Reprise de la production, et l'exportation du pétrole en Libye    La Russie bloquera-t-elle à nouveau cette assistance vitale ?    Voie ouverte à la transformation de Sainte-Sophie en mosquée    Qui veut faire imploser la Tunisie ?    Chiffres: 4787,9 MDT    Augmentation de 81% des mouvements de protestation    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Un Tunisien a tenté de s'immoler par le feu dans les locaux du Consulat général de Tunisie à Milan    Tunisie: Saisie de 30 tonnes de sucre subventionné à l'Ariana    Tunisie: Interpellation de l'individu ayant dicté via un haut-parleur des réponses à une épreuve du bac    Etoile du Sahel : Sans Ammar Jemal et Yassine Chikhaoui, 47 joueurs pour terminer la saison    Sit-in ouvert du bloc du PDL au parlement    Kélibia : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine de 17 Tunisiens vers l'Italie    Le ministre libyen des Finances reçu au Palais de Carthage    Programme TV du samedi 11 juillet    "Le gouvernement travaille selon une méthodologie rentable", assure Asma Shiri    Tunisie – Hsouna Nasfi attire l'attention sur la gravité de ce qui s'est passé à l'ARP    DERNIERE MINUTE : Un ressortissant tunisien menace de s'immoler par le feu dans le consulat tunisien à Milan    Ensemble pour préserver les acquis    Tunisie : Nouvelair organise un vol de rapatriement de Moscou vers la Tunisie    Mercato : Mohamed Drager en route vers la Bundesliga 2    40e jour du décès de Chedly Klibi : La Cité de la culture baptisée au nom de l'illustre ministre de Bourguiba    La saison 2020/2021 de Bundesliga débutera le 18 septembre    Impact de la crise du COVID 19 sur les entreprises tunisiennes : Les PME tournent au ralenti    Tribune | Comment l'article 77 de la Constitution réduit l'objet du concept de «Sécurité nationale» à celui de «Défense Nationale» ? : Le concept de «sécurité nationale» dans la Constitution tunisienne ? (2e partie)    Club Africain : Plus que 2000 cartes d'adhérents vendues    Exclusion des Coupes d'Europe : Manchester City fixé lundi    L'ambassadeur de la Suède en Tunisie chez Ghannouchi    La KFW met en place de nouveaux mécanismes de financement de projets numériques en Tunisie    Météo : Temps idéal pour la baignade!    Un nouveau cas de coronavirus à Sousse    Tourisme : Près de 50% des adhérents de la FI2T ont procédé à des licenciements (enquête)    Le baril du pétrole clôture le 9 juillet 2020 à 42,6 $    Les parties politiques en Tunisie: Le chaînon manquant    Six marins français testés positifs au covid, à leur retour d'une traversée en provenance de Tunis    Il était une fois... «12 mille dinars pour des Ripoux» !    Cri d'alarme pour les droits d'auteur    Irremplaçable pour toujours !    Un avertissement sans frais à Netanyahou    Algérie : Interdiction de circulation automobile entre 29 wilayas    Tunsie : La Cité de la Culture officiellement baptisée au nom de Chedli Klibi    Lancement du nouveau projet du Ballet de l'Opéra de Tunis : «Empreintes dansées» dans les régions    Utopies Visuelles à Sousse (du 10 au 26 juillet 2020) : Une édition en partie digitale    Portrait poignant de deux afghanes sous le joug masculin    Un Tunisien remporte le 1er prix d'un concours mondial de poésie, Découvrez son poème    32 nouveaux décès en France en 24 heures    469 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hong Kong tente de rassurer les investisseurs étrangers
Publié dans Le Temps le 27 - 05 - 2020

Le projet chinois de loi sur la sécurité à Hong Kong ne vise "qu'une poignée de délinquants", a affirmé hier la cheffe de l'exécutif local, Carrie Lam, cherchant à rassurer les investisseurs étrangers inquiets pour les libertés dans l'ex-colonie britannique.
