3 nouveaux cas locaux à Sousse    Les représentants de la filière laitière en Tunisie entament une série de mouvements de protestations les 17, 19 et 21 août 2020    Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie met en garde contre l'instabilité politique    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    La commission des litiges résilie le contrat d'un joueur du CSS    Salma Ennaifer réaffirme l'engagement de la Tunisie dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé    Tunisie: Les professionnels du secteur laitier protestent    Tunisie: Le gouvernement décide de rendre obligatoire le port du masque    41 cas de contamination par le coronavirus dont 7 cas locaux    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Bourse de Tunis : Succès de l'augmentation de capital de la SOPAT    Des rencontres au TOP prévues par Hichem Mechichi ce vendredi : 4 anciens Chefs de gouvernement et 2 ex Présidents de la République !    Le groupe Ecobank annonce les finalistes du Concours Fintech 2020    Météo: Prévisions pour vendredi 07 août 2020    Sousse: Le nombre de contaminations locales au coronavirus passe à 16    Tunisie: Démarrage ce vendredi des soldes d'été    Rafaâ Ben Achour: Mes relations avec Béji Caïd Essebsi    Le Fonds de Garantie des Dépôts Bancaires Garant de la stabilité du système financier    ''Ne donnez pas d'argent à notre gouvernement corrompu''    Liban: Dr Imed Halaq s'exprime sur l'état des bléssés [audio]    Ligue 1 – L'Espérance de Tunis proteste contre la retransmission télévisée des matchs    Les 6 gouvernorats les plus touchés par le Coronavirus en Tunisie    Les arbitres de la 18e journée (Photos)    Appel au renforcement des mesures préventives dans les mosquées    La Tunisie quatrième meilleure destination mondiale pour les américains après la Covid-19    Nouveau partenariat entre les Affaires culturelles et la Municipalité de La Marsa    Double explosion à Beyrouth : au moins 113 morts et 4 000 blessés selon un dernier bilan    Ministère de la santé | Mise au point sur l'épidémie de coronavirus : «Vivre avec le Covid-19»    La Tunisie achemine 35 tonnes d'aides médicale et humanitaire urgentes à Beyrouth    CONDOLEANCES    Tunisie : Tebbini propose Mongi Hamdi et Jameleddine Gharbia comme ministres de Mechichi    Football | Encore un président de club interpellé par la justice pour chèques impayés : Quand la passion mène en prison !    «Thneiyaa» de Hamdi Mejdoub au Rio : Slameuses libres    Record de nouveaux cas en Libye    La Tunisie envoie des aides au Liban    Tunisie: Baisse de 56% des revenus touristiques en juillet    CAB | Nouvel entraîneur : Kaïs Yaâcoubi réussira-t-il le pari ?    Webinaire : L'intelligence artificielle, instrument de relance économique en Tunisie ?    Festival de Sfax 2020 et Festival de Sousse 2020 reportés    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    Ahmed Ounaïes: Béji Caïd Essebsi, l'esprit destourien (Album photos)    Lancement de Sundance TV concours de courts métrages au MENA    Rafael Nadal renonce à l'US Open        Concert «Nesmet al-mahabba» avec l'Orchestre philharmonique de Tunis sous la Direction de Chadi Garfi : Un régal !    Coronavirus : L'UEFA annonce une batterie de règles très strictes    Deux fortes explosions à Beyrouth, bilan provisoire: une centaine de morts et 4000 blessés    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre K-pop et buchaechum, tout un éventail...
Publié dans Le Temps le 04 - 07 - 2020

La K-pop est un phénomène qui commence à bien s'implanter auprès de certains de nos jeunes, bien qu'elle soit apparue en Tunisie en 2013... Ce genre musical originaire de Corée du Sud pourrait, d'ici quelque temps, remplacer le rap. Mais la culture coréenne n'est pas uniquement la K-pop...
