Elyes Fakhfakh : Le secteur agricole, un pilier de la sécurité alimentaire et de la souveraineté nationale    L'INM lance sa première application Android gratuite    Tunisie – Baisse des prix de certains carburants à partir de cette nuit à minuit    Tunisie – Le numéro de funambule d'Elyes Fakhfakh qui essaie de ménager la chèvre et le chou    Les USA se retirent de l'OMS    IMAGES : Un avion opère un atterrissage d'urgence après avoir heurté un objet non identifié    Tunisie – Devant la réticence d'Elyes Fakhfakh Ennahdha veut passer en force    Un nouveau cas de coronavirus au Kef    2 nouveaux cas importés à Gafsa    29.933 morts en France    Limogeage d'Elyes Mnakbi : prémices d'un bras de fer Fakhfakh-Ennahdha ?    Bac 2019-2020 | Plus de 133 mille candidats passent, mercredi, les épreuves de la session principale avec des mesures de prévention contre Covid-19    Révision à la baisse des prix des hydrocarbures à partir de mardi soir à minuit    Légère appréciation du taux du change du dinar    La commission d'enquête sur le conflit d'intérêts demande la suspension de Fakhfakh    Atef Ben Hassine et son épouse Mariem accueillent les bras ouverts leur petit-ange « Ghafer »    Entre de « bonnes » mains !    Le ministre des Finances annonce sept mesures pour booster l'investissement    La nouvelle Promotion 4G Box de Ooredoo vous offre le confort d'une connectivité très haut débit à prix doux    D'Ici et d'Ailleurs...    Le parti Ennahdha a entravé la loi dès sa formation, explique Abir Moussi    Une belle et douce folie créatrice    Un programme d'appui à la diversité culturelle et artistique    Le Ballet de l'Opéra de Tunis lance un projet de danse dans 20 gouvernorats    REMERCIEMENTS ET FARK : Dr Fadhila SAADA    Tunisie : Baisse de 8,5% de la production industrielle au cours des quatre premiers mois de 2020    Programme TV du mardi 07 juillet    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 7 juillet à 11H00    CONDOLEANCES    Taheri : Plusieurs médias souffrent de problèmes et de difficultés    Ghazi Ben Ahmed, Président du think tank Mediterranean Development Initiative, à La Presse : «Notre principal souci : produire, diversifier, exporter…»    Contrepoint Culture : une perte... Des soucis...    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    Ces pays ont procédé encore une fois au confinement    Gafsa : Bientôt démarrage des travaux de construction d'un pont au-dessus d'Oued Essod    Football : Programme TV de ce mardi 07 juillet 2020    Un mercato à deux vitesses : Quand l'Espérance se taille la part du lion    Angleterre : Nemanja Matic prolonge jusqu'en 2023 avec Manchester United    Chiraz Laatiri promet la discrimination positive au secteur culturel dans les régions intérieures    Manouba : Inauguration des nouveaux locaux du secrétariat régional des affaires de la jeunesse et du sport    Gouvernement Castex : La parité femmes/hommes respectée, mais plus à droite    Un fort séisme secoue l'Indonésie. Pas d'alerte au Tsunami    Une étudiante tunisienne remporte le prix des droits de l'Homme de l'Organisation Pro-Asyl 2020    Tunisie: Le ministre du commerce tunisien rencontre l'ambassadeur d'Iran    Il semble que les frères marocains ont un problème avec nous, déplore Tebboune    Les rendez-vous IJA : la culture en accès libre chaque vendredi au Coworking Space Al Badil    Les indiscrétions d'Elyssa    "Patrimoine culturel et développement durable", thème d'une Journée d'étude au Musée archéologique de Sousse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Approche innovante et optimisation exemplaire
Publié dans Le Temps le 22 - 04 - 2020

En riposte à la crise sanitaire du Covid-19, le Maroc a conjugué de manière exemplaire ses atouts humains, financiers, technologiques et industriels.
Comme la plupart des pays africains, le Maroc a pris des mesures sanitaires rapides pour diminuer la propagation du virus : détection des cas par caméra thermique dans les aéroports, fermeture des frontières et confinement total dès le 20 mars, avec 86 cas confirmés alors – 2 251 cas et 128 décès à la date du 16 avril. Des structures de gestion de crise ad hoc, sur le plan épidémiologique et économique, ont été mises en place afin d'assurer un suivi pertinent de la situation. Les autorités sanitaires marocaines parviennent même à dépasser le grand voisin algérien dans les tests de dépistages (9 600 tests effectués au 13 avril contre 6 500).
