Révocation des juges: Le président de l'ATJM dénonce le silence du Conseil provisoire de la magistrature    Inauguration de la première centrale solaire flottante d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient    Le nouvel Opel Mokka disponible en Tunisie chez Stafim à partir de 98.900 dinars    Wimbledon : un succès aisé pour Ons Jabeur contre Bjorklund    « Yalla Jaw », le concert inédit organisé par Orange Tunisie, fait vibrer de joie l'avenue Habib Bourguiba    Lancement de la collection de parfums REPLICA de la marque Maison Margiela en Tunisie    35e édition du festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Laârayedh: Hamadi Jebali doit être hospitalisé à l'hôpital militaire pour une chirurgie urgente    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    UGTT : grève générale au sein de la fonction et du secteur publics    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Tunisie: L'Agence de sécurité informatique met en garde...    Yazid Safir, Directeur de l'agence française de développement en Tunisie à La Presse : «La Tunisie est un partenaire privilégié du groupe AFD»    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    « Espace El Mdina » à Hammamet : Une exposition de peintures géantes et un spectacle scout pour clôturer l'atelier artistique sur la lutte contre les violences économiques faites aux femmes    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Ayachi Zammel présente son mouvement politique « Azimoun »    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    Météo: Températures en hausse, ce lundi    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ça sent la privatisation et l'assainissement social
Publié dans Le Temps le 03 - 06 - 2020

La réforme des entreprises publiques fait partie des priorités du gouvernement Fakhfakh, tout comme ses prédécesseurs, d'ailleurs. Le Chef du gouvernement vient de sonner l'heure des grandes réformes dont celle des entreprises publiques, dont le déficit cumulé gangrène l'équilibre budgétaire. Faute de bonne gouvernance et d'une gestion adéquates des deniers publics, la majorité de ces entreprises qui constituent le levier économique de la Tunisie après l'indépendance croulent aujourd'hui sous la mase des dettes. Le ministère des Finances vient de publier son rapport sur les entreprises publiques. 95 entreprises publiques ont été couvertes par l'étude sur un total de 110 institutions. Un bilan financier assommant. Des pertes et des subventions estimées à 9 milliards de dinars, soit 8,5% du PIB pour les 31 établissements. Outre les problèmes structurels et conjoncturels liés à la mauvaise gestion, à la hausse des prix des matières premières, la dépréciation du dinar, la montée des mouvements sociaux, le poids financier du capital humain pèse sur le taux de rentabilité et le rendement de la majorité de ces entreprises.
Le rapport classe les entreprises publiques selon le secteur d'activité. Les institutions bancaires, les institutions financières non bancaires, les caisses sociales, le secteur du transport, le secteur de l'énergie et les entreprises relevant du ministère de l'Agriculture et des ressources hydrauliques. 15 institutions ont été exemptées de ce bilan financier et économique dont la BTS, la BFPME et Tunisie Telecom.
Le plan de restructuration adopté pour les trois banques publiques (BNA, STB et BH) semble porter ses fruits. Le produit net bancaire (PNB) des trois banques publiques a enregistré au cours de la période 2016-2018, une hausse de 57%, soit 538 Md. Le résultat net bancaire s'est situé autour de 119,3 mD, soit en augmentation de 43,8%. Les trois banques publiques ont respecté leurs contrats objectifs convenus avec l'Etat à ordre de 100%. Malgré l'amélioration des indicateurs de performance, les trois banques devront poursuivre leurs programmes de restructuration et de modernisation tout en menant à terme le programme d'assainissement financier et humain, l'amélioration des ratios de liquidité, de solvabilité, et du ratio des créances douteuses, tout en adoptant des systèmes internes de gestion des risques.
