289 malades encore porteurs du virus en Tunisie    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Néji Jalloul forme un nouveau parti politique et le nombre des partis passe à 226    Tunisie: Béja totalement isolée après la fermeture de plusieurs routes en protestation contre les coupures d'eau    Invitée par Mechichi, Abir Moussi rappelle ses conditions    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    E-présence des banques et KPIs de Mai 2020: La banque ZITOUNA en 1ère position sur le web    Change devises en dinar tunisien : Cours du 03 août 2020    Sofiane Ben Hmida: Les 18 bulletins nuls ont été signés!    Tunisie : La Nuit des étoiles 2020, samedi 22 août, un événement annuel inratable !    Ligue 1 : Saïd Saïbi (CA) en route vers l'AS Rejiche    Tunisie : Décès de Aziz Touati, joueur de l'équipe nationale juniors    M'Raihi s'exprime au sujet du coronavirus et dénonce l' ‘'ignorance'' de certains    Affaire Fakhfakh-VIVAN : Un Nouveau rebondissement    L'OTE diffuse des cours de langue arabe sur sa chaîne YouTube    Le chef du gouvernement désigné entame les concertations avec les groupes parlementaires    Tunisie: Rencontres entre Hichem Mechichi et les blocs parlementaires    TRANSTU : Changement d'itinéraire des lignes bus 32C, 71 et ligne El Jayara-Slimane Kahia    Les Nouveaux Freebuds et Watch GT 2e de Huawei, La touche finale pour accessoiriser votre style    Tunisie : Les nouveaux prix des cigarettes à partir du 03 août 2020    BAD : La Covid-19 n'empêche pas l'Afrique de l'Est d'être une région dynamique    Formation du gouvernement, Programme des rencontres de Mechichi    BIAT : Un PNB de 466,3 MDT au 1er semestre 2020    Espérance de Tunis : Hamdou Elhouni, blessé, sera indisponible une semaine    Retour sur la visite du Président de la République à Sfax    Météo : Températures en légère baisse    Encore 7 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 2 cas importés enregistrés à Sousse, Mahdia, Sfax et Kairouan    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Foot-Ligue Europa : le programme des huitièmes de finale    Sidi Bouzid : La récolte du raisin de table enregistre un taux d'avancement de 90%    Monastir | Les familles de 24 pêcheurs appellent à intervenir pour libérer leurs enfants retenus par les autorités italiennes    Palais Borj Baccouche : Un joyau architectural à l'abondan    Migration irrégulière: 27 Tunisiens secourus au large de Kerkennah    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    La régularisation ne concerne pas les nouveaux arrivés    Heureux qui comme Ulysse    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Procédure pénale contre Gianni Infantino    Leila Ben Gacem: Le monde d'une entrepreneure socio-culturel(Vidéo)    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    BCT : 136 jours d'importation au 27 juillet 2020    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    Olivier Poivre d'Arvor : La Tunisie ne me quittera jamais...    Ceux d'en haut qui nous regardent    Rencontre avec Yosra Nafti dans le cadre de « IJA, la culture en accès libre » : Autour du tirage argentique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un cri de haine et de révolte
Publié dans Le Temps le 05 - 07 - 2020

Vipère au poing, c'est le combat impitoyable livré par Jean Rezeau, dit Brasse-Bouillon, et ses frères, à leur mère, une femme odieuse, qu'ils ont surnommée Folcoche.
Cri de haine et de révolte, ce roman, largement autobiographique, le premier d'Hervé Bazin, lui apporta la célébrité et le classa d'emblée parmi les écrivains contemporains les plus lus.
L'histoire de « Vipère au poing » se trouve dans les recoins sombres de notre mémoire collective, qu'on ait lu ou pas le livre. Son héroïne, Folcoche, marâtre rusée, calculatrice, haineuse, pétrie de mauvaise religion, au corps sec comme une trique, est à ranger au musée des horreurs.
Ce livre, c'est l'histoire d'une France qui n'existe plus, tombée aux oubliettes dans les fracas de la seconde guerre mondiale. C'est la France de cette vieille noblesses mélangée, pour le meilleur et pour le pire, à cette grande bourgeoisie provinciale, les deux se rejoignant dans leur insupportable arrogance, les deux ayant les mêmes doigts crochus quand il s'agit de défendre leurs petits privilèges, les deux recroquevillées dans leurs manoirs branlants sans voir la marche du monde. C'est la France de Charles Maurras, de la « divine surprise » quand la troisième République s'effondre comme un château de cartes face aux légions nazies.
Ce livre, c'est l'histoire d'une famille de fin de race qui sent confusément que les valeurs qu'ils véhiculent vont disparaître, que leur heure est comptée. D'où ce raidissement, peut-être ? Comme un dernier pied de nez au destin.