Alors que l'Afrique a été jusqu'ici relativement épargnée par la pandémie, les inquiétudes grandissent désormais sur la capacité des Etats africains à faire face à une double crise sanitaire et économique sans précédent sur le continent. Certains Etats n'ont tout simplement pas les moyens de mettre en place un confinement généralisé sans mettre en danger la vie économique du pays, de l'aveu même du président béninois, Patrice Talon.
Réactivité et innovation
Toutefois, il ne faut pas sous-estimer la réactivité et la capacité d'innovation dont font preuve certains acteurs du continent. C'est le cas par exemple du Maroc. Certes, le pays est bien plus développé que les Etats subsahariens, mais les clés de son succès ne sont pas qu'affaire de moyens. Rabat s'est montré réactif et a fait preuve d'une approche volontariste et innovante : autant d'attitudes réplicables ailleurs.
Comme la plupart des pays africains, le Maroc a pris des mesures sanitaires rapides pour diminuer la propagation du virus : détection des cas par caméra thermique dans les aéroports, fermeture des frontières et confinement total dès le 20 mars, avec 86 cas confirmés alors – 2 251 cas et 128 décès à la date du 16 avril. Des structures de gestion de crise ad hoc, sur le plan épidémiologique et économique, ont été mises en place afin d'assurer un suivi pertinent de la situation. Les autorités sanitaires marocaines parviennent même à dépasser le grand voisin algérien dans les tests de dépistages (9 600 tests effectués au 13 avril contre 6 500).
Solidarité et réalisme
Le même esprit s'observe aussi sur le plan économique. Le fonds spécial Covid-19 en est une bonne illustration. Destiné à assurer la relance économique par un report des charges, des garanties et des prolongements de prêt ainsi qu'un soutien financier aux particuliers à hauteur de 75 % du salaire minimum, ce fonds devait initialement être abondé à hauteur d'un milliard d'euros. Ce montant a été rapidement dépassé après une multiplication de dons d'acteurs privés et institutionnels et pourrait atteindre 3 % du PIB, plaçant la relance marocaine dans le même ordre de grandeur que les plans européens.
Le gouvernement a pris une autre initiative pertinente en soutien à l'économie informelle (15 % du PIB marocain environ), en mettant en place une plateforme de déclaration en ligne ou par simple SMS. Cette initiative peut inspirer les pays africains confrontés au même problème.
Aubaine diplomatique
La reconfiguration de l'outil industriel marocain vers la production de masques, de respirateurs et de gel hydroalcoolique est enfin une aubaine diplomatique. Bientôt, les premières commandes de masques « grand public » seront livrées à une Europe beaucoup trop dépendante de ses approvisionnements chinois. Mais les autorités ne perdent pas de vue leurs ambitions régionales en se tournant vers l'Afrique. Ainsi, le Maroc a accédé à la demande du président malien Keïta en mettant à disposition l'hôpital militaire marocain de Sébénikoro, dans la banlieue de Bamako, pour soigner les malades. Le roi s'est en outre entretenu par téléphone avec le président sénégalais Sall et le président ivoirien Ouattara afin de dessiner une « initiative de chefs d'Etat africains visant à établir un cadre opérationnel afin d'accompagner les pays africains dans leurs différentes phases de gestion de la pandémie ».
Agir sur ses ressources propres
Touchée de plein fouet par la crise sanitaire et la chute des prix des matières premières (pétroles, produits agricoles), l'Afrique fait face à une crise économique d'une ampleur bien supérieure à celle de 2007-2008. Selon l'Union africaine, vingt millions d'emplois seraient menacés et les acquis de développement de la dernière décennie, effacés par cette crise multidimensionnelle. Bien sûr, l'Afrique ne se sauvera pas toute seule, mais l'exemple marocain lui donne à voir qu'elle peut agir avec ses ressources propres, sans attendre une aide internationale incertaine à condition de mobiliser sa population et de faire preuve d'esprit d'initiative.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.