, Bourguiba revient en force au devant de la scène. Pour nous tarauder. Pour nous poser cette lancinante question : « qu'avez-vous fait de la République que je vous ai léguée ? »
Bourguiba brise, en effet, le confinement de la mémoire collective, lui, le premier « confiné » de l'histoire du pays, captif dans une misérable villa de Monastir avant d'être « empaqueté » dans des funérailles ignobles, expéditives. Ben Ali avait en effet peur de lui. Il s'est même construit un palais à Sidi Dhrif pour ne pas habiter le Palais, là où son ombre rôde. Marzouki rasait les murs pour ne pas avoir à le rencontrer. Et, maintenant-ironie des coïncidences- Kaïs Saïed y emménage, parce que son quartier de la Mnihla n'est plus sûr, mais il y emménage, juste quelques jours avant ce 6 Avril, vingtième anniversaire de la mort du grand Leader.
Face au Covid-19, un discours de six minutes….
Voilà, donc, que Bourguiba nous rattrape. Et, voilà que, pour conjurer le fantôme de Carthage, Kaïs Saïed va vers lui à son mausolée. Moment de recueillement à la recherche d'un signe, d'un message d'outre-tombe. Le message est toujours aussi teinté de remontrances : « qu'avez-vous fait de la République que je vous ai léguée ? ». Saïed en subit un effet d'osmose : « Bourguiba le plus grand révolutionnaire, déclare-t-il ».
S'il revenait sur terre, Bourguiba ne se reconnaitrait pas dans les artifices de l'Etat-providence, ce monstrueux leurre mis en scène par Ben Ali. Il ne se reconnaitrait pas, non plus, dans les chocs des idéologies ayant eu libre cours après la « révolution ». Et, quand bien même Béji Caid Essebsi aurait essayé de rééditer l'orthodoxie bourguibiste, Bourguiba ne s'y reconnaitrait pas non plus.
Candidat à la divinité sans dieu ? Oui, il aura plané dans les stratosphères, ces lieux inhabitables pour ceux qui ne savent pas aller sur les hauteurs, comme le dit De Gaulle et comme subtilement évoqué par notre consœur Samia Harrar dans son édito de dimanche dernier.
Sauf que, Bourguiba, le premier Bourguiba, ne planait pas tant que ça. Il avait les pieds sur terre aussi. Bâtir un Etat, ce fut son œuvre herculéenne. L'enseignement gratuit pour tous, les Abdellatif Mekki, les Nissaf Ben Alaya, les Chokri Hammouda et tous nos grands professeurs sont finalement son produit. Ce système de Santé qui tient aussi, malgré toute la clochardisation dont il a fait l'objet, c'est lui. L'enseignement public dont hérite, aujourd'hui, Mohamed Hamdi, c'est encore lui. La solidarité, l'union nationale-quitte à déférer l'avènement de la démocratie- c'est encore lui.
Qu'aurait fait Bourguiba face au Covid-19 ? Un discours de six minutes, comme lors des émeutes du pain, pour remettre tout en place. Pour dicter le confinement général. Pour actionner les mécanismes de l'Etat. Le peuple le suivrait les yeux bandés.
Ce « fou » qui dansait…
L'ennui, c'est que ce peuple n'a plus de repères. Tiraillé entre la purgation des passions idéologiques -purgation dans le sens aristotélicien du terme- la boulimie des courants idéologiques le font tourner en rond. Islamisme, Panarabisme, centrisme peu convaincu, outrances du discours populiste, xénophobe et barrières mentales érigées contre l'occidentalisme, n'en finissent pas, en effet, de diluer, d'enlever toute sa quintessence au sens de l'Etat que Bourguiba avait « violemment » incrusté dans le mental des Tunisiens.
Où en est-on, aujourd'hui, du sens de l'Etat, de la réactivité face aux chocs endogènes tout autant que les chocs exogènes ? Qui commande en réalité ? Et qui pourra prétendre commander en ce contexte de dispersion des pouvoirs ? De que sens de l'Etat parle-t-on, lorsque « la meilleure constitution du monde » se révèle être porteuse d'autant de champs minés ? De quel sens de l'Etat s'agirait-il, lorsque les nouveaux dandys de la « révolutions » dansent sur les volcans ? Un mois, un mois entier mis à spéculer sur la catastrophe, pour, enfin mièvrement, délier partiellement les mains à Elyès Fakhfakh lui permettant de recourir à l'article 70 ! Le Président qui parle décentralisation et qui, rattrapé par la réalité de cette chimère, parle du contraire. L'Etat, ce n'est pas ça. Qu'aurait fait Bourguiba, «le despote absolutiste», «le traitre» comme le dépeignent les gens d'Al Karama ? Il aurait promptement légué une parcelle étendue de ses pouvoirs à Elyès Fakhfakh, comme il l'avait fait avec Béhi Ladgham, et, avec, surtout, Hédi Nouira et, si d'aventure cela ne marchait pas, il aurait reconnu ses torts comme avec Ahmed Ben Salah.
On ne devient pas leader. On naît leader. On ne s'improvise pas homme d'Etat. On naît homme d'Etat. Mais le métier de Président, ça s'apprend aussi. Comme le disait Hassan II à propos de la royauté : « le métier de Roi ».
En fait, Bourguiba dansait lorsqu'il bâtissait l'Etat. Sa symphonie à lui. Il a été pris pour fou. Il est toujours pris pour fou par ceux qui le haïssent aussi. Nietzche nous enseigne quelque chose: «Ceux qui dansaient ont été pris pour des fous par ceux qui n'entendaient pas la musique». Bourguiba est fou en effet par ce qu'il a créé l'Etat, parce qu'il a créé la République. Et, des profondeurs de sa tombe, il continuera à nous persécuter : « Qu'avez-vous fait de la République que je vous ai laissée ? »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.