Un père veule et insignifiant, des percepteurs au rabais qui préfèrent fuir en courant ou regarder distraitement ailleurs... Personne pour empêcher la sorcière Folcoche de régner en Maître absolu sur le domaine de la « Belle Angerie », et d'humilier de la plus épouvantable manière ses propres fils : Chiffe, Cropette, Brasse-bouillon. Coups de fourchettes sur les mains, surveillance continuelle, mentalité de la méfiance érigée en dogme, crânes tondus, déshabillage des consciences... Aucun abaissement, aucune vexation ne leur sera épargné. Et tout cela au nom de la bien-pensance chrétienne.
Le seul à relever le gant face à la dictature de Folcoche sera Brasse-bouillon, notre narrateur. Plus dur que ses deux frères, plus malin, plus endurant, sa jeunesse finira par la vaincre. Avec un certain plaisir cynique, il se rendra compte en même temps qu'il lui ressemble en tout point avec sa haine et son mépris plantés dans le coeur. Son premier acte d'homme sera d'ailleurs de se moquer et de faire pleurer une pauvre fille. Ecoeurant, gratuit, et en même temps tellement prévisible.
C'est mon premier Bazin. le style est d'une puissance peu commune et les sarcasmes mouillés d'acide. La haine et le fiel sont à fleur de peau. Magistral.
Extraits du roman...
«Cette vipère, ma vipère, dûment étranglée, mais surtout renaissante, je la brandis encore et je la brandirai toujours, quel que soit le nom qu'il te plaise de lui donner : haine, politique du pire, désespoir ou goût du malheur ! Cette vipère, ta vipère, je la brandis, je la secoue, je m'avance dans la vie avec ce trophée, effarouchant mon public, faisant le vide autour de moi. Merci ma mère ! Je suis celui qui marche, une vipère au poing. »
«J'entre à peine dans la vie et, grâce à toi, je ne crois plus à rien, ni à personne. [...]Celui qui n'a pas cru en sa mère, celui-là n'entrera pas dans le royaume de la terre. Toute foi me semble une duperie, toute autorité un fléau, toute tendresse un calcul. Les plus sincères amitiés, les bonnes volontés, les tendresses à venir, je les soupçonnerai, je les découragerai, je les renierai. L'homme doit vivre seul. Aimer, c'est s'abdiquer. Haïr, c'est s'affirmer. Je suis, je vis, j'attaque, je détruis. »
«Des prés bas, rongés de carex, des chemins creux qui exigent le chariot à roues géantes, d'innombrables haies vives qui font de la campagne un épineux damier, des pommiers à cidre encombrés de gui, quelques landes à genêts et, surtout, mille et une mares, asiles de légendes mouillées, de couleuvres d'eau et d'incessantes grenouilles. Un paradis terrestre pour la bécassine, le lapin et la chouette.
Mais pas pour les hommes. De race chétive, très "Gaulois dégénérés", cagneux, souvent tuberculeux, décimés par le cancer, les indigènes conservent la moustache tombante, la coiffe à ruban bleu, le goût des soupes épaisses comme un mortier, une grande soumission envers la cure et le château, une méfiance de corbeaux, une ténacité de chiendent, quelque faiblesse pour l'eau-de-vie de prunelle et surtout pour le poiré. Presque tous sont métayers, sur la même terre, de père en fils. Serfs dans l'âme, ils envoient à la Chambre une demi-douzaine de vicomtes républicains et, aux écoles chrétiennes, cette autre demi-douzaine d'enfants, qui deviennent, en grandissant, des "bicards" et des valets qui ne se paient point.
Nous partageons tout, hormis le privilège de la virilité, que le ciel lui a refusé par inadvertance et qu'elle usurpe allègrement. Il n'est aucun sentiment, aucun trait de mon caractère ou de mon visage que je ne puisse retrouver en elle. Mes trop grandes oreilles, mes cheveux secs, ma galoche de menton, le mépris des faibles, la méfiance envers la bonté, l'horreur du mièvre, l'esprit de contradiction, le goût de la bagarre, de la viande, des fruits et des phrases acides, l'opiniâtreté, l'avarice, le culte de ma force et la force de mon culte... Salut, Folcoche! Je suis bien ton fils si je ne suis pas ton enfant.
Nous n'avions, en effet, jamais vu la mer, bien que La Baule ne se trouve qu'à cent kilomètres de la Belle Angerie. La famille estimait inutiles et même immorales les trempettes mondaines en eau salée, toute viande dehors. L'horreur du nu et tenace en Craonnais. La peur de l'eau également, tant qu'elle n'est pas bénite. L'éducation en vase clos - en ciboire, dira Frédie - ne permettait aucune fréquentation dangereuse. Chacun sait que sur les plages, on est obligé de se commettre plus ou moins avec les boutiquiers enrichis et la canaille des congés payés. Et puis, enfin, ça coûte cher. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.