Feuilletons turcs, égyptiens ou syriens à tire-larigot, produits «made in China» et technologies venant d'Asie, etc., notre pays intègre bien ce qui vient d'ailleurs, car pour beaucoup «ailleurs c'est meilleur !». Au niveau culturel, outre les feuilletons étrangers qui envahissent notre petit écran, il y a un phénomène qui n'est pourtant pas nouveau -puisqu'en Tunisie, il y avait eu un premier concours en 2013 déjà-, mais qui risque de prendre, au fur et à mesure, de l'ampleur, d'autant plus que depuis un certain temps, certains clips de ce genre musical sont diffusés sur une de nos chaînes. Ce genre musical c'est la K-Pop, entendre par là la Korean pop (la pop coréenne).
Il est vrai que nous avons déjà des genres musicaux importés comme le rap. Mais à la différence du rap adapté à la sauce tunisienne par les jeunes, la K-pop, elle, reste 100 % coréenne, même dans le texte des chansons. Nos jeunes, portés sur ce genre, n'ont pas encore dépassé le stade de chanter en tunisien sur la musique coréenne, et, préfèrent se limiter à imiter leurs idoles comme Akdong Musician (ou Akmu), Beyond Destiny, de Taeyeon, ou encore Dabit, qui avait donné une prestation le 27 juin 2014, devant une foule de fans, composée principalement de jeunes filles.
Mais qu'est la K-pop ? Pour vulgariser, la K-pop désigne plusieurs genres musicaux : la dance-pop, la pop ballad et l'électronique «caractérisé par une large variété d'éléments audiovisuels». La K-pop est devenue populaire à partir des années 1990.
La K-pop s'adresse plus aux jeunes, et surtout aux pré-ados et aux ados. Cependant, la culture coréenne un autre genre musical qui pourraient intéressés les adultes : le samulnori, pouvant être traduit par «jeux des quatre objets». C'est un genre de musique à percussion traditionnelle produit par quatre instruments uniquement : le buk, «tambour baril en bois évidé, dont les membranes en peau de vache sont tendues par un jeu de cordelettes. Il est frappé par un bâton», le kkwaenggwari (ou petit gong), plateau de métal d'un diamètre de 20 à 23 cm, émettant des sons aigus, le janggu, «tambour en forme de sablier», et le jing, gong fixe d'un diamètre entre 35 et 42cm.
Aux sons de la nature
Ces quatre instruments sont liés à quatre éléments climatiques. Le premier aux nuages, le seconde au tonnerre, le troisième à la pluie et le dernier au souffle du vent.
Il n'y a pas que ces instruments qui sont liés à la nature, puisque le buchaechum aussi. Cette danse, créée en 1954 par la danseuse Kim baek-bong, est devenue traditionnelle. A l'origine, elle se pratiquait en solo ; c'est pour cela qu'on la traduisait par «danse de l'éventail». Aujourd'hui, elle se pratique en groupe et est devenue «danse des éventails». Certains pensent que cette danse s'est développé «sous l'influence des danses du chamanisme coréen, ainsi que des danses de cour de la dynastie Joseon», ayant régné de 1392 à 1897.
Le buchaechum est pratiqué essentiellement par les femmes qui, grâce aux éventails, rendent hommage à la nature, en faisant des figures d'oiseaux, de papillons, de vagues, de fleurs, etc. D'ailleurs, à propos de fleurs, les éventails sont, généralement, peints de pivoines roses épanouies. Ce qui est assez étonnant avec le buchaechum, c'est qu'il n'y a pas de synchronisation entre la danse et la musique. Il faut comprendre que, pour montrer, la beauté et l'harmonie des mouvements, le buchaechum suit une mesure rapide et pleine d'entrain même si la musique est un lent tempo. Les danseuses sont, la plupart du temps, vêtues d'un hanbok, vêtement traditionnel coréen, composé, principalement, d'une jeogori (haut), d'un dongjeong (col), d'un otgoreum (nœud), et d'une chima (jupe).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.