Tunisie: Nomination de nouveaux directeurs régionaux de la santé    Tunisie: L'île de Djerba une destination touristique saine, annonce le ministre du Tourisme    La Bourse de Tunis lance l'élaboration du guide de Reporting extra-financier    OFFICIEL : Iheb Mbarki signera à Wadi Degla    Tunisie : Le parti Courant Populaire considère l'initiative de la coalition Al Karama comme dangereuse pour la liberté de presse    126 personnes encore porteuses du virus en Tunisie    En raison de l'abondance des produits locaux : Nouvelle stratégie de rationalisation de l'importation    Portrait poignant de deux afghanes sous le joug masculin    Plan de sauvetage économique : Fakhfakh se réunit avec les principaux partenaires internationaux    Business infos    Taoufik Mekacher : «Nous ne céderons jamais !»    Blocage du processus politique en Libye : La Tunisie incite à surmonter la crise    Une nouvelle loi assure à Ghanouchi la présidence de l'ARP pour encore 5 ans    3 cas de fraude à Sousse    Services de santé en régression : Gafsa réclame une faculté de médecine et d'un CHU    Mémoires militantes et mots incandescents    Le transfert des archives de Cinéma se poursuivra en 2021    "Il faut porter encore en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante".    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 9 juillet à 11H00    Tunisie : Selim Azzabi en visite à Beja [vidéo] : Plusieurs visites de terrain sont prévue tout au long de cette semaine    Nizar Yaiche, ministre des Finances : L'impact du Covid-19 sur les finances publiques est estimé à 5 milliards de dinars    Projet Elife pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes Tunisiens    Ministère de l'Intérieur : Avortement de plans terroristes visant le secteur touristique et des sièges de souveraineté en Tunisie    Cinéma | A L'Agora, regardez votre film à côté de votre star préférée !    Patric (Lazio) suspendu quatre matchs pour morsure    Entre AGIL et SAM : Un partenariat gagnant-gagnant    Bizerte : 300 mille dinars pour le réaménagement des zones industrielles    Reportage | Baccalauréat – Démarrage de la session principale : Les épreuves du premier jour à la portée    Un Tunisien remporte le 1er prix d'un concours mondial de poésie, Découvrez son poème    Retour au calme à Remada après une nuit agitée    Vers la création de succursales de l'AAU dans les régions intérieures du Sahel et Sfax    Volley-ball | 22e championnat arabe des nations : Le compte à rebours    Nouveau projet «Bassamat Ebdaaia» : Laboratoire de création    Sfax et son histoire urbaine : Vue plongeante sur l'histoire d'un centre urbain    Météo : ciel dégagé et températures stables    La Championne du monde d'athlétisme Habiba Ghribi honorée du titre d'Ambassadrice du Sport tunisien    Club Africain : Plusieurs personnalités Clubistes pour vérifier la liste des adhérents    STB Bank    Il y a 14 ans jour pour jour, la photo la plus triste de l'histoire de football    Tunisie-ONU : Vers la mise en place d'un cadre de coopération quinquennal    32 nouveaux décès en France en 24 heures    469 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Concours international de poésie en langue française : le Tunisien Nadhir Guedri lauréat du 1er prix    L'Ocean Viking sur le point de débarquer 180 migrants en Sicile    Plus de 1 000 nouveaux cas en 24 heures    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    Ces pays ont procédé encore une fois au confinement    Gouvernement Castex : La parité femmes/hommes respectée, mais plus à droite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un roman intergénérationnel
Publié dans Le Temps le 04 - 06 - 2020

Ecrit en 1970, alors que son auteur, Amadou Koné, n'avait que 18 ans, «Les frasques d'Ebinto» narre les mésaventures du jeune Ebinto qui, du jour au lendemain, à cause d'une «passade», voit son avenir radieux gâché. Un roman intergénérationnel.
Que l'on n'aime ou que l'on n'aime pas, le roman de l'Ivoirien Amadou Koné, «Les frasques d'Ebinto» ne laisse pas indifférent à divers points de vue. Tout d'abord, il présente une vie gâchée par une «passade» qui annonce une véritable descente aux enfers pour le personnage principal, un adolescent pleins de rêve de réussite et qui se retrouve avec la responsabilité d'un adulte, sans transition. Puis, il présente la vie, en général, en Côte d'Ivoire après les indépendances.
Ebinto est issu d'un milieu modeste. Son père est mort et sa mère essaye de subvenir aux besoins de ses trois enfants. Elle envoie Ebinto étudier à Grand-Bassam, chez un ami de son mari. Ebinto est travailleur et rêve, comme beaucoup d'enfants issus de milieu modeste, d'arriver au sommet de la société.
Idéaliste, il est confronté à la réalité au fur et à mesure des années qu'il passe au lycée. Chez l'ami de son père, il se lie d'amitié avec Monique, qui l'aime. Mais lui aime Muriel. Coincé entre les deux, une qui le veut, et qui est presque du même milieu social que lui, et une autre qui fait partie de la haute société et pour qui il ne représente presque rien. Un soir, alors qu'il a à peine 17 ans, et sur le coup d'une folie, il a des rapports intimes avec Monique. La jeune fille de 15 ans tombe enceinte de lui. Voilà Ebinto qui doit abandonner ses rêves et rentrer de plein pied dans la vie d'adulte. Car, il doit assumer cette grossesse, d'autant plus que les coutumes et les traditions sont un poids lourds à porter. Les deux adolescents sont mariés. Ebinto voue une haine à Monique. Elle a détruit ses rêves et il le lui fera payer cher, jusqu'à la mort, une double mort.
«Les frasques d'Ebinto» est un roman intergénérationnel à différents points de vue. Cependant, il est non autobiographique même si l'auteur a fait ses études secondaires à Grand-Bassam. Par contre, la description du lycée, du rapport entre les camarades, les petites activités qu'il y avait, etc., sont des choses que l'auteur a côtoyées.
Même si Amadou Koné a écrit ce roman «pour s'amuser» comme il l'a déclaré, il n'en reste pas moins que son livre est un roman que les jeunes Ivoiriens étudient en classe. Certains jeunes se reconnaissent à travers Ebinto. Ils apprennent surtout ce qu'était la vie à une époque qu'ils n'ont pas connu, mais dont ils peuvent deviner les esquisses dans la vie qui est la leur aujourd'hui.
«Les frasques d'Ebinto» peut se lire à deux niveaux. Le premier est une tragique histoire d'amour. Le second peut pousser à la réflexion sur certains aspects de la vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.