Le pouvoir central chinois a déposé vendredi devant le Parlement un texte très controversé visant à interdire "la trahison, la sécession, la sédition et la subversion" à Hong Kong qui a de nouveau mis le feu aux poudres dans la région semi-autonome, d'autant que Pékin a demandé dimanche son application "sans le moindre délai".
Riposte de Pékin après des mois de manifestations massives et souvent violentes en 2019 à Hong Kong, c'est aussi une réponse à l'incapacité des autorités locales de faire adopter ce texte qui avait déjà suscité par le passé une levée de boucliers sur le territoire.
Nombre de Hongkongais voient dans cette loi l'atteinte la plus grave à ce jour au principe "Un pays, deux systèmes" censé garantir à Hong Kong jusque 2047 des libertés inconnues ailleurs en Chine.
Une inquiétude partagée par certaines capitales occidentales et par les investisseurs étrangers, comme l'a illustré vendredi le décrochage de la Bourse de Hong Kong, le plus fort en cinq ans.
Mme Lam, à la tête d'un exécutif complètement aligné sur Pékin, a jugé hier "totalement sans fondement" les inquiétudes relatives aux libertés hongkongaises.
"Les libertés de Hong Kong seront préservées, et son dynamisme, ses valeurs fondamentales en termes d'Etat de droit, d'indépendance de la justice et de libertés continueront d'être là", a dit la dirigeante aux journalistes.
Le projet de loi, a-t-elle ajouté, "ne cible qu'une poignée de délinquants et protège la vaste majorité d'habitants qui respectent la loi et aiment la paix".
Des propos qui font écho à ceux tenus la veille par le plus haut représentant de la Chine à Hong Kong, Xie Feng, qui a affirmé aux diplomates et aux entrepreneurs étrangers qu'il n'y avait "absolument aucune raison de paniquer" face à une loi visant "les forces violentes et terroristes".
De son côté, le chef de la garnison de l'armée chinoise à Hong Kong a averti que la loi "punirait tout acte séparatiste".
"Les soldats de la garnison ont la détermination, la foi et la capacité de défendre la souveraineté nationale", a déclaré Chen Daoxiang à la chaîne CCTV.
Hong Kong a connu de juin à décembre sa pire crise politique depuis sa rétrocession en 1997, avec une contestation sans précédent de la tutelle chinoise et des ingérences de Pékin. Ce mouvement a été émaillé de violents heurts avec les forces anti-émeute.
Pékin n'a cessé de présenter cette contestation comme un complot soutenu par l'étranger pour déstabiliser la nation. Les pro-démocratie affirmaient quant à eux que la rue était le seul moyen de se faire entendre en l'absence de suffrage universel.
Alors que la contestation avait marqué le pas à cause du coronavirus, des milliers de personnes ont de nouveau manifesté dimanche en réaction au projet de loi sur la sécurité.
Le texte précis n'est pas connu, mais le Parlement chinois en avait dévoilé les grandes lignes la semaine dernière. Il sera examiné demain à Pékin, pour une entrée en vigueur possible cet été.
Un point d'inquiétude est la disposition qui permettrait aux policiers chinois d'opérer à Hong Kong, dont la justice est pourtant censée être indépendante.
Nombreux y voient un risque de répression contre la dissidence, les lois contre la subversion étant fréquemment utilisées en Chine contre les critiques du régime.
Priée par un journaliste de dire si les policiers chinois pourraient arrêter des manifestants à Hong Kong, Mme Lam a balayé hier la question en y voyant une vue de l'"imagination".
Elle a ajouté que les manifestations antigouvernementales continueraient d'être autorisées si elles "se déroulent de façon légale".
"Libérez Hong Kong, la révolution de notre temps", avait en 2019 été le cri de ralliement des manifestants, qui redoutent désormais qu'un tel slogan ne soit passible de poursuites.
Mercredi, le Conseil législatif (LegCo), le Parlement local, doit examiner un autre projet de loi criminalisant tout outrage à l'hymne chinois.
La police a d'ores et déjà renforcé les mesures de protection autour de ce complexe qui fut, en juin 2019, le point de départ de la contestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.