Le déficit de la CNSS
et de la CNSS auprès
de la CNAM s'envole
à 4691 MD
Les caisses sociales s'embourbent dans un déficit chronique qui traîne depuis longtemps. Selon le rapport du ministère des Finances, l'écart entre les produits et les charges d'exploitation de la CNRPS et la CNSS s'est soldé par un déficit de 1299 MD en 2018 dont 74% revenant à la CNRPS, nécessitant un soutien budgétaire de 200 MD pour contenir un tant soit peu le déficit chronique des deux caisses sociales. Un déficit qui a engendré l'élargissement de leur dette auprès de la CNAM pour atteindre 4691 MD au terme de l'exercice 2018.
Hausse des charges salariales de 40% en 2016 : la STEG
en tête du peloton
Pour ce qui est des autres entreprises publiques, selon la même source 23 entreprises publiques ont réalisé, fin 2016, des produits d'exploitation de l'ordre de 21.173 millions de dinars contre des frais généraux composés des salaires et des charges d'exploitation de 20.930 millions de dinars. Le gain ou le profit net réalisé par certaines d'entre elles ne dépasse pas les 170,5 MD. Un profit négligeable qui ne peut guère absorber le déficit alarmant accusé par les autres institutions, s'élevant à 1326 MD. La situation financière accablante de ces entreprises est expliquée par plusieurs facteurs dont notamment par la hausse vertigineuse des salaires en 2016, enregistrant une hausse de 40% par rapport à 2011 pour une charge salariale globale estimée à 2939,3 MD, dont une hausse respective de 48% et de 43%, observée dans la masse salariale de la STEG et du Groupe Chimique Tunisien. Les salaires et les charges courantes des 23 entreprises absorbent ainsi près de101.2% de leurs revenus. Les pertes nettes sont aux alentours de 1155.5 millions de dinars.
Une perte de change
de 1500 MD
Hormis les charges salariales, la dépréciation du dinar, les mouvements sociaux et la hausse des prix internationaux de l'énergie et des matières premières a également affecté les ressources d'exploitations de bon nombre de ces entreprises. La STEG a à titre d'exemple enregistré une perte de change de 1500 MD. Les charges financières de l'Office des Céréales ont enregistré une courbe ascendante passant de 86 MD en 2016 à 100 MD en 2018.
Par ailleurs, les grèves à répétitions et les sit-in ont paralysé l'activité de plusieurs institutions publiques engendrant une perte sèche de production et de productivité à l'instar du CPG et du GCT.
La détérioration de la situation financière de la majorité des entreprises publiques continue de peser sur le budget de l'Etat. Le ministère des Finances estime à juste titre que le total des subventions allouées par l'Etat au titre de prime d'investissement et d'exploitation a augmenté, passant de 2102,9 MD en 2016 à 5139,4 MD en 2018, enregistrant une hausse de 144% dont 4000 MD versés au profit de la STEG, la STIR et l'Office des Céréales sans omettre les crédits bancaires et les garanties de l'Etat, évalués à 2592, 7 MD en 2018.
Le déficit des entreprises publiques gangrène les ressources budgétaires de l'Etat et ne fait qu'alourdir la note. Un écart frappant entre les recettes et les dépenses est dès lors observé. Les recettes perçues par l'Etat au titre de ses participations dans les capitaux de ces entreprises lesquelles participations n'ont pas dépassé 263.5 millions de dinars en 2018, soit 5.1% de la valeur globale des transferts financiers publiques décaissés au profit des entreprises.
A ce jour, la situation ne fait qu'empirer. Tel qu'il ressort de ce pré-bilan arrêté au terme de 2018, D'où l'impératif d'une réforme absolue et tous azimuts des entreprises publiques. Chemin faisant, reste à savoir qu'elle voie, compte emprunter le gouvernement Fakhfakh, pour voler au secours de ces entreprises. Pour négocier un nouvel accord avec le FMI. D'autant que le gouvernement s'est déjà engagé formellement, à entamer, sans plus tarder, la réforme des entreprises publiques. Branle-bas et grandes manœuvres en perspective !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.